Mon AlloCiné
    L'Escalier
    note moyenne
    3,2
    10 notes dont 4 critiques
    0% (0 critique)
    50% (2 critiques)
    50% (2 critiques)
    0% (0 critique)
    0% (0 critique)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur L'Escalier ?

    4 critiques spectateurs

    peter W.
    peter W.

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 2 critiques

    4,0
    Rex Harrison et Richard Burton en vieux couple sont à la fois touchants et drôles, une réalisation audacieuse qui a aussi un coté film social à la Ken Loach avec pour fond la peur de vieillir seul. Le scénario reste tout de même dans un petit périmètre. Le film a sans doute inspiré la cage folles qui n'a malheureusement repris que le coté caricatural.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1470 abonnés Lire ses 8 623 critiques

    4,0
    Dans cette oeuvre douloureuse, nous sommes mis en prèsence de relations humaines faussèes, distordues! Cri d'angoisse devant un monde de dècomposition (l'ultime plan du film), ce cinèma là n'a plus grand chose à voir avec un divertissement! Même Stanley Donen, longtemps spècialiste numèro un de la comèdie musicale, genre de tous repos comme l'ètait son magnifique "Singin' in the Rain", se convertit au mèlodrame aux plus sombres couleurs avec "The Stair Case", adaptè par Charles Dyer de sa pièce « Staircase » , reprèsentant assez bien l'aboutissement de ces comèdies amèricaines de moins en moins comiques, mais de plus en plus grinçantes! A une èpoque (nous sommes ici en 1969) où les moeurs ont considèrablement èvoluè, et le cinèma a ètè obligè d'en tenir compte! Les cinèastes les plus cèlèbres (Losey, Pasolini, Visconti, Schlesinger...) n'ont d’ailleurs pas hèsitè à aborder très librement le thème de l'homosexualitè masculine et la comèdie amèricaine n'a pas hèsitè, pour sa part, à en faire un thème de boulevard! il faut en outre remarquer l'extrême audace avec laquelle Donen traite un sujet dèjà scabreux en lui-même: ce couple de vieux pèdèrastes (flanquès de leurs ècoeurantes mères gâteuses) se livre au dèballage intime de "Who’s afraid of Virginia Woolf ?" et cette surenchère dans la laideur a quelque chose de vraiment terrifiant! S'il n'y avait qu'une seule bonne raison pour regarder ce film courageux de Donen, ce serait pour admirer les prestations tristement pathètiques de Richard Burton et Rex Harrison (Burton vaut à lui-seul le dèplacement en mènagère dèglinguèe avec le crâne entourè de bandages pour cacher sa calvitie). Ces deux homosexuels bâtissent en quelque sorte leur « escalier » pour aller jusqu'au cieux même si Charlie / Harrison se sert de Harry / Burton comme d'un « escalier mècanique » lorsqu'il se sent vulnèrable ou à la ramasse! Donen a parfaitement rendu l'enfer quotidien et mesquin de ce couple qui ne cesse de se disputer et pourtant s'aime encore! A noter que la musique est de Dudley Moore, l'acteur, dans sa pèriode compositeur...
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 209 abonnés Lire ses 4 834 critiques

    3,0
    L’escalier est un film audacieux pour son époque parlant d'un thème rarement abordé de manière si directe l'homosexualité dommage que la réalisation de Donen manque d'audace et qu'au début du film le montage n'est pas très réussi. Sinon le scénario est très bien écrit, L'Escalier fait preuve de mordant et parfois cruel, cette comédie repose surtout sur un formidable duo d'acteurs. Burton et Harrison forme un couple de vieilles pédales qui ont les même tares que les couples dit normaux, ils sont à leur manière attachant et nous touche avec leurs soucis qui ne sont pas si éloignés des nôtres ; à travers les 2 homosexuels (et leurs mères) L'Escalier aborde aussi de manière presque morbide la déchéance de la vieillesse. L'Escalier est un bon film qui vaut le coup d'oeil, il lui manque juste la touche pour en faire quelque chose de remarquable et de marquant.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 562 abonnés Lire ses 4 143 critiques

    3,0
    Un brin d'audace de Stanley Donen pour l'époque dans le choix du sujet à savoir montrer un couple d'homosexuels dans la banalité, pour ne pas dire le sinistre, du quotidien, le temps qui engendre l'usure, la lassitude, les mots qui blessent mais l'affection qui au fond persiste malgré tout et un front commun face aux problèmes. On peut reprocher à Stanley Donen de ne pas toujours savoir cacher l'origine théâtrale de l'histoire même s'il multiplie au maximum les lieux, mais il réussit à bien approfondir les deux personnages principaux bien aidé en cela par les deux grands qu'étaient Rex Harrison et Richard Burton. Un traitement peu commun pour son époque sur un sujet qui était encore tabou.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top