Mon AlloCiné
Le Privé
note moyenne
3,7
299 notes dont 47 critiques
13% (6 critiques)
43% (20 critiques)
21% (10 critiques)
23% (11 critiques)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Le Privé ?

47 critiques spectateurs

landofshit0
landofshit0

Suivre son activité 134 abonnés Lire ses 1 740 critiques

4,5
Publiée le 11/06/2013
La force du film réside dans son personnage,un privé dont la nonchalance et l’humour pince sans rire donne un ton vivant au film. L’enquête n'est pas superbement mené de la part d'Altman mais la mise à l'écran de ce personnage de roman suffit à rendre le film vraiment bon,l'un des meilleurs du réalisateur.
gimliamideselfes
gimliamideselfes

Suivre son activité 846 abonnés Lire ses 3 679 critiques

4,0
Publiée le 15/06/2014
Franchement pour tout vous dire ça fait longtemps que je voulais voir ce film, j'avais adoré MASH et the player et ça faisait longtemps que je n'avais pas vu d'Altman (l'un des rares réalisateurs américains "contemporains" que je considère). Je tremblais durant tout le début du film, toute la séquence avec le chat, le type qui croise ses voisines hippies à poil, la bouffe pour chat, c'était juste génial. C'était juste du train-train quotidien, la routine, pas d'intrigue, juste un chat difficile, quelques vannes et ça suffit pour se mettre dans l'ambiance, comprendre qui est le personnage, son attitude, sa façon d'être, et ça sans réellement de dialogue juste en le suivant dans un acte routinier et banal. Et j'ai adoré. Après il fallait forcément qu'il y ait une intrigue, ce meurtre, ce suicide… Et comment souvent dans ce genre de films ce n'est pas ce qui est réellement intéressant ou important, ce qui est génial ici c'est les personnages, le cynisme et le ton désinvolte du héros… le docteur ultra louche, le mafieux juif qui est complètement malade, le romancier alcoolique… et le chat difficile. J'aime vraiment le ton désabusé du film, ce charme désinvolte qu'il peut avoir. Et il en résulte une atmosphère où finalement on a jamais vraiment peur pour le héros, où même les scènes "chocs" ne choquent plus réellement, on est comme le héros, blasé de tout ce merdier et on a quand même cette petite envie d'avoir le fin mot de l'histoire, savoir à quel point c'est absurde. C'était vraiment très bon, même si je dois avouer trouver qu'il y a une baisse par rapport au tout début du film avant que l'intrigue ne commence. Limite j'aurai adoré suivre ce type faire ses courses au supermarché pendant 2h. C'est le genre de film où il n'y a pas besoin d'histoire, les personnages et le ton suffisent. En tous cas c'était juste excellent avec en plus ce petit côté marche funèbre cynique… Délicieux.
Akamaru
Akamaru

Suivre son activité 516 abonnés Lire ses 4 334 critiques

2,5
Publiée le 01/04/2011
Polar en forme d'exercice de style,"le Privé"(1973)déconcerte par sa nonchalance et son humour à froid.Reprenant le célèbre héros de Raymond Chandler,le détective privé Philip Marlowe,l'inclassable Robert Altman en fait une personne solitaire,qui se parle à lui-même et à son chat,et qui résoud ses enquêtes à son rythme,avec cette certitude que la vérité finit toujours par éclater.L'interprétation décalée d'Elliot Gould,immédiatement attachant,contribue à donner à Marlowe un côté pathétique,sans illusions,mais en même temps défenseur des causes qu'il juge essentielles.La fin est provocante,mais Altman se permet beaucoup de digressions,qui plombent un peu l'intérêt pour une intrigue peu captivante.Il abuse également des mouvements de caméra,et d'autres expérimentations.En revanche,il étonne par moments,par exemple,en filmant un écrivain alcoolisé en pleine noyade progressive,ou quand la petite amie du caïd se fait casser le visage à coup de bouteille.Dans l'ensemble,c'est un policier assez inégal,comme la carrière d'Altman d'ailleurs,qui possède l'atmosphère adéquate du Los Angeles d'époque corrompu,mais absolument pas le scénario qui va avec.
Christian M.
Christian M.

Suivre son activité Lire ses 152 critiques

3,0
Publiée le 23/07/2017
Un bon début de film cynique et désabusé bien dans la veine pessimiste d'Altman, malheureusement le reste ne suit pas et on s'ennuie quelque peu.Eliot Gould est parfait en détective privé looser mais le scénario se traîne et s'avere peu captivant.Quelques éclats de violence ponctuent un film qui laisse un sentiment d'inachevé.
TTNOUGAT
TTNOUGAT

Suivre son activité 160 abonnés Lire ses 2 428 critiques

2,0
Publiée le 22/05/2017
Le début est plus que prometteur… Bien filmé et très original, Philip Marlowe réveillé à 3 heures du mat. par son chat affamé, se réveille, allume sa première cigarette (il ne les quittera plus) se lève (il dormait habillé avec ses chaussures) et va au super marché chercher la boite d’aliments espérée. Rupture de stock, le vendeur lui en conseille une autre. De retour il se dissimule aux yeux du matou et transfère le contenu de la boite apportée dans une vide ayant contenu celle réclamée…Ruse éventée; le chat n’en veut pas et se sauve…On comprend alors que c’est un ''loose''r trop gentil que même son chat quitte. La suite ne sera plus hélas qu’un long pensum car se vouloir être créatif est une chose mais tenir la distance une autre et Altman n’y arrivera pas. En dehors de Nashville, qui s’en passe avec bonheur, le réalisateur ne pourra jamais conclure ses idées qui resteront inachevées ou inacceptables comme ici avec le crime final.
Kloden
Kloden

Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 996 critiques

2,0
Publiée le 30/09/2016
Je suis bien trop attaché au roman noir, dont The Long Good-Bye du maître Raymond Chandler est l'un des piliers littéraires, pour entrer totalement dans cette relecture désabusée du genre, marotte habituelle de Robert Altman. La fin (seul moment qui m'ait véritablement percuté, à part une ouverture très réussie, débonnaire et vénéneuse) confirme à elle seule la volonté totale de se démarquer du roman. Dans celui-ci, si Marlowe était malmené et parfois en retard sur les événements, il lui restait face à l'univers d'une noirceur labyrinthique où il se débattait comme un coup d'avance au niveau le plus essentiel : s'il ne pouvait rien changer au Mal, Marlowe savait s'en prémunir, où placer sa confiance, et comment reconnaître la marche à suivre. C'est l'une des facettes du personnage littéraire et peut-être ce qui le rend aussi admirable ; il n'est capable que de parvenir à la vérité, pas de changer celle-ci, mais possède malgré certaines failles une immunité contre le Mal, une vigilance payante pour garder son intégrité. Altman, lui, faisait de son Marlowe un type encore plus dépassé, et même à côté de la plaque,spoiler: incapable d'admettre que son ami Terry Lennox soit un assassin. Mais plus encore, le récit oblige Marlowe à s'impliquer, à tuer Lennox pour laver l'affront de l'avoir trompé et de lui avoir fait perdre la dernière innocence qui soit. Le meurtre, en lui-même, compte à peine : il n'est que la confirmation dans les faits d'une défaite que Marlowe avait déjà subie. En ce sens, le film s'inscrit pour de bon dans les obsessions thématiques du Nouvel Hollywood, qu'il avait déjà cultivées jusque là. Très lumineux pour le genre, Le Privé ne dessine par exemple ses parts d'ombre que par une image pauvre et assez granuleuse, pas par le noir tranchant d'un monde haut en couleur. Les personnages, eux-aussi, ne sont qu'une désincarnation pâlotte de ceux du roman et des archétypes du genre. La richesse, la perversité (un personnage mis à part, c'est vrai), la beauté, l'astuce ; tous ces traits sont appauvris, tirant vers le banal et le déjà-oublié un univers désabusé où tout dans les canons du genre ne semble se maintenir que par une habitude dégoûtée. On sent bien tout le cachet des films américains de l'époque, qui joue sur une désillusion douce-amère (on caricature gentiment le mouvement hippie, qui en 1973, avait déjà brûlé ses plus belles heures et laissé derrière lui tout pouvoir porteur et toute espérance). Le seul sursaut violent qui secoue le personnage principal vient d'ailleurs sans doute de son cri virulent contre la police corrompue, trait là-aussi typique d'une époque qui déconstruisait le système sans vraiment trouver la force d'une alternative. On peut donc imaginer ma déception, moi qui aurais souhaité une vraie retranscription de la classe glacée du livre de Chandler. Au lieu de ça, ne demeure qu'un film dont la très forte personnalité vaut le coup d’œil, mais qui s'avère souvent fatigué, fatigué par ce que son univers artistique déplore, certes, mais aussi par ce geste dépressif qui finit par tourner à vide. Pour moi, la greffe n'a pas pris, et Chinatown aura bien mieux réussi sa ré-appropriation d'un genre qui a beaucoup à dire si on sait le faire parler avec tact.
Benjamin A
Benjamin A

Suivre son activité 305 abonnés Lire ses 1 898 critiques

4,5
Publiée le 06/09/2014
Après Humphrey Bogart et avant Robert Mitchum, c'est au tour de Elliott Gould d'enfiler le costume du détective privé Philip Marlowe, personnage imaginé par l'écrivain Raymond Chandler à la fin des années 1930. Sous la caméra de Robert Altman, le détective enmène en urgence un de ses amis, Terry Lennox au Mexique mais dès son retour, il apprend la mort de l'épouse de Terry et se voit accuser de complicité de meurtre... Robert Altman actualise à sa façon le film noir et ce dès l'excellente première scène où il n'y a pas d'intrigue mais juste le détective dans sa vie de tous les jours entre son chat, ses voisines hippies et son réveil nocturne. Et dès cette introduction, il nous met de suite dans l'ambiance avec ce héro qui s'avère très loin de l'image laissé par Bogart. Personnage qui n'a pas le charisme de ce dernier mais qui s'avère désinvolte, cool voire même nonchalant toujours avec sa clope au bec et surtout que l'on prend un grand plaisir à suivre. Si l'intrigue est importante et bien ficelé, Altman attache au moins autant d'importance à Marlowe ainsi qu'à la galerie de personnages que l'on trouve autour. On y croise son pote qui veut se barrer à trois heures du matin au Mexique, un docteur très ambigu, un chat qui fugue ou encore un romancier alcoolique à la Ernest Heminghway. Galerie de personnages alternant plusieurs humeurs et donnant différents tons aux films entre thriller, drôle ou drame, ce que Altman maîtrise à merveille pour notre plus grand bonheur. Altman joue avec les codes du film noir où l'on retrouve plusieurs éléments, de l'enquête alambiqué à des personnages où les frontières entre le bien et le mal sont souvent très flous. Mais aussi avec Marlowe, il donne une dimension humaine à son récit où on se sent proche de ce personnage qui fait son enquête d'un air désabusé et désinvolte. Ce dernier est d'ailleurs très bien incarné par Elliot Gould qui s'avère surprenant et attachant. Dans l'ensemble le casting est très bon, à noter aussi une des premières apparitions de Sschwarzenegger au cinéma dans le rôle d'un homme de main. Altman sublime Los Angeles à travers un visuel très 1970's qui lui donne un charme désuet. Derrière la caméra, il est là aussi brillant, trouvant toujours de superbes plans et mettant parfaitement en valeur ses personnages. Il maintient la tension tout le long et retranscrit aussi très bien les années 1970 comme en témoigne la première scène avec l'intérieur de Marlowe ou ses voisines. A noter la B.O. de John WIlliams, très loin de ce qu'il a pu faire par la suite et qui joue avec des variations de la superbe chanson "The Loog Goodbye" Brillamment mis en scène et réalisé, Altman adapte à sa sauce le film noir et le personnage de Marlowe et nous livre l'un de ses meilleurs films, haletant et passionnant. Elliot Gould, parfait opposé de Humphrey Bogart, donne sa désinvolture et sa coolitude au célèbre détective.
Raw Moon Show
Raw Moon Show

Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 800 critiques

4,5
Publiée le 14/08/2013
Quintessence du film noir revival des années 70. A ranger aux côtés de Night Moves (la Fugue) d'Arthur Penn. Elliot Gould est à l'image de son chat, tout en souplesse et lenteur délectables, traînant derrière lui l'odeur âcre de son indissociable mégot, montrant patte de velours en toutes circonstances et sachant toujours fort heureusement comment retomber dessus. L'intrigue est belle en ce qu'elle se développe aussi bien géographiquement que sur le plan de l'épaisseur du mystère et des sentiments suscités, des valeurs aussi (l'amitié, un traître mot) surgies du passé mouvementé de notre héros qui au final tient plus du gros gentil matou que d'un impitoyable félin à l'affut. C'est pour ça qu'on l'adore, comme on restera bluffé par la formidable prestation de Sterling Hayden.
cylon86
cylon86

Suivre son activité 429 abonnés Lire ses 4 388 critiques

4,0
Publiée le 21/02/2011
Loin de l'image du détective privé immortalisé par Humphrey Bogart, Robert Altman livre avec "Le Privé" une réjouissante variation sur le film noir moderne. Son héros, Philip Marlowe, délicieusement interprété par un Elliott Gould tout en gouaille et en nonchalance, est un homme un peu paumé, qui perd son chat, fume clopes sur clopes et s'en prend un peu plein la tronche sans vraiment réussir à s'imposer. S'il est intelligent et qu'il a du flair, il se fait souvent malmener mais comme il le dit si bien : "it's okay with me". Dès le début du film, Altman et sa scénariste Leigh Brackett montrent bien que l'intrigue n'est pas primordiale : on y voit Marlowe tenter de nourrir son chat, sortir faire des courses, reluquer ses voisines qui font sans cesse du yoga les seins à l'air et chercher son chat qui se fait la malle. Comme son copain Terry Lennox que Marlowe emmène lui-même au Mexique avant que celui-ci ne se fasse sauter le caisson, accusé du meurtre de sa femme. Alors que tout le monde classe l'affaire, Marlowe fouine gentiment, est chargé de retrouver un écrivain alcoolique (Sterling Hayden, impérial), se fait malmener par un gangster dont la violence et la nervosité annoncent celle de Joe Pesci dans les films de Scorsese et fait un tour par la case prison. Malgré tout il enquête sans avoir l'air d'y toucher tout comme le scénario, généreux en seconds rôles cocasses (un gardien de résidence imitateur d'acteurs, des voisines plantureuses, un homme de main consciencieux) avance sans avoir l'air vraiment construit alors qu'il fourmille de détails. Certes, l'intrigue est brumeuse, fidèle à Raymond Chandler mais Altman transforme le film noir en film cool, détendu et en même temps assez cynique, comme à son habitude. La force du film tient d'ailleurs à la façon dont Altman s'attarde sur le fourmillement de vie de ses décors (un poste de police bruyant, des chiens qui s'accouplent dans une rue au Mexique) mais aussi et surtout au charme fou d'Elliott Gould qui compose un Marlowe atypique, plus humain, un peu paumé mais toujours aussi malin quand il s'y met. Ses réparties sont cocasses et le film ne tarde pas à s'imposer comme l'un des meilleurs d'Altman.
overlook2
overlook2

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 163 critiques

3,0
Publiée le 19/06/2016
D’une mélancolie parfois un peu trop languissante, le film d’Altman dresse le double portrait d’un homme en porte-à-faux avec son époque et d’une civilisation qui galvaude ses idéaux libertaires sur l’autel du profit, endormie par les drogues douces et la soudaine richesse. Derrière la bonne santé, le luxe, le soleil se cachent la violence, la corruption et la trahison. Le film a le charme mais aussi les limites de son récit trop lâche, pas toujours passionnant à suivre, mais à l’image du monde en déliquescence qu’il décrit.
Julien D
Julien D

Suivre son activité 335 abonnés Lire ses 3 455 critiques

3,5
Publiée le 31/08/2014
La façon dont l’une des figures majeures du film noir, le personnage de Philip Marlowe créé par l’écrivain Raymond Chandler et précédemment immortalisé par notamment Humphrey Bogart dans Le grand sommeil, est remise au gout du jour par Robert Altman est un prétexte idéal pour le réalisateur de redonner un coup de jeune à un genre en perte de vitesse. En donnant davantage de place à la désinvolture que dégage ce détective blasé, en décalage avec son temps car sûrement coincé à l’époque de l’âge d’or du film noir, et à son quotidien dans un Los Angeles dans l’esprit des années 70 (caractérisé par ses voisines hippies et son gardien fan des stars de l’époque) qu’à l’intrigue elle-même, Le privé est une œuvre à part qui réussit à jouer des stéréotypes du genre tout en leur apportant une touche d’autodérision et une mise en scène moderne. Car même si beaucoup de personnages, comme la femme fatale incarnée par Nina Van Pallandt et son mari, l’auteur alcoolique interprété par Sterling Hayden, sont des clichés mais ils sont utilisés dans des scènes, telles que celle de la noyade, d’une intensité qui les rendent uniques.
Plume231
Plume231

Suivre son activité 532 abonnés Lire ses 4 608 critiques

4,0
Publiée le 18/07/2012
Comme toujours quand il s'agit de porter à l'écran Raymond Chandler et son personnage mythique Philip Marlowe, c'est l'atmosphère qui compte et pas l'intrigue ; de toute façon essayer de piger entièrement quelque chose à cette dernière est une perte de temps. Tout ceci, Robert Altman l'a très bien saisi à travers cette transposition dans les années 70. A ce niveau-là, la première heure est une belle réussite et peut même être considéré comme ce qu'Altman est capable de donner de meilleur. Après ça diminue un peu d'intensité malgré quelques éclats jusqu'à un final superbe avec une réplique finale superbe où Philip Marlowe assume pleinement son statut de loser mais pas du tout celui de loser qui a perdu son chat. D'ailleurs dans le rôle du détective, souvent critiqué, je trouve pourtant Elliott Gould très convaincant. Il arrive à donner une fausse nonchalance et une véritable humanité à Marlowe qu'un Bogart, trop cynique pour cela, dans le même rôle ne lui a pas donné. Le tableau de Los Angeles, grâce à quelques détails apparemment anodins mais qui sont loin de l'être, ensoleillé de forme, pourri de fond, est très vivant et crédible. Quelques personnages secondaires bien croqués, en particulier le petit chef de bande taré et un peu flippant véritable ancêtre de Joe Pesci dans "Les Affranchis", rendent le tout vraiment intéressant. La première heure est le meilleur d'Altman mais dans l'ensemble, en dépit de quelques coups de mou, c'est peut-être le meilleur film d'Altman tout simplement.
Shephard69
Shephard69

Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 1 855 critiques

3,0
Publiée le 19/02/2014
Même si on retrouve l'esprit des romans de Raymond Chandler, un film qui a pris dans l'ensemble un sérieux coup de vieux, truffé de longueurs. Bonne intrigue malgré le côté déjà vu. Loin de marquer les mémoires de façon durable.
CeeSnipes
CeeSnipes

Suivre son activité 162 abonnés Lire ses 1 699 critiques

4,0
Publiée le 01/12/2012
S’il y a bien un cinéaste américain qui avait son propre style inimitable, c’est Robert Altman. Testant plusieurs genres dans sa carrière, il passa inévitablement par le film noir, avec Le Privé. Film expérimental plus que véritable film noir, Le Privé tend vers le pastiche tant il use des codes plus que redondants des films noirs, sans jamais, pourtant, en abuser et fatiguer un spectateur qui ne peut qu’admirer la caméra jamais fixe du génial Altman. Si ce dernier filme bien, il ne peut totalement faire oublier un scénario aux abonnés absents, qui n’a pour lui que quelques piques bien senties, deux ou trois moments originaux (tous ceux avec Mark Rydell, excellent) et une conclusion bien sympathique. En effet, le film effleure les deux histoires sans jamais rentrer en détail et seuls les acteurs arrivent au niveau de la mise en scène. Elliott Gould y est absolument parfait en archétype du privé râleur, dragueur et malchanceux, Sterling Hayden, le doucereux Henry Gibson et bien sûr Mark Rydell, plus drôle que terrifiant. Deux curiosités sont à signaler : la première est Arnold Schwarzenegger qui y fait une apparition avec une coiffure à la Bernard Thibaut et une moustache (il y finit d’ailleurs torse nu) vers la fin du film. La deuxième curiosité est la musique du film, par John Williams, qui est le seul morceau qu’on entendra dans le film, malgré l’omniprésence de ladite musique. En effet, chantée par différents groupes, orchestrée de façon différente et même fredonnée par les personnages, The Long Goodbye est le seul morceau qu’on entend dans ce film, une idée originale, mais qui porte ses fruits, créant une atmosphère assez étrange et immersive. Ah si seulement The Long Goodbye avait eu un scénario compétent, le film aurait été un classique. En l’état, ce n’est qu’un objet original, étonnant, virtuose par moment, mais un peu vain.
chewi02
chewi02

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 177 critiques

2,5
Publiée le 29/10/2013
Un film qui a bien vieillit,ce film est assez fade,pas beaucoups de rebondissements,à voir une fois surtout pour arnold Schwarzenegger (dans un tout petit role).
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top