Notez des films
Mon AlloCiné
    Man on Fire
    note moyenne
    4,0
    15081 notes dont 669 critiques
    répartition des 669 critiques par note
    253 critiques
    221 critiques
    96 critiques
    55 critiques
    26 critiques
    18 critiques
    Votre avis sur Man on Fire ?

    669 critiques spectateurs

    Chuck Carrey
    Chuck Carrey

    Suivre son activité 217 abonnés Lire ses 575 critiques

    4,5
    Publiée le 22 mai 2014
    Se présentant comme étant un énième film d'action, tout ce qu'il y a de plus banal, "Man on Fire" se révèle être un bien meilleur film que cela. Dirigé par Tony Scott, Denzel Washington joue un ancien agent de la CIA, John Creasy, désormais alcoolique et n'ayant plus goût à la vie. Grâce à un vieil ami, joué par Christopher Walken, il va trouver un travail à Mexico, celui de garde du corps. En effet, la ville est soumise à de nombreuses vagues d'enlèvements d'enfants et ceux qui le peuvent se payent les services de garde du corps pour protéger les leurs. Il est embauché par l'industriel Samuel Ramos pour protéger sa fille Pita interprétée par la jeune Dakota Fanning. Contrairement à la plupart des autres films d'action, "Man on Fire" prend le temps de poser les personnages, ainsi le spectateur à la temps de s'accrocher à eux. On voit les relations entre les personnages évoluer, notamment celle entre Pita et John. Par conséquent, quand Pita est enlevée, on s'est pris d'affection pour elle et pour John. Cela est amplifié par le fait que Denzel Washington et Dakota Fanning sont tous deux excellents, Dakota est vraiment surprenante pour son âge. Cependant, cela implique que l'action met du temps avant d'arriver. Le film est très calme dans sa première partie, ce n'est qu'après l'enlèvement que les choses "sérieuses" commencent. L'action est bien menée, on suit l'enquête, brutale, de John Creasy au fur et à mesure que le film avance. "Man on Fire" est au final un excellent film d'action, avec des personnages attachants et un scénario bien écrit.
    elbandito
    elbandito

    Suivre son activité 228 abonnés Lire ses 883 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Un film jubilatoire par son extrême violence et une moralité douteuse ("une balle dit toujours la vérité"). Pourtant ce film se suit avec intérêt de bout en bout grâce notamment aux performances de Denzel Washnington et Christopher Walken, acteur trop rare.
    Alex*56*
    Alex*56*

    Suivre son activité 223 abonnés Lire ses 314 critiques

    5,0
    Publiée le 25 décembre 2013
    Quel film , quel émotion, le lien fort entre Pita et Creasy ,qui est d’ailleurs excellemment joué par Denzel et la petite Dakota . Je sais pas trop quoi dire à par que ce film fait partit des meilleurs films , car je n'es pas oublié l'histoire et tout le reste , ce qui n'est pas le cas avec bon nombres de long-métrages vides dont on ce souvient même plus le lendemain .
    Alain D.
    Alain D.

    Suivre son activité 157 abonnés Lire ses 1 924 critiques

    4,5
    Publiée le 16 septembre 2015
    Excellent thriller réalisé par Tony Scott, il nous délivre encore une mise en scène très soignée. Le scénario nous laisse haletant : aucun temps mort dans cette histoire ou les évènements se suivent à une cadence effrénée. La bande son, omniprésente, est suave, avec de belles insertions de Linda Ronstadt et de Kinky. Elle reflète bien l'ambiance de la fin des années 70. La distribution est très brillante : Dakota Fanning est hallucinante de vérité dans le rôle de Pita, la petite fille bien élevée et extrêmement lucide. Radha Mitchell est tout aussi brillante dans le rôle de Lisa, la mère de Pita. Quant à Denzel Washington il est, comme a l'habitude, tout simplement remarquable. L'histoire se déroule en Amérique latine ou les kidnappings font légion. A Mexico, Rayburn (joué par le charismatique Christopher Walken ) retrouve son ami John Creasy qui cherche un job. Rayburn lui propose un emploi chez Samuel Ramos, un entrepreneur influent. Creasy est présenté à Lisa Ramos et sa fille Pita dont il va devenir le garde du corps. Creasy, ex agent de la CIA, est un homme peu sociable mais cultivé. Fatigué, avec un penchant pour l'alcool, il se demande s'il est fait pour ce job.
    Chevalier du cinéma
    Chevalier du cinéma

    Suivre son activité 181 abonnés Lire ses 340 critiques

    5,0
    Publiée le 18 novembre 2014
    Avec son film Man on Fire, Tony Scott signait, selon moi, ce qui correspond à son plus grand chef-d’œuvre, un film à la fois très émouvant et brutal, porté par des acteurs habités par leur rôle, une mise en scène incroyablement stylisée et une bande-originale mythique. Le Mexique est en proie à une vague d’enlèvements sans précédent. Face à ce danger des familles aisées engagent des gardes du corps pour protéger leurs enfants. C’est dans ce contexte que débarque John Creasy, un ex-agent de la CIA, qui a perdu goût à la vie et trouve son réconfort dans l’alcool. Un de ses amis vient en effet de lui trouver un job à Mexico en tant que garde du corps de la petite Pita Ramos. Peu à peu et au fil des jours, naît une complicité et une amitié forte entre la fillette et le garde du corps désabusé. Mais un jour, Pita est kidnappée et Creasy est violemment blessé. Une fois remis de ses blessures, il apprend que la petite fille est morte et prépare alors sa vengeance contre les ravisseurs. L’heure du jugement a sonnée. Sorti en 2004, Man on Fire fut un petit succès public, rentable il faut le dire, car réussissant à rembourser son budget de 70 millions de dollars mais par contre il ne fut pas tout de suite considéré comme ce qu’il est aujourd’hui à mes yeux, un véritable chef-d’œuvre du cinéma et le meilleur film de Tony Scott. En seulement trois films, et ses meilleurs, tels qu’Ennemi d’Etat, Spy Game : Jeu d’Espions et Man on Fire, Tony Scott aura réussi à imposer un style et une mise en scène très audacieuse avec des scènes d’action remarquables, une image stylée, de superbes plans travelling ou encore des mouvements de caméra divers juste déments. Et après deux remarquables thrillers dans le monde de l’espionnage, Ennemi d’Etat figurant selon moi dans le top des meilleurs films du réalisateur tout comme Spy Game : Jeu d’Espions, Tony Scott s’attaquait donc en 2004 à une adaptation du roman L’Homme de Feu d’A.J. Quinnell qui connut déjà une première adaptation cinématographique sortie en 1987 avec Scott Glenn dans le rôle principal. Man on Fire c’est très simple, c’est une puissante bombe à retardement et quand celle-ci explose elle repend sur l’écran un déchaînement de violence inouïe dans une vendetta destructrice. Le film se divise facilement en deux parties : la première partie se chargeant d’installer le contexte et la relation entre John Creasy et Pita Ramos pour ensuite arriver dans une deuxième partie consacrée à la vengeance du garde du corps qui entraînera tous les ravisseurs de la petite fille dans un voyage aux confins de l’enfer. Le film possède une histoire certes classique mais celle-ci reste prenante de bout en bout, alternant moments d’émotion intenses et scènes d’action furieuses et violentes. Ce qui impressionne tant dans Man on Fire c’est la brillante mise en scène expérimentale de Tony Scott, qui fut encore une vraie claque, deux ans après Spy Game. Nous retrouvons donc de nombreux effets de style comme des ralentis, des arrêts sur image, des scènes accélérées ou des changements de couleurs qui contribuent à faire de Man on Fire un film unique en son genre et inégalable en terme de réalisation. Et notons également l’intelligente utilisation du sous-titrage avec des phrases misent en évidence par différentes polices de caractère et différentes tailles pour faire du film une véritable œuvre expérimentale très ambitieuse sur le plan visuel et c’est une totale réussite. Sans doute le film le plus émouvant de son réalisateur avec de magnifiques scènes d’émotion et une puissante amitié entre un homme qui revit grâce à la présence d’une fillette, Man on Fire est aussi un film d’action intense et sans temps morts, surtout dans sa deuxième partie, où Tony Scott shoote des scènes de rythme explosives et efficaces dont l’impressionnante attaque du convoi du chef de « La Hermandad » où John Creasy, armé d’un lance-rocket, fait exploser une voiture, sort de sa cachette et tir à volonté sur les hommes de main du policier ripoux qui est totalement dépassé par la scène qui se déroule sous ses yeux, sans conteste la meilleure scène d’action du film. N’oublions également pas les terribles scènes de torture, marquantes et barbares, avec celle du personnage de Gonzalez qui perd quelques doigts durant un interrogatoire musclé entre lui et Creasy ainsi que la scène de la « bombe anale » avec le fameux leader de l’Hermandad dans un moment de cinéma forcément mémorable. Tony Scott est souvent critiqué pour ses films d’action qui ne vont pas plus loin que de simples divertissements, et bien depuis Ennemi d’Etat, le réalisateur de Top Gun s’est mué en véritable cinéaste livrant des films de plus en plus audacieux dont l’apothéose stylistique fut atteinte avec l’impressionnant Man on Fire. Ensuite ce qui fait la puissance du film de Tony Scott c’est la formidable bande-originale composée par Harry Gregson-Williams qui s’accompagne de sublimes chansons dont une qui est chantée par Lisa Gerrard, qui est dans la veine de sa mythique chanson Now We Are Free dans Gladiator, réalisé par le frère du réalisateur connu sous le nom de Ridley Scott. Avec des titres électro/techno modernes parfois explosifs, la musique de Man on Fire est juste impressionnante d’originalité et permet au film d’acquérir une ambiance particulière pour permettre à la mise en scène stylisée de Tony Scott et aux quelques scènes mémorables du film de gagner de la puissance aussi bien émotionnelle que brutale. Etant une indéniable réussite à tous les niveaux, le film possède aussi de grandes qualités dans ses dialogues et gratifie le cinéma de quelques répliques cultes comme « Creasy est un artiste de la mort et il s’apprête à accomplir son chef-d’œuvre. », « T’as ton ticket pour l’enfer et crois-moi tu seras bien entouré. » ou encore celle-ci « Le pardon ça se passe entre eux et le tout puissant, moi je me charge de faire les présentations. ». Nous avons là des répliques instantanément cultes qui font très mal lorsqu’on les entend tant elles sont puissantes. Et enfin là où le film emporte totalement l’adhésion du spectateur c’est sur ses acteurs. Porté par un Denzel Washington en pleine puissance dans ce qui est un de ses rôles les plus mémorables de sa carrière, Man on Fire nous apparaît alors encore plus comme un chef-d’œuvre tant le film dépend en partie du jeu de Washington. L’acteur collaborait pour la deuxième fois avec Tony Scott, après U.S.S. Alabama, et le réalisateur lui offrait donc un personnage badass, implacable, violent mais tout en étant émouvant et attachant, bref Denzel Washington fait le film à lui tout seul et est en un mot magistral. Ensuite il y a la jeune et talentueuse Dakota Fanning dans le rôle de Pita Ramos, l’un de ses meilleures rôles au cinéma, Christopher Walken dans le rôle du vieil ami et fidèle Rayburn est parfait, Giancarlo Giannini est lui aussi très bon tout comme le reste du casting composé de Mickey Rourke, Rachel Ticotin, Marc Anthony et Radha Mitchell. Man on Fire est donc pour moi un chef-d’œuvre du cinéma et le meilleur film de son réalisateur qui se distingue donc par sa brillante mise en scène, son histoire prenante jusqu’à sa fin très émouvante, ses acteurs géniaux dont un inoubliable Denzel Washington et ses scènes d’action d’une redoutable efficacité. Afin de résumer parfaitement la grande réussite de ce film, quoi de mieux que de citer l’avis du grand Quentin Tarantino sur ce film ? En effet, le réalisateur de Pulp Fiction et de Django Unchained, qualifie le film de Tony Scott de « Dur, poignant et violent comme l’enfer », une preuve de la grande qualité de ce désormais très grand film qu’est Man on Fire.
    conrad7893
    conrad7893

    Suivre son activité 148 abonnés Lire ses 1 614 critiques

    5,0
    Publiée le 31 mars 2014
    superbe film tiré d'une histoire vraie Denzel WASHINGTON magristral ainsi que la jeune DAKOTA FANNING que j'avais déjà vu dans trouble jeu avec DE NIRO Film très bien réalisé assez violent , survolté, puissant des images subliminales et ralenties renforcent l'action une très bonne BO du grand cinéma américain un chef d'oeuvre
    fandecaoch
    fandecaoch

    Suivre son activité 563 abonnés Lire ses 2 233 critiques

    5,0
    Publiée le 24 décembre 2010
    Man on Fire : un film d’une puissance et d’une efficacité comme l’enfer, c’est incroyable. Un film vraiment poignant, dur, efficace, d’une rare violente et une puissante émotionnelle ce qui est assez rare dans un film qui mélange action et thriller. Vraiment ce film est une pure merveille, un film qui m’avait bien marqué à l’époque quand je l’avais vu la premier fois car la violence est assez crue et l’émotion est vraiment poignant et assez bouleversante et ça c’est énorme. Vraiment ce film est excellent et assez unique il faut le dire. De part sa réalisation qui est vraiment énorme et stylé : les plans de caméra sont magnifique et redoutablement efficace, ce qui permet de mette bien en valeur la situation et l’émotion. Après, l’image et les effets sont très particulière : effets rapide, assez sale, malsaine se qui renforce l’ambiance assez dur et violente du film et ça c’est absolument génial, vraiment le film a une personnalité dans la réalisation est sa c’est excellent. Vraiment la réalisation est énorme signé par le talentueux Tony Scott qui est très inspiré dans ce film. Ensuite, le scénario vraiment captivant et intense, qui vous accroche des le début jusqu'à la fin. L’histoire est vraiment bien écrit et les personnages sont très travaillé, ils ont vraiment une âme et une personnalité surtout Creasy : ex agent de la CIA alcoolique et dépressif, au bort du suicide qui va reprendre gout a la vie et qui va faire ce qui fait le mieux : Tué, car on lui a prit la seul personne qui la ressuscité émotionnellement et qui la fait aimée la vie : la petit Pita. Et la va commencer un chasse et une vengeance des plus violente comme l’enfer. Vraiment ce film est remplit de suspense et de rebondissement et surtout de moment fort émotionnelles surtout la fin qui est juste bouleversent avec la musique de fin qui est juste déchirante, ça c’est une fin qui ma marqué, vraiment. De plus, les acteurs sont vraiment très convaincant et absolument parfait, oh oui, ils sont vraiment inspiré surtout Denzel Washington qui encore une fois brille par sa prestation puissante et saisissante, vraiment énorme, il fait vivre le personnage d’une façon impressionnante, vraiment remarquable. Et Dakota Fanning est particulièrement touchante. Et pour finir, les musiques sont vraiment excellent et accentue l’intensité des scènes. Voila, on peut dire que ce film est vraiment énorme. Pour moi c’est du grand art. Vraiment j’ai adoré ce film que je recommande absolument. Car pour moi c’est un énorme coup de cœur pour ce véritable chef-d’œuvre.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 8 mai 2014
    Une expérimentation visuelle aussi radicale que subversive comme on n'en a assez rarement vue depuis les délires géniaux de Tsui Hark. Un film très dur donc, mais c'est vital d'avoir mal de temps en temps. Bref, Man on Fire est typiquement le genre d'oeuvres courageuses, difficile à faire accepter à la critique française, qui préférera toujours encenser de sales valeurs bien pensantes comme dans Les Choristes...
    damien t.
    damien t.

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 203 critiques

    4,5
    Publiée le 13 avril 2014
    Une réalisation stylisée signée Tony Scott, une atmosphère d'une violence inouïe, un suspense insoutenable pour ce film dur, poignant et violent. Les interprétations de Denzel Washington, Christopher Walken, Dakota Fanning et Radha Mitchell sont remarquables.
    nicothrash60
    nicothrash60

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 1 807 critiques

    4,5
    Publiée le 6 juillet 2017
    Ce bon vieux et regretté Tony Scott, capable du meilleur comme du pire, nous livrait en 2004 l'un de ses tous meilleurs films. Déjà, en s'entourant du génial Denzel Washington ainsi que de la précoce Dakota Fanning, sans oublier le toujours parfait Christopher Walken, Scott mettait tous les atouts de son côté pour réussir son projet. Un projet d'ailleurs avorté une première fois puisque son "Man On Fire" est en fait un reboot du film éponyme dont il devait faire parti à l'origine. Le scénario a ici tout de l'actionner de base, efficace mais peu chargé en émotion, mais c'est bien mal connaître l'ami Scott qui réussi à insuffler une superbe dimension dramatique à son métrage en tissant petit à petit un magnifique lien entre Creasy, le garde du corps écorché vif et la petite Lupita, pleine de vie et d'amour. C'est touchant et même souvent drôle, c'est une chose, mais Tony Scott n'en oublie pas pour autant l'action et après une longue et plaisante mise en place lâche les chevaux et nous régale de morceaux de bravoures et d'affrontements jouissifs. Evidemment le rôle de Creasy va comme un gant à D. Washington, le mercenaire au grand coeur, dont le caractère implacable et déterminé rend le métrage encore plus passionnant à suivre. Perso, j'adore et je pourrais le regarder des dizaines de fois encore malgré les sales habitudes derrière la caméra de Scott qui pour le coup transforme presque ses défauts en qualités. Un régal du début jusqu'à ce final de toute beauté. Presque parfait en somme !
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 1008 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    4,0
    Publiée le 31 août 2012
    Tony Scott est ici à son sommet, dès le début il annonce la couleur : la mise en scène est à la limite de l'épileptique et puis trouve son rythme de croisière, tout de même assez nerveux pour bien nous plonger dans l'ambiance du Mexique, de ses flics pourris et de ses kidnappings qui sont monnaie courante. Et si l'histoire est peu originale, elle est très efficace et le scénario prend son temps pour nous décrire l'attachement du personnage de Creasy (Denzel Washington, impeccable en ex-agent de la CIA qu'il faut éviter de faire chier) au personnage de Pita (touchante et déjà douée Dakota Fanning) ce qui rend la deuxième partie encore plus prenante. Car après l'enlèvement de Pita, Creasy ne recule devant rien pour retrouver ses ravisseurs quitte à couper des doigts ou mettre une bombe dans le cul d'un ripoux. C'est violent, c'est âpre, pas forcément moral mais plutôt jouissif ce qui fait de "Man on Fire" un excellent thriller qui ne vise qu'à l'efficacité et qui arrive même parfois à nous émouvoir.
    Loskof
    Loskof

    Suivre son activité 271 abonnés Lire ses 688 critiques

    0,5
    Publiée le 18 janvier 2012
    On accroche à la réalisation de Tony Scott ou l'on accroche pas. Et bien je n'ai jamais accroché. En soi le film n'est pas totalement mauvais, il y a de l'action, du suspens. Bref ça pourrait passer. Cependant, les scènes d'actions épyleptiques me laissent de marbre... Pourquoi ce réalisateur s'échine-t-il a faire des plans d'une seconde dans ses scènes d'actions? C'est insuivable, inutile et ne rend pas la scène plus prenante! Il paraitrait que c'est une réalisation moderne... Que l'on mette les choses au clair. Il n'y a pas de réalisation moderne ou ancienne. Il y a une bonne et une mauvaise réalisation. Celle-ci est mauvaise. Pour finir Denzel Washington... Le Bruce Willis noir en somme. Aucun jeu d'acteur, aucune émotion, le néant. J'ai déjà dit que la réalisation de Tony Scott était complètement nulle? Oui? Bon ben j'ai tout dis alors!
    reymi586
    reymi586

    Suivre son activité 198 abonnés Lire ses 2 443 critiques

    4,0
    Publiée le 2 août 2010
    Mexico est le théâtre de ce thriller très violent, à la fois classique et complètement expérimental. Tony Scott est au top.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 518 abonnés Lire ses 3 421 critiques

    1,0
    Publiée le 5 août 2013
    Une première partie ennuyeuse où on attend que ça démarre, une seconde partie où le scénario vire dans le grotesque en nous montrant Denzel Washington luttant (avec efficacité et sadisme) contre toute les ramifications d'une cruelle mafia mexicaine (La seule bonne idée étant le démontage des magouilles liées à l'enlèvement et à la rançon). Si la réalisation est correcte malgré certains tics visuels dont on se demande l'utilité, c'est surtout au niveau du fond que le film est plus que douteux. Il s'agit ni plus ni moins d'une apologie des conceptions fascistes en matière de lutte contre le crime (on appréhende pas, on tue sans faire de détail et on interroge sous la torture, quant aux avocats, c'est bien connu ils sont tous véreux). Ajoutons-y une omniprésence ridicule de la religion, une vision raciste du Mexique, présenté comme un pays de gangsters où tout le monde est plus ou moins corrompu, (même le gentil inspecteur fédéral qui ne donne des renseignements que contre une partie de baise, même la gentille journaliste qui baise pour avoir des renseignements). Entre autres idioties on nous explique en passant qu'il vaut mieux faire du sport de compétition que d'assister à des cours de piano… et qu'il est possible de boycotter ces derniers en émettant des rots ! Et puis c'est quoi cette philosophie de bazar : "une balle dit toujours la vérité !", qu'on nous sert froid et réchauffé ? Quant au casting, si Washington est en service minimum, si Christopher Walker, perdu dans cette galère est excellent, le reste est médiocre. Le film se termine par un semi happy end aussi improbable que farfelu. A éviter !
    videoman29
    videoman29

    Suivre son activité 98 abonnés Lire ses 1 369 critiques

    4,5
    Publiée le 2 septembre 2013
    Ouf la claque !! Comme quoi on peut encore être surpris par un scénario vu et revu. Tony Scott, grand Maître du film d'action, nous concocte un superbe thriller plein d'action et de suspense sur l'air de bodyguard. C'est Denzel Washington qui s'y colle dans le rôle du garde du corps et une fillette blonde adorable dans celui de la petite protégée. L'alchimie fonctionne immédiatement et on s'attache vite et fort aux personnages, l'histoire d'enlèvement qui suit immanquablement n'en a que plus de force et on suit avec un appétit féroce les efforts de Denzel pour poursuivre les ravisseurs. Au Mexique, la vengeance sent la poudre et le sang et le résultat est tout à fait jouissif. Au niveau technique le film est irréprochable, la réalisation comme l'interprétation des différents acteurs est juste parfaite, aucune fausse note. La musique à dominante Mexicaine renforce, s'il en était besoin, la dramatique du film ; La fin est touchante, voire bouleversante. Si vous aimez les films d'action sur fond de manipulation, vous adorerez « man on fire ».
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top