Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Plein soleil
note moyenne
3,9
1092 notes dont 123 critiques
23% (28 critiques)
37% (46 critiques)
25% (31 critiques)
9% (11 critiques)
3% (4 critiques)
2% (3 critiques)
Votre avis sur Plein soleil ?

123 critiques spectateurs

wesleybodin
wesleybodin

Suivre son activité 196 abonnés Lire ses 3 860 critiques

4,5
Publiée le 05/11/2013
Adapté du roman de Patricia Highsmith, Plein Soleil est un thriller dans la grande lignée des films à suspense érigés dans les années 60-70. Réalisé par René Clément, le film est, aujourd’hui encore, une référence de maîtrise stylistique, l’original qu’aucune copie n’a réussi à égaler. La marque d’une grande œuvre ? Assurément...
tuco-ramirez
tuco-ramirez

Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 1 104 critiques

3,5
Publiée le 11/10/2013
Tiré du roman de Patricia Highsmith « Monsieur Ripley », ce film est une histoire de convoitise aboutissant sur une usurpation d’identité. Envieux, le modeste Tom Ripley l’est de Philippe un jeune bourgeois riche et méprisant. Entre eux deux, une relation maitre-valet ; mais le valet a bien l’intention de prendre la place de son maître ; l’argent mais aussi la fiancée. René Clément, grand réalisateur français, se démarque du roman en brossant le portrait d’une génération désabusée et dépravée, là où Highsmith montrait plutôt en Ripley un héro mythomane. Le remake de Minghella est plus proche de cela : « le talentueux Monsieur Ripley ». Nous montrant Philippe du côté hautain et désagréable ; René Clément décide d’associer le spectateur aux crimes multiples de son héros ; nul doute que tout le monde espère que Ripley s’en sorte. Mais comme Icare, Ripley ne s’approchera-t-il pas trop du plein soleil au point de se brûler les ailes ? Le suspense est total et le thriller bien monté. L’étau se resserre au tour de Ripley et nous, complices, espérons une issue positive. L’intérêt majeur de ce film est surtout la naissance d’un monstre du cinéma mondial : Delon. Sa beauté irradie la pellicule. Son élégance désinvolte deviendra sa marque de fabrique. Ce regard clair énigmatique et profond va se révéler bien souvent effrayant. Cette beauté sauvage sera exploiter 4 fois par Clément mais surtout offrit un début de carrière monumental à Delon : Visconti (« Le guépard », « Rocco et ses frères ») ; Melville (« Le samouraî ») ; Losey (« Monsieur Klein ») ; … Et dire que René Clément auditionnait Delon pour le rôle de Philippe, il a eu le nez creux de lui proposer l’autre rôle, celui d’une bête froide et calculatrice. Alors que la nouvelle vague déferle, on peut tout de même dire que le cinéma de Clément est vieillissant pour l’époque… Dans quelques scènes aussi le jeu très théâtralisé de Marie Laforêt est inadapté. Et pour finir une anecdote sur le film- A ne pas lire si vous ne connaissez pas le film- La séquence qui suit l’assassinat de Philippe. La mer se déchaîne ? Clément décide d’en profiter : à toute vitesse, il descend du voilier, saute sur une chaloupe avec son chef opérateur Henri Decaë et laisse Alain Delon se débrouiller seul à la barre ! Il le filme de loin, luttant pour de vrai, et avec rage, contre les éléments. Voilà comment on boucle en quelques minutes une scène qui devait nécessiter une semaine de tournage, et que l’on en fait un sommet de tension ! A voir absolument pour la naissance d’un monstre du cinéma… Et les gros plans plein de tension sur les regards : une belle réussite du film… Et ces gros plans sont légions et toujours à propos
CH1218
CH1218

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 1 522 critiques

3,0
Publiée le 27/09/2013
Première adaptation du roman de Patricia Highsmith « le Talentueux Mr. Ripley ». Avec une intrigue prenante mais sans réelle suspense et assez lente, René Clément nous offre un classique du cinéma français qui a un peu vieilli. Maurice Ronet et Marie Laforêt se laissent séduire puis manipuler (et plus encore...), comme le spectateur, par un personnage mystérieux, froid et plein d’ambiguïté, interprété par un excellent Alain Delon, alors jeune débutant de 25 ans. Rien que pour lui, «Plein Soleil » mérite d’être vu au moins une fois
Sid Nitrik
Sid Nitrik

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 416 critiques

3,0
Publiée le 26/09/2013
Un thriller sans véritablement grand intérêt si ce n'est la perf remarquable du tout jeune Alain Delon, la belle frimousse de Marie Laforêt et la partie qui se déroule en Méditerranée offrant de belles images et un face-à-face Delon/Ronet mémorable. Après, tout est très conventionnel, assez lent, bien esthétique pour ne pas dire surfait. Il manque une certaine folie, une audace qui aurait pu en faire un chef d'oeuvre sortant clairement du lot. Les dialogues sont assez fades mais force est de constater que Delon crève l'écran et porte bien le film. A voir donc, mais surtout à lire.
ATON2512
ATON2512

Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 764 critiques

4,0
Publiée le 25/09/2013
Un Grand Classique avec de très bons acteurs et des rebondissements qui sans cesse font dévier le film là où on ne l'attend pas . De plus Delon d'une présence (et beauté) éblouissante vit après ce film sa carrière décoller .
Politico
Politico

Suivre son activité Lire ses 106 critiques

3,5
Publiée le 25/09/2013
Le tournage du film en 1959 montrait un homme bourré de talent. Un homme en confiance, qui avalait le métier d'une seule bouchée. Amoureux d'une actrice déjà populaire à l'époque, ils parviendront ensuite à éclairer le 7ème art de la plus belle des manières. Delon&Romy, le commencement au soleil, à Mongibello, pour finir avec une piscine non loin de Saint-Tropez. Pour l'heure, "Plein Soleil" défie les capacités humaines, la dualité du plus fort. Question mental donc, sur le bateau, Alain Delon et Maurice Ronet en confrontation directe avec la mort dans l'âme (on notera la même ambiance dans le film de Roman Polanski : Le couteau dans l'eau - 1962). L'ennemi dépossède le bien de l'autre, la femme. Un jeu de séduction pointu, où le jeu de regard s'impose. Cette femme, pris pour un objet désirable pour sa beauté inoffensive. A l'opposé, Delon, cruel à chaque instant du film. Lui qui n'avait pas une tête comique (contrairement à Bebel), on lui a mis des rôles sur mesure, reflétant son côté provoc'. Une telle violence par de simples gestes met le spectateur mal à l'aise et nous emmène vers une possible réalité des choses dans un monde plus descriptif. Du grand art. Merci monsieur Clément.
Guillaume836076
Guillaume836076

Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 125 critiques

4,5
Publiée le 23/09/2013
Comme il y eu "La Bandéra" de Julien Duvivier pour Jean Gabin, il y a "Plein Soleil" de René Clément pour Alain Delon. Ce grand classique du film noir, c'est la naissance d'un mythe. Le mythe Delon. 24 ans à l'époque du tournage du film, l'acteur, quasi-débutant, innonde la pellicule de son aura charismatique, sensuellement magnétique. D'ailleurs la force du film, tient en grande partie, à cette ambiguïté fascinante, renforcée par l'étonnante modernité du jeu de l'acteur, admirablement dirigé par René Clément. Beauté hors-norme, talent hors-norme. Une star naît devant nos yeux. Le choix de l'acteur a certainement été intelligemment pensé par le réalisateur pour incarner Tom Ripley, héros criminel de romans de Patricia Highsmith. Le physique de l'acteur et sa charge érotique, contraste avec la froideur, et la perversité cynique du personnage. Symbolique de l'Eros et du Thanatos, René Clément fait de son Tom Ripley un ange de la mort séducteur et amoral, a qui tout le monde pourrait donner "le bon Dieu sans confession". Par moments, on a même l'impression, qu'il s'agit d'une sorte de documentaire sur Delon lui-même. La scène du marché de poisson (caméra portée à l'épaule), divers plans sur le bateau, les gros plans sur son regard ou des cadrages plus larges mettant en valeur le corps et les gestes du personnage qu'il incarne, donnent l'impression que la caméra est amoureuse de l'acteur et/ou du personnage... En fait au-delà de l'ambiguïté voulue par René Clément au sujet de Delon/Ripley, qui fait baigner le film dans une atmosphère vénéneuse, sensuelle et mortifère, il y a une description subtile et réaliste d'un monde de privilégiés, qui n'a pour but que de jouir des plaisirs de la vie, sans véritable but. Un monde de superficialités et d'apparences dominé par l'argent. L'argent et le pouvoir qu'il procure qui pourri tout les rapports humains. Pouvoir qui attire irrésistiblement Ripley, et qu'il envie intensément. D'ailleurs, la façon dont Gégauff et Clément ont dirigés leur écriture montre que la relation entre Tom Ripley et Philip Greenleaf (Maurice Ronet), part de ce postulat en y insufflant une dose de rapports d'attraction- répulsion sado-masochiste. On se demande si finalement le plus cruel des deux n'est pas forcément Greenleaf en voulant rabaissé continuellement Ripley. Sorte de jeux du chat et de la souris, où le plus privilégié se sent plus fort et dominant... Greenleaf n'est pas vraiment sympathique sous ses dehors de jouisseurs exubérant et narcissique. Ce regard posé sur l'humain et les rapports humains, laisse pensé que René Clément est un grand pessimiste et qu'il en perçoit ses aspects les plus sombres (cf aussi à ses précédents films: Les Maudits, Monsieur Ripois, Gervaise, entre autres). Avec ce film, il n'a rien a envier au maître du Thriller et des personnages ambigües qu'est Alfred Hitchcock. Ils font jeu égal. Ce qui surprend aussi c'est l'impression forte que Greenleaf/Ronet, finit par se livrer comme une sorte de victime sacrificiel quasiment consentante... Car il ne fait rien pour arrêter Ripley. Jeux duquel il pensait peut-être se sortir vainqueur. Jeux de dupes. Jeux dangereux. Formidable interprétation de Maurice Ronet. La confrontation Ronet/Delon fait des étincelles. Autre contraste de taille, la photo éclatante d'Henri Decäe, l'une des plus belles qui m'a été donné de voir au cinéma. Ce choix de René Clément, rompt volontairement avec l'atmosphère des films Noirs américains, ce qui contribue fortement, avec la beauté de Delon, à donner au film une force d'attraction évidente. La maîtrise du travail sur les cadrages et les couleurs magnifie les acteurs mais aussi l'Italie. Paradoxalement, cette volonté esthétique est aussi là pour "refroidir" le film, le rendre plus "glacial" comme l'est Tom Ripley, Les scènes les plus belles étant à bort du Voilier, avec une Mer Méditerranée, qu'elle soit agitée ou calme; d'un bleu azur éclatant comme les yeux d'Alain Delon ou ceux de Marie Laforêt, filmés comme si l'on plongeait dedans. En somme, un film d'une modernité étonnante en tous points: mise en scène, cadrage, photo, montage, jeu de Delon et de Ronet, écriture et adaptation, musique de Nino Rota. Film qui fait de René Clément, un grand maître du cinéma français et mondial. Aujourd'hui, peu de réalisateur français ont une telle maîtrise technique et scénaristique d'un tel niveau. Si Jacques Audiard, Arnaud Desplechin ou Xavier Giannoli... j'en oublie certainement! Seul petit bémol, la fin différente du roman de Patricia Highsmith, moins cynique et plus morale par René Clément. Mais cela ne nuit pas du tout à la cohérence et à la force du film.
MrFernand
MrFernand

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 79 critiques

5,0
Publiée le 19/09/2013
Tellement culte, quelle esthétique, quel scénario, quels acteurs, quelle fin... Le remake US en est tellement loin aussi...
axelstefor
axelstefor

Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 212 critiques

3,0
Publiée le 03/09/2013
Un grand classique. Très bien maitrisé. Des acteurs de hauts vol.
Truman.
Truman.

Suivre son activité 134 abonnés Lire ses 1 350 critiques

4,0
Publiée le 31/08/2013
Plein Soleil nous plonge en Italie dans une histoire simpliste mais captivante de bout en bout au allure d'un grand Hitchcock, on découvre Tom Ripley engagé pour ramener Philippe Greenleaf a son père a San Francisco pour une somme de 5000 Dollars . Tom est prit pour le larbin de service et n'a que peu de reconnaissance, peu a peu la jalousie envers Philippe va augmenter, jaloux de son argent, de sa compagne , Tom va donc se montrer froid et machiavélique pour avoir ce qu'il veut . Un Alain Delon qui dévoile sous son jeune physique angélique un excellent jeu d'acteur au personnage calculateur, froid, manipulateur et sans répit, un personnage aussi élégant qu’effrayant, aussi beau que troublant, jusqu’où est il prêt a aller pour assouvir sa cupidité et ses désirs ? Mais derrière ce récit assez froid le tout se masque dans des couleurs chaleureuse, dans la chaleur de l'Italie . Une photographie vraiment belle qui nous baigne dans le soleil de Rome saupoudré d'une mise en scène parfois astucieuse ou une tension monte petit a petit . Un Thriller psychologique très Hitchcockien sur les bords au interprétations remarquable et a l'ambiance soignée, presque un indispensable dans son genre !
Clea Mounette
Clea Mounette

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 2 critiques

5,0
Publiée le 24/08/2013
J'ai attentivement vu ce film en DVD. Je ne l'avait jamais regardé avant. D'abord voir Alain Delon si jeune si "juvénile" quel bonheur, vous ne m'en voudrez pas de rajoutez ma vision romantique. Quelle deuxième partie de film à couper le souffle, AD devient brutalement meurtrier, faussaire menteur odieux. Heuresement , bien mal acquis ne profite jamais et la fin laisse entendre qu'il va être arrété par la police vu qu'il est trahi par un détail qui fait tout capoter. Ca ressemble à la Piscine de Jacques Deray, mais en plus consistant.
eduboisgeoffroy
eduboisgeoffroy

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 92 critiques

5,0
Publiée le 19/07/2013
Film redécouvert dans cette très belle version restaurée. Delon y interprète parfaitement le rôle de Ripley, dans sa complexité et sa noirceur, on y croise l'espace dune scène Romy Schneider, Jess Hann, Maurice Ronnet sont excellents et la caméra de René Clément joue admirablement des couleurs, des lumières et des paysages de l'Italie pour nous plonger totalement dans cet univers de ces jeunes oisifs bourgeois, rebelles de la rive gauche, ne sachant que faire du monde que leur laisse leurs parents de l'après-guerre et nentrevoyant pas encore quelle autre société les ados qui les suivent voudront promouvoir
brunocinoche
brunocinoche

Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 827 critiques

5,0
Publiée le 11/07/2013
C'était l'époque bien lointaine où le beau Delon jouait dans des films de grande qualité. René Clément en pleine période de Nouvelle Vague, s'empare d'un passionnant polar de Patricia Highsmith pour signer un thriller psychologique subtil et torride. Delon, dans un rôle ambigu, est parfait face à un Maurice Ronet cynique à souhait et une très belle Marie Laforet. Incontournable!
fred p.
fred p.

Suivre son activité Lire ses 72 critiques

4,0
Publiée le 05/11/2012
Un beau film, avec de beaux acteurs et de beaux paysages...Merci Mr Clément.
jdskmf
jdskmf

Suivre son activité Lire ses 54 critiques

4,5
Publiée le 06/01/2012
Plein soleil est l'un des films qui poussât Alain Delon au rang de star.Le suspens, la haine,tout est là. Bref un film a voir…
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top