Mon AlloCiné
Du silence et des ombres
note moyenne
4,1
657 notes dont 82 critiques
33% (27 critiques)
38% (31 critiques)
20% (16 critiques)
6% (5 critiques)
2% (2 critiques)
1% (1 critique)
Votre avis sur Du silence et des ombres ?

82 critiques spectateurs

Swann R.

Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 39 critiques

3,0
Publiée le 22/03/2014
Film overhypé par excellence, "To Kill a Mockingbird" reste un film social correct, mais sans plus, la faute à une mise en scène et à une écriture manquant de finesse, et à un Gregory Peck charismatique mais vraiment trop compassé et poseur dans son rôle de "monsieur je défends la bonne cause envers et contre tous" (= oscar du meilleur acteur devant Peter O'toole dans Lawrence d'Arabie = gros WTF). Une introduction assez laborieuse est aussi à dénoter.
Caine78

Suivre son activité 698 abonnés Lire ses 7 180 critiques

4,0
Publiée le 22/06/2006
C'est un film que signe ici Robert Mulligan, décidéménr excellent réalisateur. Sur un sunet délicat et douloureux, il signe un film poignant et apre, mais aussi et surtout sensible et poétique. Surtout que l'ambiance qui pouvait régner dans ce contexte de racisme est très bien retransmis ici, avec des personnages particulièrement déplaisants. Dans le rôle principal, Gregory Peck est formidable. Un film à découvrir absolument.
Carlos Stins

Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 656 critiques

2,0
Publiée le 02/05/2017
Au moment de voir ce film mes attentes étaient étaient élevées, peut-être trop car le film m'a vraiment déçu. Le film n'est pas mauvais en soi mais il a malheur de mélanger deux histoires ensemble sans véritable lien ce qui donne un récit hybride qui hésite entre deux intrigues dont aucune n'est au final pleinement exploité. Pourtant la première intrigue avec les enfants est intéressante avec certaines séquences de tensions qui sont vraiment bien menées mais sont gâchées par une seconde intrigue lourde sur le procès d'un afro-américain. Cette seconde intrigue est bourré de clichés et de raccourcis faciles qui alourdissent le récit et font traîner le film en longueur. Meme les acteurs surjouent de manière caricaturale excepté Gregory Peck qui arrive à ressortir de cette bouillie proposée par le reste du casting. Le réalisateur traite de la problématique complexe du racisme avec beaucoup trop de simplicité et une approximation insupportable. Le film avait pourtant un potentiel intéressant mais cette seconde intrigue éclipse finalement les points positifs de la première intrigue qui aurait pu, si elle avait été traité seule, faire un très bon thriller. Au lieu de ça, on a le droit a un film inégal, lourd qui traîne en longueur mais qui offre quelques belles séquences malgré tout.
Thor2029

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 239 critiques

3,5
Publiée le 05/05/2014
Très bon film, mais à remettre dans le contexte de l'époque, où la ségrégation raciale faisait rage surtout dans les Etats du Sud des " Etats-Unis d'Amérique" où l'homme blanc régnait encore en maître despotique. Dans les tribunaux de cette époque ou lorsqu'un délit reconnu ou non reconnu par un homme de couleur (les noirs américains), il était extrêmement rare que celui-ci s'en tire à bon compte, vu que le racisme était de mise, que les jurés étaient tous des blancs, le jugement de ces noirs était plus que très souvent bafoués, donc très, très souvent coupable, même si tout pouvait prétendre du contraire, le racisme a fait des ravages à cette époque où cela se déroulait; des jugements, plus à l'emporte-pièce qu'avec la sérénité, l'objectivité et l'honnêteté de tous les cas où un noir était impliqué dans une affaire pénale. Voilà, ce que moi j'ai lu compte-rendu judiciaire de cette longue époque exsangue d'honnêteté juridique envers la population noire américaine, plus j'ai vu également des documentaires d'époque authentique, d'affaires de jugement injuste et dramatique quant à l'issue de deux-ci.) Ce film est plutôt une histoire, certes d'un compte-rendu d'un procès avec une plaidoirie exsangue pour la défense que l'avocat représentant un homme noir accusé d'un délit, car pour moi il en parle, mais en trop de termes, édulcorés de trop de sous-entendu, que je suis persuadé que la plupart des jurés où personnes dans la salle d'audience de ce tribunal, ne devaient sûrement pas tout comprendre de ce plaidoyer que l'avocat de la défense utilisait. Celui du procureur n'était quant à lui, quasi là pour faire de la figuration, facile pour lui au vu de quelques questions, interpellations ou interlocutions anecdotiques faites aux témoins suffisaient à elles seules de charger l'accusé. Jugement à voir dans le film. Mais, l'action du film se déroule plus sur les deux enfants de l'avocat (Gregory Peck, toujours impeccable) et un autre jeune garçon voisin des deux autres gosses et leurs péripéties d'enfants curieux de tout (choses normales à leur âges), c'est pour finir eux qui font réellement le film, sur une fine toile de fond d'affaire judiciaire. Bien interpréter, ce film se laisse regarder avec plaisir, mais les éloges que l'on lui en a attribués, son pour moi exagéré, cela n'engage que mon avis. Film à voir quand même bien sûr et je le note 3,5 étoiles sur 5.
la_poulette

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 48 critiques

3,0
Publiée le 28/02/2012
Assez belle adaptation du roman "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur". L'époque l'exige, le jeu est parfois exagéré, les expressions des enfants quasi théâtrales, les gestes et les mouvements un peu trop accentués. Ce qui, dans le livre, est suggéré va être servi ici avec beaucoup moins de délicatesse. Le film apparait alors un peu gentillet, ou sans aller jusque là, s'approche plus d'une histoire pour enfant, contrairement au bouquin. Beaucoup de scènes perdent de leur profondeur à cause de cette réalisation d'époque, notamment la scène du tribunal interminable, ou encore lorsque la petite Scout fait fuir toute une bande mal-attentionnée par sa simple naïveté et spontanéité d'enfant. Les choses sont rendues un peu plus évidentes et grossières et c'est dommage. Néanmoins cette adaptation respecte la narration et l'esprit du livre. Et les enfants sont quand même très bons
AlphaWolf

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 365 critiques

1,5
Publiée le 22/05/2013
To Kill A Mockingbird est sûrement un des films les plus surévalués de l'histoire du cinéma. La première heure est absolument assommante, interminable et en fin de compte inutile. Les scènes s'enchainent de façon ultra décousue, sans liant, et ne mènent nulle part. Il n'y a pas d'âme et on frise l'encéphalogramme plat à regarder ces enfants jouer, car c'est bien quasi exclusivement de cela dont il s'agit. Puis vient la deuxième partie consacrée en majeure partie au procès. C'est un peu ce qui sauve le film, si on peut dire ça comme ça car même si on se prend plus ou moins à écouter les témoignages et démonstrations des uns et des autres avec en thématique sous-jacente le racisme et la ségrégation, cela reste qualitativement assez faible. Mais ce qui est sûrement le plus déroutant, c'est le manque de cohérence de l'ensemble avec l'association de ces deux parties qui n'ont quasiment rien à voir. On a l'impression d'être devant deux films complètement différents: chronique sur l'enfance ou pamphlet anti-raciste, il aurait fallu faire un choix...
Mad Gump 10

Suivre son activité 96 abonnés Lire ses 716 critiques

4,5
Publiée le 27/11/2015
Franchement je m'attendais à un film assez moralisateur et lisse et j'ai pris une sacré claque. Ce film est juste incroyable. Il y règne un climat assez glauque de racisme ambiant (qui est d'autant plus glauque que tout le film est du point de vue des deux enfants), et au final on assiste à une perte de leur innocence pour ces deux enfants qui quittent le monde aseptisé de l'enfance pour découvrir le monde horrible et rempli de haine qui est le nôtre. Ce que ce film montre au final de l'humain, c'est à la fois ce qu'il y a de pire chez lui (toute la population raciste, surtout dans la partie du procès, ah ils sont beaux ceux qui ont libéré l'Europe du nazisme de faire pareil chez eux) et ce qu'il y a de meilleur (avec le personnage d'Aticus, nommé d'ailleurs plus grand héros de cinéma de tous les temps par l'AFI, mais aussi avec Arthur Radlley). La puissance émotionnelle que dégage ce métrage ne faiblit quasiment jamais, et atteint même son apogée dans la partie du procès et à la fin. Gregory Peck crève l'écran et aura bien mérité son oscar. Un très beau film.
Benjamin A

Suivre son activité 302 abonnés Lire ses 1 898 critiques

4,5
Publiée le 13/03/2014
Brillante adaptation de l'unique livre de Harper Lee "To Kill a Mockingbird" (couronné du Prix Pulitzer en 1961), "Du Silence et des Ombres" nous emmène tout droit dans l'Amérique profonde suivre la vie d'un avocat lorsqu'il doit défendre un noir dans un procès, ainsi que celle de ses enfants. Le scénario s'avère de très grande qualité, subtil, intelligent et fin, abordant plusieurs thèmes tels que la crise économique et la grande dépression (l'histoire se déroule en 1932 et les allusions y sont nombreuses), le racisme, où même si ca peut paraitre assez sage, ca reste efficace, intelligent et touchant ou encore une description de l'Amérique rurale et des gens qui la peuplent, le tout à travers des personnages intéréssant et attachant (et bien plus complexe que ca n'y parait, loin des clichés du héros Américains de l'époque) et sublimé par une belle mise en scène. Le récit est composé de deux histoire qui se rejoignent, celle de l'avocat et celle des enfants, les deux sont passionnante et la narration est fluide. Robert Mulligan a le sens du détail et en plus de sa belle réalisation, il arrive à rajouter des touches lyriques et dramatiqie à son récit. Parmi les grandes réussites du film, on notera les superbes interprétations, Gregory Peck bien évidemment, qui trouve là l'un de ses plus beaux rôles malgré sa riche filmographie, ou encore les enfants dont les personnages sont important et qui sont d'un naturel bluffant, ainsi que Robert Duvall dans l'un de ses premiers rôles. Une très belle réussite et un grand film, d'une qualité d'écriture éblouissante et servi par une très belle mise en scène et des interprétations mémorables.
Death_Metallus

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 417 critiques

3,5
Publiée le 20/01/2014
Ce classique du cinéma américain a pour thèmes principaux l'enfance dans le Sud profond des Etats-Unis pendant la Grande Dépression et un procès judiciaire qui pose des questions sur le racisme. Dans le premier thème, nous suivons le quotidien de deux frères et soeurs et d'un de leurs voisins, notamment autour d'une légende urbaine de croquemitaine. Dans le second, Gregory Peck joue les avocats héroïques dans une affaire de viol quasiment perdue d'avance. En ce qui concerne la distribution, la jeune actrice qui incarne le rôle de Scout, l'une des enfants et fille de l'avocat, est tout à fait touchante de par l'authenticité de son interprétation. Gregory Peck nous offre une prestation solide qui lui vaudra d'ailleurs l'Oscar du meilleur acteur. Robert Duvall, quant à lui, fait une apparition et joue là son premier rôle au cinéma. Le scénario, de très bonne facture, a quelque chose de romanesque et de très raffiné, mais son contenu reste tout de même très grand public et n'offre pas tant de surprises que cela. De manière générale, Du Silence Et Des Ombres est un bon film, assez irréprochable sur sa mise en forme, mais dont la morale manichéenne, qui défend néanmoins des idées vertueuses sur la discrimination raciale, peut s'avérer un peu simpliste. En conclusion, c'est un film qui tend un message de paix et de justice, à voir de préférence avant douze ans ou à redécouvrir en famille.
vinetodelveccio

Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 797 critiques

4,5
Publiée le 18/08/2013
Un film subtil et délicat, mais aussi un cri très fort à un époque où il fallait oser. Mulligan délivre ici un film au thème maintenant rebattu, mais très audacieux en 1962. Il traite de la différence et du racisme avec une certaine poésie, et une délicatesse non dénuée de virtuosité. La mise en scène est d'une grande finesse, la caméra capte les regards, filme la nuit et le cinéaste joue superbement avec la lumière. Il parvient avec grand talent à filmer cette histoire à travers le regard des enfants, avec émotion mais sans pathos. L'écriture du film est un vrai délice, ainsi que le jeu des acteurs, bouleversant.
cylon86

Suivre son activité 429 abonnés Lire ses 4 384 critiques

5,0
Publiée le 16/03/2013
Adaptation du célèbre roman de Harper Lee, "Du silence et des ombres" ne démérite pas sa place aux panthéons des grands films hollywoodiens. Description d'une époque où les gens de couleur noire étaient accusés pour un rien et où les enfants pouvaient sortir dans la rue la nuit sans craindre quoi que ce soit (ou presque), le film est d'une forte résonance même aujourd'hui et ce aussi bien grâce à Gregory Peck dont le personnage est un avocat au grand cœur, bon père de famille et fervent défenseur des causes qui en valent la peine (son plaidoyer est magnifique) que grâce aux deux jeunes acteurs qui jouent ses enfants, tous deux d'une justesse incroyable dans l'expression des sentiments. Robert Mulligan filme cette histoire humaniste avec un noir et blanc d'une beauté époustouflante et dont la précision de la mise en scène alliée à la puissance de l'histoire ne faiblissent jamais.
T-Tiff

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 808 critiques

3,5
Publiée le 26/10/2012
"Du silence et des ombres" est l'adaptation du livre d'Harper Lee, "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur". Cette adaptation cinématographique est particulièrement rigoureuse, avec un scénario à l'image du livre, une intrigue bien ficelé mais qui a tendance à se perdre dans les détails. Les scènes les plus prenantes sont sans aucun doute celles du procès. Gregory Peck fait une très bonne prestation dans le rôle d'Atticus Finch, et les deux enfants sont très plaisants. La qualité d'image est, plus de quarante ans après sa sortie, assez moyenne. Le livre d'Harper Lee était bon, le film de Robert Mulligan l'est tout autant.
real-disciple

Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 1 022 critiques

3,0
Publiée le 07/01/2012
Une histoire trop longue et trop moralisatrice qui ne m'a pas particulièrement intéressé. On a droit à un très bon jeu d'acteur de Gregory Peck et surtout le jeu naturel des enfants est épatant. Mais au final on ne retient pas grand chose, les plans n'ont rien d'originaux et on a droit à des anecdotes ennuyeuses, je pense qu'il aurait mieux fallu lire le livre avant peut-être.
soniadidierkmurgia

Suivre son activité 180 abonnés Lire ses 3 095 critiques

5,0
Publiée le 16/10/2011
Robert Mulligan aura été un metteur en scène relativement peu prolifique avec seulement 20 films à son actif en presque 40 ans de carrière. Son cinéma se caractérise par une extrême sensibilité et une tentative permanente pour percer les mystères de l'enfance, qui n'est pas pour Mulligan un passage obligé, mais un vaste continent toujours à explorer. Il aura enchaîné les collaborations, souvent doubles, avec des acteurs aussi différents que Tony Curtis, Rock Hudson, Steve Mac Queen Gregory Peck, Richard Gere, James Caan ou Robert Redford. Avec « Du silence et des ombres » qui est l’adaptation du roman de Harper Lee « Ne tirez pas sur l’oideau moqueur » prix Pulitzer 1961, il réussit le tour de force d’un film tout à la fois onirique et à forte portée sociale et politique. Maycomb, village imaginaire de l’Etat d’Alabama inspiré de Monroeville où Harper Lee vécut son enfance aux côtés de son père ,est au détour des années 30 fortement marqué par la pauvreté née de la dépression de 1929. Malgré tout, les habitants à force de solidarité arrivent à mener un vie harmonieuse et plutôt heureuse. C'est cette douceur de vivre qui nous est contée dans la première partie du film avec les aventures des enfants d'Atticus Finch avocat humaniste qui élève seul sa marmaille avec l'aide d'une gouvernante noire. Mais tout comme les enfants qui ont peur d'Arthur "Boo" Radley (Robert Duvall )- jeune homme autiste séquestré par ses parents - les habitants blancs du village vivent en marge de leurs voisins de couleur encore appelés "nègres". Mulligan établit un parallèle intéressant entre le racisme ordinaire et les peurs irraisonnées de l'enfance liées à la méconnaisance. Atticus Finch en défendant le jeune noir accusé à tort du viol d'une jeune femme blanche sans doute victime d'inceste de la part de son père, joue le rôle de pont fragile entre les deux communautés. Cette fois encore il échouera à faire entendre la voix de la minorité à une époque où les noirs doivent encore monter à l'arrière des bus. Gregory Peck avec la sobriété qu'on lui connaît, apporte toute l'humanité nécessaire à cette figure tutélaire de la lutte pour l'égalité des hommes. Atticus Finch est devenu le héros de cette lutte tant il fallait du courage pour s'opposer à la bétise humaine renforcée par les théories scientifiques des Gobineau et Vacher de Lapouge qui au XIXème siècle ont tenté de donner une caution scientifique à l'inacceptable. Mulligan conclut admirablement sa démonstration en donnant le rôle du justicier à l'autiste sur lequel les enfants projetaient toutes leurs peurs, qui les sauvera des coups de couteau du père indigne évoqué plus haut. Un film admirable en faveur de la tolérance qui devrait être montré dans tous les collèges pour enseigner que l'ouverture aux autres reste le meilleur garant d'une vie pleinement réussie. A noter que l'atmosphère du film a été reprise en grande partie par Jon Avnet dans "Les beignets de tomates vertes" film culte des défenseurs de la cause lesbienne.
oneosh89000

Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 553 critiques

3,5
Publiée le 08/05/2011
Une oeuvre au degré particulièrement élevé partagé entre deux visions de l'humanité , celle de l'avocat Atticus Finch ,chargé de la défence d'un Noir accusé de viol sur une femme blanche en plein coeur d'une Amérique raciste des années 30 et celle de ses deux enfants qui découvrent cette humanité divisée entre ses magnificences et ses insalubrités. Les gamins voleraient même la vedette à leur père dans le film, Gregory Peck qui a reçu un oscar pour son rôle.Somptueux noir et blanc de Russell Harlan et musique d'Elmer Bernstein pour renforcer un récit sous tension constante tiré d'une nouvelle d'Harper Lee "To kill a Mockingbird" traduit littéralement par "Tuer un moqueur",figure de style employé par Finch pour comparer la population black aux oiseaux dits "moqueurs" pris en chasse. Si la trame est évidente et que le début est assez long, Mulligan ,cinéaste très peu connu, expose tout son talent de metteur en scène avec ce film dramatique juridique sur les moeurs racistes américaines en mettant en avant une magnifique séquence de jugement.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top