Notez des films
Mon AlloCiné
    25° en hiver
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "25° en hiver" et de son tournage !

    Présenté à Berlin et Cabourg

    Présenté en compétition à la Berlinale 2004, 25 degrés en hiver l'a également été aux 18e Journées Romantiques de Cabourg, où il a reçu une Mention spéciale du jury.

    Né d'une rencontre de deux immigrés

    25 degrés en hiver est né d'une rencontre : celle d'un Français immigré depuis dix ans en Belgique (Stéphane Vuillet) et d'un Espagnol arrivé il y a trente ans avec sa mère et ses deux frères (Pedro Romero le co-scénariste). Le réalisateur explique ses intentions : "Les histoires d'immigration sont souvent tragiques. Le déracinement, le déchirement, le rejet des populations locales, l'abandon sont le lot de tous ces voyageurs forcés. Nous avons voulu faire de ces histoires un film léger, vif, décalé, parfois burlesque, mais toujours tendre avec ses personnages".

    Un film traversé d'histoires personnelles

    L'histoire personnelle de Stéphane Vuillet traverse le film par le personnage de Laura. "C'est le rôle dont je suis le plus proche, celui dans lequel je me suis le plus projeté" explique le cinéaste. Le personnage de Miguel est inspiré de la vie du co-scénariste Pedro Romero. Quant à Abuelita, "c'est la mère de mes amis d'enfance : les frères Sanchez" ajoute le réalisateur. "Elle était magnifique, envahissante et drôle, insupportable et très attachante".

    Filmer Bruxelles

    Depuis dix ans que Stéphane Vuillet observe Bruxelles, il avait très envie de filmer la capitale belge. Ce dernier explique : "C'est une ville étonnante, mixte dans tous les sens, de son architecture à sa population. Du bar de quartier à la maison, j'entends quotidiennement quatre ou cinq langues différentes. Les différents visages me fascinent aussi. Comme si Bruxelles était la ville moderne par excellence : une ville sans nationalité, dans laquelle ne vivraient que des étrangers".

    Le parcours de Stéphane Vuillet

    Musicien de jazz en France depuis l'âge de quinze ans, Stéphane Vuillet est arrivé en Belgique en 1993 pour faire du cinéma. Autodidacte, il effectue ses premières armes en tant que technicien de la lumière. Sur des plateaux de longs et de courts métrages, il collabore notamment aux travaux de Robert Guédiguian.
    En 1996, il se lance dans l'écriture et la réalisation de ses propres courts : Le Sourire des femmes et Terre natale. Parallèlement, il enseigne la direction d'acteur à l'école Parallax de Bruxelles et anime plusieurs stages d'acteur devant la caméra.
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Tenet (2020)
    • Les Nouveaux mutants (2020)
    • Effacer l’historique (2020)
    • Antoinette dans les Cévennes (2020)
    • Police (2020)
    • Petit Pays (2019)
    • Le Bonheur des uns... (2020)
    • La Daronne (2020)
    • Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait (2020)
    • Enorme (2019)
    • Antebellum (2020)
    • Les Apparences (2019)
    • Mignonnes (2019)
    • Belle-Fille (2020)
    • Enragé (2020)
    • Dans un jardin qu'on dirait éternel (2018)
    • Éléonore (2020)
    • J’irai mourir dans les Carpates (2020)
    • Boutchou (2019)
    • Greenland - Le dernier refuge (2020)
    Back to Top