Last Life in the Universe
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • DVD, VOD
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   3,9 pour 105 notes dont 30 critiques  | 
  • 12 critiques     40%
  • 11 critiques     37%
  • 0 critique     0%
  • 4 critiques     13%
  • 3 critiques     10%
  • 0 critique     0%

30 critiques spectateurs

Trier par 
Les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
hokkekyo

0 abonné | Lire ses 6 critiques |

  5 - Chef d'oeuvre

"Lost Life in the Universe" est un film du thaïlandais Pen-ek Ratanaruang, un véritable bijou cinématographique représentatif d'un cinéma asiatique se singularisant par sa lenteur, lenteur hypnotique qui confine à l'envoûtement. Et c'est bien ce à quoi il faut s'attendre en voyant ce film, un véritable envoûtement qui tient autant à la forme épurée de sa réalisation, la photo (confiée à Christopher Doyle, qui a travaillé sur 2046, Hero, In the Mood for Love) qu'à la qualité de la prestation des acteurs, notamment de l’étonnant Tadanobu Asano, qui a reçu pour son interprétation de Kenji le Prix du meilleur acteur lors du festival de Venise - A contre-courant. Un film admirable qui nous présente la vie de deux êtres perdus voguant vers l‘incertitude, l’un en proie constante au désir de mourir, et l’autre à la recherche d’une autre vie suite au décès de sa sœur. Alors que tout semble les opposer et que leurs échanges verbaux sont pour le moins laconiques, les deux personnages apprendront à se connaître et à s’apprécier . Une belle descente dans la psychologie des personnages qui nous révèle le trouble de l’âme humaine et son insatiable quête de sens. Une œuvre surprenante qui ne manque pas d’humour noir !

pacinojr

0 abonné | Lire ses 10 critiques |

  5 - Chef d'oeuvre

Un film étonnant, burlesque, poétique mais avec le regard sur sa société d'un cinéaste inventif . Très bon film asiatique qui n'est pas sans rappeler l'excellent Les Locataires de Kim Ki-Duk. Le cinéma asiatique continue de nous surprendre. Déplacez-vous et rattrapez ces perles.


tom25-33

0 abonné | Lire sa critique |

  5 - Chef d'oeuvre

Superbe ambience, et super esthétique. Ce film qui passe comme un rêve. C'est un de mes films préférés, plein de tendresse et d'émotion.

Widjet

0 abonné | Lire ses 296 critiques |

  1 - Très mauvais

Seul le charme de l'interprétation (excellent le type qui joue Kenji !) et le caractère burlesque de certaines situations (les multiples tentatives de suicide de Kenji) arrivent - avec peine - à nous maintenir concentré et éveillé. J'ai déjà vu plus chiant mais bon force est de reconnaitre qu'il faut s'accrocher car au final le film présente assez peu d'interet, factice même et sans guère d'émotion. Il est vrai que j'etais tres fatigué et que crtaines scènes - limite dans le fantastique (apparition de la soeur decedee, le menage qui se fait tout seul...) m'ont plus perturbé qu'autre chose même si cela donne un certain coté "fashion", exercice de style au film. Bref, en tout cas grosse deception mais les acteurs sont irreprochables.

Zilog

1 abonné | Lire ses 185 critiques |

  4 - Très bien

C'est lent, mais on ne s'ennuie pas... Je n'ai aucun recul sur le cinéma asiatique donc j'ai du louper plein de références (cf autres commentaires) et pourtant...ce film se suffit à lui-meme et les personnages principaux sont attachants et "justes". A découvrir, tout simplement (spoiler: ce film ne vous plaira pas si vous n'allez voir que du Vin Diesel et Steven Seagal ;) - par contre le classer dans le "cinéma élitiste à la con" serait une erruer grossière, c'est accessible, il suffit d'aimer le cinéma ; après, on aime ou pas bien évidemment.

mr_fred

0 abonné | Lire ses 167 critiques |

  4 - Très bien

Un cadrage soigné et une bande son caressante composent l'écrin de cette rencontre improbable et énigmatique.

wako

3 abonnés | Lire ses 14 critiques |

  5 - Chef d'oeuvre

Ce film est un chef d'oeuvre, tout simplement. Je l'ai découvert lors du festival de Deauville et ce fut une véritable révélation, la découverte d'un auteur, un vrai. Tout d'abord envoutant puis hypnotique, sa lenteur apparente cache une très belle histoire d'amour entre deux êtres solitaires et différents. J'ai particulièrement apprécié le jeu sobre et minimaliste de Tadanobu Asano (la femme est pas mal non plus...). Ajoutez à ceci la superbe photo de Christopher Doyle et vous obtenez un film planant et criant de maitrise.

paracelse

52 abonnés | Lire ses 135 critiques |

  5 - Chef d'oeuvre

Sur la base d'une rencontre improbable entre un bibliothécaire japonais suicidaire, obsessionnel, lymphatique et contrôlé et une jeune prostituée thaï, bordélique, déstructurée et spontanée, le cinéaste Pen-ek Ratanaruang (réalisateur entre autres de "Monrak transistor") nous livre ici un petit joyau de comédie noire, film d'atmosphère humide présentant deux solitaires dont les destinées plutôt chaotiques vont se croiser pour un pire qui devient meilleur. Oeuvre originale donc, porteuse d'un climat hypnotique, dans la lignée de l'esthétisant "Lost in translation", ce film contemplatif, y compris lors des scènes les plus violentes, est un film à découvrir ! Evidemment, avec une référence livresque comme "le lézard noir", il n'est pas étonnant que Pen-ek Ratanaruang ait choisi d'orienter son film vers l'humour noir, voire le burlesque. Et les obsessions esthétiques ainsi que l'ambiguité sexuelle du flegmatique Kenji, n'auraient sûrement pas été reniése par Mishima, le "kamikaze de la beauté". On se régale ainsi à constater les ratages successifs du pourtant méthodique Kenji dans ses tentatives de suicide, toujours dérangé par un gong sonore au moment ultime... (Tadanobu Asano récompensé par le prix d'interprétation masculine à Venise, et qu'on avait déjà apprécié dans d'autres films comme "Zatoichi" et "Jellyfish"). On est touché par sa rencontre avec Noï, séduisante jeune thaï à la langue bien pendue (magnifique Sinitta Boonyasak, mélange de beauté, de sensualité et d'espiéglerie !). Et leur relation curieuse, floue, improbable (ils n'ont aucun point commun !), sensuelle et pourtant non charnelle, va peu à peu évoluer dans cette maison bordélique où plane le fantôme d'une morte, et où le ménage se fait comme par magie (magnifique scène frôlant le fantastique). Et ainsi, malgré toute l'incongruité de la situation, tout nous semble pourtant logique, évident, et le spectateur bascule lui aussi dans le non rationnel, et observe avec amusement et tendresse l'évolution de ce couple un peu curieux qui ne partage même pas la même langue (lui est japonais, elle est thaïlandaise)... Et dans ce film plein de non-dits, à la beauté sculpturale où certains plans pourraient être des tableaux en soi, où le sang lui-même devient une peinture abstraite, on assiste à l'histoire finalement toute simple d'une rencontre singulière où deux mortifères réapprennent à se poser, à vivre, à rire, voire à se projeter dans un futur moins noir... Beaucoup de choses au final dans ce film : une histoire émouvante sous une apparence tantôt burlesque, tantôt désenchantée ; une histoire où chacun apprendrait l'air de rien à l'autre à vivre avec ses propres zones d'ombre ; une relation d'osmose, ambigue et pourtant feutrée, dans une torpeur moite toute estivale ; un apprentissage de la vie en fait, mais d'une vie qui saurait garder tout son mystère... En bref, un dépaysement asiatique élégant, signé par un cinéaste singulier qui possède un vrai style personnel.

Siocnarf

0 abonné | Lire ses 2 critiques |

  5 - Chef d'oeuvre

Ce film est un enchantement, je cromprends que le rythme très lent puisse paraitre déstabilisant pour certains, voire carrément insupportable, mais pour moi cela a fait totalement l'effet contraire. La réalisation très nonchalante et la pointe d'humour est bien distillée sur un sujet où il aurait été facile de déraper (le suicide et la mort d'un proche). Les clins d'oeil au cinéma asiatique (le film de Ratana Pestonji, réal thaïlandais quasi-oublié de nos jours) sont les bienvenus et souvent très drôles (hommage constant au film de Miike qui fait d'ailleurs une apparition anecdotique). Les acteurs sont vraiment très bons, Tadanobu Asano est encore une fois excellent, et que dire de la jeune debutante Sinitta Boonyasak en Noi touchante et attachante. A Signaler aussi que c'est sa propre soeur la top-model Leila "Cherman" Boonyasak qui joue le bref rôle de Nid (on l'a aussi aperçu au ciné dans la comedie "O Lucky Man" et "the Park" d'Andrew Lau). Un film à voir absolument et qui fera découvrir, je l'espère, au plus grand nombre, la qualité d'un cinéma qu'on n'a pas la chance tout les jours de voir dans nos contrées.

crevettor

0 abonné | Lire ses 19 critiques |

  1 - Très mauvais

Je voulais voir ce film et j'étais plutôt rassuré en lisant les critiques élogieuses... Malheureusement, je dois avouer que je reste perplexe depuis. Je n'arrive pas à savoir depuis quand je me suis ennuyé de la sorte. Le gros problème du film, c'est sa lenteur ? Eh bien non, car la lenteur n'est pas un obstacle à la qualité d'un film. Encore faut-il que ce dernier raconte quelque chose d'intéressant ou que les acteurs soient assez expressifs pour que l'on s'attache à eux (ils se dérident un peu plus sur la fin du film). La première partie du film est la plus pénible (Cf : le héros se promène dans la maison de l'héroine, pendant plusieurs minutes interminables, pour la conclusion suivante : cette femme est plutôt bordélique). La seconde partie est très très légèrement moins ennuyeuse avec l'arrivée des yakuzas (avec Takashi Miike en guest star). La musique est minimaliste mais ce n'est pas un problème car elle s'adapte très bien à l'ambiance du film. De plus, c'est le cas pour de nombreux bons films, notamment asiatiques. Le petit hic, c'est qu'elle ne peut renforcer des sentiments que les protagonistes ont du mal à faire passer ou trop peu. Le point positif est la superbe photo de Christopher Doyle, artisan notamment sur "In the Mood for Love". Je tiens à préciser qu'il ne s'agit pas de mon premier film asiatique (Takeshi Kitano, Wong Kar-waï, Edward Yang, Chen Kaige, Kiyoshi Kurosawa, Zhang Yimou...), et que par conséquent, cette critique n'est pas l'oeuvre d'un écervelé qui consomme du "Independance Day" ou autre "Jet set". Mais juste la critique d'un fan de films asiatiques déçu.

Précédente Suivante
  • 1
  • 2
  • 3

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Vidéos liées à ce film
Playlists
7 vidéos
20 ans après : Qu'a dit le cinéma du génocide rwandais ?
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #8 - 5 courts métrages à déguster
4 vidéos
Les 5 vidéos qu'il fallait voir cette semaine
Toutes les playlists
Tous les meilleurs films au ciné