Mon AlloCiné
    Juste avant la nuit
    note moyenne
    3,4
    129 notes dont 28 critiques
    14% (4 critiques)
    18% (5 critiques)
    46% (13 critiques)
    18% (5 critiques)
    4% (1 critique)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Juste avant la nuit ?

    28 critiques spectateurs

    Vladimir.Potsch
    Vladimir.Potsch

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 389 critiques

    4,0
    Publiée le 1 avril 2008
    Ce film de Chabrol est sans doute l'un des plus cruels qu'il ait tournés à l'égard de la bourgeoisie. Subtil, il masque cette attaque en règle contre la lâcheté, l'hypocrisie de certains milieux par un faux suspens sur l'arrestation possible d'un assassin qui a des remords. Un homme tout ce qu'il y a de plus convenable, bien marié, excellente situation, qui a tué sa maîtresse au cours de jeux sado masochistes. Certains indices lui font comprendre que son meilleur ami, mari de la femme en question, et sa propre femme, ont compris qu'il était sans doute l'assassin, et c'est cette situation là qu'il ne supporte pas. Savoir que ceux qu'il aime le plus ont compris qui il était vraiment. Et pourtant continuer à vivre comme si de rien n'était. Alors il en vient à tout leur avouer, comme ça ils ne pourraient plus faire semblant de ne rien savoir. Mais les valeurs bourgeoises, le confort social, la réputation, voir l'amitié bien comprise, sont bien plus tenaces que la morale, qui aurait dû inciter à la dénonciation. Non sans quelques longueurs sur la fin, pour expliciter les étâts d'âme de l'assassin, le film convainc par la mise en scène sobre, centrée sur l'ambiguïté des relations humaines, du Chabrol des années 70.
    Dejeq
    Dejeq

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 23 critiques

    4,5
    Publiée le 12 mars 2013
    Claude Chabrol aborde donc dans ce film plusieurs thèmes comme la culpabilité, l’amitié et l’amour dans le milieu de la petite bourgeoisie française dont il aime tant se moquer avec grande finesse à travers ses nombreuses réalisations. Ici, le coupable ne cherche pas à fuir et ne supporte pas longtemps le poids de son crime. Un crime charnel, résultat d’un jeu sadomasochiste qui a mal tourné. Il l’avoue d’abord à sa femme qui ne semble pas plus bouleversée que ça et ne le blâme absolument pas. Le fait de partager son lourd secret va permettre à Charles de le supporter pendant quelques temps, mais les remords et le sentiment de culpabilité reviennent vite le ronger. Il décide donc de tout avouer à son meilleur ami en personne et lui demande même de porter plainte contre lui afin qu’il soit jugé pour sa faute et ainsi libérer son esprit de ce crime qui lui torture l’esprit. Mais encore une fois, le résultat de son aveu n’a pas du tout l’effet escompté. Son ami ne paraissant aucunement rancunier à son égard et lui conseillant même d’oublier toute cette histoire. Cette réponse ne fait que plonger Charles dans un tourment encore plus profond. Leur discussion se termine d’une façon qui résume bien la situation: « Charles: – Ne te force pas à empêcher notre amitié de mourir si tu sens que ce n’est plus possible ». François lui répondant comme si de rien n’était, impassible: « A demain Charles… ». Chabrol ne tombe pas dans le cliché du politiquement correct et de l’attendu et laisse son coupable seul avec ses démons. Le comportement de sa femme est très ambigüe. Elle ne parait pas touchée et refuse que son mari se rende à la police, mais est-ce pour le bien de ce-dernier ou plutôt pour son bien à elle, sa grande maison, ses enfants, son petit confort bourgeois? Pareil pour le mari veuf/cocu qui souhaite peut-être garder une certaine réputation, ne se souciant guère du malaise ressenti par son « meilleur » ami et le besoin qu’il a d’être jugé pour sa faute… Le réalisateur du Beau Serge (1958) décrit donc ici un des côtés sombres de la nature humaine, très bourgeois, qui ne pense qu’à sa pomme, à son petit bien-être, sous-couvert d’ »aider son prochain ». Comme souvent chez Chabrol, la réalisation est toute en sobriété et la mise en scène très maitrisée. La tension va crescendo pour amener à une fin ambivalente et que l’on peut imaginer comme finalement salvatrice pour Charles. Le casting est très bon, avec en tête, le duo Michel Bouquet/Stéphane Audran, déjà réunis dans La femme infidèle (1969), dont le sujet comportait d’ailleurs plusieurs points communs avec ce film là. Juste avant la nuit est un film assez sous-estimé, mais surement l’un des tous meilleurs de Claude Chabrol, pas loin derrière Que la bête meure (1969) ou Le boucher (1970), autres grands films de ce réalisateur génial, vestige d’un âge d’or du cinéma français. Venez nous rejoindre sur le blog "lecinemadughetto" pour venir voir et donner votre avis sur d'autres critiques de film! A très bientôt!
    edith45
    edith45

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 26 critiques

    5,0
    Publiée le 11 juin 2011
    Une tragédie antique dans la France de Pompidou. Le film chabrolien par excellence.
    crevettor
    crevettor

    Suivre son activité Lire ses 19 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Chabrol tisse un drame magnifiquement interprété par Stéphane Audran, Michel Bouquet et François Périer. Si le rythme du film est plutôt lent, tout réside dans la tension et le sentiment de culpabilité grandissant de Michel Bouquet. Moins connu sans doute que certains films de la même époque (Cf : Le boucher, Que la bête meure, La femme infidèle),"Juste avant la nuit" est bel et bien une oeuvre incontournable de Claude Chabrol.
    garantal
    garantal

    Suivre son activité Lire ses 8 critiques

    2,0
    Publiée le 14 août 2019
    malgré toute la sympathie ( à cause de son coté bon vivant ) et le respect qu'il m'inspire car il a quelques très bons films à son actif, j'ai toujours soupçonné Claude Chabrol d'une certaine paresse en ne sortant pas de sa zone de confort qui consiste de manière non imaginative à dénoncer systématiquement l' hypocrisie bourgeoise ( satisfaisant une partie de la critique et de ses spectateurs qui n'attendent que cela) Dans le film on voit Michel Bouquet après avoir tué sa maitresse (rien que ça ) sortir en toute quiétude de l'appartement, fréquenter le bar du coin, prendre une double rasade de whisky ( quand même)et rencontrer par hasard dans ledit bar son meilleur ami qui est précisément le mari de la maitresse tuée une heure avant et avec qui il va échanger des banalités. Plus loin dans le film, il va sans que l'on sache trop pourquoi ( étant un personnage insondable )éprouver le désir de se confier à sa femme qui sera plus embêtée par le fait d'avoir été trompée que par le crime lui même. Sa femme se montrant trop compréhensive , il va se confier au mari de la maitresse tuée qui manque de bol, va se montrer aussi compréhensif . Michel Bouquet se montrant toujours insistant, un second crime va être commis pour préserver la quiétude de la vie bourgeoise. d'ou un film qui à force de montrer des bourgeois totalement impavides manque totalement de vie et tout en traitant de la mort est mortellement ennuyeux. Et quoi de plus convenu dans les années 70 succédant à mai soixante huit de denoncerl'hypocrisie du mode de vie bourgeoise en montrant la froideur confinant à l'opacité des personnages car comme on le sait tous les bourgeois enfermés dans leurs conventions, ne vivent pas vraiment (justifiant du coup le jeu inexpressif des acteurs) .
    Flavien Poncet
    Flavien Poncet

    Suivre son activité 145 abonnés Lire ses 1 023 critiques

    2,5
    Publiée le 30 avril 2008
    «Juste avant la nuit» (France, 1971) est un des nombreux films de Claude Chabrol. Celui-ci traite de l’histoire d’un homme respectable dépassé par une pulsion meurtrière. Comme Séverine, le personnage de Catherine Deneuve dans «Belle de jour» (France, 1967) de Luis Buñuel, Charles, le personnage de Michel Bouquet est poursuivi par une pulsion en rapport avec la sexualité. Cependant il n’y a pas dans le film de Chabrol la folie ambiante qu’il y a dans celui de Buñuel. Néanmoins «Juste avant la nuit» reste intéressant notamment grâce à la réalisation sans faille de Chabrol. Les plans eux-mêmes sont plus éloquents que les dialogues parfois contingents. Le plan vers la fin où Charles se couche main dans la main avec sa femme, interprétée par la très belle Stéphane Audran, indique que l’homme passe le flambeau du meurtre à sa femme. La photographie de Jean Rabier est quant à elle de toute beauté. Adéquate avec les décors ternes, l’image installe une sorte de froideur voire d’étrangeté. Ainsi le film, envahit par cette étrangeté se veut en quête vers la rationalité de nos actes les plus fous. A de nombreuses reprises dans le film est posée la question du pourquoi. La réponse est finalement donné au milieu du film par le personnage Cavanna interprété par Henri Attal qui à la question : «Pourquoi avez-vous fait ça ?» réponds avec la décontraction de la Nouvelle Vague : «Je vous emmerde !». Pour conclure, «Juste avant la nuit» est une réflexion subtile sur la rationalité de la folie humaine. Enfin on peut aisément en faire l’hypothèse d’après la scène où le personnage de François Périer doit reconnaître le cadavre comme étant sa femme, «Juste avant la nuit» est une source d’inspiration au film «Blue velvet» (USA, 1987) de David Lynch.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 2 septembre 2008
    Une réalisation assez banale mais les acteurs et le noeud de l'intrigue sont excellents, un sommet dans l'hypocrisie.
    Max Rss
    Max Rss

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 965 critiques

    3,0
    Publiée le 13 mars 2019
    Ce film est l'un des plus représentatifs de la période où Claude Chabrol s'en prenait sévèrement à la bourgeoisie, un milieu dont il était issu. "Juste avant la nuit" se présente comme un film sur la culpabilité et comme une critique sociale assez corrosive de la bourgeoisie: la question que l'on peut se poser c'est: jusqu'où les personnages iront-ils pour préserver leur modèle social afin de ne pas chambouler leur vie parfaitement ordonnée? La mise en scène Chabrol est à l'image de ses personnages : rigoureuse, ordonnée, et d'apparence limpide. Une symbiose réussie entre le fond et la forme. Le film avance sur rythme assez lent ponctué de dialogues prononcés avec un ton calme et posé, ils sont parfois même chuchotés. La fin quant à elle est assez inattendue, d'ailleurs Chabrol a bien fait les choses puisque c'est à ce moment là que l'on comprend le titre du film. Plus psychologique, plus épuré et beaucoup plus subtil que ses films précédents "Juste avant la nuit" n'est pas à classer parmi les oeuvres mineures de Claude Chabrol.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 16 mai 2008
    Etude minutieuse sur le thème de la culpabilité, de la responsabilité et de la rédemption, sur le châtiment qui se refuse. Michel Bouquet nous entraîne dans son monde de souffrance, explore et rejette tous nos recoins de lâcheté. François Périer est impérial dans son refus de la vengeance, Stéphane Audran protectrice en diable... Et Chabrol a bien voulu terminer le film, qu'il en soit remercié ! Quant à Dominique Zardi à contre-emploi roux flamboyant... c'est inoubliable !
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 229 abonnés Lire ses 1 038 critiques

    2,0
    Publiée le 21 septembre 2019
    J'en un peu marre que chaque film de Chabrol soit systématiquement analysé comme une critique de la bourgeoisie. Le thème est celui de la culpabilité, de son poids et de son partage, le film aurait pu se dérouler dans n'importe quel milieu. Remarquons à ce propos que Dostoïevski l'a traité ans "Crime et Châtiment" et que ce dernier ne se livrait pas à une critique sociale. Le film maintenant : il est lent, certaines scènes sont très sombres et les dialogues deviennent vite gavants. Coté interprétation Audran est fabuleuse, Bouquet déçoit, mais le rôle était difficile, Perrier est transparent. Quant à Henri Attal et Dominique Zardi, n'ayons pas peur des mots, ils sont ridicules.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1542 abonnés Lire ses 8 693 critiques

    3,0
    Publiée le 29 novembre 2011
    Le malicieux et regrettè Claude Chabrol tournera pour le cinèma un certain nombre de films d'inspiration plus ou moins policière, ou du moins criminelle, dans lesquels il dissèque implacablement les tabous et les calculs ègoïtes du monde bourgeois, dont il ètait issu! C'est le cas avec "Juste avant la nuit" qu'il signe en 1971 avec une distribution très chabrolienne! Combinant le polar et la satire, le cinèaste est parfaitement à son aise en pianotant durant 1h40 un de ses morceaux favoris! il est aidè par deux acteurs remarquables: François Périer et Michel Bouquet, surtout, dans un de ses plus beaux rôles! Un bon Chabrol qui sert de support à un confort tranquille qui va èclater de mille feux avec au moins une belle scène entre Bouquet et Audran sur le bord de mer...
    faucon-doran
    faucon-doran

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 28 critiques

    5,0
    Publiée le 20 août 2007
    je ne suis pas d'accord avec l'interprétation qui est faite du film par les critiques qui m'ont précédés : pour moi ce film dépeint les tourments de Michel Bouquet/Charles, que rien ne préparait à être un assassin, mais qui assume son acte pleinement, et qui tient à en assumer les conséquences : être jugé (par les siens, par la société), et subir un châtiment ; en cela c'est un personnage éminemment moral, mais également à la recherche de sa dignité d'être humain. Et son entourage est pervers, totalement : sa femme dit le comprendre, mais refuse de le juger, et surtout refuse de perdre son petit confort, sa jolie maison, sa petite belle-mère si gentille. Elle préfère tuer son mari, plutôt que de le laisser se libérer de son crime et payer sa dette à la société en allant en prison. Quant à son ami François, le mari cocu, il est lui aussi dans le deni, sans doute pour ne pas perdre "un ami de 25 ans", ou sa réputation, on ne sait pas. J'ai trouvé ce film éminemment subversif, une confusion des valeurs morales très bien rendue par le jeu magnifique des trois acteurs principaux, dont Michel Bouquet, plus insondable que jamais ...
    CineRepertoire.free.fr
    CineRepertoire.free.fr

    Suivre son activité 84 abonnés Lire ses 989 critiques

    3,5
    Publiée le 31 décembre 2013
    C'est l'un des films les plus troublants de Chabrol. Pas le meilleur (rythme un peu lent, mise en scène et esthétique plutôt plan-plan), mais l'orientation du scénario a de quoi surprendre. D'abord, la situation criminelle classique est ici inversée, puisque le meurtrier ne cherche pas à cacher son crime mais à le faire connaître et condamner. Ensuite, Chabrol développe une belle ambiguïté en sondant son terrain social de prédilection, celui de la bourgeoisie française. Il brosse le portrait d'un bourgeois tiraillé entre différentes aspirations, les siennes et celles de son milieu, contradictoires et paradoxales, douloureuses et fatales. Sur un plan personnel, ce Charles Masson fait le grand écart entre l'expression de pulsions destructrices, dans le cadre d'un amour extraconjugal, et un impérieux désir d'ordre moral, que l'on peut penser tout empreint de culture catholique. Un besoin autodestructeur de pénitence et de rédemption. Cette trajectoire tourmentée est placée sous le signe de la souffrance et du plaisir mêlés : des jeux de l'amour SM au dolorisme de la quête du châtiment. Mais au-delà de ce cas de conscience individuel, le vrai noeud du drame se noue à une autre échelle, au niveau collectif. Car l'ordre moral qui hante tant le personnage principal s'oppose à un ordre social. Un ordre bourgeois qui peut tout accepter sous le sceau du secret et de l'hypocrisie, si l'on n'égratigne pas le vernis des apparences et de la respectabilité, si l'on ne déstabilise pas ce qui est confortablement établi... Tout en pesanteur psychologique, impitoyable dans son dénouement, Juste avant la nuit constitue peut-être la critique la plus implacable du réalisateur contre le monde bourgeois. Le film est porté par l'intensité et la subtilité du jeu de Michel Bouquet. La composition de Stéphane Audran, quant à elle, fait froid dans le dos. Enfin, on note l'apparition non créditée de Michel Duchaussoy qui était, deux ans plus tôt, l'acteur principal de l'excellent Que la bête meure, du même Claude Chabrol.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 478 abonnés Lire ses 2 991 critiques

    3,0
    Publiée le 3 février 2013
    Un homme tue sa maîtresse et, rongé par le remords, veut absolument se livrer à la police. Mais tout le monde l'en empêche, aussi bien sa femme que son meilleur ami qui était le mari de la victime. Comme à son habitude, Claude Chabrol dénonce la comédie des apparences que se livre la bourgeoisie, prête à tout pour camoufler le moindre de pet de travers. La mise en scène est plutôt plate mais Michel Bouquet est parfait dans le rôle de l'homme tourmenté par ses actes, face à une Stéphane Audran remarquable en femme qui sauve son honneur et son couple.
    Satomibr
    Satomibr

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    2,0
    Publiée le 27 mars 2011
    J'ai eu beaucoup de mal avec ce film. Comme d'habitude, Stéphane Audran est là pour tout sauver, de par sa présence, sa beauté, son jeu. Je ne peux pas en dire autant de Michel Bouquet et François Périer... La mort reste pour moi le plus grand drame de la vie, et l'annonce de celle-ci à si peu d'effet sur les personnages. Chacun reprend son petit train-train. La fin relève le film, comme dans tous les films de Chabrol de cette période je pense.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top