Mon AlloCiné
    Michel Vaillant
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Michel Vaillant" et de son tournage !

    Adapté d'une bande dessinée

    Michel Vaillant est l'adapatation cinématographique de la célèbre bande dessinée homonyme. Le personnage du pilote automobile a été créé en février 1957 par le dessinateur Jean Graton et a fait sa première apparition dans le magazine Tintin.

    La genèse du projet

    Le projet est né en 1999 en même temps qu'EuropaCorp, la société de production de Luc Besson. Philippe Graton, le fils de Jean Graton, avait contacté ce dernier quelques semaines auparavant pour lui proposer d'adapter au cinéma Michel Vaillant. Le producteur Pierre Ange Le Pogam se souvient : "Ce sujet cadrait tout à fait avec notre ligne, mais nous le souhaitions différent de ce qui avait pu être fait sur l'univers automobile. Il ne s'agissait pas pour nous de filmer une course, mais d'offrir au public une aventure humaine puisée au coeur d'un univers authentique. Nous voulions aborder le monde de la course d'une manière originale, et l'univers de Vaillant apportait la possibilité de ce décalage".

    L'écriture du scénario

    Durant l'hiver 2001, le scénariste Gilles Malençon et le réalisateur Louis-Pascal Couvelaire ont rédigé une ébauche du scénario, que le premier a ensuite travaillée en collaboration avec Luc Besson. Avant de commencer l'écriture du synopsis, Gilles et Louis-Pascal ont relu les 70 albums pour voir s'il était possible de tirer un scénario de l'un d'eux, mais aucun ne présentait une trame suffisamment dense pour devenir un véritable script.
    L'idée n'était pas de faire une adaptation pure et dure de la bande dessinée mais de l'adapter. Les deux hommes ont gardé pour le film l'aspect manichéen des ouvrages tout en lui conférant un côté plus poétique. Ils ont également développé le rapport de Michel Vaillant à la nature.

    Retrouvailles Stévenin / Couvelaire

    Michel Vaillant marque la seconde collaboration de Jean-François Stévenin avec Louis-Pascal Couvelaire, les deux hommes ayant auparavant travaillé ensemble sur Sueurs en 2002.

    Benoît Magimel pressenti

    Avant que Sagamore Stévenin n'endosse la panoplie du coureur automobile Michel Vaillant, c'est Benoît Magimel qui était le premier pressenti pour le rôle.

    Participer aux 24 Heures du Mans

    La production souhaitait intégrer l'action de Michel Vaillant à un événement aussi important que les 24 Heures du Mans dans le milieu de la course automobile. C'est la société L'Automobile Club de l'Ouest qui a accueilli la demande de participation de l'équipe du film. Celle-ci a dû se soumettre aux mêmes conditions que les concurrents, à savoir s'inscrire, équiper deux écuries et réussir les épreuves de qualification.
    Durant l'hiver 2001 débuta l'écriture du scénario. Au même moment, il a fallu trouver une écurie capable de jouer le jeu. La production a finalement jeté son dévolu sur les DAMS qui n'avait alors aucun engagement. Elle a également dû se procurer des prototypes de 700 à 750 CV, disponibles, sans aucun enjeu sportif dans l'année, ayant les qualités spécifiques pour être sélectionnés au Mans et capables de réaliser les mêmes temps que les meilleurs bolides participant à la course.
    Les qualifications au Mans ont eu lieu en mars 2002 et la fameuse course était planifiée les 15 et 16 juin de la même année.

    Une préparation au rôle

    Pour se préparer au rôle de Michel Vaillant, Sagamore Stévenin a rencontré des coureurs automobiles, assisté à un Grand Prix et a également été le copilote de Michel Neugarten pendant des essais sur le circuit de Dijon.

    Lieux de tournage

    Après Le Mans et les scènes complémentaires qui y ont été filmées sur le circuit privatisé en août 2002, le tournage s'est poursuivi près de Chantilly, au circuit du Mas du Clos, mais également au Canada et dans les Alpes, à proximité du lac du Mont-Cenis.

    Un bolide pour filmer un autre bolide

    L'équipe du film a eu recours à une voiture travelling unique en son genre, capable de poursuivre les engins les plus rapides en portant une caméra 35 mm. A la base, c'est une Mercedes 500E capable de monter jusqu'à 210 km/h et à l'intérieur de laquelle ont été installés un écran de contrôle vidéo, des manivelles pour le cadre et une tête télécommandée. Le cadreur y est ainsi placé et ne risque plus sa vie en filmant en débord sur un plateau à l'extérieur.
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Once Upon a Time… in Hollywood (2019)
    • Le Roi Lion (2019)
    • Fast & Furious : Hobbs & Shaw (2019)
    • C'est quoi cette mamie?! (2019)
    • Comme des bêtes 2 (2019)
    • Playmobil, Le Film (2019)
    • Crawl (2019)
    • Parasite (2019)
    • Midsommar (2019)
    • Anna (2019)
    • Spider-Man: Far From Home (2019)
    • Dora et la Cité perdue (2019)
    • Frankie (2019)
    • Toy Story 4 (2019)
    • Good Boys (2019)
    • Mon frère (2019)
    • Yesterday (2019)
    • The Operative (2019)
    • Les Baronnes (2019)
    • Le Coup du siècle (2019)
    Back to Top