Mon AlloCiné
    Du silence et des ombres
    note moyenne
    4,2
    687 notes dont 79 critiques
    30% (24 critiques)
    38% (30 critiques)
    22% (17 critiques)
    6% (5 critiques)
    3% (2 critiques)
    1% (1 critique)
    Votre avis sur Du silence et des ombres ?

    79 critiques spectateurs

    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 211 critiques

    4,5
    Publiée le 17 mai 2016
    Le silence c'est celui des hommes et des femmes que l'on entend pas vivre et les ombres ce sont celles de la haine.... Un superbe film sur les préjugés, les différences de classe, la pauvreté et l'injustice vu au travers des yeux des enfants. C'est une leçon de vie pour ceux qui ont été pendant tout le film des témoins de la vie des adultes dont Atticus disait qu'il voulait "préserver ses enfants de la laideur du monde" La première partie est vraiment différente: elle introduit le film en nous présentant des "scènes de la vie de campagne". Témoignage intéressant sur une époque. La seconde s'attache vraiment au procès et la conclusion (qui n'est pas la même que celle de la deuxième partie) est plutôt belle et optimiste. Vraiment bien.
    Ma Livriotheque
    Ma Livriotheque

    Suivre son activité Lire ses 6 critiques

    3,5
    Publiée le 11 juin 2016
    Malgré une extrême fidélité, cette adaptation en noir et blanc prend quand même quelques raccourcis qui sont toutefois les bienvenus, la première partie du livre étant extrêmement longue. Le jeu des acteurs enfants est très honnête, Gregory Peck est effectivement charismatique et porte beaucoup le film sur ses épaules. Mais il faut néanmoins reconnaître au livre un développement bien plus poussé des sentiments et interrogations de Scout. Le film manque en explications et profondeur. Pour un non lecteur, il est quand même assez représentatif du livre de Harper Lee. Je ne peux cependant m'empêcher de penser que même si le film aide à faire passer les longueurs du livre, ce dernier reste un indispensable pour qui souhaite avoir une bonne vision d'ensemble du travail si célèbre d'Harper Lee. livriotheque.free.fr
    tuco-ramirez
    tuco-ramirez

    Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 618 critiques

    4,5
    Publiée le 9 octobre 2017
    Récompensé par trois oscars, dont celui du meilleur acteur pour Gregory Peck, Du silence et des ombres est, avec Un été 42, l’un des films pour lesquels on se souvient le mieux de Robert Mulligan. Sorti en 1963, Du silence et des ombres fait partie de la série de sept films que le cinéaste a réalisé en collaboration avec Alan Pakula, alors producteur, collaboration qui marqua une période particulièrement faste pour Mulligan. Adaptation du best-seller d’Harper Lee Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur (également titre du film en version originale), premier et dernier opus de la romancière qui obtint au passage le prix Pulitzer, Du silence et des ombres effectue une plongée dans l’Amérique ségrégationniste des années 1930, vue à travers le regard de Scout, garçon manqué un peu surdouée à ses heures. Considéré aux États-Unis comme un film emblématique, Du silence et des ombres reste un peu méconnu en dehors du territoire nord-américain. A sa sortie française, après sa présentation au Festival de Cannes en mai 1963, le titre du film eût le même souci de traduction. Le titre orignal du roman et du film To Kill a Mockingbird fut traduit (adapté) par Du silence et des ombres. L’explication du titre est délivrée dans le livre comme dans le film. Le titre vient d’un proverbe américain : « It’s a sin to kill a mockingbird» (c’est un péché de tuer un oiseau moqueur). Selon la légende, l’oiseau moqueur est un oiseau qui aurait appris aux autres à chanter. Il pourrait chanter trente-neuf chants et imiter de nombreux sons. Cette métaphore de l’oiseau est filée tout au long du roman (et du film) pour souligner l’injustice qu’il y a de blesser des personnes innocentes ou sans défense. L’histoire du film est racontée du point de vue de Scout et de son frère. Elle fait entrer le spectateur dans le monde merveilleux et fantastique des enfants comme a pu le faire aussi La Nuit du chasseur (Charles Laughton 1955 d’après le roman de David Grubb). Des enfants qui finissent par perdre leurs illusions et découvrir le monde imparfait et hypocrite des adultes. Dès l’ouverture du film et son magnifique générique conçu par Stephen Frankfurt (il signa aussi ceux de Rosemary’s Baby, Network ou Superman) le spectateur pénètre littéralement dans la tête, l’imaginaire de Scout. Sur le thème principal composé par Elmer Bernstein, joué au piano note par note, la voix d’une petite fille chantonne et une main d’enfant ouvre une vieille boîte à cigares. La caméra plonge dans ce petit coffre à trésors rempli d’objets liés à l ‘enfance et les filme en très gros plans (on en retrouvera certains au cours du film). Un crayon (qui dessine des traits et griffonne le titre du film puis un oiseau) une montre à gousset (et son tic-tac), une épingle de nourrice, deux pièces de monnaie, deux figurines sculptées, une bille (qui roule pour en cogner une autre), un collier de perles, un harmonica, un sifflet... Et le dessin de l’oiseau se déchire, le film peut commencer et l’héroïne Scout Finch (en voix off) raconter son histoire : « Maycomb était une ville fatiguée même en 1932, quand je la connus... » Scout, fascinée d’imaginer les pires horreurs sur son voisin Boo Radley et curieuse de suivre le procès de Tom Robinson, jeune Noir accusé à tort de viol et défendu par son père, va finir par comprendre qu’ils sont tous les deux, des « oiseaux moqueurs ». Victimes innocentes des adultes, du racisme et de la société. S’il est un péché de tuer un oiseau moqueur, il en est de même de malmener les innocents que sont Tom Robinson ou Boo Radley. Derrière les apparences d’une peinture mélancolique de l’enfance, le film (et le roman) est aussi un pamphlet contre l’intolérance. Super fidèle au roman, Harper Lee assista en pleurs à la scène du plaidoyer d’Atticus (le père de Scout et donc d’elle-même) lors du tournage. Elle dit revivre la scène à ce moment-là. Ce père discret joué avec brio par Gregory Peck incarne un monde adulte conscient des injustices; un homme de conviction. Il est lien entre les deux récits (le procès et ce mystérieux voisin). Mais le cœur du film est le récit initiatique que ces trois enfants jouant perpétuellement à se faire peur vont vivre dans l’espace deux étés. Et c’est un peu de la perte de l’innocence de l’enfance qui passe dans ce film avec beaucoup de talent de douceur. Dans son traitement mais aussi dans son esthétique, ce film rappelle beaucoup « La nuit du chasseur ». Un très grand film sur l’enfance… le plaidoyer anti raciste bien utile en est relégué au second rang Mon blog: tout-un-cinema.blogspot.fr
    7eme critique
    7eme critique

    Suivre son activité 124 abonnés Lire ses 1 073 critiques

    3,5
    Publiée le 11 janvier 2018
    "Du silence et des ombres" renferme un bon scénario, une belle mise en scène et des acteurs doués (que ce soit Gregory Peck ou bien les enfants), mais manquera de scènes fortes ou encore d'un rythme plus soutenu pour en faire une œuvre mémorable. Le film pourra paraître un peu long et mou, et ce n'est malheureusement pas la plaidoirie qui nous stimulera.
    ElephantK
    ElephantK

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 71 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Dès le générique de début (soit dit en passant: d'une sobriété exemplaire), on est pris par une atmosphère, une musique, des personnages, une époque... Le scénario, dérivé du prix Pulitzer d'Harper Lee, est très bien servi par la simplicité de la réalisation. Scout, Jem, Atticus, Tom et Boo, sans oublier Dill (alias Truman Capote) nous transportent facilement dans cette petite ville du sud des Etats-Unis marquée autant par la douceur de vivre que par la ségrégation. Ce film est vraiment très attachant, nostalgique sans être lourd, plein d'innocence sans être niais, et il reste original dans sa manière d'aborder le problème par le souvenir lacunaire mais sans détours de la jeune Scout. Le scénario allié à la réalisation de Mulligan et à un casting parfait (Oscar pour Gregory Peck) en font grand classique, à voir absolument.
    Chrislynch
    Chrislynch

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 59 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Robert Mulligan filme le monde adulte avec les yeux de l’enfance. Ceux qui observent avec innocence et crédulité. Les enfants et leur univers imaginaire pétri de fantasme, de peur et de préjugés. Mulligan confronte toute cette candeur aux dures réalités du monde adulte. Tôt ou tard, il faut y passer. Impossible de faire autrement. Le récit est rythmé par une voix off, celle de l'enfance qui se souvient, celle de la mémoire nostalgique qui se rappelle ses joies et ses traumatismes. Et puis ce souvenir d'un homme injustement accusé, de l'intolérance et du racisme qui régnait dans la ville. Toute une ville malade de ses fantasmes, peurs et préjugés. Intelligemment et avec raffinement, Mulligan met en parallèle ce monde adulte et ce monde de l’enfance qui se rejoignent sous la bannière de l'intolérance. Mulligan dépeint aussi un monde où tout n'est ni tout blanc ni tout noir, un monde de compromis. Un très grand film sur le racisme, l'intolérance, l'intransigeance de la jeunesse et l'apprentissage du compromis. Peck, excellent dans son jeu très retenu qui s'efface facilement devant les enfants. A noter une brève apparition de Robert Duvall, qui témoigne déjà de son immense charisme.
    Sideshow_Bob
    Sideshow_Bob

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 274 critiques

    4,0
    Publiée le 16 février 2007
    "To Kill a Mockingbird" est l'un des premiers à dénoncer le racisme à une époque où le sujet est encore chaud, mais il tient aussi à porter du réalisme sur ses épaules. Le film possède des mentalités bien différentes des films auxquels nous avons droit de nos jours, mais il reste un vrai plaisir pour les yeux.
    Lonelily
    Lonelily

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 64 critiques

    4,0
    Publiée le 7 janvier 2009
    Excellent ! J'avais lu le livre (que j'avais au passage absolument adoré) et quand j'ai su qu'il y avait eu une adaptation au cinéma j'ai absolument voulu la voir... J'ai été ravi. J'ai trouvé que l'adaptation avait été très très bien faite ! ça fonctionne très bien. Il manque certes des passages du livre mais c'est normal, et c'est finalement pas si gênant. Une spéciale petite mention pour le rôle, certes petit, mais important de Robert Duvall. Son rôle est touchant et ça ma d'autant plus touché de le voir si jeune... Un film cute à voir donc.
    coudflo
    coudflo

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 21 critiques

    5,0
    Publiée le 12 juillet 2010
    Un énième film sur la dénonciation du racisme aux USA ? Non, c'est avant tout le récit initiatique de deux enfants qui tentent de comprendre les règles parfois violentes du monde des adultes, aidés par la force sereine de leur père (Gregory Peck, oscarisé pour ce rôle en 1963) autant que par l'aura mystérieuse de leur voisin inconnu. La force du film réside dans sa mise en scène, qui décrit avec beaucoup de tendresse le monde de l'enfance, dans un rythme lent particulièrement envoûtant. 2h10 de pure grâce !
    Surgeon Visceral
    Surgeon Visceral

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 587 critiques

    4,0
    Publiée le 6 janvier 2011
    Un chef d'oeuvre bouleversant. Nous spectateurs, nous découvrons l'histoire dans les yeux de protagonistes enfants. La première partie est d'ailleurs très centrée sur les enfants. On observe en faite qu'il ne s'agit pas vraiment d'un film sur un avocat ou sur un crime de procès mais plutôt l'histoire justement des enfants. C'est à dire : leur naïveté, leur découverte de la justice, leur découverte du monde. comment ils vont réagir face à une foule de gens racistes. On capte la vie vue par ceux qui sont ignorés. La scène du procès est effrayante. Et au final la justice est parfaitement bien rendue. On ne pouvait pas avoir plus de bon sens.
    KaenZer
    KaenZer

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 40 critiques

    5,0
    Publiée le 7 mars 2011
    Un gregory peck plus parfait que jamais, défenseur de ses enfants, des noirs et de la morale. l'oeuvre de Harper Lee et magnifiquement retransmise à l'écran.
    Orgel
    Orgel

    Suivre son activité Lire ses 9 critiques

    5,0
    Publiée le 20 avril 2013
    Un grand choc cinématographique. C'est avant tout remarquablement bien joué. Par Gregory Peck, mais c'est une constante, et surtout, par les enfants : la jeune Mary Bradham est étonnante de justesse et d'authenticité.. Elle est d'un naturel incroyable face à la caméra, ce qui est stupéfiant vus son jeune âge, et la façon de jouer des enfants, souvent, dans les films de cette époque. Toute l'histoire est relatée à travers les yeux des enfants, ce qui n'est pas sans rappeler La Nuit du Chasseur par divers aspects : le couple grand frère/petite soeur très uni, protecteur, l'importance du milieu extérieur, au travers duquel ils évoluent (très peu de scènes se déroulent en intérieur hormis les repas et le procès) et l'omniprésence d'une nature protectrice. Le regard des enfants semble donner une importance d'autant plus grande aux évènements, concernant aussi bien leur père que leur propres histoires (l'excessif, la démesure transparaissent à plusieurs reprises), et une dimension presque magique au récit. Un très grand film de Robert Mulligan.
    Cyril R.
    Cyril R.

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 51 critiques

    4,5
    Publiée le 1 mars 2012
    Un classique que l'on retiendra pour son engagement envers les droits civiques des Noirs aux Etats-Unis. Gregory Peck y joue avec la plus grande pudeur un avocat à l'engagement sans faille pour une cause qu'il sait juste et sa scène de plaidoirie est d'ailleurs un très grand moment de cinéma. Le film possède aussi l'originalité d'être narré du point de vue des enfants de l'avocat. Ces derniers vivent une histoire parallèle a celle de leur père qui peut sembler hors propos mais qui n'est là que pour renforcer le message de tolérance du film.
    AvaPeck
    AvaPeck

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 19 critiques

    5,0
    Publiée le 1 septembre 2012
    Tout simplement un chef d'oeuvre. L'adaptation de ce très beau livre a réussi à traverser les décennies. Film très actuel. Et la plaidoirie d'Atticus Finch juste magnifique ! Quelle classe a Gregory Peck ! Oscars amplement mérités !!!
    brunocinoche
    brunocinoche

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 497 critiques

    3,5
    Publiée le 9 février 2017
    Du fameux roman "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur', ce remarquable pamphlet mis en scène de façon classique par Robert Mulligan tient la route aujourd'hui par la composition de Gregory Peck, l'une de ses meilleures qui lui valut un Oscar bien mérité.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top