Notez des films
Mon AlloCiné
    Hard Eight
    note moyenne
    3,6
    295 notes dont 44 critiques
    répartition des 44 critiques par note
    2 critiques
    17 critiques
    19 critiques
    5 critiques
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur Hard Eight ?

    44 critiques spectateurs

    this is my movies
    this is my movies

    Suivre son activité 160 abonnés Lire ses 3 046 critiques

    3,5
    Publiée le 2 décembre 2018
    Sans doute le film le moins réussi de P.T Anderson, et pourtant, ça reste un bon film. C'est dire le niveau du bonhomme ! Polar simple, avec une intrigue pas très épaisse, ce qui fait qu'on peut trouver que les 100 minutes de film sont un peu remplies avec pas grand chose. En gros, on peut presque découper le film en trois actes bien distincts avec la rencontre, le motel et ce qui se passe après le motel. Entre-temps, les scènes s'éternisent un peu, notamment dans le motel, pivot du film mais également grosse faiblesse d'écriture. Heureusement, Anderson est un super directeur d'acteurs, donnant à P. Baker Hall un vrai grand rôle à sa mesure. En face, c'est très bons aussi, avec un J.C Reilly extraordinaire. Un pur polar donc, avec quelques plans séquences de folie, une intrigue qui réserve un petit twist pas désagréable et quelques jolis numéros d'acteur. Sympathique et intéressant. D'autres critiques sur thisismymovies.over-blog.com
    7eme critique
    7eme critique

    Suivre son activité 123 abonnés Lire ses 2 778 critiques

    3,5
    Publiée le 15 avril 2015
    Ce film est le premier long-métrage de l'excellent réalisateur Paul Thomas Anderson, qui lui permettra de se faire les dents dans ce monde cinématographique, sans nous montrer pour autant son style particulier que l'on trouvera dans ces futurs projets et dont on raffole. Toutefois, PTA s'en sort très bien en proposant ce film plus que correct pour un début de carrière prometteur. Sous cette réalisation tout public et face à ces acteurs compétents, le scénario reste intéressant, et tient la route, sans pour autant exceller dans l'originalité. Le spectateur, alléché par l'origine mystérieuse de l'aide qu'offrira cet homme, se laissera prendre au jeu de "Hard eight".
    Yetcha
    Yetcha

    Suivre son activité 121 abonnés Lire ses 3 262 critiques

    5,0
    Publiée le 29 décembre 2013
    Le genre de film qui vous reste dans les tripes même si on risque d'en oublier le titre complètement nul! Les acteurs crèvent l'écran, on est happé par l'intrigue dès les premières minutes et jusqu'aux toutes dernières secondes. Superbement filmé, ce film est un must absolu loin, très loin devant les réalisations du même genre qui ne nous offrent pas la profondeur et l'intensité des protagonistes. Juste excellent...
    Redzing
    Redzing

    Suivre son activité 122 abonnés Lire ses 3 304 critiques

    3,5
    Publiée le 21 mars 2019
    Un joueur professionnel vieillissant prend sous son aile un homme paumé et sans le sous. On suivra leurs errances dans les casino de Reno et Las Vegas. Passé inaperçu à sa sortie, et encore méconnu aujourd'hui, "Hard Eight" est le premier long-métrage de Paul Thomas Anderson. On y repère plusieurs tics qui feront le succès du réalisateur : des plans-séquences et plus généralement une mise en scène lente mais hypnotisante, un rythme maîtrisé, et des acteurs de talent qui deviendront des habitués de sa filmographie. Ici, Philip Baker Hall impérial en mentor paternaliste au passé mystérieux, John C. Reilly convenant bien au rôle de nigaud pas très débrouillard, Gwyneth Paltrow (alors peu connue) dans un rôle bien moins glamour qu'à sa future habitude, ou encore Samuel L. Jackson en petite frappe inquiétante. Si les ellipses et le côté froid du protagoniste en dérouteront certains, "Hard Eight" reste un film noir à la forme très soignée, et aux personnages intéressants.
    Sebmagic
    Sebmagic

    Suivre son activité 113 abonnés Lire ses 1 120 critiques

    4,0
    Publiée le 17 février 2013
    Paul Thomas Anderson impose sa patte dès son premier film avec Hard Eight, utilisant un casting irréprochable pour donner de la consistance à ce scénario. Philip Baker Hall, que je connaissais à peine grâce à quelques seconds rôles peu passionnants, tient ici le premier rôle à merveille. SOn personnage, toutefois classique, est passionnant et la réalisation virtuose d'Anderson le met en valeur avec queqlues plans-séquences sympas et des plans malins. En choisissant de montrer ou de cacher certaines choses, la caméra se déplace tranquillement et nous surprend parfois, comme lorsque Sydney est appelé en pleine nuit par John et constate les "dégâts" dans une chambre de motel, discutant avec John sans que nous sachions de quoi il s'agit. A souligner aussi les prestations excellentes de Samuel L. Jackson et Gwyneth Paltrow. Le premier est toujours aussi délirant, avec ses expressions de visage uniques et sa classe, sa prestance. Quant à l'actrice, elle parvient à rendre son personnage passionnant et émouvant alors qu'on la voit assez peu. Son jeu est absolument parfait pour ce style de rôles ; le rôle d'une jeune femme qui garde ses distances et semble complètement instable. Bref, Hard Eight n'est pas scénaristiquement révolutionnaire mais réserve de belles surprises et ne déçoit ni par ses explications, ni par son dénouement. On savoure et on ne voit pas le temps passer.
    Guillaume182
    Guillaume182

    Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 1 194 critiques

    3,5
    Publiée le 22 janvier 2012
    Hard eight voilà un film que j'avais envie de voir depuis longtemps, parce qu'il est le premier vrai film de Paul Thomas Anderson, le réalisateur génial de Magnolia, Punch Drunk love et Boogie Nights ou encore le dernier en date They will be blood. Il devait à peine avoir 25 ans quand il a réalisé ce film et pourtant malgré son manque d'expérience évident à cette époque il fait preuve d'une maîtrise technique et d'une maîtrise de la mise en scène remarquable. J'aurai bien voulu assister au tournage pour le voir travailler et diriger ses acteurs. L'histoire est intrigante, on se pose des questions sur ce mystérieux Monsieur qui semble venir en aide à celui qui en a le plus besoin, mais jusqu'à la fin on ne sait pas pourquoi il fait cela. On reconnait dans ce film quelques influences qui viennent probablement du cinéma de Scorsese. Pourtant, il manque quelque chose à ce film qui n'est pas au niveau des chefs-d’œuvre à venir de Pta. Un film plutôt bavard ou les dialogues sont bien écrits et les acteurs sont formidables.
    BlindTheseus
    BlindTheseus

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 2 566 critiques

    2,5
    Publiée le 16 avril 2010
    Grotesque but serious, a story (more precisely; the lovestory of The Redneck and The Princess) we're just longing for the end pictured with a following suit of anxious VIP's faces we just don't care, along with those imposed movements belonging to the ready-to-eat drama industry. A tower of clichés, a sort of Babylon we know intimately the solution of the enigma from the beginning issued by the way by only the old player.
    Timdu26
    Timdu26

    Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 481 critiques

    4,5
    Publiée le 17 décembre 2010
    Deuxième film de Paul Thomas Anderson que je vois après le somptueux Magnolia. On retrouve bien son style (jolis plans séquences) mais on voit plus que la production lui a imposé pas mal de trucs et qu'il n'a pas pu faire comme il le voulait. Cela reste malgré tout un très bon thriller original. J'aime beaucoup la dernière image.
    Maqroll
    Maqroll

    Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 1 123 critiques

    3,5
    Publiée le 10 juin 2012
    Premier film en tant que réalisateur de Paul Thomas Anderson, Sydney (oublions le titre français) conte l’histoire de deux hommes unis par un rapport de maître à élève. Une exposition intéressante, très technique et un peu intellectuelle, à laquelle il manque ce rien d’enlevé et de brillant qui en aurait fait un joli feu d’artifice... L’interprétation est de qualité, dominée par le duo composé de Philip Baker Hall (le maître) et John C. Reily (l’élève donc), sans oublier la toujours intéressante Gwyneth Paltrow qui apporte son charme et son piquant. Le monde des casinos est étudié d’une manière presque entomologique à travers une mise en scène brillante, ce qui est presque un lieu commun à propos de l’auteur. Un film qui reste trop souvent un exercice de style, d’école et académique, mais un film porteur de belles promesses qui seront tenues par la suite.
    ygor parizel
    ygor parizel

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 2 503 critiques

    4,0
    Publiée le 8 août 2012
    Premier ouvrage et c'est déjà très bon, Paul Thomas Anderson n'est pas encore le génie du cinéma américain mais n'en est déjà pas très loin. Qualité d'écriture et surtout la description des personnages qui sont tous intéressants. La mise en scène n'est pas aussi virtuose que dans ces films suivants cela dit son style est bien en place.
    LBDC
    LBDC

    Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 297 critiques

    3,5
    Publiée le 9 mars 2015
    (...) si la forme peut convaincre sans surprendre, il faut également considérer ces quelques thèmes qui seront récurrents dans la filmo de P.T.A. (à l’exception relative de Punch Drunk Love): la transmission, la paternité, l’argent. Plaçant son intrigue dans un univers unique, anxiogène même, Paul Thomas Anderson enferme ses personnages dans leur conceptions trop basiques du monde. Richesse, amour, honneur, bonheur… Des notions constamment invoquées par les protagonistes, mais que nous ne verrons jamais : le casino est évidemment un filtre sociétal de l’âme, un catalyseur de drames. Comme toujours chez P.T.A., ce qui impressionne, c’est la qualité de son écriture. Non seulement en termes de narration, mais également celle des personnages. L’enchevêtrement d’anecdotes en apparence aléatoire tisse une toile que seul le dénouement viendra démêler. La façon dont l’auteur amène ses situations est tout sauf conventionnelle : il s’agit d’abord d’installer une relation très forte, comme celle d’un père à ses enfants, d’interroger la viabilité de cette relation (Sydney est-il pervers, philanthrope ou intéressé ?)… Avant de tout chambouler en installant une mythologie plus classique (enfin, plus tarantin-esque précisément, caution Samuel L. Jackson à l’appui) mais très surprenante (... L'intégralité de notre critique, sur Le Blog du Cinéma
    Gérard Delteil
    Gérard Delteil

    Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 1 466 critiques

    4,0
    Publiée le 27 juin 2016
    Excellent film noir servi par de très bons comédiens. Certains personnages semblent issus d'un roman de David Goodis et les images sont superbes. Double mise (hard eight) souffre tout de même de quelques faiblesses; à commence par un scénario assez prévisible et une fin un peu vite expédiée. Si l'ambiance Casino est parfaitement réussie, on ne nous dit pas comment ces joueurs professionnels parviennent à vivre de leurs petites arnaques et c'est un peu frustrant. On aimerait tout de même voir beaucoup de films de cette qualité et cette densité. Ajoutons que Paramount ayant la désagréable habitude, comme beaucoup de chaînes câblées, de ne pas proposer la VO, le doublage est pour une fois assez bon.
    Scorcm83
    Scorcm83

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 504 critiques

    3,5
    Publiée le 25 août 2016
    Un film très sympathique qui instaure dés le premier plan le style visuel et virtuose propre à Paul Thomas Anderson. Il s'agit par ailleurs de son tout premier film, et inutile de dire que l'on sent directement le talent inhérent au cinéaste américain, dans sa gestion de la narration qui se révèle originale malgré pas mal de clichés, dans sa direction d'acteurs et dans sa mise en scène, extrêmement riche, tant en terme de prises de vue que de montage. J'ai beaucoup aimé la relation qui lie se trio et qui ne semble jamais vraiment forcée ou déséquilibrée, chaque personnage étant finalement complémentaire, le motif de la paternité adoptive ( récurent dans l'oeuvre d'Anderson) étant le thème central, perdant un peu de son souffle à la moitié du film mais trouvant en son dernier acte un regain de vitalité salvateur. Un premier coup d'essai réussi, pas aussi bon que le reste, mais précurseur d'une filmographie de génie.
    Aulanius
    Aulanius

    Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 1 423 critiques

    3,0
    Publiée le 29 juin 2012
    Et voila, c'est fait, j'ai vu toute la filmographie de PTA. A vrai dire, pour conclure, je pense que "Double Mise" est le moins bon de tous. Non pas que ce soit un mauvais long métrage mais dans le reste, c'est ce qui ce fait de moins bien. Histoire ... pas bien originale même si la relation entre les deux personnages principaux est vraiment sympathique. Niveau musical, c'est pas trop mail mais on a connu mieux. Les acteurs sont bons dans l'ensemble mais ce qui est vraiment intéressant, c'est de constater que le réalisateur fait appel des personnes avec qui il a déjà travailler. La fidélité, c'est beau. En fait, ce qui m'a dérangé ou plutôt ennuyé, c'est le côté casino qu'on a pu voir un bon millier de fois sur grand écran. Même si il n'est pas question que de ça, au bout d'un moment on a envie de voir autre chose. Comme à son habitude, au fil des minutes, on monte en puissance mais ça manque, quand même, clairement de rythme à mon goût. L'atmosphère y est spécifique comme dans toutes ces œuvres mais il manque pas mal de chose pour en faire un très bon long métrage selon moi. La durée, quant à elle, est pour une fois dans les cordes (je sais pas si ça se dit), c'est un bon point. En conclusion, notre homme (Paul Thomas Anderson), contrairement à beaucoup d'autres (et heureusement pour lui) monte en intensité et en talent au fil des films. Une immense qualité, assez rare de nos jours. 11/20.
    Kloden
    Kloden

    Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 997 critiques

    3,0
    Publiée le 14 mai 2013
    On commence la découverte de la carrière du si réputé Paul-Thomas Anderson, fort logiquement au passage, par son premier film, coup d'essai entre drame et thriller répondant au doux nom de Hard Eight. Un peu timide dans son scénario comme dans sa mise en scène au final, ce long-métrage prend pourtant un départ sur les chapeaux de roue, grâce à une scène introductive énigmatique parfaitement pensée. La suite est elle aussi convaincante tant qu'elle ne se départit pas de son mystère quant aux motivations de ses personnages, mais tombe maladroitement dans le genre "film policier vengeur" dès que celles-ci sont percées à jour. Dommage, car en dépit d'un manque d'ambition, le film se déroulait à merveille, s'appuyant sur des acteurs talentueux et magnifiquement dirigés, et une mise en scène sobre mais parfaitement calibrée pour les faire briller. Bref, si on ajoute à ça une richesse thématique appréciable, je crois pouvoir dire que cette entrée de PTA, à défaut d'être fracassante, est appliquée est réussie. Maintenant, espérons juste un poil plus d'ambition et de prise de risques pour son alléchant Boogie Nights !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top