Mon Allociné
Damnation
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
Note moyenne 4,2 7 titres de presse
  • Positif
  • aVoir-aLire.com
  • Zurban
  • Le Nouvel Observateur
  • Le Point
  • Le Figaroscope
  • Première

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de Allociné, de 1 à 5 étoiles.

7 critiques presse

Positif

par Louis-José Lestocart

Ces plans, intensément présents dans Damnation (on devrait les citer tous tant ils sont admirables), jouant entre intérieur et extérieur, architecture, espace, ont rarement été vus au cinéma.

La critique complète est disponible sur le site Positif

aVoir-aLire.com

par Frédéric Mignard

Damnation est plus qu'un film, c'est une oeuvre d'art à part entière qu'on peut se contenter de contempler pendant deux heures. La narration est secondaire, les dialogues aussi. Pourtant ils ne sont pas anodins, loin de là. Mais il est tellement aisé de se laisser bercer par la beauté des images et la musique utilisée avec parcimonie, qu'on n'a même plus besoin d'intellectualiser. Le plaisir des sens et des sensations.

Zurban

par Claire Vassé

La longueur des plans-séquences ne génère jamais d'ennui mais de la fascination devant une caméra qui se déplace imperceptiblement, caressant l'espace pour mieux nous en révéler le profond mystère.

Le Nouvel Observateur

par Pascal Mérigeau

Le cinéma du Hongrois Béla Tarr eixge du spectateur disponibilité et ouverture, en retour il lui offre un nettoyage total du regard (...) inutile de vouloir se raccrocher aux branches de l'intrigue, il faut au contraire se laisser aller, s'accorder au regard de l'autre et ainsi retrouver le sien, débarrassé enfin de tout ce qui l'empêche de voir.

Le Point

par Olivier De Bruyn

Voir la critique sur www.lepoint.fr

Le Figaroscope

par Marie Noëlle Tranchant

C'est moins une histoire qu'un état d'âme, un lent poème existentiel à l'atmosphère de film noir, la pluie, la nuit, l'ennui, le temps qui traîne à une table de bar, entre des combines louches et le blues d'un accordéon. Dans un noir et blanc superbe, le cinéaste hongrois Bela Tarr parle d'amour et de solitude avec une mélancolie souveraine

Première

par Olivier de Bruyn

Béla Tarr se fait une haute idée du cinéma. Aux antipodes des récits traditionnels, Damnation frôle l'expérience sensorielle. L'ennui guette ? Certes mais le délicieux abandon contemplatif aussi...

La critique complète est disponible sur le site Première
Les meilleurs films de tous les temps