Notez des films
Mon AlloCiné
    Innocents - The Dreamers
    Note moyenne
    3,3
    19 titres de presse
    • Aden
    • Le Figaro
    • Le Monde
    • L'Express
    • L'Humanité
    • Libération
    • Première
    • Studio Magazine
    • TéléCinéObs
    • Télérama
    • Cahiers du Cinéma
    • Le Figaroscope
    • Les Inrockuptibles
    • MCinéma.com
    • Positif
    • aVoir-aLire.com
    • Ciné Live
    • Le Point
    • Télérama

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    19 critiques presse

    Aden

    par Philippe Piazzo

    Innocents est ainsi un film très étrange, qui vous empoigne au moment même où on croit qu'il est raté, qui décolle quand on est prêt à le lâcher. C'est une sorte de poème à la Apollinaire. On en voit d'abord la coquetterie, qui indiffère, puis qui garde un mystère hautain quand soudain une beauté surgit de ce mélange inédit.

    La critique complète est disponible sur le site Aden

    Le Figaro

    par Dominique Borde

    Voir la critique sur www.lefigaro.fr

    Le Monde

    par Jean-Luc Douin

    Ce qui fait échapper le film à la reconstitution simplette et la vénération simpliste est sa volonté de tenir la toile de fond soixante-huitarde à distance pour égrener ses éternelles obsessions.

    La critique complète est disponible sur le site Le Monde

    L'Express

    par Jean-Pierre Dufreigne

    Voir la critique sur www.lexpress.fr

    L'Humanité

    par Jean Roy

    On ne refait pas impunément son film le plus connu. Pourtant, là comme dans ses films antérieurs, c'est un équilibre fragile qui s'installe entre quête désespérée du plaisir et solitude, entre passion et pulsion, entre glorification et mortification. Dreamers est un beau film fragile.

    Libération

    par Gérard Lefort

    Sans nostalgie ni infatuation, un homme se penche sur son passé mais n'y sombre pas, par loyauté envers une version jeune de lui-même (...) The Dreamers, manuel de savoir-vivre autant que rêve éveillé, pense à nous. Son joli "moi" de mai est notre printemps préféré.

    Première

    par Christophe Narbonne

    Nonobstant certaines scènes érotiques à la limite de la ringardise, Innocents... prolonge une réflexion ininterrompue sur la représentation et la symbolique du sexe - aliénant, destructeur, vital.

    La critique complète est disponible sur le site Première

    Studio Magazine

    par Christophe D'Yvoire

    Voir la critique sur www.studiomag.com

    La critique complète est disponible sur le site Studio Magazine

    TéléCinéObs

    par Jean-Philippe Guerand

    (...) l'éblouissante Eva Green préfigure le personnage incarné par Maria Schneider. Quant à la fronde soixante-huitarde, elle n'est qu'un écrin historique destiné à intensifier l'éclat fulgurant de ces trois enfants perdus.

    La critique complète est disponible sur le site TéléCinéObs

    Télérama

    par Louis Guichard

    Innocents possède (...) le charme voluptueux et tire-au-flanc de ces récits qui relèguent au second plan la foule en colère et l'Histoire pour s'alanguir au calme, derrière une façade pierre de taille.

    La critique complète est disponible sur le site Télérama

    Cahiers du Cinéma

    par François Bégaudeau

    Le huis-clos. C'est l'enjeu véritable et le coeur d'Innocents (...) La cinéphilie se fait chair, le film trouve son lieu. Mais s'y tient au point d'oublier ce dont ce repli se voulait la correspondance (...) Un roman jamesien en ressort, qu'on est en droit d'apprécier.

    Le Figaroscope

    par Françoise Maupin

    S'il n'était signé trente ans plus tard, on pourrait considérer qu'Innocents, The Dreamers est un avant-goût du Dernier Tango à Paris en quelque sorte. Même propos, mais moins de force et de provocation.

    Les Inrockuptibles

    par Jean-Baptiste Morain

    Innocents est l'évocation maladroite, clicheteuse et superficielle de la cinéphilie des années 60, des prémisses de mai 68 à Paris et d'une "libération" sexuelle sur laquelle le film émet quelques doutes (...) Cela dit, Bertolucci force l'admiration par son indifférence au ridicule.

    La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

    MCinéma.com

    par Olivier Pélisson

    (...) un film intéressant et élégant, mais qui manque de chair pour être un grand film.

    Positif

    par Albert Bolduc

    Certes, le savoir-faire technique du réalisateur joue avec virtuosité d'un espace clos, (...) Mais la superficialité des personnages, l'occultation totale du politique et l'accumulation de fausses audaces nous maintiennent à distance d'une narration qui s'étire.

    La critique complète est disponible sur le site Positif

    aVoir-aLire.com

    par Sophie Lecerf

    Précédé par une réputation sulfureuse, Innocents se révèle très rapidement être une approche artificielle et superficielle de l'éveil sexuel et politique de trois jeunes, dans la tourmente de mai 68.

    Ciné Live

    par Emmanuel Cirodde

    Voir la critique sur www.cinelive.fr

    Le Point

    par François-Guillaume Lorrain

    Voir la critique sur www.lepoint.fr

    La critique complète est disponible sur le site Le Point

    Télérama

    par Jacques Morice

    Aucune fièvre, aucun sentiment de présent : on baigne tout simplement dans une ribambelle de vignettes rétro, entre provoc toc et perversité de pacotille (...) Bertolucci, qui, rappelons-le au passage, n'a pas fait un bon film depuis au moins vingt ans (...) a perdu tout sens de ce qu'on appelle le style.

    La critique complète est disponible sur le site Télérama
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top