Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Un homme qui dort
note moyenne
3,8
75 notes dont 16 critiques
38% (6 critiques)
31% (5 critiques)
19% (3 critiques)
13% (2 critiques)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Un homme qui dort ?

16 critiques spectateurs

jjr4
jjr4

Suivre son activité Lire ses 2 critiques

4,0
Un tour de force que cette adaptation d'un texte de Perec à priori peu fait pour le cinéma. Bernard Queysanne a eu plusieurs excellentes idées: tout d'abord d'utiliser un Jacques Spiesser au jeu trés neutre, qui promène son image dans le film comme le regard incarné du spectateur ou du lecteur, puis de confier la voix off à Ludmila Mickael qui à l'inverse de l'acteur semble possédée, habitée par le texte, elle délivre une musique de mots envoutante, trouvant sans difficulté le rythme bien particulier du style Perecien. Enfin de la même façon que la narratrice détache chaque mot, lui prète une saveur propre, une teinte, le réalisateur sculpte chaque plan, chaque image, de détails, de façades, de présences anonymes, en parfaite osmose avec l'art de regarder qu'affectionnait l'écrivain. Il est enfin un bonus pour les spectateurs, ce film est aussi une visite amoureuse de paris qui fascinera les parisiens comme les visiteurs de la ville.
gimliamideselfes
gimliamideselfes

Suivre son activité 874 abonnés Lire ses 3 692 critiques

3,0
Si je connais Perec et j'aime l'idée de son travail littéraire, jouer avec les mots, c'est un exercice de langue passionnant (Oulipo qu'ils appelaient ça). Cependant je n'ai jamais réussi à le lire (j'ai tenté la disparition il y a quelques années). Mais connaissant le goût des mots c'est avec un assez grand étonnement que je vois que le film s'ouvre ici sans parole pendant plusieurs minutes et je me suis dit : "ah l'image ne sera pas ici qu'illustrative". J'avais raison et tort à la fois. En fait une fois que la voix off commence à parler elle ne se taira plus de tout le film et elle est très soignée avec la redondance de la seconde personne du singulier qui fait ceci ou ne le fait pas. C'est assez envoûtant, mais le film montre bien vite ses limites. C'est-à-dire que pour de nombreuses scènes l'image n'est ici qu'illustrative, on pourrait très bien écouter juste la bande son (ou lire le livre) et ce n'est qu'à de rares moments où il se passe un truc avec l'image. Je pense à la fin où on a une sorte de crescendo, l'image en noir et blanc qui est de plus en plus brûlée par la lumière, la musique qui monte, la voix qui s'intensifie. Là il se passe un truc. Sinon, le reste du temps je trouve que ça ne fonctionne pas forcément tout simplement parce que du parti pris de n'avoir qu'une voix off et des images qui illustrent souvent platement ce que dit la voix off il manque une émotion, il manque un truc à ce film qui le fasse vibrer comme c'était pourtant le cas sur la fin. Je veux bien que la solitude, etc ça soit monotone et chiant, mais intéresser le spectateur avec autre chose qu'un petit effet de montage une fois toute les 10 minutes c'est bien aussi. Parce que du coup si j'ai apprécié l'expérience, j'ai trouvé ça fade parce que l'acteur est désincarné. Tout y est plat malheureusement, du coup c'est le genre de film que je trouve beaucoup trop long et dont je me dis : "autant lire le livre", le réel travail étant plus sur le son que sur l'image en faire un CD aurait peut-être suffit. C'est assez dommage pour moi parce que le fond est intéressant, ça dit des choses sur la solitude, le malheur, etc, mais ça ne passe pas forcément parce que ce que l'on voit est vide. J'ai besoin d'un support visuel, si déjà tu prends un acteur pour le faire autant qu'on ressente quelque chose.
QuelquesFilms.com
QuelquesFilms.com

Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 1 248 critiques

4,0
C'est une curieuse expérience cinématographique et poétique. Adapté d'un texte de Perec qui ne s'offrait pas de façon évidente au septième art, cet Homme qui dort peut apparaître comme un film artificiel, vaguement ésotérique. Certes, ce n'est pas le divertissement du siècle : un seul acteur principal, muet ; pas de dialogues mais une voix off (Ludmila Mikaël) ; un isolement dans une chambre d'étudiant, puis une déambulation dans un Paris souvent vide... Pourtant, tout cela a quelque chose de fascinant, de presque envoûtant. Le sujet est radical, philosophique, existentialiste. Le texte, d'une grande qualité, d'une inépuisable précision. La diction, lancinante ; elle épouse un flot d'images très belles, oscillant entre le gris pâle et le noir et blanc expressionniste. Cette oeuvre offre aussi un regard unique sur Paris. La capitale n'a peut-être jamais été aussi bien filmée, dans toute sa solitude. Prix Jean-Vigo 1974.
pierrre s.
pierrre s.

Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 2 393 critiques

2,0
D'abord surprenant et poétique, cet OVNI cinématographique devient malheureusement au fil des minutes long et répétitif.
Gustave Aurèle
Gustave Aurèle

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 1 332 critiques

3,0
un film éminemment littéraire qui suit l'errance d'une âme solitaire dans un monde moderne qui ne lui appartient plus.
JimBo Lebowski
JimBo Lebowski

Suivre son activité 217 abonnés Lire ses 998 critiques

5,0
Film assez impressionnant dans sa vision de la morosité et de la dépression, de l’individu face à son espace, de l’être et le néant, le potentiel est digne d’un court-métrage mais la fonction littéraire et surtout la rythmique le rendent implacable en ce qui concerne son caractère anxiogène et quasi physique. La solitude, l’errance, l’ennui, un homme qui vit sans vivre, un monstre parmi les monstres dans un Paris immensément creux et saturé, la réalisation offre de formidables fulgurances esthétiques et une utilisation étouffante et méditative du son, l’ambiance nous agrippe pour ne jamais nous lâcher durant 1h20, la voix-off quant à elle nous accompagne en accumulant les chapeaux entre narratrice, poétesse et philosophe. La dernière partie est juste sublimissime et le dernier plan très fort, on en sort quelque peu remué et fasciné, vraiment une excellente surprise !
kingbee49
kingbee49

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 304 critiques

5,0
"Un homme qui dort" ou la chronique d'une solitude inattendue et déroutante. Comme le roman, le film est une invitation à l'expérience, dans le creux caché des images et à la lumière de ce Paris en noir et blanc à la fois familier et étrange. Avec la voix off de Ludmila Mickael, nous voilà à reculons dans une poétique chuchotée de la mélancolie et de l'amertume du banal au murs gris, aux fenêtres closes... A ce jeune étudiant (Jacques Spiesser, excellent) qui lâche tout pour goûter à l'abandon, au voyage immobile, répond un subtil montage qui accompagne les gestes rares, les sorties, les entrées, les rues de la capitales... Au spectateur de se projeter dans l'errance du personnage, dans la dérive de ses émotions, dans son silence signant le désespoir.... Ici, Perec et Queysanne font acte d'un travail existentiel épuré et insolite sur la présence de ce contre-champ solitaire de l'abandon, mais sous une forme persuasive, plus ou moins lancinante qui captive et qui assèche en même temps. Et qui bouleverse à la longue... Méconnu et néanmoins magnifique, "Un homme qui dort"est sans doute l'un des films plus hypnotiques de l'histoire du cinéma.
Mephiless s.
Mephiless s.

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 696 critiques

4,0
L'osmose entre la littérature et le cinéma est là! Le texte de Georges Perec est très bien contée par Ludmila Mickael qui a l'air d'être possédée par le texte et qu'il lui donne vraiment vie. Le seul acteur, Bernard Queysanne a un jeu intéressant, son regard est vide. Il correspond parfaitement au personnage décrit par le texte de Perec
Hannoy
Hannoy

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 135 critiques

3,0
Cette oeuvre audiovisuel semble d'avantage s'apparenter à un clip littéraire qu'un long métrage, avec sa succession de plans dialectiques et l'absence de trame. la voix off de MIKAEL, à la fois charismatique et hypnotique apporte beaucoup, entrainant doucement le spectateur dans ce flot de rhétorique, parfois tempétueux, souvent mélancolique mais jamais ennuyeux. PERREC et QUEYSANNE ont choisi, avec leur plans généraux de dresser une vision désenchantée de la ville de Paris en ne laissant jamais passer une émotions à l'écran. En soi, la technique est quand même d'avantage adaptée à un format plus cours (moyen-métrage) car sur la fin, on fini quand même par se lasser, mais certaines scène viennent sporadiquement capter notre attention: Les deux enfants qui font glisser une règle contre la barrière, explication du jeu de carte. Les images sont toutes globalement léchées, une nécessitée pour soutenir la poésie du (bon) discours, notamment à la fin avec le fort contraste des couleurs.
Teardrop
Teardrop

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 59 critiques

4,0
Surprenante voix de narratrice pour l'esprit d'un homme qui ne dit pas mot ; images très travaillées, prises de vue astucieuses, jeux sur les gros plans / plans d'ensemble ; scénario simple et pertinent (qui n'a pas déjà pensé à tout abandonner ? Le personnage principal se livre à son quotidien, uniquement à ses petits gestes quotidiens, se choisit une vie végétale qu'on observe jusqu'à saturation). Le long flux verbal et le minimalisme donnent à ce film un rythme très particulier, à la fois fascinant et d'une lenteur déconcertante, hypnotisant et soporifique. Original et déconcertant : une expérience de cinéma intéressante.
jerplank
jerplank

Suivre son activité Lire ses 3 critiques

5,0
Très fidèle au roman. Un plus toutefois : la voix envoûtante de Ludmila Mikael.
nemo5959
nemo5959

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 76 critiques

5,0
Le livre de Perec est déjà impressionnant, mais je trouve le film plus réussi encore.... Un film à ne pas voir cependant dans un moment de déprime ! Mais quelle claque en pleine tête !... Et cette voix off de Ludmila Mikael qui transende le texte de Georges Perec... La bande son est d'ailleurs exceptionnelle je trouve ainsi que le travail sur le N&B.
soliloo
soliloo

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 588 critiques

2,0
Un film tout à fait original de forme et de contenu, dont on ne peut que saluer l'audace. Néanmoins, il faut bien reconnaître que l'on s'ennuie ferme devant cet ovni audiovisuel, dans lequel il ne se passe rien, en fait. C'est un film très littéraire, adapté du livre éponyme. Finalement, ce n'est qu'une illustration en images et en quelques sons de la lecture du livre. Quel intérêt, alors ? Peut-être le ton très engagé de Ludmila Mickaël, peut-être le flegme de Jacques Spiesser qui est plutôt charismatique alors qu'il ne fait rien et ne dit rien durant tout le film. Peut-être aussi parce qu'il se passe quelque chose, parce que malgré la lenteur extrême et le manque de rythme (sauf vers la fin), on est comme magnétisé par le film, on ne peut pas s'en détacher. On remarque aussi un traitement tout à fait particulier du son, où les rares bruits présents sont minutieusement choisis, et ne sont pas le fruit du hasard. Un film étrange, à voir pour ce qu'il a de peu commun. Mais il ne laisse pas un souvenir impérissable.
thullee
thullee

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 9 critiques

5,0
Ce film-ovni, que l'on peut qualifier d'expérimental, est une adaptation du roman éponyme de Perec. J'ai le souvenir d'une expérience cinématographique extraordinaire. Le film mêle réalisme et poésie dans un noir et blanc qui capte aussi bien le trivial que la beauté. Cet étudiant qui se détache progressivement du monde se livre à la plus belle errance du cinéma, rythmée par la lancinante voix-off de Ludmilla Mikael.
anonyme
Un visiteur
5,0
Il faut voir "Un homme qui dort". Le voir, le regarder, écouter l'intense narration de Ludmila mickael qui décortique le Rien existentiel. Des images totalement splendides, réalistes, illustrant la mansarde et le Paris de notre héros qui, du jour au lendemain, se retrouve avec "quelque chose de cassé", "une impossibilité de vivre". Il se détache de tout. La progression de cette transparence, image après image, rue après rue, détachement après détachement... on est dans la poésie, des mots, des choses, la poésie du néant. Prix Vigo 74, une oeuvre moderne qui nous frappe d'un profond malaise.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top