Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Colonel Redl
note moyenne
3,5
35 notes dont 8 critiques
38% (3 critiques)
25% (2 critiques)
25% (2 critiques)
13% (1 critique)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Colonel Redl ?

8 critiques spectateurs

AMCHI
AMCHI

Suivre son activité 193 abonnés Lire ses 5 598 critiques

4,0
Publiée le 26/04/2007
Evocation de la vie du Colonel Redl (je crois que ce personnage a réellement existé) qui malgré ses origines modestes et non autrichiennes dans ce patchwork que constituait l'Empire Austro-Hongrois va accéder à la reconnaissance auquel il aspire mais dans ce monde bien ordonné il va se heurter à des discriminations qui lui seront fatales. Klaus-Maria Brandauer est remarquable dans le rôle titre ; la mise en scène est très belle mais dommage que la film soit surtout composé de courtes séquences qui s'enchaînent parfois trop vite. Colonel Redl est un film réussi et élégant.
poupicinéphile
poupicinéphile

Suivre son activité Lire ses 14 critiques

4,0
Publiée le 09/03/2019
Très belle vision cinématographique de l'Empire austro-hongrois avant l'éclatement de la 1ère GM (approche bien différente de la future palme d'or de Haneke "le Ruban blanc"). Nous suivons ici le monde des officiers militaires autrichiens à travers l'ascension du jeune Redl, jeune Ruthène (minorité marginale de l'Empire) et homosexuel qui parviendra à gravir malgré ses handicaps les échelons militaires et devenir chef des services secrets de l'Empire, jusqu'à sa chute provoquée pour protéger un Empire décadent, des élites militaires tantôt paranoïaques, tantôt aveugles bellicistes et déconnectées de la réalité, à l'image de l'archiduc François Ferdinand, inspecteur général des forces armées et futur héritier du trône, au caractère conservateur et cyclotimique, dont le tristement célèbre assassinat à Sarajevo (qui est annoncé à la fin du film) sera le prélude au 1er grand conflit du XXème siècle. Film qui prend son temps, à l'ambiance feutrée et délétère, rythmé par les valses de Strauss et la musique de Liszt, qui restitue bien l'ambiance de l'époque, le conservatisme de la société (racisme, homophobie, privilège de dynastie) qui expliquerait la chute de l'Empire, parfaitement incarné par Klaus Maria Brandauer, d'une grande sobriété pour une fois et dont la fin tragique (le suicide contraint pour sauver l'Empire en pure perte) est d'une force poignante contenue. Un prix d'interprétation à Cannes pour sa performance n'aurait pas été usurpé.
Sionsono2
Sionsono2

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 754 critiques

3,0
Publiée le 30/04/2014
Colonel Redl, un film austro-hongrois, sur le thème de l'homosexualité lors de la première guerre mondiale, plutôt à la veille de celle-ci. On a affaire à une histoire de cachoterie, ne pas montrer son vrai visage, et lorsque qu'on joue avec la vérité, tout peut se retourner contre nous. Ce film est bon, mais le thème a un peu de la peine à sortir et le film a un rythme global plutôt lent, en rajoutant beaucoup de scènes confuses et sans grands intérêts. Je recommande le film, car il a un contexte intéressant mais la globalité est plutôt moyen selon moi malheureusement...
anonyme
Un visiteur
3,5
Publiée le 10/11/2010
Sans doute le meilleur rôle de K.M. Brandauer à ce jour. Le réalisateur, I. Szabo, est aussi au sommet de son art (à égalité avec un remarquable "Furtwaengler" qu'il a réalisé avec H. Keitel et qu'on ne trouve en français qu'au Québec). Le scénario est parfaitement Kafkaien et crédible. Ce film complète d'autres oeuvres, notamment Louis 2 de Visconti, en leur donnant l'arrière plan populaire, militaire et slave absent du film de Visconti.
foch1800
foch1800

Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 132 critiques

5,0
Publiée le 24/08/2009
Un film d'une grande beauté formelle avec des noirs et bleus très bien exprimés. L'ambiance qui en ressort est très froide, sombre, qui associée à l'histoire fait ressortir un film poignant et émotionnellement fort, avec une fin très réussie. Un film qui donne envie de mieux connaitre le cinéma de l'est.
vadorbane93
vadorbane93

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 556 critiques

5,0
Publiée le 09/05/2009
Brandbauer dans le rôle de sa vie dans le meilleur film ( avec méphisto ) de szabo, légende du cinéma hongrois.
Cocobusiness
Cocobusiness

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 382 critiques

2,5
Publiée le 02/11/2007
Le Colonel Redl, 1985, de Istvan Szabo, avec Klaus Maria Brandauer (Redl), Armin Müller-Stahl (le prince héritier des Habsbourg, neveu du vieux François-Joseph), Gudrun Landgrebe (la sœur du comte, amie d’enfance). Le jeune Alfred Redl, d’une famille très modeste de Galicie (frontière polonaise) se croit investi de pouvoirs illimités dès lors qu’il essaye de devenir un officier exemplaire en entrant, tout gamin, dans l’académie militaire de l’empereur. Il a même pour ami un jeune aristocrate et il entretiendra toute sa vie une liaison avec la soeur de celui-ci. Néanmoins, il est juif (au moins par sa grand-mère), hongrois, et…homosexuel. Cela fait beaucoup pour quelqu’un qui est chargé de ficher les officiers ! Il finira contraint au suicide, après avoir trahi à peu près tout son entourage et être méprisé du prince héritier (chef des armées) qui va se faire assassiner à Sarajevo, déclenchement, par le biais des alliances, de la première guère mondiale. Echec sur toute la ligne, pour ce jeune homme doué, mais trop obsédé par l’ascension sociale. Film qui se laisse voir, stigmatisant avec d’excellents comédiens, la décadence de l’Empire Austro-hongrois à travers l’illusion du pouvoir.
woodi
woodi

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 143 critiques

5,0
Publiée le 24/08/2005
Dans l'Empire austro-hongrois déjà décadent, l'ascension d'un homme tourmenté par son homosexualité et ses désirs de revanche sociale. Reconstitution soignée mais glaciale. En effet, une très grande performance d'acteur.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top