Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
La Petite prairie aux bouleaux
Note moyenne
3,4
14 titres de presse
  • Aden
  • Le Figaro
  • Le Figaroscope
  • Libération
  • Positif
  • Première
  • TéléCinéObs
  • Le Monde
  • Les Inrockuptibles
  • L'Express
  • Studio Magazine
  • Télérama
  • Zurban
  • Cahiers du Cinéma

Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

14 critiques presse

Aden

par Philippe Piazzo

Il y a donc ce que l'on voit (aujourd'hui, hors du camp) et ce que l'on ressent, à travers l'actrice et son émotion, à travers ce que l'on connaît de cette page d'histoire (hier, à l'intérieur du camp). Ces deux mouvements se juxtaposent. Telle est la singularité de cette fiction nourrie de réel.

La critique complète est disponible sur le site Aden

Le Figaro

par Brigitte Baudin

Voir la critique sur www.lefigaro.fr

Le Figaroscope

par Brigitte Baudin

C'est un bouleversant témoignage autobiographique sur la Shoah. Un voyage douloureux dans sa mémoire. Un bel hymne aussi à la vie après le cauchemar.

Libération

par Didier Péron

A 75 ans, la cinéaste a eu l'énergie incroyable de réaliser ce film, avec la conscience de la disparition inexorable des derniers témoins de la Shoah. Restituant ainsi à l'abstrait "devoir de mémoire" toute son imparable nécessité.

Positif

par Françoise Audé

La cinéaste réussit l'impensable, rendre plausible le dialogue entre un petit-fils de SS et cette survivante qui se libère de la culpabilité de l'oubli (...) Aujourd'hui, sans images d'archives, tourné par un bel automne dans une Pologne méfiante, son film émeut. Pensé au présent, sa facture et sa portée sont magnifiques.

La critique complète est disponible sur le site Positif

Première

par Olivier de Bruyn

La pudeur et la dignité hantent ce film d'une sincérité totale. On pourrait certes pointer telle ou telle maladresse (...) Mais la nécessité impérieuse à l'origine de La Petite prairie aux bouleaux est si sensible au détour de chaque plan que l'exercice critique est irrémédiablement disqualifié.

La critique complète est disponible sur le site Première

TéléCinéObs

par Marie-Elisabeth Rouchy

Anouk Aimée vraiment extraordinaire (...) Travail d'épure construit sur une matière brute, conçu sans haine ni esprit de vengeance, le film de Marceline Loridan est un voyage intime qui confine à l'universel.

La critique complète est disponible sur le site TéléCinéObs

Le Monde

par Thomas Sotinel

Tout ça n'est pas tout à fait homogène, ne coule pas de source, d'autant que les défis lancés à Anouk Aimée sont d'ordre si divers qu'il lui est parfois difficile d'y répondre. Mais, sans cesse, Marceline Loridan-Ivens ramène son film vers le lieu essentiel de la douleur qu'elle habite encore tant qu'elle est vivante et qui sera bientôt peuplé de fantômes.

La critique complète est disponible sur le site Le Monde

Les Inrockuptibles

par La rédaction

Un film mû par une nécessité impérieuse, indiscutable, qui cherche une forme de transmission de l'indicible sans toujours y parvenir.

La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

L'Express

par Eric Libiot

Voir la critique sur www.lexpress.fr

Studio Magazine

par Jean-Pierre Lavoignat

Voir la critique sur www.studiomag.com

La critique complète est disponible sur le site Studio Magazine

Télérama

par François Gorin

Ce film-ci est loin d'être médiocre, il pâtit juste de ce qui est censé le rendre plus attrayant : la présence d'Anouk Aimée incarnant l'histoire de Myriam, une ancienne déportée (...) le jeu de l'actrice choisie, son surjeu parfois (les foudroyants regards lancés aux non-juifs croisés dans l'enceinte ou autour du camp) font trop souvent écran, empêchent l'émotion vraie.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Zurban

par Eric Quéméré

Parfois malhabile, le film émeut pourtant, alternant réalisme et métaphore. Il livre au final un point de vue inédit et nécessaire sur la mémoire douloureuse d'une déportée, entre blocages et trahisons.

Cahiers du Cinéma

par Jean-Michel Frodon

Les ingrédients de ce projet, avec leur sincérité et leurs simplismes, restent là, posés côte à côte à l'écran, sans que rien ne se produise (...) ni la douleur ni l'engagement d'une comédienne pour une cause ne font du cinéma.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top