Mon AlloCiné
Le Monde vivant
Note moyenne
3,8
16 titres de presse
  • Aden
  • L'Humanité
  • Libération
  • Cahiers du Cinéma
  • Chronic'art.com
  • Le Figaro
  • Le Figaroscope
  • Le Monde
  • Les Inrockuptibles
  • TéléCinéObs
  • Télérama
  • L'Express
  • MCinéma.com
  • Première
  • Positif
  • Studio Magazine

Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

16 critiques presse

Aden

par Philippe Piazzo

(...) étonnante création cinématographique dont l'élément fondateur est le jaillissement de la parole.

La critique complète est disponible sur le site Aden

L'Humanité

par Emile Breton

(...) le plus merveilleux ici, c'est le sérieux avec lequel sont traités ces contes de fées. Sérieux non dénué d'un humour qui n'est jamais, bien au contraire, prise de distance ou ironie, mais face à face du cinéaste avec ce qui appartient à un autre monde que celui que le cinéma a pour vocation d'enregistrer : le " réel ".

Libération

par Didier Péron

On ne sait plus faire le départ du vrai et du faux, de la distance facétieuse et de l'adhésion mystique, du fait et du rêve. Le film s'amplifie, du jeu de rôles médiéval à l'étude d'un conflit très ancien, la crise ou la tension entre l'exprimé et l'inexprimable et la manière dont le cinéma conspire à organiser en une sorte de communauté magique les choses du visible et leur revers immatériel.

Cahiers du Cinéma

par Jean-Philippe Tessé

Témoin d'un cinéma de pure croyance, le film d'Eugène Green avance selon une ligne de conduite têtue : éthique de la discussion, éloge de l'accord verbal filmé jusque dans ses extrêmités les plus sacralisées - la promesse tenue d'une résurrection, à la condition de croire davantage au verbe qu'à la chair - s'y déploient sur un mode joyeusement volontariste.

Chronic'art.com

par Jean-Philippe Tessé

Le Monde vivant, récit picaresque minimaliste en forme de conte médiéval, poursuit sur un mode très ludique la réflexion sur quelques fondamentaux de l'expression cinématographique (l'incarnation, la parole, la croyance).

La critique complète est disponible sur le site Chronic'art.com

Le Figaro

par Dominique Borde

Voir la critique sur www.lefigaro.fr

Le Figaroscope

par Marie-Noëlle Tranchant

Eugène Green donne à ce récit légendaire la force de l'évidence. Tout a un éclat et une fraîcheur merveilleux, dans ce " monde vivant " animé par des énergies naturelles et des souffles surnaturels. Tout respire et tout palpite, drôle, imprévu, gracieux. Le charme opère.

Le Monde

par Isabelle Régnier

En faisant de la parole le lieu d'une vérité transcendante, Eugène Green réaffirme une croyance dans le cinéma parlant dont le maniérisme avait fait son deuil.

La critique complète est disponible sur le site Le Monde

Les Inrockuptibles

par Amélie Dubois

Eugène Green n'impose pas son monde, son film est plutôt une proposition, celle de se prendre au jeu, proche d'une invitation à danser un menuet malicieux qui intervertirait les partenaires et ferait ainsi alterner les couples.

TéléCinéObs

par Elodie Lepage

Le Monde Vivant s'attaque à un sujet tout bonnement énorme : celui de la représentation cinématographique. Et rappelle (...) que le cinéma n'est qu'une question de convention (...) De façon assez étonnante, la démonstration se révèle à la fois loufoque, poétique et efficace.

Télérama

par François Gorin

(...) une spontanéité poétique fruit non du hasard mais d'un travail tout à fait concerté, unique en son genre (...) Eugène Green entretient avec le cinéma le même rapport que ses jeunes gens avec l'objet de leur flamme : passionné et courtois.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

L'Express

par Eric Libiot

Voir la critique sur www.lexpress.fr

MCinéma.com

par Olivier Pélisson

(...) Le Monde vivant peut ennuyer ou agacer les spectateurs en attente d'action et de magie merveilleuse. Soit on marche, soit on saute en cours de route. A vous de voir.

Première

par Sophie Grassin

La distanciation dont font preuve les quatre acteurs ainsi que le recours quasi systématique aux plans fixes peuvent laisser (très, très) froid, mais l'humour du texte - et ses imparfaits du subjonctif casse-gueule - fait parfois mouche.

La critique complète est disponible sur le site Première

Positif

par Jean-Christophe Ferrari

C'est peu dire que Green semble influencé par Bresson (...) Mais, alors que Bresson est troué par la transcendance et réussit à composer une matière plastique vibrante, les films de Green créent un système clos qui tourne à vide et n'évoque qu'une ritournelle maniériste.

La critique complète est disponible sur le site Positif

Studio Magazine

par Thierry Chèze

Voir la critique sur www.studiomag.com

La critique complète est disponible sur le site Studio Magazine
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top