Mon AlloCiné
    Le Chat noir
    note moyenne
    3,2
    57 notes dont 17 critiques
    6% (1 critique)
    24% (4 critiques)
    47% (8 critiques)
    18% (3 critiques)
    0% (0 critique)
    6% (1 critique)
    Votre avis sur Le Chat noir ?

    17 critiques spectateurs

    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1472 abonnés Lire ses 8 623 critiques

    3,0
    « Beware ! This cat's yowl...is Fatal as a death rattle ! » C'est un classique au caractère fantomatique et mystèrieux, d'après Edgar Allan Poe, qu'on peut (re)dècouvrir aujourd'hui et qui marqua la production des studios Universal des annèes 30! A savoir "The Black Cat" de Edgar G. Ulmer avec deux immenses stars de l'èpoque : Boris Karloff et Bela Lugosi! Invisible depuis longtemps avant qu'il ne repasse un soir au cinèma de minuit, ce bon film fantastique (un architecte et un mèdecin fou se lancent dans une aventure atroce) est d'une jeunesse èternelle, même si parfois son style apparaît 80 ans après un peu dèsuet! Depuis, il est vrai, il y a eu la pèriode « Hammer » et le tandem Christopher Lee-Peter Cushing! Mais qu'importe, il faut avoir vu cette oeuvre qui, a fait ècole! L'âge d'or d'Universal comme si vous y ètiez avec deux acteurs prestigieux, dans un classicisme immortel! Horror-fying ???
    Christophe D.
    Christophe D.

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 187 critiques

    0,5
    Encore un fort grand moment de cinéma qui m'a permis de découvrir Bela Lugosi dans ses oeuvres, ainsi que Boris Karloff une nouvelle fois, mais ici plus jeune. Ce chat noir de 1934 se voulait certainement très sombre. Il l'est... Mais que dans les images. On est obligé d'être très sceptique sur la crédibilité des personnages... Ce jeune couple, tout marié, tout mignon, qui vient se perdre en Transylvanie pour attérir (suite à un accident) dans un bunker réaménagé façon moderne, auprès d'un cimetière militaire où s'est déroulé un vrai massacre... Mais non, tout va bien, la vie est belle... wouhou... Mais l'invraisemblance du scénario se poursuit durant tout le film, dans l'enchainement des scènes, des quiproquos et des non-dits. Tout le monde se ment, tout le monde connait la vérité et on comprends pas vraiment où on veut en venir, ni pourquoi on doit y venir. Des scènes complètements inutiles, comme celle de policiers vantant les charmes de leur villes natales respectives.. ok... On s'en fout... Un chat noir dont on se demande pourquoi le film porte le titre... Je ne suis pas connaisseur d'Edgar Alan Poe, mais là... euh... bon... Bref, c'est un méli-mélo plutôt bordélique qui ne laisse pas un grand souvenir. Si Bela Lugosi bénéficie d'un personnage et d'un jeu correct, ce n'est pas le cas pour Boris Karloff qui doit faire avec un personnage insipide. A moins que ce soit lui même qui l'ai rendu ainsi... Je sais pas... Bref, contrairement au corbeau, vu dans le même cycle au Forum des images, si la réalisation est cette fois légèrement mieux soignée, le résultat final n'est pas à la hauteur ! Ce n'est qu'une petite demie-étoile.
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 127 abonnés Lire ses 2 419 critiques

    3,5
    Très librement adapté de la fameuse nouvelle d'Allan Edgar Poe, ce film d'épouvante de la société Universal à le mérite de posséder une histoire bien intriguante ainsi qu'une mise en scène d'Edgar G. Ulmer qui ne manque pas de charme et de style. Au niveau du casting, je retiendrais évidemment les performances des deux icônes du cinéma fantastique que sont Bela Lugosi ( excellent dans le rôle d'un bien étrange psychiatre ) et surtout du grand Boris Karloff, qui est bien flippant à travers son inquiétant personnage qui pratique des messes noires. Mais l'une des plus grosses qualité du film est à mettre du côté de la superbe photographie en noir et blanc qui nous propose un jeu d'ombre et de lumière qui va tout a fait avec le style et l'ambiance du récit. Une très belle réussite donc, même si certains comédiens - comme David Manners et la belle Julie Bishop - ne m'ont pas paru totalement inspirés.
    dougray
    dougray

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 1 619 critiques

    3,5
    Des carrières de Bela Lugosi et Boris Karloff, on retient trop souvent leur seule interprétation respective de Dracula et Frankenstein. C’est une erreur, surtout au vu du reste de leur filmographie qui recèle de petits bijoux de films d’épouvante à l’ancienne et qui ont permis aux deux acteurs de développer leur jeu. C’est le cas de ce "Chat Noir", très librement adaptée de la nouvelle d’Edgar Allan Poe… dont il ne reprend, au final que le titre. En effet, le scénario ne traite pas, ici, de chat noir venant hanter son maître fou ici mais de l’affrontement entre deux vieux ennemis (Lugosi et Karloff) sur fond de rites sataniques et de phobie des chats (il fallait bien justifier le titre et c’est peu dire que cette justification est artificielle). Et, disons-le tout de suite, le principal intérêt de ce film est incontestablement la confrontation entre les deux monstres sacrés. D’un côté, Bela Lugosi fait montre de tout son talent et de son charme inquiétant en énigmatique docteur aux intentions mystérieuses. On est loin de l’interprétation statique (mais hypnotisante) du Comte Dracula qui a fait sa légende. De l’autre, Boris Karloff prête son inquiétante silhouette longiligne au grand méchant et arbore, une nouvelle fois, un look incroyable. Au-delà de l’interprétation des acteurs, c’est également la façon dont le réalisateur Edgar G. Ulmer a traité leur relation qui ne manquera pas de surprendre. En effet, les ennemis joue davantage au jeu du chat et de la souris (en inversant régulièrement les rôles) dans un climat d’accusations graves et de suspicions, alourdis par la promesse d’un sort funeste, sans jamais s’affronter physiquement… jusqu’à l’implacable final où le bourreau devient la victime de l’homme qu’il a tant fait souffrir. Cette conclusion est, d’ailleurs, une réussite puisqu’elle met définitivement les deux hommes sur un pied d’égalité quant à leur folie intérieure et leur violence, même si le réalisateur prend bien soin de laisser le rôle du méchant à Karloff (qui mérite de mourir) et celui du gentil à Lugosi (qui sauve la vie de tout le monde avant de subir une dernière injustice, achevant d’en faire une victime incomprise). La subtilité avec laquelle Ulmer dépeint ce face-à-face est, malheureusement, le seul point à mettre au crédit du réalisateur. Car, pour le reste, on comprend que son nom ne soit pas resté dans la mémoire collective tant son talent de metteur en scène n’est pas à la hauteur d’un James Whale. Ainsi, "Le Chat Noir" souffre d’un rythme inégal (des longueurs sont à déplorer) et de choix musicaux discutables pour ce genre de production. Ulmer aurait, également, gagné à davantage renforcer le côté lugubre de son intrigue. Il faut dire que la maison du méchant, épatante de modernité pour l’époque (le film date de 1934) s’éloigne considérablement des repères habituels des productions d’horreur Universal, qui nous ont davantage habitué aux châteaux sinistres et au vieux moulin abandonné. Heureusement, ces carences formelles sont compensées par l’évolution de l’intrigue, au point de faire de ce "Chat Noir", l’un des films les plus macabres des studios Universal (voir les cadavres de femmes conservés par le méchant ou encore le sort réservé à la fille de ce pauvre Vitus). "Le Chat Noir" est, donc, une réussite, certes imparfaite mais qui donnent l’occasion d’admirer ces deux extraordinaires acteurs qu’étaient Bela Lugosi et Boris Karloff qui, sans surprise, éclipsent totalement l’autre couple du film formé par les falots David Manners (l’éternel jeune premier des productions Universal qui n’aura jamais réussi à attirer l’attention du spectateur) et Julie Bishop. Les amateurs de ce cinéma d’antan ne pourront, donc, que se jeter sur ce film… même s’il reste inférieur aux classiques tels que "Dracula", "Frankenstein", "The Wolf Man" et autre "Homme Invisible".
    peter W.
    peter W.

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 2 critiques

    3,0
    Le style moderne de la maison est à l'image de la réalisation plutôt recherchée pour l'époque et pour le genre. En plus avec la présence de Boris Karloff et Bela Lugosi on se retrouve avec deux personnages forts inquiétants. La combinaison de l'ensemble donne une première partie de film plutôt efficace. En revanche plus on approche de la fin plus la réalisation devient approximative. A partir de là le film ne se distingue plus vraiment d'un petit film de production d'époque.
    JimBo Lebowski
    JimBo Lebowski

    Suivre son activité 225 abonnés Lire ses 291 critiques

    2,5
    L'entame du film est assez excellente, notamment avec l'entrée en scène tout en mystère de Lugosi, puis son face à face avec Karloff et ses obscures motivations, seulement la seconde partie s'embourbe dans une mécanique au sentiment d'inachevé, accompagnée d'une direction et d'un montage assez approximatifs par moment. Décevant mais passable malgré tout.
    benoitparis
    benoitparis

    Suivre son activité 54 abonnés Lire ses 1 277 critiques

    4,5
    Les studios Universal ont été les initiateurs du genre fantastique aux Etats-Unis dans les années 30. « Le chat noir » était pour eux un beau pari commercial, avec la réunion des deux grandes vedettes du genre, Bela Lugosi et Boris Karloff, sur une histoire inspirée d’Edgar Poe. Le résultat est d’un insolite inattendu, par la grâce du réalisateur choisi, E. G. Ulmer. D’origine autrichienne, celui-ci a débuté dans la cinéma berlinois avant de s’exiler aux Etats-Unis. Au lieu d’être un film classiquement, ou banalement, gothique, « Black cat » semble curieusement descendre du cinéma d’avant-garde allemand des années 20, de l’expressionnisme. Pas de châteaux baroques poussiéreux, mais une architecture inspirée du Bauhaus, des lignes brisées, de superbes contrastes d’ombres et de lumières, une action ralentie et très stylisée. D’Edgar Poe il ne reste que la nécrophilie et les tendances incestueuses sous jacentes. Le chat noir est réduit à un accessoire presque inutile et le scénario ajoute des éléments satanistes. Une belle production fantastique Universal, mais avec une esthétique très particulière. C’est l’une des rares réalisation d’Ulmer avec les standards des grands studios hollywoodiens. Par la suite il sera cantonné dans les films de genre ou ethniques à très petit budget.
    Fayce Zj
    Fayce Zj

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 508 critiques

    2,5
    Ce vieux film a un avantage: sa durée ! En effet, là où d'autres oeuvres d'un certain âge paraissent pénibles à regarder à cause de leur rythme trop lent, "Le Chat noir" nous offre un récit condensé où les événements se suivent avec fluidité. Il reste toujours cette scène, d'une utilité fort discutable, où deux agents de police nous parlent de leur ville natale respective. Et puis il y a cette utilisation maladroite du titre: pourquoi vouloir faire passer ce film pour une adaptation de la nouvelle d'Edgar Allan Poe ? Le rôle du chat noir passe pratiquement inaperçu et n'est qu'un prétexte pour que ce film puisse en porter le titre... Pourtant, l'histoire n'est pas mauvaise et il ne faudrait pas oublier la présence de ces deux grand acteurs que sont Boris Karloff et Bela Lugosi. À vrai dire, ce film est à voir avant tout par souci de culture cinéphile. Il faut aussi reconnaître une certaine maîtrise esthétique dans les décors et la gestion des lumières dans ce film en noir et blanc. La musique qui ne se tait pratiquement jamais est quelque peu ennuyeuse, mais cela fait parti des codes cinématographiques de l'époque.
    robertnicholson
    robertnicholson

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 110 critiques

    3,5
    Une séquence avec les gendarmes au ton inadéquat avec le reste du film, un choix de musique inaproprié selon moi dans une autre séquence. Pour le reste, je n' ai pas boudé mon plaisir de voir ces 2 figures du ciné d'horreur des années 30 ensemble à l'affiche dans un décor architectural influencé "Bahaus"
    BlindTheseus
    BlindTheseus

    Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 2 564 critiques

    5,0
    Classique.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 562 abonnés Lire ses 4 143 critiques

    4,0
    Attention ce film n'a absolument rien à voir avec la nouvelle de Poe contrairement à ce que prétend son générique. En fait, on utilise comme prétexte le fait que le personnage de Boris Karloff a un chat noir et que celui de Bela Lugosi en a la phobie (quelle réflexion, quelle profondeur dans le choix du titre!!!). Reste que sur une trame très mince d'un scénario qui a l'air d'avoir été écrit par un chat noir entre deux ronronnements, Edgar G. Ulmer est loin d'être un amateur et met à contribution sa très forte culture européenne à travers une bande-son qui utilise du Beethoven, du Berlioz, du Bach, du Schubert, etc... et quelques plans expressionnistes bien pensés, utilisant avec intelligence des décors Art-déco mémorables, pour composer une atmosphère intéressante et unique. C'est aussi le duel (le premier!!!) entre les deux grands du cinéma d'horreur de l'Âge d'or, Bela Lugosi, qui évite soigneusement un cabotinage qui lui a nui parfois, et Boris Karloff, qui arrive toujours à trouver le ton juste avec le petit truc en plus qui achève d'emporter l'adhésion. Un petit classique du genre.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Deuxième film le plus connu d'Edgar G. Ulmer, un des rois de la série B, une dizaine d'année avant son excellent "Detour", "Le Chat noir" est un bon petit film "d'épouvante" (à replacer dans son époque...) des années 1930, dont l'argument de vente principal est la rencontre entre les deux acteurs les plus emblématiques du genre : Bela Lugosi et Boris Karloff, qui sont ici tous les deux parfaits. Essentiellement un huis clos dans l'étrange maison de Karloff, c'est la séquence d'ouverture dans le train, où le jeune couple fait la rencontre du docteur hongrois incarné par Lugosi, qui est la plus intéressante, la plus mystérieuse. Bien que très agréable à regarder, il faut reconnaître que le film devient de plus en plus improbable. Heureusement il ne dure qu'une heure et le ridicule est évité... de justesse. A noter que le film a la caractéristique étonnante d'intégrer dans son intrigue, même si ce n'est que furtivement, la question des conséquences de la guerre de 14-18. Un classique du genre et un plaisir pour les adeptes de ce genre de films de série B.
    Freaks101
    Freaks101

    Suivre son activité 104 abonnés Lire ses 601 critiques

    4,0
    Ambiance gothique et macabre pour cette série B mis en scène par un spécialiste, Edgar G.Ulmer. Il réalise lui-même les éclairages et les décors, inspiré par le style « Bauhaus », au milieu duquel Lugosis et Karloff font évoluer leurs silhouettes inquiétantes. On peut reprocher l’omniprésence de la musique, et quelques libertés prisent avec le roman, mais cela reste de l’excellente série B.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 761 abonnés Lire ses 4 985 critiques

    4,0
    Un film assez impressionnant, qui détient quelques scènes gravés dans la légende.Sinon, l'histoire est assez classique et l'interprétation moyenne excepté bien sur deux très belles prestations signées Bela Lugosi et Boris Karloff, mais la mise en scène d'Ulmer est très soignée et donne à ce film une atmosphère vraiment toute particulière. Pas mal du tout.
    paujoringeo
    paujoringeo

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 116 critiques

    3,5
    Bela Lugosi est génial, même si on a l'impression qu'il joue Dracula dans chaque film.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top