Mon AlloCiné
    Splendor
    note moyenne
    3,0
    22 notes dont 7 critiques
    14% (1 critique)
    29% (2 critiques)
    14% (1 critique)
    14% (1 critique)
    29% (2 critiques)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Splendor ?

    7 critiques spectateurs

    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    A l'instar de Giuseppe Tornatore avec son "Cinéma Paradiso", Etore Scola livre lui aussi un hommage appuyé aux anciennes salles de cinéma ainsi qu'aux classiques des années 20 jusqu'aux années 80 (avec "La Vie est Belle" de Frank Capra, "Scipion L'Africain" de Carmine Gallone ou encore "Metropolis" de Fritz Lang). "Splendor" est un film grandement réussi pour tout ceux qui adhèrent à cette nostalgie des anciennes projections. Le trio formé de Marcello Mastroianni, Massimo Troisi et Marina Vlady, au jeu juste et ponctuel, contribue grandement à la qualité du film, leurs interprétations apportant un certain charme à l'ensemble. Or, si le long-métrage de Scola traite dans un premier temps du charme des premières projections cinématographiques (voir la séquence ou le petit village apporte chaises et coussins pour regarder "Metropolis" en extérieur), le réalisateur insiste sur une certaine "mort" du cinéma, plus particulièrement sur la mort de ces petites salles qui ont vu leur succès s'amenuiser suite à l'arrivée de la télévision. En outre, Scola montre à quel point les gens n'apprécient plus allez au cinéma et préfèrent rester chez eux devant leur télévision, comme le démontre la scène sur la terrasse du café ou le personnage de Massimo Troisi tente d'amadouer les clients pour qu'ils aillent au cinéma. Un hymne d'amour au septième art, voilà ce que "Splendor" représente, mais aussi une critique viscérale vis-à-vis du manque d'intérêt qu'ont les gens, à présent, à aller voir des films de qualité. Chose encore visible aujourd'hui avec cette passion pour les blockbusters 3D avec 40 explosions à la minute. Etore Scola réalise une oeuvre touchante, simple dans son aspect, mais gargantuesque au plus profond de son traitement, notamment envers les questions apportées au spectateur. Une véritable lettre d'amour à ces nombreuses salles qui ont dû fermer et au Septième art, tout simplement.
    rogerwaters
    rogerwaters

    Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 2 critiques

    3,0
    Là où le Cinéma Paradiso rendait hommage au cinéma des années 20 à 70 à travers une histoire romanesque capable d’éveiller l’empathie des spectateurs (d’où son triomphe international), Ettore Scola préfère signer un film uniquement centré sur le cinéma et donc réservé aux seuls cinéphiles. Maladroit dans sa structure narrative éclatée, parfois carrément embarrassant lorsqu’il s’agit d’évoquer les jeunes années du couple Mastroianni – Vlady (qui ne masquent pas leur âge canonique) – Splendor n’a finalement pas grand-chose à offrir au grand public. Par contre, il représente parfaitement les évolutions du cinéma italien sur plusieurs décennies et tout cinéphile qui se respecte trouvera passionnante sa plongée au cœur d’une industrie qui a su marier intérêt économique et qualité artistique. On peut sans doute regretter que le cinéaste évacue un peu trop vite un cinéma populaire qu’il a participé à façonner (où sont les extraits de westerns et de péplums ?), mais on ne peut aucunement remettre en doute sa passion du septième art. C’est en cela, et uniquement en cela, que le film se révèle touchant. Tout l’aspect fictionnel est malheureusement faisandé.
    jean-paul K.
    jean-paul K.

    Suivre son activité 1 abonné

    1,5
    aimant beaucoup E. Scola et adorant M. Mastroianni, j'ai voulu regarder Splendor. Ce folm est carrément sans intérêt, décousu et ennuyeux. J'aurais mieux fait de me repasser "Cinéma Paradiso" (ou autres) comme hommage au cinéma.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1470 abonnés Lire ses 8 623 critiques

    4,0
    "Splendor" est un hymne au cinèma racontè à travers des extraits de films, des annèes 30 à nos jours, et à travers l'histoire d'une salle de cinèma, du jour de son inauguration à celui inèvitable et dramatique de sa fermeture! Ettore Scola reprend son thème de prèdilection: la mèmoire à travers l'histoire de gens simples! L'action progresse au grè des souvenirs de Jordan, le directeur fatiguè qui assiste impuissant au rachat de son cinèma par un industriel! Scola mêle anecdotes savoureuses et histoire de cinèma ou, de "Mètropolis" à "L'arbre aux sabots" en passant par "Scipion l'africain", les citations cinèmatographiques abondent! Selon les extraits prèsentès et les souvenirs qui s'y rattachent, l'image passe règulièrement du noir et blanc à la couleur! Autour de Jordan, interprètè avec èlègance par Marcello Mastroianni, gravitent notamment deux personnages haut en couleurs: le regrèttè Massimo Troisi (inoubliable facteur chez Radford) en projectionniste hallucinè et la belle ouvreuse Marina Vlady, ancienne danseuse qui fait rêver tous les spectateurs! Trois figures qui symbolisent l'èpoque rèvolue ou le cinèma ètait le divertissement populaire par excellence! Un très beau film...
    Xerka
    Xerka

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 176 critiques

    1,0
    J'ai abandonné après une heure de vision. C'est du sous-sous "Cinéma Paradiso". C'est le seul film à ma connaissance où l'actrice principale, Marina Vlady est doublée (physiquement) par une autre actrice plus jeune et plus mince qu'elle dans de nombreuses scènes où elle est filmée de loin et de près, de face, de dos et de trois quart. Et dans les mêmes scènes, Marina Vlady ne joue réellement que pour les gros plans de face. Le reste est du même tonneau et puis le doublage français est insupportable, notamment celui de Massimo Troisi, complètement en décalage avec la gestuelle italienne.
    Lorazaure
    Lorazaure

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 31 critiques

    5,0
    Magnifique fim de Scola =D Très bien réalisé avec le flash dans le flash back, et le passage de la couleur au noir et blanc qui nous permet de comprendre ! Histoire qui, je pense, touche les grands cinéphiles, avec la disparition de salles de cinéma mythiques ...
    anonyme
    Un visiteur
    2,0
    Un film décevant qui ne délivre pas l'émotion attendue. Les flashbacks mal utilisés n'apportent pas grand chose et le scénario reste faiblard. De plus il ne s'agit pas de la meilleur prestation de Mastroianni.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top