Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Irrésistible Alfie
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Irrésistible Alfie" et de son tournage !

Le remake d'un film de 1966

Irrésistible Alfie est le remake d'Alfie, le dragueur, comédie réalisée en 1966 par Lewis Gilbert, elle-même adaptée d'une pièce de Bill Naughton. Dans le film d'origine, c'est Michael Caine qui incarnait le tombeur de ces dames et qui asseyait définitivement, avec ce film, sa notoriété.

Un séducteur pas comme les autres

Incarner le séducteur Alfie sur grand écran a représenté un grand défi pour l'acteur britannique Jude Law, séduit par la qualité du script, mais aussi par le fait qu'Alfie, à la base cruel et indifférent aux autres, "est un personnage beaucoup plus nuancé qu'il n'y paraît. Il n'est pas dénué de conscience et fait de réels efforts pour s'amender." Pour le réalisateur Charles Shyer, "les rélexions de notre héros sans aussi surprenantes et scandaleuses que sa conduite. Mais en s'exposant tel qu'il est, Alfie commence à voir un peu plus clair en lui-même. C'est un des moyens qui lui permet de mieux se comprendre et d'évoluer." Même son de cloche de la part de la productrice Elaine Pope pour qui "Alfie est corrompu, auto-destructeur, mais d'une franchise totale. Le public, même s'il ne partage pas son point de vue, recevra de cet homme des confidences exclusives, sincères et l'énoncé de certaines vérités rarement dites en matière de relations amoureuses."

Seul face à la caméra

Pour Irrésistible Alfie, l'équipe décida de raconter l'histoire de ce séducteur par l'intermédiaire de ses propres déclarations, commentaires et justifications. Une technique inhabituelle et novatrice utilisée dans les années 60 fut alors reprise : Alfie s'adresserait directement au spectateur, le prenant à témoin. Jude Law, quasiment de tous les plans, s'adresse ainsi régulièrement à la caméra.

Alfie 1966 Vs. Alfie 2004

L'acteur Jude Law s'interroge sur le personnage d'Alfie, sur ce type de séducteur, et sur les différences entre son incarnation et celle, en 1966, de Michael Caine : "Il ne fait pas de doute que des hommes comme Alfie ont existé à l'époque, avec des principes similaires. Il y en a encore, incontestablement. On pourrait même dire que de telles attitudes cadrent davantage avec notre mode de vie actuel, basé sur une plus grande liberté sexuelle. Il y a quarante ans, le personnage choqua beaucoup. Entre-temps, les femmes ont évolué, bien sûr. Elles ne sont pas près de subir ce qu'elles acceptaient à l'époque, et cela confère une tonalité bien différente à notre film."

Trouver l'équilibre

Jude Law et le réalisateur Charles Shyer ont cherché à bien doser le drame et la comédie dans l'approche du personnage d'Alfie. Law souhaitait à l'origine insister sur la noirceur du héros, mais Shyer l'incita tout au long du tournage à réintroduire une touche de légèreté chez ce séducteur.

De Londres à Manhattan

L'action d'Alfie, le dragueur, film d'origine réalisé en 1966, se déroulait à Londres, en Angleterre. Celle d'Irrésistible Alfie se déroule à New York, dans le quartier de Manhattan, afin de créer un film à destination de la nouvelle génération. La scénariste et productrice Elaine Pope explique : "Pour citer Sting, Alfie est un "Englishman in New York". Il vit un rêve éveillé, mais il est légèrement perdu dans cette immense ville où il a très peu d'amis et aucun parent. Sur le plan émotionnel, c'est un déraciné. Faire de notre Alfie un poisson hors de l'eau était un moyen parmi d'autres de toucher avec ce film un tout nouveau public."

Les conseils de l'"Englishman"

Jouant un Anglais transplanté à New York, Jude Law a émis des suggestions très pointues quant à l'environnement dans lequel devait évoluer son personnage. C'est lui qui conseilla ainsi de mettre en évidence dans son chez-lui quelques éléments bien britanniques : les comic-books Dandy et Roy of the Rovers ainsi qu'un exemplaire des mémoires de l'acteur David Niven et un vieux pick-up orange des sixties.

Un clin d'oeil aux 60's

Le réalisateur Charles Shyer ne s'est pas privé d'adresser un clin d'oeil nostalgique à la mode des années 60. Irrésistible Alfie possède ainsi quelques références 60's intégrées par la chef costumière Beatrix Aruna Pasztor : "L'idée était d'intégrer certains éléments stylistiques des sixties à une esthétique vestimentaire contemporaine, élégante et, en toutes circonstances, authentique."

Une bande originale de haut vol

La bande-origine d'Irrésistible Alfie comporte trois morceaux co-écrits par les légendes du rock Mick Jagger (leader des Rolling Stones) et Dave Stewart (guitariste de Eurythmics), enregistrés dans les célèbres studios londoniens d'Abbey Road, immortalisés pour avoir accueilli les Beatles. Pour le réalisateur Charles Shyer, "le film possède une unité stylistique, thématique et visuelle que Mick et Dave ont parfaitement captée dans leurs chansons, et je pense que la musique aura une résonnance très personnelle pour le public." Le reste de la bande-originale du film est signée par le compositeur John Powell.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • John Wick Parabellum (2019)
  • Douleur et gloire (2019)
  • Aladdin (2019)
  • Nous Finirons Ensemble (2018)
  • The Dead Don't Die (2019)
  • Godzilla II Roi des Monstres (2019)
  • Séduis-moi si tu peux ! (2019)
  • Pokémon Détective Pikachu (2019)
  • Les Crevettes pailletées (2019)
  • Avengers: Endgame (2019)
  • Cold Blood Legacy - La mémoire du sang (2019)
  • Sibyl (2018)
  • Les Plus belles années d'une vie (2019)
  • Hellboy (2019)
  • After - Chapitre 1 (2019)
  • Rocketman (2019)
  • Les Misérables (2019)
  • La Malédiction de la Dame blanche (2019)
  • L'Adieu à la nuit (2018)
  • La Femme de mon frère (2019)
Back to Top