Notez des films
Mon AlloCiné
    Innocents - The Dreamers
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Innocents - The Dreamers" et de son tournage !

    La genèse du projet

    The Dreamers est l'adaptation cinématographique du roman de Gilbert Adair, The Holy innocents. Bernardo Bertolucci découvrit cet ouvrage alors qu'il s'interrogeait sérieusement sur son prochain film. Il songeait alors à donner une sorte de suite à 1900, son chef-d'oeuvre épique tourné en 1976 et dont l'action se terminait en 1945. Mais ce récit intimiste d'un ménage à trois, situé pendant les émeutes de Mai 68 à Paris, réveilla en lui de merveilleux souvenirs.
    Le réalisateur décida alors de le faire lire à Jeremy Thomas, son producteur attitré depuis le début des années 80 et Le Dernier empereur, qui scella leur collaboration.

    L'enthousiasme de Gilbert Adair

    Avant d'être contacté par le producteur Jeremy Thomas, Gilbert Adair, peu satisfait de son livre, avait déjà refusé d'intéressantes propositions d'adaptation, interdisant même à son agent de lui en communiquer de nouvelles. L'auteur se souvient : "Lorsque mon agent m'a précisé que là, il s'agissait de Jeremy Thomas et de Bernardo Bertolucci, j'avoue n'avoir pu résister à pareille tentation. Mon roman parle de politique et de septième art, d'où l'intérêt de nombreux producteurs. Mais Bernardo me semblait soudain une évidence car mon livre reflétait les thèmes que son cinéma explore".
    Poussé par Bertolucci, Adair se mit à réécrire le scénario du film et même son propre roman pour une réédition. Sans s'être côtoyés dans les années soixante, le réalisateur et l'écrivain se reconnurent dans leurs parcours, étrangement similaires. Comme Bertolucci, Adair avait tout mis en oeuvre pour vivre à Paris.

    Le choix de Michael Pitt

    Pour le rôle de Matthew, Bernardo Bertolucci et Jeremy Thomas ont dû auditionner plus de 200 acteurs entre Los Angeles et New York. Le casting américain s'effectua discrètement pour préserver un certain mystère. "Bernardo désirait ne rien dévoiler de son scénario", se rappelle Michael Pitt. "Il fallait le lire sur place, devant lui. Impossible de l'emporter chez soi. C'est ce que j'ai fait, et j'ai trouvé le texte d'une beauté rare".
    La sélection des comédiens ne se fit pas sans problèmes. La réputation sulfureuse de l'auteur du Dernier tango à Paris freinait l'ardeur de certains agents artistiques. C'est Michael Pitt qui fut finalement choisi pour jouer le rôle de l'étudiant américain. Ce dernier a démontré qu'il aimait prendre des risques artistiques en quittant la célèbre série télévisée Dawson pour tourner sous la direction de Larry Clark le très controversé Bully. Deux rôles fortement contrastés qui le préparèrent pour The Dreamers.

    Jake Gyllenhaal pressenti

    C'est Jake Gyllenhaal qui devait au départ interpréter le rôle de l''étudiant américain. Mais l'acteur ayant finalement renoncé, en raison des scènes de nu, Michael Pitt a été choisi à sa place.

    Les retrouvailles avec Paris

    Deux de ses précédents films, Le Conformiste et Le Dernier tango à Paris, ayant été filmés à Paris, c'est avec un réel plaisir que Bernardo Bertolucci y est revenu tourner The Dreamers. L'écrivain Gilbert Adair confie : "Sur le tournage, on s'amusait à rebaptiser The Dreamers “Le Premier tango”!”
    Bertolucci, sachant la comparaison inévitable, opta pour une palette de couleurs totalement originale. Celui-ci a voulu éviter tous les décors du Conformiste ou du Dernier tango à Paris et ne créer aucun lien visuel avec ces deux films.

    Dates et lieux de tournage

    Durant l'été 2002, période à laquelle les Parisiens désertent la capitale, la production put tourner à la Cinémathèque et au Louvre, là où les trois protagonistes rejouent le sprint de Bande à part, film de Jean-Luc Godard. Mais l'équipe a dû faire une croix sur St Germain Des Prés, encore marqué par les émeutes de Mai 68.

    Tourné en extérieurs

    Comme tous les autres films de Bernardo Bertolucci, The Dreamers a été entièrement tourné en décors naturels. Le réalisateur a pris l'habitude de ne jamais tourner en studio afin de "ne pas tomber", selon lui, "dans les pièges du confort". "En studio, tout est facile, accessible", dit-il. "Aucun problème d'éclairage ou de cadrage, tout est adaptable, escamotable. Lorsque je tourne en extérieur, c'est impossible mais c'est justement ce qu'il me faut ! Rien n'est plus stimulant que les limites naturelles".
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Star Wars: L'Ascension de Skywalker (2019)
    • 1917 (2019)
    • Les Incognitos (2019)
    • Les Filles du Docteur March (2019)
    • Play (2018)
    • Les Vétos (2019)
    • À couteaux tirés (2019)
    • Les Misérables (2019)
    • Underwater (2019)
    • La Reine des neiges II (2019)
    • Jumanji: next level (2019)
    • La Vérité (2019)
    • Les Enfants du temps (2019)
    • Selfie (2018)
    • Scandale (2019)
    • SOL (2018)
    • Docteur ? (2019)
    • L'Art du mensonge (2019)
    • Le Lac aux oies sauvages (2019)
    • L'Adieu (The Farewell) (2019)
    Back to Top