Notez des films
Mon AlloCiné
    Samsara
    note moyenne
    4,1
    126 notes dont 11 critiques
    répartition des 11 critiques par note
    4 critiques
    4 critiques
    1 critique
    2 critiques
    0 critique
    0 critique
    Votre avis sur Samsara ?

    11 critiques spectateurs

    cadichette
    cadichette

    Suivre son activité Lire ses 9 critiques

    5,0
    Publiée le 28 juin 2011
    Un chef d'oeuvre pour ceux dont la sensibilité les portent vers ce thème. Tout en nous offrant un cinéma d'une technicité irréprochable, notamment une photo magique, le réalisateur nous emmène bien plus loin que le scénario. Les conditions atypique de tournage de ce film transpire à chaque image et nous offre un ressenti non formaté extrêmement troublant.
    dominique L.
    dominique L.

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 182 critiques

    3,5
    Publiée le 11 juillet 2013
    Un film avec des images magnifiques sur une quête spirituelle intéressante. Quelques longueurs.
    stillpop
    stillpop

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 1 444 critiques

    2,5
    Publiée le 28 juillet 2011
    Pour le sujet c'est surtout traité creux, et donc décevant, par contre la caméra est parfaite et originale à bien des niveaux.
    Henrico
    Henrico

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 812 critiques

    5,0
    Publiée le 14 août 2008
    Tout dans le film de Pan Nalin relève du pur chef d’œuvre, ne serait-ce déjà que par la beauté plastique de chacun des plans. Que ce soit dans l’intimité des scènes en intérieur, ou dans celles montrant les magnifiques paysages Tibétains, l’onirisme qui se dégage est, d’un bout à l’autre, bouleversant. En outre, l’extraordinaire quantité des informations, du plus grand intérêt sociologique, que le cinéaste distille sur la vie quotidienne des moines et des paysans tibétains est impressionnante. L’extrême délicatesse avec laquelle il utilise ces informations dans l’intrigue est tout simplement admirable. Lorsque l’on apprend, de surcroît, que sur la centaine d’acteurs qui ont joué dans Samsara, seuls trois avaient déjà tourné dans un film, on a les bras qui tombent, en même temps que les yeux, les oreilles et le dentier. Mêmes géniales, toutes ces qualités s’effacent devant la formidable portée philosophique de la réflexion que Pan Nalin nous transmet dans son film. Cette réflexion contredit de manière, certes subtile, mais radicale, notre éternel cliché sacralisant toujours l’abnégation des apôtres, des disciples qui quittent tout, sacrifient tout pour un sacerdoce, une quête de la sagesse, ou un maître. Ici, la parole est donnée aux éternels oubliés du cliché : ceux qui restent.
    insomnia35
    insomnia35

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 309 critiques

    2,0
    Publiée le 17 juin 2010
    Un film qui aurait du être bon, qui a tous les ingrédients pout l'être et pourtant... grosse déception. Pour commencer, ce film est d'une longueur effarante ! 40 minutes de moins, et à mon avis on aurait déjà eu qelque chose de plus condensé, et donc de plus intense. Mais le vrai problème de ce film c'est que pendant tout le long (à l'exception peut-être du dernier 1/4 d'heure) on a le droit à un véritable néant d'émotion, car ce film qui traspire, certes, la sensualité ne dégage rien d'autre ! Quel dommage, quand on a une idée originale aussi bonne. Je pense que ce manque est du, en partie, au peu de dialogues existants, il est vrai que le silence, lorsqu'il est mal mis en scène ne transmet absolument rien... Toutefois, on ne peut pas passer à côté des gros points forts de ce film qui font que ma note est plutot moyenne... Pour commencer, la réalisation est impeccable et implacable, ce qui peut également expliquer ce dénuement total d'émotion dans le film... La perfection n'engendre rarement l'émotion, tout le monde le sait. Deuxièmement, la beauté des paysages, il est clair qu'on ne peut guère y rester insensible. Et, j'avais réellement envie de finir ma critique là-dessus car j'estime que toute la beauté du film réside dans 2-3 scènes (n'y voyez pas là de la perversité), ce sont les scènes érotiques du film. Magnifiques hymnes à l'amour charnel... Dommage que le reste de "Samsara" ne soit que superficialité et que le réalisateur n'est pas réussi à mettre l'intensité qu'il a mis dans les scènes d'amour dans chacune des scènes de ce film...
    Dupave
    Dupave

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 229 critiques

    5,0
    Publiée le 7 juin 2008
    "Néant cinématographique", "Emotion baclée", "Philosophie inconsistante toute en cliché",...La critique est sévère. Moi, j'y ai vu une vision sur la vie triste mais authentique. Beaucoup d'émotions pour ce destin quelque part tragique. A la fin (sans rien dévoiler), comme une impression qu'il n'y a pas d'échappatoire. J'étais bouleversé et j'ai mis deux jours pour m'en remettre. Tout y est d'autant plus vrai que ce sont des gens de là-bas qui ont mis ce film sur pied : pas de super-budget, pas de scénario hollywoodien. Non vraiment, Samsara est recommandable.
    Sagittarus
    Sagittarus

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 5 critiques

    4,5
    Publiée le 14 juin 2013
    Le film a été réalisé au Ladakh par Pan Nalin, un producteur du cinéma indépendant indou, avec une équipe internationale. La même année, il produisait un documentaire « Ayurveda : Art of Being ». 5 ans après il produira le film « Valley of Flowers ». Ce film traite le sujet du parcours d’un moine, Tashi, qui s’est préparé (ou a été préparé) depuis sa petite enfance à une vie de célibat, d’abstinence (et de mendicité dans le cas du régime monacal tibétain). Samsara est un mot tibétain qui signifie «roue de la vie». Au début du film, Tashi est tenté de vivre pleinement le samsara avant de s’engager dans la connaissance et l’ascèse pour atteindre le nirvana. Les images du film pleines de poésie ouvrent nos cœurs et les mises en situation du film poussent à l’analyse de nos propres existences. Ce film amène se poser des questions sur ce qu'est et ce qu'apporte le désir. Mais cette civilisation himalayenne est difficile à analyser avec nos critères occidentaux. Une des clés pourrait être la dualité tantrisme et bouddhisme tibétains. La figure de Pema, épouse de Tashi, apparaît très forte. Nous l’admirons pour son courage au travail des champs comme beaucoup de femmes tibétaines, pour l’éducation des enfants (la séquence du ruisseau). De l’union fusionnelle de ce couple se dégage une certaine alchimie. Sujata, une ouvrière saisonnière indou (jouée par l’actrice allemande Neelesha Bavora) s’avère être un ange messager ou un démon, elle provoque et séduit Tashi. Elle est marquée du signe au front, signifiant qu’elle est hindouiste. Dans la tradition du nord de l'Inde, le tilak rouge porté par une femme indique qu'elle est mariée. Hors elle se comporte comme une femme libre non mariée. Est-ce une incohérence ? Deux fois dans le film le héros fait une pose près d’un muret de pierres à la croisée des chemins. La première fois, une pierre gravée lui pose une énigme. La deuxième fois, la pierre porte en elle la réponse, gravée à son dos. Le message véhiculé se veut donc universel. Le film n’est pas un drame, c’est l’épopée du héros, qui est d'ailleurs loin d’en être un. Il se comporte deux fois comme un lâche, chaque fois qu’il n’assume pas un choix personnel vis-à-vis des siens. Alors que sa démarche et ses doutes sont tout à son honneur d’homme libre. A la fin du film, la figure de son épouse apparaît à Tashi dans sa conscience comme une source de sagesse qu’il écoute. La fin est laissée au libre arbitre du spectateur. Je vois en épilogue le retour de Tashi à la vie conjugale. Des citations pour le débat d’idées: • « È difficile essere uomini, difficile nello stesso tempo essere la terra e il sale della terra, la vita e il senso della vita. » (Un uomo fidato) Sebastiano ADDAMO (poète italien) • « Les hommes croient qu’ils connaissent tout, mais les femmes savent tout. » ARNO (chanteur belge)
    Gdelar01
    Gdelar01

    Suivre son activité Lire ses 61 critiques

    4,5
    Publiée le 24 octobre 2010
    Très beau film, beaucoup spirituel à mes yeux que Des Hommes et des Dieux, et beaucoup mieux réalisé. Il faut juste accepter de rentrer dans le rythme du film, et se laisser porter. Renvoie à l'une des interrogations fondamentales de l'existence... sans imposer aucune réponse: juste des indices ,-)
    kratos0107
    kratos0107

    Suivre son activité Lire ses 20 critiques

    4,5
    Publiée le 4 mars 2011
    Excellent film passer entre les mailles de la Chine. Ce film très philosophique montre le quotidien des moines tibétains entre la ferveur de leurs croyances et le tiraillement qui est propre à chacun de nous (sexe,désir etc...). Ce film réspire une ambiance apaisante et prfondément humaniste. En bref un ovni du cinéma qui est le bienvenue !
    Etienne C
    Etienne C

    Suivre son activité Lire ses 18 critiques

    5,0
    Publiée le 12 novembre 2019
    C'est l'histoire d'un moine qui a la trique..Et c'est juste magnifique!! La spiritualité, l'humain, le désir et ses circonvolutions porté par des paysages a couper le souffle! Si on accepte le rythme et la durée, dans les meilleures dispositions ce film et un pur voyage au cœur des sens et de l'émotion sans la moindre malice.
    Bugo66
    Bugo66

    Suivre son activité Lire ses 6 critiques

    4,0
    Publiée le 4 février 2019
    SAMSARA Ugo Blériot et Pablo Dardenne Samsara, 1h 42, réalisé par Ron Fricke, sortie en 2011, Musique deLisa Gerrard, Genre: Documentaire. Après Koyaanisqatsi et Baraka, comme Yan Artus Bertrand dans Home, Ron Fricke nous fait découvrir le monde depuis notre canapé avec son nouveau documentaire Samsara. Un « road movie » composé d’images tournées en 70 mm dans 26 pays différents sur tous les continents et sur le thème de la résurrection. « Ce film nous fait voyager » Ron Fricke nous fait voyager dans le monde entier de manière contemplative en présentant un film telle une œuvre d’art. Epurée de tout commentaire, rien que l’image et la musique, comme il l’avait fait précédemment dans ses deux films : Koyaanisqatsi et Baraka. Ce qui fait la puissance de ce film est qu’il le présente telle une œuvre d’art militante. Plutôt que de commenter le contenu de son film avec une voix off, Fricke préfère faire un film uniquement musical et nous laisser faire notre propre interprétation de ce que l’on voit. Mais ce pourquoi on regarde un Fricke c’est surtout pour son talent dans le domaine de la photographie, on apprécie toujours ses magnifiques plans de drones sur les temples du Népal, ses plans au ralenti sur les statues bouddhistes, ou ses magnifiques times lapses sur les dunes en Namibie, ou encore une succession de regards, comme le photographe JR, sur les prisonniers aux Philippines. « La relation Humaine à l’éternel » On remarque grâce au titre du film, Samsara, que le long métrage portera sur la théorie bouddhiste du cycle de la vie. Mais quand on visionne le film en entier on remarque que les plans sont agencés en sorte que le film soit une métaphore du cycle de la vie. Le documentaire débute sur des plans du volcan Etna en Sicile, ce qui représente la naissance de la terre et de la vie. Dans la suite du documentaire on nous montre des plans d’autochtones en Afrique et de momies en Egypte, ce qui représente le berceau de la civilisation et le début de l’humanité. Puis les multiples plans de la ville de Dubaï et des usines, représentant les avancées technologiques que l’humanité a connue, suivis par une alternance de plans sur la beauté de la nature et des Hommes. Enfin le film nous présente des personnes tenant des armes, représentant l’autodestruction de l’humanité, le film se termine sur des plans du désert représentant l’inexistence de la vie, donc la mort ou peut être un recommencement. Voilà donc un documentaire qui mérite qu’on le visionne et on attend avec impatience le prochain film de Ron Fricke.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top