Notez des films
Mon AlloCiné
    Outrages
    note moyenne
    3,7
    1796 notes dont 164 critiques
    répartition des 164 critiques par note
    36 critiques
    66 critiques
    33 critiques
    19 critiques
    7 critiques
    3 critiques
    Votre avis sur Outrages ?

    164 critiques spectateurs

    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 498 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    5,0
    Publiée le 11 novembre 2009
    Après Cimino, Coppola, Stone et Kubrick, De Palma livre sa vision du conflit du Vietnam. S'intéressant plus aux relations humaines qu'au conflit, il part d'un horrible fait divers pour en faire un grand film dont on ne parle pas assez. La mise en scène est soignée et l'interprétation est excellente (Sean Penn est parfait dans le rôle du gros salaud et Michael J. Fox très bon dans le rôle du naïf découvrant les horreurs de la guerre).
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 368 abonnés Lire ses 3 461 critiques

    3,5
    Publiée le 13 septembre 2010
    Généralement un film de guerre nous présente le militaire soit comme un héros de sa patrie soit comme une victime de la guerre. Ici, Brian De Palma, antimilitariste convaincu, nous présente les soldats américains au Vietnam comme des victimes de déshumanisation se croyant intouchables par l'indulgence de la cour martiale. De plus, le fait de voir les rapts et les viols sur la population civile, un fait que les cinéastes ne se sont jamais attardés, prend véritablement le public aux tripes.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 344 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    3,5
    Publiée le 11 janvier 2016
    Après Coppola, Cimino, Stanley Kubrick, Oliver Stone ou encore Ted Kotcheff, c'est au tour de Brian De Palma d'apporter sa vision de la guerre du Vietnam, ou la perte de l'innocence de l'Amérique. Pour cela, il s'inspire notamment de quelques histoires vraies ainsi que du roman Casualties of War de Daniel Lang, et met en scène l'histoire d'un jeune soldat devant faire face à la guerre, ainsi que le comportement des soldats... Assez vite De Palma rentre dans le vif du sujet et nous immerge au coeur de cette satanée guerre du Vietnam via un long flash-back où une troupe, en pleine nuit, se retrouve au coeur d'un bombardement. Peu à peu, le metteur en scène de Scarface va mettre en place un affrontement psychologique entre un jeune soldat et son supérieur, ce dernier étant suivi par le reste de la troupe, que ce soit par adhésion ou par la poigne. Il se rend assez vite compte que tenir tête à son supérieur peut lui couter cher, malgré les actes atroces de celui-ci, et c'est notamment cela qui va intéresser De Palma, la façon, que ce soit sur le terrain ou en coulisses, qu'à cette jeune recrue pour protester et s'opposer à ce sergent. Alors, Outrages n'est pas exempt de tout reproche, à commencer par quelques maladresses dans certains effets de style, notamment ceux de la dramatisation ou du suspense. De Palma tombe dans certains excès et en fait parfois trop, surtout lorsqu'il s'agit de mettre en avant un aspect émotionnel. De plus, certains messages semblent parfois un peu trop appuyés, notamment ce qui tourne autour du racisme, tout comme le final qui sonne assez faux. Si c'est dommage, ça n'en devient pas non plus préjudiciable pour apprécier l'oeuvre qui fait office de film coup de poing et arrive tout de même à prendre aux tripes lorsqu'il le faut, notamment lorsque le metteur en scène de Mission : Impossible propose une vraie immersion au coeur de cette jungle aussi chaude que violente, ainsi que toute la première partie où l'opposition entre les deux soldats va commencer et s'accentuer, où les tourments psychologiques de l'un vont devoir faire face à la violence de l'autre. Comme Elia Kazan avec Les Visiteurs, De Palma aborde la question du crime en temps de guerre, mais à travers cela c'est surtout l'horreur de la guerre qu'il met en place, et comment elle peut, petit à petit, anéantir psychologiquement des hommes. Sa mise en scène est immersive et il arrive bien à rendre tous ses personnages intéressants, tout comme leur évolution au fur et à mesure de l'histoire. La tension est souvent au rendez-vous lors des moments propices tandis que Sean Penn se révèle parfait en sergent violent dont la folie se fait de plus en plus forte, tout comme Don Harvey alors que Michael J. Fox montre lui quelques limites dans ce rôle plus dramatique. Et enfin, et c'est bizarrement un point plus décevant, la partition d'Ennio Morricone montre quelques failles et ne colle pas vraiment toujours à l'image. D'abord merci à Tj. pour la proposition et si Outrages se montre maladroit sur certains points, il n'en reste pas moins un film captivant, prenant et immergeant, nous emmenant au coeur de cette terrible guerre pour y suivre la folie et la violence qui va avec.
    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 401 abonnés Lire ses 5 459 critiques

    4,0
    Publiée le 16 février 2008
    Outrages (1990) est l’adaptation du roman de Daniel Lang, qui s’est lui même inspiré d’un fait réel. Une histoire sordide, pendant la Guerre du Vietnam, alors qu’un jeune groupe de soldats est envoyé en reconnaissance, ils vont faire une halte dans un village et Meserve décide d’enlever une jeune fille afin de la violer et de la tuer. Seule Eriksson, qui est un « bleu » va se montrer réticent et fera tout ce qu’il peut pour qu’elle échappe à son terrible sort. Mais ses camarades vont se dresser contre lui, désormais, ce sera la loi du plus fort ! Dans la veine de Les Bérets Verts (1968), Voyage au bout de l'enfer (1978), Apocalypse Now (1979), Platoon (1986) ou encore Full Metal Jacket (1987), Brian De Palma (Blow Out - 1982) nous entraîne dans les méandres de la guerre, où les soldats n’ont plus aucun sens moral et où seule une arme peut faire la différence et signifier beaucoup de choses. Pas réellement violent, mais assez psychologique, on reste captivé par ce drame, grâce à une distribution de premier choix, avec dans le rôle principal : Michael J. Fox (Retour vers le futur I , II & III - 1985/1989/1990), aux côtés du flippant Sean Penn, Don Harvey, John C. Reilly, John Leguizamo
    JimBo Lebowski
    JimBo Lebowski

    Suivre son activité 238 abonnés Lire ses 1 058 critiques

    3,5
    Publiée le 22 janvier 2016
    Pas un grand film de guerre certes mais intéressant dans l’idée qu’il se fait de la zone de non-droits qu’était le Vietnam pour les soldats américains, on a un peu ça dans "Platoon" avec le sergent Barnes et ici c’est beaucoup mis en valeur, les personnages sont incarnés, il y a de la cruauté et de l’émotion, ça fonctionne. Le duel Michael J. Fox-Sean Penn est impeccable dans ce qu’il engage comme enjeux moraux et de conflits d’autorité, la dernière partie est vraiment réussie et toute la réflexion sur la justice en temps de guerre paraissant intransigeante pour n’être au final qu’un tribunal factice rend le final assez déchirant. Après on ne remarque pas trop la patte De Palma dans la réalisation hormis 2-3 plans, ça m’a un petit peu déçu, mais pas au point de sous-évaluer l’objet bien évidemment. Bon film.
    vvalenou
    vvalenou

    Suivre son activité 222 abonnés Lire ses 462 critiques

    5,0
    Publiée le 30 août 2008
    Brian de Palma s'attaque à la guerre du Vietnam, mais il aborde surtout un chapitre peu évoqué par les autres cinéastes : le rapt et viol des jeunes vietnamiennes. Ne vous méprenez pas, ce film n'est en aucun cas émouvant, il prend aux tripes, marque au fer rouge et impose une douleur parfois insupportable d'impuissance au spectateur. Une œuvre choc, d'une puissance rare. Une salvatrice dénonciation de toute la misère humaine qu'est la guerre. Un film culte.
    Stephenballade
    Stephenballade

    Suivre son activité 184 abonnés Lire ses 1 196 critiques

    4,5
    Publiée le 19 septembre 2019
    "Outrages" fait partie de ces films plus ou moins oubliés qui valent pourtant le détour. Sur une mise en scène remarquable de maîtrise, Brian De Palma révèle que les américains n’ont pas toujours été des enfants de chœur lors des différentes campagnes armées. Inspiré d’un fait réel repris par l’écrivain Daniel Lang dont le roman a servi de support au scénario, le sujet de ce bien nommé film a pour cadre la guerre du Vietnam. Outrages : oui je crois que c’est effectivement le terme approprié. Outrages envers le genre humain, outrages envers les droits de l’Homme, outrages envers son engagement envers l’armée, outrages envers la Constitution des Etats-Unis. Parce que ces bons américains sont eux aussi capables des pires exactions. On le savait, personne n’est dupe, surtout quand les bruits de couloirs s’amplifient au fil des affaires qui s’accumulent. Mais quand on prône autant de bonnes valeurs, l’admettre est difficile, et l’avouer encore plus. Alors le plus souvent, c’est la politique de l’autruche qui est le plus souvent observée. En 1989, De Palma brise donc le silence par le biais du scénario de David Rabe. Les premières images ne laissent en rien augurer de ce qu’il va se passer malgré des notes encore une fois géniales du maestro Morriconne. Car "Outrages" a la particularité d’avoir été mené selon le concept d’un mauvais rêve, d’un mauvais souvenir, les deux à la fois. Enfin chacun ira de son interprétation. Et c’est un film particulièrement réussi, intégrant habilement la dramaturgie au genre de guerre. Même je dirai que le drame prend le pas sur la guerre. Le résultat est sans appel : l’intrigue est poignante. Il faut dire que le casting est impeccable. Pour tout dire, le spectateur se voit confronté à cinq personnages à la psychologie très différente les unes des autres. Ainsi nous avons Sean Penn qui excelle dans la peau du sergent allumé à la tête de sa section ; celui-ci est par ailleurs très bien secondé par la présence inquiétante de Don Harvey en Clark dépeint comme une brute épaisse ; nous avons aussi la prestation remarquable de Michael J. Fox en soldat droit dans sa tête ; suivent John Leguizamo en soldat au caractère peu affirmé, et John C. Reilly (déjà bon à l’occasion de sa première apparition ciné) qui se situe dans le juste milieu de cette petite troupe en gars qui veut profiter pleinement des facilités qui s’offrent à lui. Au regard de l’intrigue, le rythme est parfait. Qualifié de pachydermique par certains, il n’a pourtant rien de lourd. Pas dans le mauvais sens du terme en tout cas. Au contraire, sa relative lenteur fait bien sentir la tension qui nait des rivalités, lesquelles sont créées par une perception très différente des choses. Le traumatisme provoqué par un conflit tel que la guerre du Vietnam est bien sûr clairement évoqué, dans la mesure où on vous pousse à haïr tellement l’ennemi qu’on finit par le voir partout, y compris là où il n’est pas. Il en ressort un certain manichéisme, mais il n’est en aucun cas gênant : soyons honnêtes, la plupart d’entre nous agirait comme le soldat de 1ère classe Eriksson. C’est sur cette notion que toute la tension du film repose, et De Palma a su s’en servir comme peu d’autres savent le faire : les séquences avec la jeune vietnamienne sont filmées avec une grande justesse ! Sans être excessives, elles sont violentes, et même si on ne voit concrètement pas grand-chose, elles sont bien suffisantes et ne laissent en aucun cas le spectateur indifférent et le confortent dans l’action d’Eriksson. Et même à condamner l’immobilisme de certains, mis en évidence à travers le caméo de Ving Rhames en lieutenant Reilly. Et puis comme si les paroles du Capitaine Hill (Dale Dye) avaient eu une emprise sur lui, De Palma ne s’éternise par sur le procès en ne montrant que l’essentiel le plus strict, laissant les peines au rang des faits anecdotiques. Dommage cependant que nous ne puissions entendre la dernière réplique du sergent Meserve, ce qui n’est pas plus mal car ça permet à chacun des spectateurs d’y aller de sa propre élucubration, encore que je ne sais pas trop s’il y a grande matière à équivoque. En résumé : encore une grande réalisation de Brian De Palma, portée avec un casting irréprochable. Certes les effets pyrotechniques ont un peu vieilli, mais n’oublions pas que ce film a été tourné en 1989. Pour finir, je trouve que l’interdiction aux moins de 12 ans est tout de même un peu limite : entre les scènes de violences avec la jeune vietnamienne (bravo à elle qui a su retranscrire toute la peur de son personnage), et les membres coupés… On a vu des restrictions plus importantes pour moins que ça.
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 176 abonnés Lire ses 2 522 critiques

    4,0
    Publiée le 8 décembre 2019
    Certes, c’est un film de guerre à grand spectacle typiquement hollywoodien mais il a quelque chose de plus. L’analyse d’un fait divers en temps de guerre au 20 ième siècle dans un pays totalement étranger à l’armée d’occupation. Il serait intéressant de le comparer à l’amour violé de Yannick Bellon de 1977 , non pour l’aspect visuel des choses mais pour leur compréhension tant les pulsions d’un petit groupe de jeunes hommes sans éducation ont les même points communs. Je ne crois pas que De Palma ait pensé à cela, ce qui l’intéresse surtout ce sont les problèmes de conscience des différents militaires qui sont amenés à intervenir. C’est une réussite de ce point de vue car rien ne permet de penser que les choses puissent être autrement une fois qu’une guerre est activée. Passionnant à suivre, beau par sa mise en scène classique, d’une grande honnêteté, ne s’attardant que sur l’essentiel (faux semblant du procès) ‘’Outrages’’ peut servir de référence sur les comportements humains.
    NeoLain
    NeoLain

    Suivre son activité 195 abonnés Lire ses 4 726 critiques

    5,0
    Publiée le 25 février 2008
    Evitant le point de vue général et factuel sur la guerre du Vietnam, Brian De Palma isole et privilégie uen situation particulière : le rapt, le viol et le meurtre d'une vietnamienne par une patrouille de cinq GI. Et extrait une série de scènes symboliques sur le comportement humain, la lâcheté ou le courage. L'intérêt, c'est bien sûr de montrer la différence des attitudes face à cette exaction, qui est aussi la métaphore d'une guerre intérieure, ou chacun se débat avec ses pulsions et sa morale. Le film comporte une séquence de terreur anthologique : celle du GI qui avance sur un terrain piégé, au-dessous duquel, tapis dans un souterrain, son ennemi l'attend pour le castrer.
    this is my movies
    this is my movies

    Suivre son activité 162 abonnés Lire ses 3 046 critiques

    4,5
    Publiée le 25 décembre 2016
    Succombant à la mode "Platoon", B. DePalma livra lui aussi sa vision du conflit. Partant d'un fait divers, il s'en sert non pas pour livrer un film de guerre mais un drame humain se déroulant durant un conflit. Ce qui intéresse le petit Hitchcock, ce sont les personnages et leurs actes. Il va surtout décortiquer le combat entre Meserve (S. Penn, tranchant, intense, bouleversant) et Eriksson (M.J. Fox, brillant parfois, malgré un rôle assez ingrat d'idéaliste pur jus). Il nous est bien montrer cette barbarie presque ordinaire de jeunes soldats, livrés à eux mêmes par une hiérarchie qui ferme les yeux et qui n'en peuvent plus des horreurs qu'ils subissent chaque jour. La mise en scène de DePalma est au rasoir, avec quelques mouvements de caméra comme il affectionne et la musique d'E. Morriconne, même si elle est magnifique, a tendance à surlignée certains passages qui demandaient plus de sobriété. Un film fort, aux interprètes convaincants et qui témoigne de l'engagement de son auteur. La fin est loin d'être un happy end. D'autres critiques sur
    landofshit0
    landofshit0

    Suivre son activité 145 abonnés Lire ses 1 745 critiques

    3,0
    Publiée le 28 février 2018
    La guerre du Vietnam est l'un des thèmes qui a inspiré le plus les cinéastes américains de la génération de De palma et pour cause,ils ont vécus directement ou indirectement ce conflit. Outrages est la contribution de De palma sur ce trauma américain,le film voit la vie d'une section de soldats américains. Une fois de plus les vietcongs sont peu montrés,même si ici le sujet de la discorde se situe autour d'une femme viet. Il est vraiment difficile de supporter le jeu de Sean Pean dans ce film,l'acteur en fait des caisses et des caisses,il grimace jusqu'à rendre son personnage grotesque. Autant dire que l'on ne ressent pas grand chose de la folie qui gagne ces hommes dans ce contexte de guerre. On ne ressent rien non plus pour le personnage de Michael J.Fox seul contre tous. De palma montre bien des choses qui sont certaines arrivées au Vietnam,mais ça s’arrête là. L'image est bonne et le film reste correct mais ce n'est pas du grand De palma,car on se fout de ce que met à l'écran le réalisateur,à vrai dire ça devient même rapidement long voir même caricatural par moment.
    Yetcha
    Yetcha

    Suivre son activité 122 abonnés Lire ses 3 262 critiques

    5,0
    Publiée le 3 mars 2012
    Un grand film signé De Palma avec une brochette de grands acteurs, dont Sean Penn qui, à l'époque, savait jouer le vrai comédien. Les dessous morbides et les déviances des soldats au front. Une belle et difficile histoire de guerre malheureusement sûrement d'actualité aux quatre coins du globe.
    scorsesejunior54
    scorsesejunior54

    Suivre son activité 111 abonnés Lire ses 694 critiques

    4,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Du très très bon De Palma. Contrairement à Oliver Stone se complaisant dans la violence avec "Platoon", le cinéaste habituellement choquant a pris beaucoup de recul pour nous raconter les conséquences d'un viol durant la guerre du Vietnam. Il filme en prenant ses distances et parvient à introduire un climat accessible sur un sujet pourtant difficile. Tout le travail de mise en scène est vraiment remarquable sur ce point, sachant que l'oeuvre a été réalisée de manière très sobre sans pour autant perdre son efficacité. Tout se passe dans la tête, et on réfléchit sans avaler des litres d'hémoglobine inutiles. C'est intéressant car on se pose de multiples questions sans réponses, importantes mais qui n'empêchent pas de dormir; et ce, je le répète encore une fois, grâce à son traitement. Même si Sean Penn est impressionnant, son personnage n'est pas ambigü et ne fait donc pas flipper. Et ce n'est finalement pas plus mal, car cela permet de penser aux ravages de la guerre sans être ravageur.
    Nicolas M
    Nicolas M

    Suivre son activité 96 abonnés Lire ses 185 critiques

    4,0
    Publiée le 4 mai 2007
    Un film vraiment dure et choquant réalisé de main de maître par Brian DePalma. On retrouve dans ce film Michael J. Fox dans un registre où on ne l'avait jamais vu auparavant. Il y est incroyablement phénoménale!!! Sean Penn l'est tout autant!!! Un vrai chef d'oeuvre qui restar dans l'histoire du cinéma comme le film le plus choquant mais aussi le plus réaliste sur la guerre du Vietnam.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 13 août 2012
    Bien avant Redacted, De Palma jetait un pavé dans la mare sur ces drames de guerres bien réels. Effrayant, injuste et terriblement humain.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top