Mon AlloCiné
    Le Plus sauvage d'entre tous
    note moyenne
    4,0
    178 notes dont 29 critiques
    17% (5 critiques)
    55% (16 critiques)
    24% (7 critiques)
    3% (1 critique)
    0% (0 critique)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Le Plus sauvage d'entre tous ?

    29 critiques spectateurs

    ferdinand75
    ferdinand75

    Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 1 162 critiques

    4,0
    Publiée le 28 janvier 2018
    Un très beau film , très puissant , qui n'a pas vieillit du tout , et au contraire aborde des thèmes très actuels et très divers. Le thème central est bien sûr cette relation père /fils, catastrophique , pleine de jalousie Oedipienne , de rejet de part et d'autres. Le film révèlera petit à petit les causes de cette haine. IL y a ensuite le thème écologique du métier de cette famille , éleveur de chevaux qui sont confrontés à une maladie épidémique ( style vache folle ) La problèmatique est magnifiquement posée. L'idividu contre la société, l'égoisme, la bravoure, que du solide et du sérieux . Et puis la séduction homme femme , avec Paul Newman absolument formidable et qui trouve avec Patricia Neal un fantastique miroir. Séductrice , femme libérée mais déjà aguerrie , meurtrie par son passé. Elle voudrait céder à la tentation mais se méfie. Un film fort , puissant , intense , remarquable.
    Tayop
    Tayop

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 462 critiques

    4,0
    Publiée le 13 novembre 2017
    Les vieilles traditions s'effondrent, les lobbys Américains poussent aux vices et aux péchés. La famille se désagrège et tandis que les vaches laissent leur peau l'alcool et la violence grignotent le travail de la terre. Une époque tumultueuse parfaitement mise en scène et qui nous offre un grand Paul Newman.
    CH1218
    CH1218

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 304 critiques

    3,5
    Publiée le 23 septembre 2017
    Les conflits générationnels sont au cœur de ce drame en forme de western contemporain de Martin Ritt. Un film qui vaut surtout pour la qualité des interprétations. Paul Newman se la (sur)joue révolté à quelque part entre James Dean et Marlon Brandon, alors que la figure paternelle est assurée avec un vrai brio par Melvyn Douglas et celle de la gouvernante par une excellente Patricia Neal. Ils s’adjugeaient à eux deux d’ailleurs, 2 des 3 Oscars que « le plus sauvage d’entre tous » glana en 1964.
    Jean-luc G
    Jean-luc G

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 57 critiques

    3,5
    Publiée le 22 septembre 2017
    Une histoire de cowboys dans les années 1960 - pas 1860! - toujours les grands espaces, mais on va en Buick pour boire un coup en ville et on écoute de la country sur un transistor! On vit de l'élevage, on en meurt si la fièvre aphteuse pointe son nez dans le troupeau. Beau portrait de famille, autour d'un affrontement père-fils, presque a la hauteur de "A l'est d'eden". Newman, en fils rebelle, est excellent. Alma la bonne , seule présence féminine dans le ranch, esquisse un pas de libération face au fils macho. Belle tranche de vie, bien filmée, qui dresse un portrait des ancêtres de l'électorat rural de Trump d'aujourd'hui… Une jolie découverte. TV1 - septembre 2017
    petitlapinnoir
    petitlapinnoir

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 167 critiques

    5,0
    Publiée le 19 septembre 2017
    Quand c'est noir, c'est noir, Un drame familial hors norme, porté par des acteurs épatants, Paul Newman en tête. A partir de la mise en quarantaine, le film procure un véritable sentiment de dégoût, de déprime, rarement égalé. C'est cru mais terriblement vrai.
    willycopresto
    willycopresto

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 285 critiques

    3,5
    Publiée le 19 septembre 2017
    Le Plus Sauvage d'entre tous (1963) Arte le 18.09.2017 Ce n'est pas un western. Plutôt une étude de moeurs sur la vie de quatre individus qui cohabitent et vivent de leur élevage de boeufs. Et l'exploitation va bientôt être frappée d'un virus. L'ambiance de cohabitation est glauque à cause d'un individu sans vergogne joué par Newman vous l'auriez deviné. Un film noir, pessimiste, et sans guère d'intrigue. Tourné en noir et blanc, c'est miracle que ce film apparemment réalisé avec un petit budget, ait enregistré 800 000 spectateurs en salles françaises ! Avec l'avènement du technicolor, le public avait plutôt tendance à bouder ce genre de films "à l'ancienne" ! Et puis c'est trop long et ça semble interminable. Heureusement, Newman était une coqueluche de l'époque : tourné avec un autre acteur, ce film serait passé inaperçu ! willycopresto
    Jean S.
    Jean S.

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 19 septembre 2017
    Un super beau film, portant sur des thèmes communs qui méritent d'être étudiés. Un qui rappelle les difficultés des agriculteurs depuis des années et encore de nos jours. La place de la femme dans la société. La naissance du monde du pétrole. Une phrase qui m'a marqué : je ne veux que de l'argent d'un métier dont je puis être fier (pas sûr de la formulation exacte)
    Danny Wilde
    Danny Wilde

    Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 125 critiques

    4,5
    Publiée le 13 janvier 2016
    Ce film a souvent été présenté comme un western moderne ; je ne suis pas du tout d'accord avec ce classement, c'est un drame profond situé dans un contexte moderne de ranch dans une Amérique en pleine mutation où un fils se révolte contre les méthodes archaïques d'élevage de son père, celui-ci n'appartenant déjà plus à l'Amérique moderne des affaires et de Wall Street. Il est anachronique pour Hud, ce fils rebelle dans un pays où les banquiers et les courtiers ont remplacé les pionniers et les aventuriers. L'intérêt de ce film est de dépeindre au sein de ces grands espaces, la solitude de ses personnages et leurs désillusions. Pour traduire ces sentiments, l'interprétation est de premier ordre, avec un Paul Newman magistral qui abuse sans doute un peu trop de sa gamme de tics Actor's Studio, ce qui peut parfois agacer, mais il trouve là un de ses meilleurs rôles, il en fait des tonnes dans l'arrogance, la dureté mais il permet aux autres d'étoffer leurs rapports, notamment le conflit entre Hud et son père joué par l'excellent Melvyn Douglas, un choc des générations parfaitement cerné et aussi teinté d'une grande valeur humaine. C'est visible aussi dans les rapports avec les autres personnages dont celui de Patricia Neal, dans un rôle ingrat de femme seule et désenchantée, et celui du neveu joué par le jeune Brandon De Wilde. Un film d'une grande sensibilité qui illustre 2 modes de vie, 2 pensées de 2 époques..
    bobmorane63
    bobmorane63

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 861 critiques

    4,0
    Publiée le 13 février 2015
    Un long métrage sur les déchirements d'une famille dans le milieu agricole dans le Texas mis en scéne par Martin Ritt !! Dans les grands espaces désertiques du Texas des années 60, l'histoire de trois générations d'une famille ayant le même sang, un grand père teigneux, un oncle alcoolique et nonchalant et du petit fils qui ne sait pas ou se mettre entre les deux travaillent ensemble mais une querelle lointaine les divisent entre les deux anciens depuis 15 ans. Le tonton embarque le fils dans ses beuveries nocturnes et les femmes faciles. La ferme est aussi sous le contrôle des bétails avec une vache morte dans des conditions médicales interrogatives. J'ai bien aimé ce film dans l'ensemble ou Martin Ritt signe une bonne mise en scène avec un scénario constructif au fil de l'histoire. Les scènes ou ils doivent abattre le bétail entier du ranch à coups de fusils m'a fait un petit pincement au cœur (je ne serais jamais boucher (rire)). Cette œuvre offre trois bons roles comme celui de Paul Newman ingrat et aux deux autres comédiens dont je ne connais pas les noms. Un film eut ètre méconnu a découvrir.
    Shephard69
    Shephard69

    Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 1 071 critiques

    4,0
    Publiée le 20 janvier 2015
    Une belle peinture du Texas des années 50 avec cette photographie noir et blanc aux détails riches, de l'ampleur dramatique, un triangle amoureux complexe, une analyse pleine de finesse d'une relation père-fils détruite par le ressentiment, la haine et la colère, un Paul Newman excellent dans un rôle fort et profond. Une œuvre splendide.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1540 abonnés Lire ses 8 693 critiques

    3,0
    Publiée le 16 janvier 2015
    « il faut tremper son pain dans la bonne soupe tant qu'elle est encore chaude ! » Superbement photographiè par le directeur de la photo James Wong Howe, c'est l'un de ses classiques en noir & blanc qui consistent à projeter l'image du cowboy traditionnel dans le contexte de la sociètè moderne! Dans un style très proche du "Bus Stop" de Joshua Logan, Martin Ritt tourne en 1963, "Hud", qui bènèficie de la brillante interprètation de Paul Newman dont le personnage a toujours dit que la loi devait être interprètè avec souplesse! Et c'est ce qui s'efforce de faire! Hud penche du côtè de la legalitè et des fois il penche de l'autre côtè! Aucun sens moral! On peut dire qu'il aime ça le fruit du pèchè en s'opposant aux valeurs enseignèes jusqu'alors par son paternel! Western psychologique et mèlancolique balayè par le vent, le conflit de gènèration constitue le thème principal du film de Ritt, avec la participation de l'excellente Patricia Neal (Alma est arrivèe à un âge où il ne faut pas faire la fine bouche) qui remportera un Oscar, celui de la meilleure actrice de l'annèe, et surtout celle de l'èmouvant Melvyn Douglas (oscarisè) en père vieillissant! Tout le pays se dègrade et les bons vieux hommes tels que Douglas deviennent aussi dures que leurs artères bien souvent! V.F parfaite, c'est à souligner...
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 174 abonnés Lire ses 1 476 critiques

    4,0
    Publiée le 1 mai 2014
    Un film qui peut paraitre ennuyeux à beaucoup et particulièrement intéressant à certains. Je fais partie des certains pour au moins trois raisons : en premier, la mise en scène qui s’adapte parfaitement au roman de McMurtry puis les thèmes qui restent d’une actualité brulante puisque chaque génération les retrouvent,enfin les acteurs qui donnent à leurs personnages une vraie vie. De surcroit, c’est un film courageux et honnête qui n’est pas fait pour plaire mais pour enrichir notre expérience de la vie, Martin Ritt a toujours eu à cœur de nous rendre plus intelligents. ‘’Hud’’ a de quoi dérouter par sa forme puisque il est à l’opposé du spectacle ou du rêve sans cependant tomber dans un réalisme voyeur. C’est le genre : ‘’cinéma qui n’en est pas’’. Il nous reste cependant le plaisir d’admirer Paul Newman qui reprend avec plus de maturité son rôle du ‘’Gaucher’’ tourné par Penn 5 ans plus tôt, Penn et Ritt ayant de nombreux points communs. Enfin quel plaisir d’admirer Patricia Neal dans un rôle d’une sensualité à faire pâlir bien des actrices plus réputées qu’elle pour cela ! On est à des années lumières de sa phrase magique ‘’ Klaatu barada nicto ‘’ qui modifia le comportement de Gort. Dernière remarque : le titre français particulièrement inadapté et générateur de frustrations puisque Hud est juste un sauvage parmi les autres.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 343 abonnés Lire ses 1 055 critiques

    4,0
    Publiée le 9 mars 2014
    Avec "Hud" ou "Le plus sauvage d'entre tous" c'est un très beau western moderne que nous offre Martin Ritt. On y retrouve le très charismatique Paul Newman dans le rôle principal de Hud, un coureur de jupons cynique, buveur et charmeur qui rentre régulièrement en conflit avec son père et notamment par rapport à l'avenir de leur propriété et de leurs terres, dont les jours semblent être compté. On y suit aussi ses relations avec son neveu orphelin et leur gouvernante. C'est un beau et dramatique mélodrame familiale que nous livre Ritt, très bien écrit notamment les dialogues, subtils et bien pensés. C'est aussi une belle analyse d'un choc entre deux générations totalement différente et le reflet d'une société Américaine qui subit d'indéniable changement. L'intensité et la complexité du scénario ressortent bien et Ritt ne tombe pas dans le mélo ou la niaiserie, c'est un film dur et sans concession. "Hud" bénéficie aussi d'une somptueuse photographie en noir et blanc, d'excellent fond sonore, souvent calme et superbe, et d'une très bonne mise en scène et réalisation, que ce soit pour les acteurs ou les paysages. L'atmosphère dramatique et poussiéreuse de l'ouest est parfaite. Les interprétations sont excellentes, que ce soit les premiers rôles comme Paul Newman, charismatique, cynique, magnétique et arrogant, qui montre une fois de plus toute l'étendue de son talent, ou les seconds comme Patricia Neal qui bénéficie tous d'une très bonne direction d'acteurs. Un très bon film, dramatique et humain et surtout un beau film sur le fond et sur la forme.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 17 janvier 2014
    Commençant par une très belle musique et la scène d'une voiture sur une large route, ce film nous fait entrer de suite dans une atmosphère dramatique. Martin Ritt imprime sa marque d'entrée de jeu avec un Paul Newman rugueux au tempérament abrupt et aux réactions violentes. Il incarne Hud Bannon, un coureur de jupons, hâbleur, le fils de Homer Bannon (Melvyn Douglas, un éleveur de bétail, sans cesse en opposition avec Hud, frivole et désintéressé par l'élevage. Au travers de cette fresque, Martin Ritt nous dresse le tableau d'un conflit de génération entre un père attaché aux valeurs traditionnelles, intègre et travailleur et son fils, brutal, complètement amoral et sans scrupules, qui ne pense qu'à s'amuser et souhaite vendre les terres. Brandon de Wilde joue le rôle du petit-fils Lonnie, proche de son grand-père Homer Bannon et aux antipodes du caractère de Hud. Paul Newman est vraiment à l'aise dans ce rôle très fort de crapule sans vergogne, plus intéressé par l'argent que par le dur labeur d'éleveur. Idem pour Melvyn Douglas qui incarne à merveille un vieil homme digne et honorable. Les trois générations d'hommes coexistent avec la gouvernante Alma, une veuve aux manières directes et authentiques, incarnée avec brio par Patricia Neal, qui sera récompensée par un oscar pour ce rôle. Il faut savourer la scène du grand-père et son petit-fils, chantant avec toute l'assistance dans la salle de cinéma, une chanson qui sera un grand succès dans les années soixante. Ce film ne tient en rien du western mais bien du genre dramatique, un chef-d'œuvre parmi la riche cinématographie de Ritt.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 559 abonnés Lire ses 4 294 critiques

    3,5
    Publiée le 28 mars 2013
    Indomptable. Insoumis. Rebelle. Provocateur. Ecorché-vif. Il y a du James Dean dans la prestation présente de Paul Newman. Considéré comme un fils indigne par son vieux père,propriétaire d'un ranch dans l'Ouest Texan,il noie ses névroses dans la consommation d'alcool et de femmes,avec le coup de poing facile. Il y a donc aussi aussi du Marlon Brando,et plus généralement cette mode de l'Actors Studios. Souvent considéré comme un western moderne avant l'heure,"Le plus sauvage d'entre tous"(1963) raconte sur le mode de la chronique familiale et pastorale,les relations complexes entre les différents membres du ranch,incluant un paternel à la rancoeur tenace(Melvyn Douglas),un neveu admiratif mais inexpérimenté(Brandon De Wilde)et une gouvernante d'âge mûr marquée par les hommes(Patrcia Neal,oscarisée). Le cinéma de Martin Ritt n'exclut pas les longueurs,et souligne un peu trop lourdement les conflits;mais il a aussi le chic pour des images marquantes,telles que l'extermination du troupeau de vaches atteint de fièvre aphteuse,ou celles de la tentative de viol. Un bon classique.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top