Mon AlloCiné
Pierre Lapin
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Pierre Lapin" et de son tournage !

Un phénomène de la littérature enfantine

Pierre Lapin est la première adaptation cinématographique d'un livre pour enfants éponyme écrit et illustré par Beatrix Potter et publié en 1902. Il s'agit de l'un des plus grands best-sellers de tous les temps avec 45 millions d'exemplaires vendus dans le monde. Deux adaptations animées télévisées ont été réalisées en 1992 et en 2012.

Pierre Lapin

Pierre Lapin n'est pas un lapin comme les autres puisqu'il se tient sur deux pattes, est doté de parole et porte une veste bleue. C'est pourtant un lapin très réaliste. Tom Wood, superviseur des effets visuels, précise : "son jeu d’acteur est donc complexe, nuancé et anthropomorphique, tout en étant ponctué de mouvements d’oreilles et de museau typiques de vrais animaux. Il a également fallu qu’on exprime sur le plan visuel ce que James Corden communique à travers sa performance vocale, cela passe par exemple par la création de subtils mouvements de sourcils pour traduire le sarcasme. Ça a été un équilibre délicat à trouver."

Donner vie aux aquarelles

L'équipe de Pierre Lapin tenait à donner l'impression que les aquarelles originales de Beatrix Potter prenaient vie dans le film. Pour cela, le producteur Zareh Nalbandian et le réalisateur Will Gluck sont allés jusqu'à consulter les archives de l'auteure à Londres : "Toute la difficulté a consisté à conserver l’intégrité des personnages de ces minuscules illustrations et à les transporter au XXIe siècle, en conservant cet esprit que l’on aime tant. Nous avions l’occasion unique d’accomplir quelque chose qui n’avait encore jamais été fait." 
Les deux hommes ont fait appel à Animal Logic, le studio d’animation et d’effets visuels cofondé par Nalbandian, qui a participé à La Grande aventure Lego et Happy Feet.

Respecter l'héritage de Beatrix Potter

Il était primordial pour Will Gluck de conserver les éléments de la personnalité de Pierre Lapin conçus par Beatrix Potter. Aussi toute l'équipe a-t-elle travaillé en étroite collaboration avec les gardiens de l’héritage de l'auteure : la maison d’édition Frederick Warne & Co. Ltd., filiale de Penguin Random House, qui publie les aventures originales de Pierre Lapin depuis 1902.
En outre, certaines scènes du film ont été tournées dans le Lake District, une région des lacs située au nord-ouest de l’Angleterre où l’écrivaine a vécu et qui a eu une influence majeure sur son œuvre. Après son décès en 1943, Beatrix Potter a légué l’essentiel de ses biens (ses fermes, ses terres, ses illustrations, ses moutons) au National Trust, organisme qui prend soin de cet héritage depuis plus de 70 ans.

Un habit encombrant

Pour se glisser dans la peau du vieux McGregor, Sam Neill a dû enfiler un costume rembourré en cachemire et en laine pour avoir l'air plus corpulent. En raison des fortes températures sur le tournage, l'acteur portait également une combinaison climatisée qui était branchée entre chaque prise pour le rafraîchir.

Un processus sans fin

L’animation a été réalisée en parallèle du tournage principal. Les monteurs assemblaient ainsi les scènes pendant la production, et en se basant sur ces scènes montées, les storyboarders dessinaient les animaux qui seraient par la suite intégrés à l’image. De cette manière, Will Gluck avait une idée de ce que donnerait le résultat final et des possibilités que lui offrait l’animation.
Le réalisateur a aussi découvert que celle-ci pouvait être modifiée à l'infini, contrairement à une scène en prises de vue réelles qui, une fois tournée, ne peut pas être changée. Il ne s'est alors pas privé pour réécrire des scènes lors du tournage. Par chance, les animateurs ont toujours bien accueilli ses modifications.

À la guerre comme à la guerre

Pour les nombreuses scènes d'action qui ponctuent Pierre LapinWill Gluck tenait à ce que ces séquences se rapprochent de... Il faut sauver le soldat Ryan ! Ainsi, la supervision des effets spéciaux a été confiée à Peter Stubbs, plus habitué à collaborer à des films d’action tels que Ghost Rider ou des séries télévisées comme Band of Brothers. L'idée de participer à un projet différent de ce qu'il fait d'ordinaire l'a séduit.

Effets visuels

L’équipe en charge des effets visuels a été répartie en deux unités. L’équipe principale, dirigée par Will Reichelt, s’est occupée de toutes les scènes dans lesquelles les acteurs réels interagissent avec les personnages en images de synthèse. La seconde, pilotée par Tom Wood et dirigée par Kelly Baigent, en charge de l’histoire, s’est concentrée sur les séquences dans lesquelles apparaissent uniquement des personnages animés. Deux superviseurs de l’animation d’Animal Logic étaient présents au quotidien sur le tournage en prises de vues réelles afin de suivre les opérations et de transmettre les informations nécessaires à l’équipe.

Parler dans le vide

Pour les scènes où interagissent acteurs et personnages d'animation, l'équipe des effets visuels a fabriqué une peluche à l'effigie de Pierre Lapin et a aussi eu recours aux traditionnelles balles argentées et grises qui reflètent la lumière et permettent de contrôler l'éclairage et la couleur. Ces artifices ont permis de faciliter le travail des comédiens qui n'avaient pas à donner la réplique dans le vide.

Tournage

Le tournage du film en décors réels et en studio s’est déroulé entre Londres, le Lake District, et Sydney en Australie.

Le cottage

L'équipe du film a construit le cottage de Béa dans sa totalité. D'ordinaire, une construction vide est utilisée pour les plans extérieurs tandis que l'intérieur est reconstitué en studio. Le chef décorateur Roger Ford précise : "L’essentiel de l’action se déroule dans la véranda de Béa, dont les parois de verre donnent sur le manoir McGregor et le potager. Il m’a semblé que construire l’intérieur de la maisonnette en studio et essayer de reproduire la vue depuis la verrière de manière convaincante serait difficile. La solution qui s’est imposée à nous a été d’allier l’intérieur à l’extérieur, de manière à ce que la caméra puisse filmer le manoir depuis le jardin d’hiver de Bea."

Dans les moindres détails

L’échelle des animaux a affecté certains éléments des décors qui n’auraient en d’autres circonstances pas eu besoin d’attention particulière. Le chef décorateur Roger Ford explique : "Il n’est habituellement pas nécessaire de penser à l’apparence des essieux d’un utilitaire, mais dans Pierre Lapin, chaque élément du châssis se devait d’être parfait car les personnages, et donc la caméra, allaient se retrouver dessous. Il a donc fallu que nous examinions chaque détail avec la plus grande minutie."

Un jardin paradisiaque

Le jardin de McGregor a été créé par l’équipe du chef décorateur Roger Ford et le paysagiste Jack Elliott, qui a été chargé de cultiver 22 variétés différentes de fruits et légumes. Les dimensions du jardin ont été plusieurs fois modifiées pour des raisons logistiques. Il fallait par exemple s'assurer qu'il soit assez large pour les séquences de course-poursuite. 
Chaque variété de plante du jardin devait pouvoir pousser dans le Lake District. L'autre difficulté pour Jack Elliott était de mettre au point un jardin à l'état stationnaire car si l’action du film ne se déroule que sur une ou deux semaines, le tournage, lui, a duré huit semaines. Le jardinier déclare : "Nous avons mis les légumes en scène. Nous avons tout fait pousser en pot de manière à pouvoir les remplacer facilement. Nous avons utilisé de l’engrais liquide pour faire en sorte qu’ils soient prêts à temps et avons été très attentifs à la météo."

Harrods

Le personnage de McGregor travaille chez Harrods, un grand magasin londonien situé dans le quartier de Knightsbridge qui accueille chaque jour des milliers de visiteurs. Pour l'occasion, le bâtiment, qui vend d'ailleurs des jouets à l'effigie de Pierre Lapin, a ouvert ses portes à une équipe de cinéma. Ainsi, les scènes extérieures étaient tournées le jour et les plans à l'intérieur étaient filmés de nuit, après la fermeture du magasin. 
La sécurité était maximale, de 21 heures à 9 heures le lendemain matin, les portes étaient fermées pendant que l’équipe travaillait. Ce sont les employés des divers départements – du rayon jouets aux ingénieurs du magasin en passant par le personnel de la cafétéria qui a ouvert son restaurant pour la centaine de membres de l’équipe du film – qui ont rendu ce tournage possible.

Polémique

À sa sortie aux États-Unis, Pierre Lapin s'est retrouvé au milieu d'une curieuse polémique. En effet, l'une des scènes montre le personnage de McGregor être attaqué par les lapins à coup de mûres. Allergique à ce fruit, il s'effondre avant d'être soigné. Des associations de malades souffrant d’allergies alimentaires y ont vu un dénigrement de cette pathologie et certains parents ont appelé au boycott du long métrage, choqués qu'on puisse prendre à la légère un tel sujet. Le studio Sony Pictures a dû présenter ses excuses.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Deadpool 2 (2018)
  • Everybody knows (2018)
  • L'Homme qui tua Don Quichotte (2018)
  • Avengers: Infinity War (2018)
  • Un + une (2015)
  • Solo: A Star Wars Story (2018)
  • En Guerre (2018)
  • Monsieur Je-sais-tout (2017)
  • Gueule d'ange (2018)
  • Avatar 2 (2020)
  • Plaire, aimer et courir vite (2017)
  • Taxi 5 (2018)
  • Avatar (2009)
  • Rampage - Hors de contrôle (2018)
  • The Other Man (2008)
  • Action ou vérité (2018)
  • La Fête des mères (2017)
  • Comment tuer sa mère (2017)
  • Larguées (2017)
  • Death Wish (2018)
Back to Top