Notez des films
Mon AlloCiné
    Forbidden Hollywood : La Belle de Saïgon
    note moyenne
    3,0
    29 notes dont 7 critiques
    répartition des 7 critiques par note
    0 critique
    0 critique
    7 critiques
    0 critique
    0 critique
    0 critique
    Votre avis sur Forbidden Hollywood : La Belle de Saïgon ?

    7 critiques spectateurs

    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 272 abonnés Lire ses 2 522 critiques

    3,5
    Publiée le 23 juillet 2015
    L'exotisme vu par les américains en 1932. Plus inexact et plus artificiel c'est impossible. Ce film pourrait être le début un genre à lui tout seul tant il est 100% cinéma, il ne tient compte d'aucune réalité en dehors de lui. Bien que traitant d'un sujet rebattu, Il est plus proche des Tarzan avec Johnny Weismuller que des mélodrames amoureux de cette époque. Il demeure néanmoins agréable grâce à Jean Harlow qui illumine l'écran comme le fera plus tard Marilyn. Quoique son scénario soit identique, la belle de Saïgon n'a pas grand chose à voir avec Mogambo et la comparaison est tout à fait édifiante pour les cinéphiles tant les décors naturels d'une part et la force intérieure des personnages d'autre part sont à l'opposé. Red dust est un des films encore les plus connu parmi ceux du début du parlant de Victor Fleming mais il doit cette célébrité aux acteurs et à l'intérêt porté à son œuvre après ses célébrissimes réussites que sont ''Le magicien d'Oz'' et ''Autant en emporte le vent''.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 1443 abonnés Lire ses 4 640 critiques

    3,0
    Publiée le 21 mars 2011
    Vous prenez "Mogambo". Vous remplacez John Ford par Victor Fleming derrière la caméra, un Clark Gable cheveux poivre et sel par un Clark Gable avec vingt balais et une moustache en moins, la blonde Grace Kelly par la brune Mary Astor, la brune Ava Gardner par la blonde Jean Harlow et un véritable Kenya par une Indochine de studio. Résultat, vous avez "La Belle de Saïgon". Vous ajoutez à cela des dialogues piquants bourrés de sous-entendus dits par une Jean Harlow qui n'est pas avare de son talent pour bien les allonger au bon moment, et qui parvient sans mal à écraser au niveau vedette Mary Astor et même un peu Clark Gable. L'ensemble s'apparente plus à une sorte de huis-clos qu'à un film d'aventures et on peut déplorer la vision très colonialiste typique des années 30 sur les asiatiques. Mais à côté de ce film, le "Mogambo" apparaît comme beaucoup trop sage et manquant singulièrement de rythme. Ca ne sera pas la première fois que je dis (ni la dernière, je pense!) que l'original est meilleur que le remake.
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 199 abonnés Lire ses 3 140 critiques

    3,5
    Publiée le 7 août 2019
    Un petit drame romantique sur fond de comédie exotique. Ça commençait fort avec la discussion sur le roquefort puis l'intrigue s'épaissit avec l'arrivée de la "duchesse". Au final l'atmosphère trouble et pesant va s'apaiser avec celle qu'on pensait vraiment pour lui!! Sympathique !!
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 4451 abonnés Lire ses 10 398 critiques

    3,0
    Publiée le 12 décembre 2012
    On sait que le metteur en scène Victor Fleming ètait un consciencieux technicien et avant de diriger de très grands spectacles, il rèalisa en 1932 un beau mèlodrame exotique avec cerise sur le gâteau, deux lègendes hollywoodiennes qui firent jadis rêver un public avide de stars! Ce n'est pas rien que d'avoir rèuni le charismatique Clark Gable (sans la moustache) et la blonde platine Jean Harlow dans "Red Dust". Comble de l'audace pour l'èpoque, dans le film de Fleming, vêtue d'un dèshabillè vaporeux, la provocante Harlow enlève les bottes de Gable, torse nu, dans sa chambre à coucher! C'est grâce à ce genre de scène que "Red Dust" ne se laisse pas facilement oublier dont le remake "Mogambo" (toujours avec Gable) rèalisè par John Ford tient plutôt bien la distance, notamment pour ses paysages magnifiques filmès au Kenya et en Ouganda...
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 545 abonnés Lire ses 3 421 critiques

    3,5
    Publiée le 30 avril 2018
    Un marivaudage sous fond d'exotisme colonial qui est avant tout un film d'acteurs. Jean Harlow en prostituée exubérante crève l'écran, Mary Astor commence timidement mais monte en puissance en même temps que nait sa liaison avec un Gable bourru mais charmeur. Le dénouement est très théâtral, mais le dernier plan où Gable se fait chouchouter par Harlow est savoureux. En 1953 John Ford réalisera un remake, quelque peu édulcoré (code Hayes oblige) mais sauvé par la présence d'Ava Gardner. L'original est mieux.
    JR Les Iffs
    JR Les Iffs

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 1 151 critiques

    3,0
    Publiée le 30 octobre 2017
    Cela se passe dans une plantation d'hévéas (en Indochine). Le patron de la plantation doit à la fois gérer une première femme venue là pour échapper à la police (une prostituée ?), et la femme d'un nouveau cadre dont il tombe amoureux. spoiler: A la fin, il choisira la première femme et ne brisera donc pas un couple. Film très sympathique dans un milieu très original (jungle indochinoise) même si tout se déroule en studio, avec d'excellents acteurs (surout Jean Harlow). C'est le trio classique, deux femmes pour un homme. Les dialogues sont de qualité, il y a de l'humour et la réalisation est assez limitée puisque tout se passe en studio. C'est plus une romance qu'un film d'action. C'est surtout un film d'acteurs.
    ronny1
    ronny1

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 542 critiques

    3,0
    Publiée le 19 juin 2020
    Avec « Red Dust » (La belle de Saigon) Victor Fleming est égal à lui même. Porté par le cinéma ultra bavard des premières années du parlant, il réalise convenablement et sans génie, un film parfois pesant, parfois agréable, parfois amusant, grâce à des répliques bien senties de Vantin (Jean Harlow au mieux de sa forme). A partir du scénario de John Lee Mahin adapté d’une pièce de théâtre de Wilson Collison, le réalisateur essaie de faire le moins statique possible tout en évitant le désordre et le flot assommant des mots, tout en gardant un racisme très prononcé quant aux asiatiques. Mais la photographie, inhabituellement peu inspirée, d’Harold Rosson n’aide guère la mise en scène et la jungle indochinoise entièrement fabriquée en studio réduit toute toute tentative d’envolée visuelle. De plus, face à la prestation de la sexy Jean Harlow, l’inégalité de l’interprétation ressort dadvantage. Reste un film très osé pour l’époque les deux actrices sont nues sous leur déshabillé, Mary Astor comme Jean Harlow (qui ne portrait jamais de sous vêtement, comme des années plus tard Marylin Monroe). Et il y a la fameuse scène du bain mais sans le brusque lever de Jean Harlow qui offrit un nu intégral sur le plateau. Fleming fit couper et détruire toutes les images pour éviter que la presse à scandale puisse publier des images embarrassantes pour la star. Ces audaces disparaîtront pendant des décennies du cinéma américain avec le sinistre et ultra puritain code Hayes. En 1953, avec un Clark Gable vieillissant, la MGM produira un remake transposé en Afrique, « Mogambo », réalisé par John Ford. Malgré des qualités de cinéaste évidentes, une absence complète de racisme (la marque de John Ford) et des extérieurs filmés sur place, le remake perd nettement en sensualité, malgré la superbe Ava Gardner.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top