Mon AlloCiné
Adieu ma belle
note moyenne
3,4
49 notes dont 9 critiques
22% (2 critiques)
11% (1 critique)
67% (6 critiques)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Adieu ma belle ?

9 critiques spectateurs

chrischambers86

Suivre son activité 1035 abonnés Lire ses 10 060 critiques

3,0
Publiée le 11/12/2009
Philip Marlowe, le cèlèbre dètective privè de Raymond Chandler, enquête sur un vol de bijoux et une femme disparue! Rèalisè efficacement par Edward Dmytryk, "Murder my sweet / Farewell my lovely" est rempli de beautès fatales (blonde ou rousse, c'est au choix), de trahisons, de passages à tabac et tueries, toute la mythologie du polar, sublimèe par un très beau noir et blanc! Avec ses ombres grouillantes et inquiètantes, Dick Powell est un Marlowe surprenant (plus à l'aise quand il chante et danse avec un bon coup de mollet) même s'il ne nous fait pas oublier l'èblouissant Humphrey Bogart! Avec ses angles de prises de vue insolites, Dmytryk signe un classique du film noir des annèes 40 qui bènèficie encore aujourd'hui d'une excellente rèputation dans la communautè des cinèphiles et des critiques...
Benjamin A

Suivre son activité 302 abonnés Lire ses 1 897 critiques

3,5
Publiée le 20/05/2015
Los Angeles : Le détective Philip Marlowe est d'abord engagé par Malloy Moose, un homme baraqué qui vient juste de sortir de huit ans de prison et qui souhaite retrouver son ex-petite amie. Mais peu à peu il avance entre mensonges, tromperies et autres jeux de dupes. En adaptant le livre de Raymond Chandler et offrant au personnage de Philip Marlowe sa première apparition au cinéma, immortalisé par la suite par Humphrey Bogart puis Elliott Gould et Robert Mitchum (entre autres), Edward Dmytryk livre l'archétype du film noir, alors en vogue à Hollywood depuis Le Faucon Maltais. Il retranscrit de belles manières une atmosphère sombre et on navigue entre intrigue alambiquée, femme fatale, vapeur d'alcool, fumée de cigarettes ou encore fatalisme. Dmytryk arrive a créer, mettre en place et faire tenir une ambiance assez sombre et tourmentée, tout en braquant sa caméra sur le personnage de Marlowe sans jamais vraiment le lâcher. Alors si c'est dommage que l'intrigue soit parfois un peu trop inutilement complexe, Murder, My Sweet reste toujours captivant et haletant, notamment grâce à Marlowe que Dmytryk présente comme un détective fragile et humain ainsi que la galerie de personnages tournants autour de lui, allant de ceux féminins à Moose. Si certains sont un peu sous-exploités, ça n'en reste pas moins bien écrit, notamment les relations qu'ils auront entre eux et la façon dont Marlowe va être malmené. Dmytryk impose de la tension à son récit, notamment lors de la seconde partie du film tandis qu'il bénéficie d'une belle photographie en noir et blanc et se rapproche du style expressionnisme, usant bien d'un jeu d'ombres et de lumières. Il fait preuve d'une certaine maîtrise derrière la caméra et met en scène quelques bonnes idées telles les séquences d'hallucination. Dans le rôle de Marlowe, si Dick Powell n'a pas la présence et le charisme de Bogart, il s'en sort tout de même plutôt bien, tout comme l'ensemble des interprétations d'ailleurs. Archétype du film noir, Murder, My Sweet pèche légèrement par son intrigue parfois inutilement alambiquée mais est rattrapée par une atmosphère tourmentée et sombre où l'on prend plaisir à suivre un Marlow qui va mener son enquête entre mensonges, jeux de dupes et tourments. À noter que Dick Richards réalisera une nouvelle version du livre de Chandler avec notamment Robert Mitchum et Charlotte Rampling.
beni

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 232 critiques

5,0
Publiée le 31/08/2011
Un film noir de très grande classe, porté par une intrigue dense et une mise en scène inventive et décalée, dont les frères Coen s'inspireront pour les délires psyché du "Big Lebowski". Ce décalage improbable annonce les grands films noirs malades et poisseux des années 1950, surtout l'énervé "Kiss Me Deadly" et la monstrueuse "Soif du Mal" de Welles, qui pousseront à son paroxysme le lyrisme noir de ce bijou.
P-D

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 56 critiques

4,0
Publiée le 11/06/2014
Aaaaaah, les films noirs, toute une histoire. Je ne vais pas répéter tout ce que l'on peut savoir (ou facilement apprendre) sur ce film, il est l'un des modèles des films noirs, une adaptation impeccable de Chanlder (dont j'aime beaucoup la liste…) et c'est la première fois que nous retrouvons le personnage de Marlowe aux écrans. A vrai dire, après un premier visionnage, j'ai été agréablement surpris par "Murder My Sweet", alors que j'en étais septique, tellement de film noir peuvent être si banales et si mauvais que mon échine en tremblait. Mais cela dit, quel fût mon étonnement dès que ce long-métrage s'est mis en route … il est réussi du début jusqu'à la fin sur la plupart des plans, et c'est en effet l'un des meilleurs films noirs qu'il m'a été donné de voir, en espérant que cela change avec un nouveau film noir dont le personnage principal serait interprété par … allé … Gabriel Macht … ah merde, ça a été fait … Le scénario de ce petit chef-d'œuvre est magnifiquement orchestré par Edward Dmytryk, on suit un brave détective qui mêle plusieurs de ses affaires, et il n'y a rien à reprocher sur l'intelligence du scénario, on est loin de pouvoir se perdre, et on est aussi loin de ne pas se poser de questions. D'ailleurs, dès les premières secondes nous vient une question en tête "Pourquoi Marlowe a-t-il les yeux bandés ?", et les questions s'accumulent tout le long du film. L'intrigue en soit n'est pas complexe, elle sera cependant capter notre attention durant plus d'une heure et demi avec pas mal de rebondissements et de retournements, mais personnellement, ça n'est pas l'intrigue elle-même qui m'a le plus intéressé, mais c'est surtout les personnages que je trouve tout aussi captivant qu'interprété, et bien évidemment, c'est le personnage de Marlowe qui a su attirer mon regard. Des personnages cyniques, on s'en est bouffé une quantité astronomique, et pas que dans les films noirs. C'est l'occasion de donner une raison au spectateur de rester devant le film quand l'un des personnages tire la gueule en balançant deux/trois pics bien trouvé … bon la plupart du temps, l'effet recherché passe à côté, mais là, c'est tout autre chose. Dick est cynique. Dick Powell, que l'on a connu pour un tout autre registre, se plonge dans le personnage du détective de Chandler avec une agilité monstre, il est très fidèle à la philosophie du détective, hormis peut-être le côté cultivé qui n'apparaît pas dans son interprétation, mais ici on a à faire à cette image du détective qui n'est même pas appréciable mais qu'on adore. Et je ne peux que féliciter la voix off très justement endossée par Powell où l'on a le droit à des moments de cynisme et de sarcasme unique, et on en retrouve tout autant dans les dialogues. Dick Powell est Marlowe et il n'a rien à envier aux grands de ce monde qui ont connu le même rôle. L'une de mes phrases favorites restera "He died in 1940, in the middle of a glass of beer. His wife Jessie finished it for him." Ce qui veut dire : Il mourut en 1940, dans la moitié d'un verre de bière. Sa femme Jessis le finit pour lui … ma traduction est-elle bien raisonnable ? Avec "Murder My Sweet", on a à faire à la définition du "Film Noir". Certes on retrouve tous les codes (qui sont devenus aujourd'hui des clichés) tel que le privé qui espionne les gens sans la moindre discrétion, les personnages qui se cassent en plein dialogue parce que tout d'un coup ils sont fatigués, les effets de flou quand on a bobo à la tête et j'en passe … mais c'est surtout l'occasion de nous montrer de belles prouesses techniques comme ce plan où Moose apparaît derrière Marlow (personnage très intéressant aussi), ou encore le passage où Marlowe est sous l'emprise de la drogue. Même si l'effet à "vieillit" il n'en demeure pas moins efficace. Enfin bref, voici un incontournable du "Film Noir" qui nous donne un petit élan de nostalgie, puisque en effet, le "Film Noir" n'est plus ce qu'il était. Bon Film :)
Gérard Delteil

Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 1 404 critiques

3,0
Publiée le 15/08/2016
Ce grand classique du film noir m'a déçu, alors que je le visionnais pour la deuxième ou troisième fois. D'une part le scénario est particulièrement confus et mal ficelé. Il comporte toutes sortes de poncifs des polars de l'époque, en particulier les protagonistes qui s'entretuent à la fin dans un salon. Ensuite, Dick Powell est très loin d'égaler Bogart par le charisme et l'humour sarcastique qui donne son sel à cette catégorie de film. Et surtout Claire Trevor est très décevante dans son rôle de femme fatale. Elle est très loin de Lauren Bacall ou même de Charlotte Rampling dans le remake tourné par Dick Richards en 1975 avec Mitchum. Et, une fois n'est pas coutume, j'ai préféré le remake à l'original. Restent tout de même de belles images en noir et blanc et cette atmosphère toute particulière des polars des années quarante.
il_Ricordo

Suivre son activité 84 abonnés Lire ses 401 critiques

3,5
Publiée le 02/03/2012
Énième série B produite par la RKO, Adieu ma belle est un film noir d'Edward Dmytryk, rendu célèbre par sa présence sur la liste des "dix d'Hollywood". Dick Powell est Philip Marlowe. Bien. Seulement Dick Powell n'est pas Humphrey Bogart. Il est plus fidèle au personnage inventé par Raymond Chandler, certes, mais n'a pas la carrure d'un grand acteur. Claire Trevor aussi déçoit, parce qu'elle était censée être l'âme diabolique du film, au lieu de quoi elle fait juste figure de poupée mal élevée.Cependant ces légers défauts d'interprétation sont compensés par la mise en scène de Dmytryk : noir et blanc sublime, qui reconstitue à merveille l'ambiance du crime : ombres troubles, visages blafards. Un autre bémol : les effets de la drogue transposés à l'écran sous la forme d'une image floutée ou d'un filtre sale sur l'image ne sont pas toujours très convaincants. Malgré cela, Dmytryk est sans doute celui qui a réussi la plus belle adaptation de l'univers noir de Chandler. Les intrigues de second plan se rejoignent et finissent systématiquement aux mêmes personnages : la romance invraisemblable de Claire Trevor et Marlowe ne peut qu'avoir une issue fatale, et c'est ce que Dmytryk arrive à suggérer dès le début par une introduction au flash-back particulièrement soignée.
benoitparis

Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 1 272 critiques

3,5
Publiée le 01/08/2011
Une adaptation de Chandler au plus près de l’esthétique du film noir : c’est âpre, peu glamour, avec une mise en scène qui garde des traces de l’expressionnisme européen, dans l’utilisation des effets d’ombres et de lumières en particulier. Le contenu hallucinatoire de certaines séquences peut aussi être raccroché à cet héritage. L’humour grinçant contenu dans les romans de Chandler, leur coté opaque et vertigineux y trouvent leur compte. Autrement Dick Powell n’a pas le charisme des Marlowe hollywoodiens plus connus.
Caine78

Suivre son activité 698 abonnés Lire ses 7 180 critiques

3,0
Publiée le 19/06/2006
Un bon petit film noir, mais qui s'avère un peu décevant par rapport aux autres chefs-d'oeuvre de l'époque. Malgré quelques excellentes scènes et un Dick Powell plutot convaincant en détective, on est jamais captivé par l'ensemble, même si il se regarde tout de même avec plaisir.
WilbertGyllenhal

Suivre son activité Lire ses 161 critiques

5,0
Publiée le 17/02/2004
Powell aussi doué que Bogart... Qui l'aurait cru ? Pas moi ! Mais après avoir vu le film, j'ai bien du changer d'avis. Dick Powell apporte une touche incongrue au film, qui le rend plus sympathique à regarder tout en gardant à 100% l'esprit du film noir.
Une réussite, jubilatoire, qui tient en 1h30. Des films comme ça, c'est comme pour envoyer des gens sur la lune, on arrive plus à en faire !
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top