Mon AlloCiné
    Damnation
    note moyenne
    3,8
    77 notes dont 14 critiques
    57% (8 critiques)
    7% (1 critique)
    21% (3 critiques)
    0% (0 critique)
    14% (2 critiques)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Damnation ?

    14 critiques spectateurs

    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 917 abonnés Lire ses 2 630 critiques

    3,5
    Publiée le 20 mars 2017
    Si je n'ai pas retrouvé dans ce film de Bela Tarr les longs et lents travellings suivant un ou plusieurs personnages de dos marchant dans la campagne, il faut avouer que le premier plan du film impressionne immédiatement. On y voit un paysage rural, boueux, défiguré par l'activité humaine où les pilonnes tractant des sortes de bennes gigantesques font un vacarme qui durera tout le film. Le décors est planté. Et dans ce milieu que l'on voit triste, sans vie, un homme plutôt vieux, plutôt laid, tombe amoureux. Il est prêt à tout pour elle, pour être elle, jusqu'à s'humilier, venir la voir pour qu'elle lui crache au visage. Elle couche avec lui sans tendresse, sans passion... Et pendant que la foule s'enjoie durant les bals nocturnes le héros ne peut que rester là, assis sur sa chaise pendant que la femme aimée suce un autre homme dans une voiture garée devant le bar. La force de Bela Tarr est là, faire sentir tout la déchéance (la damnation) du personnage, qui s'il a droit à quelques brefs moments où il obtient ce qu'il veut (la fille), ces moments sont sans vie, sans joie, pas désagréables mais atrocement mornes. Il est condamné à ne pas être heureux, à n'être rien, à n'être que de la boue parmi la boue, pendant que les autres villageois tentent d'oublier la morosité du quotidien en dansant, laissant eux aussi, une fois la fête terminée uniquement le chaos et la désolation.
    James's Epava
    James's Epava

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 6 critiques

    5,0
    Publiée le 15 mars 2014
    Curieux contraste donc, puisque cette Damnation dont l'Homme doit supporter le poids devient naturellement une façon de s'évader et de découvrir l'autre. Cette malédiction, c'est cette ville noire et grinçante comme jamais. Le premier plan est inoubliable, le film réside en une succession de séquences toutes aussi magnifiques et diverses, plongeant le spectateur dans une Hongrie sombre et illuminée de poésie. A l'image de cette histoire d'amour impossible, mise en sourdine, de ces transactions étranges, encore en sourdine, et enfin de ce personnage de femme, blonde, assez âgée, parcourant les villages en récitant des poèmes, accompagnée de son parapluie noire et des chiens errants. La mort en somme et cette solitude. Celle du héros plus tard, qui dans une ultime danse avec un chien finit par se perdre dans la grande plaine pluvieuse des alentours. Si ce n'est pas un film aussi positif que ces Harmonies, Bela Tarr crée ici un conte profondément lointain, onirique, habité d'images et de musique, de portraits charmants de personnages, d'un monde souterrain et bavard. Tout est en flottement, en glissement, une certaine maîtrise du travelling que Bela ne cessera de réutiliser. Ici, elle a la puissance et la candeur des premières œuvres maîtresses. Sans doute son film le plus sensuel également, le plus univoque, puisque c'est par la danse que tout glisse, vers la danse, dans une flaque ou une grande soirée festive. Bela Tarr confirme qu'il est l'un des plus rêveurs et des plus réalistes cinéastes : cette dernière scène de danse collective (tout en glisse encore une fois) est l'une des plus belles jamais filmée. On n'oubliera également cette fin d’apparence mineure, mais qui vous laisse profondément meurtris de cette disparition, la musique voulant encore régner en souveraine pour quelques instants, c'est elle qui clôturera ce monument discret.
    andreasy
    andreasy

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 100 critiques

    1,5
    Publiée le 6 avril 2012
    Un film glauque qu'on regarde un peu comme on subit un cauchemar. Les personnages sont vides et sans intérêt. On doit même se taper l'ancien testament, c'est long et l'on s'ennuie ferme. De belles images (finalement très répétitives) ne peuvent sauver ce genre de film. ça mouille, ça mouille sans cesse et puis quand on est au sec c'est à bord du Titanic. Alors forcément on sombre... dans le sommeil. Cependant je comprends que ça puisse en attirer certains.
    antipofr
    antipofr

    Suivre son activité Lire ses 5 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Il est bien question de désespoir dans ce film. Pourtant, je n'en suis pas sorti désespéré. Ce film est beau. Plusieurs heures après, ses musiques me tournent encore dans la tête. Je parlerai donc plus de mélancolie portée par cette musique. La tristesse est belle dans ce film car les personnages semblent purs, sensibles. Ce film dit beaucoup de choses. Je tacherai de le voir une autre fois pour mieux saisir ces choses.
    anonyme
    Un visiteur
    1,5
    Publiée le 18 avril 2011
    Pour la forme un noir blanc bien utilisé donne toujours un bon résultat, rien à dire de ce coté. Maintenant on ne peut pas remplacer un vrai scénario juste en forçant le trait sur l'ambiance, l'ennui domine. Le film ressemble à la caricature qu'on a intégré inconsciemment quand on pense à un film d'europe de l'est.
    Arthur Debussy
    Arthur Debussy

    Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 477 critiques

    3,5
    Publiée le 23 avril 2017
    «Damnation» est un film d'une noirceur extrême. Bela Tarr y raconte la déchéance d'un homme qui aime sans retour, et qui à force d'échecs et de déceptions finira littéralement comme un chien, fou et abandonné de tous. La photographie imposante en noir et blanc, l'utilisation amplifiée des sons, les plans-séquences contemplatifs, l'étirement du temps... par bien des aspects formels «Damnation» rappelle l'oeuvre d'Andrei Tarkovski. Mais il demeure infiniment plus pessimiste, plus désespéré : thématiquement les rapports avec le cinéaste russe sont beaucoup plus éloignés. Ici pas d'intervention de Dieu mais plutôt de la fatalité, les hommes sont livrés à eux mêmes dans un monde apocalyptique où l'espoir est absent : tous aspirent à changer leur condition mais la vie en décide autrement. Mélancolique et misérable, «Damnation» est un long métrage qui s'illustre par l'extraordinaire talent de mise en scène du cinéaste hongrois et par la terrible désolation de son propos. Un film admirable, mais exigeant et difficile. [4/4] http://artetpoiesis.blogspot.fr/
    regard00
    regard00

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 59 critiques

    5,0
    Publiée le 28 juin 2007
    C’est ma première critique et débuté par ce film, j’ai le trac. Je ne connaissais pas le réalisateur « Bela Tarr »ni ce film « Damnation », splendide voilà le premier mot qui me vient, splendide. Dans ces vies-là, du premier vagissement au cercueil, on attend, on est entre deux comme ces wagonnets aériens remplis de charbon qui passent dans les deux sens, nous ne voyons jamais ni leurs départs, ni leurs arrivés, tout juste on souligne l’existence une centrale thermique où ce charbon va finir en dans les flammes. La vie des hommes et des femmes dans cette région est semblable, ils sont entre deux. Filmé en noir et blanc, il offre une extraordinaire palette de gris, de plans séquence en plan séquence nous sentons l’ennui des âmes et des corps sans nous-même l’être. Il n’y a que l’amour pour sauver ces vies, mais, rien n’est simple, le diabolique divise. Il faut vraiment voir ce film.
    filifilafilo
    filifilafilo

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 172 critiques

    5,0
    Publiée le 14 octobre 2007
    C'est splendide. Il y a des séquences qui resteront à jamais gravées dans ma mémoire. Des personnages opaques. Une atmosphère délétère. Un humour noirissime. Une tragédie en creux - tragédie immobile du silence humain.
    Nelly M.
    Nelly M.

    Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 493 critiques

    5,0
    Publiée le 23 octobre 2007
    Vu en dvd version originale sous-titrée en octobre 2007. Impressionnant ! On balance constamment entre les déclinaisons de la pluie et celles de la chaleur humaine. Avec plein de caprices de caméra (sur les verres pendant un dialogue capital, avec ce rire insupportable). Ces bennes qui passent et repassent mettent dans un étau, mais plus que tout, c'est leur bruit particulier qui fascine, tous les bruits de ce film semblent amplifiés à dessein (pas de l'acteur principal, nourriture croquée à grand fracas). On stationne beaucoup sur des scènes de non communication ou de fausse communication. La présence des chiens m'a fait penser à Léo Ferré "je suis un chien"... Bizarre, noir, inquiétant, finalement ironique avec ce bar d'un certain bateau emporté par le fond, on est hors du temps, vaguement inquiet et pourtant prêt à remettre ça !
    max6m
    max6m

    Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 180 critiques

    5,0
    Publiée le 7 juillet 2008
    Si vous voulez vous taper une bonne tranche de rigolade, fuyez ce film! C'est désespérément mélancolique, neurasthénique, glauque, et vidé de toute lueur d'espoir... mais qu'est-ce que c'est beau! Réalisé en 1987 (ce qui illustre un peu l'avance considérable du monsieur sur ses contemporains) Damnation est un film dont je cherche encore le moindre défaut, vainement... On regarde la première séquence, long plan au rythme étrange, qui est celui même de la vie, fascinés de bout en bout. Puis quand celle-ci se finit, on est directement happé par la suivante, que l'on regarde avec la même admiration. Le film se construit ainsi comme une succession de plans séquences époustouflants. Si il y a 20 séquences dans le film, alors il y a 20 oeuvres d'art dans Damnation, le tout formant un chef d'oeuvre unique, ne ressemblant à rien d'autre qu'aux futurs films du cinéaste hongrois. Mais ce n'est pas que l'intelligence de la mise en scène et des mouvements de caméra ainsi que la perfection de la maîtrise technique qui nous fascine. Il faut aussi vanter le travail exceptionnel sur le son, sous mixage incessant de bruits industriels, et la musique désespérée, qui sont tout autant travaillés que l'image. Le tout nous plonge dans une ambiance unique, quasi apocalyptique: celle d'un pays abandonné, envahit par la fange et où la pluie semble tomber continuellement. Tout le monde veut partir, on ne sait où (est-ce mieux autre part où le monde entier est-il devenu ainsi crasseux?) mais les personnages semblent inévitablement englués dans la désolation du décors. "Damnation"... C'est ainsi que finira Karrer, comme tu le monde le lui avait prédit, c'est à dire damné du monde, perdant progressivement toute humanité pour finir agenouillé dans la boue, transformé en chien... Béla Tarr porte bien son nom: son film relève du plus grand art.
    thewall
    thewall

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 740 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Datant de 1987, ce beau poème de Bela Tarr parvient seulement maintenant à se frayer un chemin jusque dans les salles françaises. Et le constat est immédiat : on est bien devant une oeuvre exceptionnelle à plus d'un titre. Tout d'abord parce que le cinéaste est d'une exigence formelle incroyable : chaque plan est travaillé jusqu'à l'obsession. Le cinéaste multiplie les longs plans séquences avec travellings latéraux afin de mieux scruter le moindre élément du décor. Mais son dispositif formel très élaboré est là pour servir une thématique très intéressante. Ainsi, le cinéaste multiplie les cadres à l'intérieur même du cadre cinématographique (il filme des fenêtres, des portes et des murs), il y emprisonne même ses personnages, faisant d'eux des ombres fantomatiques. Il les filme souvent au travers de miroirs et de glaces, simples reflets d'une vie désespérante car ne menant fatalement qu'à une seule issue : la tombe. Le cinéaste parvient à créer un monde à part. Certes, on entend pendant tout le film des bruits industriels qui montrent qu'une vie active existe, mais elle se situe hors champ. Les personnages du film ne font strictement rien, à part se divertir (au sens pascalien du terme, c'est à dire l'idée que l'homme cherche à oublier sa condition de simple poussière coincée entre deux infinis par le biais du jeu, de l'amour et pourquoi pas ici de l'alcool). On trouve donc peu d'espoir dans ce magnifique poème où de nombreuses scènes nous emportent très loin, comme en apesanteur. C'est un film en état de grâce réalisé par un des meilleurs cinéastes contemporains. Amateurs de cinéma contemplatif à la Tarkovski, laissez-vous tenter et vous verrez que cette oeuvre vous comblera.
    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 314 abonnés Lire ses 1 746 critiques

    5,0
    Publiée le 17 décembre 2011
    L'un des films les plus émouvants de Bela Tarr...C'est une oeuvre pleine de tristesse, dépressive et contemplative qui confine à l'hypnose. La musique est bien le personnage principal de ce film d'une beauté charbonneuse : elle parle d'elle-même, comme une voix nostalgique et singulière. L'histoire de cet homme seul, amoureux jusqu'à la folie, est totalement poignante. Certains plans sont indélébiles ( je songe au plan où Karrer aboie avec un chien sous la pluie torrentielle, comme un être mourant ayant perdu l'amour et l'honneur...). Moins réussi pourtant que Le Tango de Satan ou que Les Harmonies Werckmeister, Damnation use et abuse parfois de ses longueurs. C'est un film sur un homme perpétuellement en train de mourir et de souffrir, sur une chanteuse belle de nuit baignant dans une lumière crépusculaire. C'est une histoire d'amour déchirante qui ravira les aficionados du cinéaste hongrois. Un très beau film qu'il serait temps de populariser, car il s'agit bien d'une perception du cinéma unique et poétique. A voir absolument.
    GabbaGabbaHey
    GabbaGabbaHey

    Suivre son activité 128 abonnés Lire ses 1 582 critiques

    4,5
    Publiée le 3 septembre 2011
    Première collaboration entre Bela Tarr et László Krasznahorkai, collaboration fructueuse et qui continuera encore, et qui a permis a Bela Tarr de signer ses trois films les plus importants, avec "Satantango" et "Les Harmonies Werckmeister". "Damnation" est un chef d'oeuvre, un film exceptionnel.. Il plonge le spectateur dans un monde sombre et mélancolique, dans lequel on rencontre des personnages vides, victimes d'eux-même, perdus, complices de leur morne existence... Et de cet atmosphère triste et sale parvient a s’échapper de l'espoir, de la poésie, a travers l'amour, l'amour et la fascination que le personnage principal, Karrer, éprouve pour une chanteuse. "Damnation" nous entraine très loin, nous fait voyager dans la misère et le désespoir, et le fait brillamment, nous rendant témoin d'une performance esthétique marquante car, en effet, la mise en scène est absolument magistrale, les plans sont tous plus fascinants les uns que les autres et d'ailleurs la bande originale qui les accompagne est absolument sublime.
    stillpop
    stillpop

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 444 critiques

    3,5
    Publiée le 1 février 2012
    Ce qui est inquiétant, ce n'est pas la magnifique photo noir et blanc, l'histoire sombre et la misère boueuse, sourde, glauque qui vous englue, ce qui est inquiétant, c'est que ça pourrait bien être la France de demain. Ce n'est que la Hongrie, avec une pluie omniprésente, et un désenchantement du Nord prégnant, mais sublimé. Ca commence par un très long travelling qui choisit de suite les spectateurs, non-cinéphiles, passez votre chemin. Mais, contrairement à "Goodbye Dragon Inn", c'est un travelling, pas de la photo fixe, ultra construit, superbe de rigueur intellectuelle et esthétique. Sans parler de la bande son, travaillée, jamais gratuite. C'est aussi un bien meilleur sujet que "Sombre", même si l'originalité du traitement et la noirceur ambiante donne des envies de rapprochement. Du bien bel ouvrage donc. Avant que l'on s'aperçoive que sous l'intrigue parcellaire et lente se cache un vrai scénario et de vrais personnages. Profonds et angoissants. Ceux qui sont partis avant la fin rateront une scène extraordinaire avec un chien, et de toute façon, si vous appréciez le début, ce ne sont pas les lenteurs des plans qui vous rebuteront, tout est beau et triste, mais surtout, contrairement à l'esprit "art et essai", maîtrisé. Comme "Aaltra", vous pouvez y aller rien que pour la qualité de la photo et de la pellicule cinéma, que l'on voit désormais trop rarement au cinéma, victime de la "beaufitude" de la culture populaire colorée. Pas si déprimant que ne le laisse prévoir le titre, mais ce n'est pas un divertissement pour autant.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top