Modigliani
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • DVD, VOD
  • Musique
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   3,2 pour 151 notes dont 46 critiques  | 
  • 20 critiques     43%
  • 8 critiques     17%
  • 4 critiques     9%
  • 4 critiques     9%
  • 4 critiques     9%
  • 6 critiques     13%

46 critiques spectateurs

Trier par 
Les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
ned123

29 abonnés | Lire ses 681 critiques |

   3.5 - Bien

J'ai vu un film... sur un artiste qui a marqué l'histoire de la peinture moderne en vivant un véritable chemin de croix, bien qu'ayant des origines juives (!)... et que ce n'est pas simple de filmer un univers de peintre, sa peinture et son univers personnel... Eh bien, ce film réussit plutôt bien à faire passer les émotions et les ressentis de l'artiste déchiré.. Andy Garcia et Elsa Zylberstein sont vraiment bons dans leurs personnages respectifs. J'ai découvert à travers ce film la personnalité déchirée de Modigliani, campé par cet excellent comédien qu'est Andy Garcia. Il y donne une dimension de fragilité, de folie, d'excès... mais avec une certaine retenue. Certaines scènes sont vraiment très fortes. Et j'ai particulièrement apprécié la rivalité/admiration avec Picasso. La reconstitution du Paris du début du XXème siècle est plutôt réussie... Bon, bien sûr certaines scènes font un peu too much, mais on se laisse emporter par la folie destructrice du personnage au destin grandiose mais maudit. J'ai également apprécié de découvrir cet univers d'artistes exceptionnels qui ont fait la réputation de la France dans le domaine de l'art moderne (Soutine, Utrillo, Cocteau, etc...). A découvrir

BohemianRhapsody2012

0 abonné | Lire ses 24 critiques |

   4 - Très bien

Ce n'est pas a proprement parlé d'un biopic. Ce film retrace surtout la vie amoureuse d'Amadeo et de Jeanne. Une histoire pleine d'embûches pour cet artiste italien et la jolie fille issue d'une famille bourgeoise. On découvre le peintre sous toutes ses facettes, du génie à l'homme torturé. On regarde ce film non pas pour sa véracité historique mais plutôt pour cette jolie histoire d'amour. À cela rajoutez un magnifique décor du Paris des années 20 et une belle interprétation de la part d'Andy Garcia.


AlexTorrance

18 abonnés | Lire ses 485 critiques |

   3 - Pas mal

Comme l'annonce l'écran de début, sur le dvd, la vérité historique est à mettre de côté durant deux heures, afin de se concentrer essentiellement sur l'approche romancée du long-métrage. Ceci fait, il est assez simple de passer un bon moment devant Modigliani, où l'on apprend tout de même certaines choses comme la rivalité entre le protagoniste et Picasso, ou sa vie intime. Ainsi, on a là un biopic qui n'en est pas vraiment un, mais comporte cependant quelques caractéristiques qui font que l'on peut le qualifier de tel. En dehors de tout cela, le film possède une bande-originale de toute beauté, qui est là l'une de ses principales qualités. Ensuite, Andy Garcia est plutôt bon, mais c'est essentiellement Elsa Zylberstein qui donne une réelle consistance à son personnage. Enfin, si l'on a droit à quelques clichés tout au long du film, on retrouve néanmoins de nombreuses scènes très belles, d'où se dégage un certain charme.

Madame Movie

0 abonné | Lire ses 2 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

C'est mon film préférer ! Tout l'art du génie est la , touchant à la fin ! J'ai pleurait comme une dingue et pourtant je suis pas sensible ! Vive ce film <3

vivi31490

0 abonné | Lire ses 8 critiques |

   4 - Très bien

J'ai tout simplement adoré . le Paris des années 20 très bien reconstitué, le jeu impéccable d'Elza comme muse. Andy Garcia torturé est très bon aussi. Il ne faut pas oublié la part de romance du film. Tout n'est pas vrai mais tout est crédible. Le destin tragique d' Elza Zylberstein m'a totalement ému et cette partie là est vraie. Si vous avez l'occasion et si vous aimez la peinture n'hésitez pas.

Sabir Kadel

8 abonnés | Lire ses 12 critiques |

   4 - Très bien

Claude Nougaro chantait : « Ils sont tous maudits, maudits, maudits, maudits, modi digliani ! » Les films sur la vie des artistes sont les plus difficiles à réaliser ; il est en effet problématique de représenter par les images, de l’extérieur, ce qui se passe à l’intérieur, dans la tête de l’artiste ! Pourtant, certaines réalisations ont pu relever le défi. Ainsi, Lust for life, avec Kirk Dougals, a merveilleusement illustré la vie tourmentée de Vincent Van Gogh, ou encore, Camille Claudel, incarnée magistralement par une Isabelle Adjani (qui alors, n’avait pas encore pété un plomb), montre la relation tumultueuse entre la jeune sculptrice avec Rodin et comment, peu à peu, elle basculera dans la folie. Mais il y a un film qui est passé inaperçu lors de sa sortie en salle, et qui pour les critiques qui l’ont remarqué l’ont assassiné, c’est Modigliani de Mick Davis. Les réticences étaient fondées : un film qui se passe dans le Paris des années 20 et qui met en scène des personnages aussi célèbres que difficiles à cerner comme Picasso, Cocteau et Modigliani, et en plus réalisé par des Américains, avait en effet de quoi laisser sceptique. Toutefois, force est de reconnaître que l’interprétation de Andy Garcia dans le rôle du jeune peintre d’origine juive et qui a quitté sa Livourne natale pour rejoindre l’avant-garde artistique qui se trouve a Paris, est tout simplement impressionnant. Le film traite de la relation de Modigliani avec trois personnages. Le premier, c’est sa compagne et sa muse, Jeanne Hébuterne, qui se donnera la mort le lendemain du décès de son amant, après avoir mis au monde leur enfant, en se défénestrant du cinquième étage de son appartement. Elle sera enterrée le même jour que lui, elle au cimetière de Bagneux, lui, au Père-Lachaise. Le deuxième, c’est Picasso. Même si historiquement, le film n’est pas tout à fait fidèle, il illustre bien l’opposition entre les deux génies. Picasso, connaissant sa supériorité intellectuelle sur l’Italien ne peut supporter les fantaisies de celui-ci ; mais en même temps, il est lucide quant à son potentiel. Lors d’une scène mémorable du film, Picasso conduit Modigliani voir Renoir, et il lui dit : « Je vais te présenter Dieu » ! La légende veut que la dernière parole que prononça Picasso au moment de mourir fût le nom de Modigliani. Le troisième personnage, c’est la peinture elle-même. Il peint non pas les corps, mais les âmes. En peignant Jeanne, celle-ci lui demande pourquoi il n’a pas encore peint ses yeux, et lui de répondre : « je les peins en dernier ». Il ne possède pas la peinture, c’est la peinture qui le possède, et le film montre bien la transe qui s’empare de lui quand il se livre à cette activité démoniaque (au sens où Socrate entendait son « daemon ») ; comme un autre de ses compatriotes avant lui, Paganini, il était possédait pendant qu’il créait. Il considérait que l’art était pure création et apolitique, c’est là surtout qu’il est « supérieur » à Picasso pour qui l’art avait une fonction sociale. Modigliani, par contre, croît à l’art pour l’art ! L’art n’a aucun message à passer, n’aspire pas à changer la société. L’art demande juste à être. À naître. Il n’est pas anodin qu’il aimait particulièrement Lautréamont. Comme Isidore Ducasse, sa vie fut fulgurante et « terrifiante », au sens où son art faisait trembler toute son âme et celle de ceux autour de lui. Comme disait Bonaparte avant d’être Napoléon : les grands hommes sont des météores destinés à brûler pour éclairer leur siècle… !

stillpop

35 abonnés | Lire ses 1444 critiques |

   2 - Pas terrible

Première erreur, voir le film en VO, difficile d'être sous le charme des parisiens parlant anglais. Deuxième erreur, le budget, le vieux Paris est à mourir de rire, tellement on a l'impression d'un morceau de studio en plein Cinecitta, on est en 2004, pas à l'époque de Maigret à la TV. Troisième erreur, la qualité des peintures, on sent tellement que c'est mal peint, et par un peintre contemporain, que ça fait perdre le peu de vraisemblable qui survivait encore. Quatrième erreur, la musique, techno jungle indé, tout sauf quelque chose qui nous donne l'impression d'y être, à part la môme Piaf, comme si Delysle et Chevalier n'existaient pas à l'époque. Bref, un panorama des idées reçues américaines sur le Paris de l'époque avec une absence énorme de vérité historique, comme si un adolescent voulait refaire la "Ligue des Gentleman extraordinaires" avec les peintres résidant en France à cette époque. Le pire étant sans doute la manière de faire passer Cocteau pour le petit chien de Picasso, ce qui semble montrer que l'adolescent en question reste au niveau de la petite histoire (pas forcément réelle qui plus est) en oubliant de comprendre la portée des artistes présents. Donc, si l'on arrive à oublier l'injure culturelle, on peut regarder le film, et le critiquer plus sereinement. C'est une avalanche de caricatures de pochetrons nomades, accessoirement talentueux, avec délires Disneyien de la fée clochette tendance gros éléphant rose, un recours au flash back et à l'inexistence des seconds rôles qui fait que l'on ne comprend bientôt plus parfaitement qui fait quoi. Le pire étant sans doute la séance peinture de la dernière chance qui fait penser aux scènes d'entraînements finales de "Rocky 1" ! Sans parler du mélodrame ambiant auquel on ne peut participer, à cause d'une trop forte virtuosité et recherche d'originalité dans les plans difficiles. Pour le casting, on est surpris de voir Zylberstein jouer la jeune fille de bonne famille française antisémite tandis que le juif italien expatrié est joué par un espagnol. Mais après Will Smith et "Les mystères de l'Ouest", on savait qu'Hollywood ne se soucie désormais plus vraiment de la vraisemblance. Idem pour Picasso, qui est très loin des photographies de l'époque. Alors ? Le côté sympathique, ce sont quelques plans bien travaillés, une photo, toujours à l'effet facile, mais agréable, quelques trouvailles de mise en scène. Et heureusement des acteurs qui s'amusent, et ont un jeu inspiré, sans doute de peur d'être responsable du naufrage définitif du navire. Cela dit, qu'allait faire Hippolyte Girardot dans cette galère ?

Pascal37

51 abonnés | Lire ses 2373 critiques |

   3 - Pas mal

L'histoire méritait d'être connue et portée à l'écran. Un vie tourmentée comme bien des grands artistes (je dis bien "grands" !) marquée par une enfance, ses origines et ses combats. Les bons points sont : une musique magnifique tout le long, une belle photographie et la scène de la préparation du concours est impressionnante ! Malheureusement, en points négatifs : une interprétation vraiment en dedans (le choix des acteurs ? Casting ?) et un énorme manque d'émotions (surtout). 3/5 mais méritait une meilleure réalisation !!!

rodrai

3 abonnés | Lire ses 38 critiques |

   3 - Pas mal

Belle reconstitution de l'époque, certes un peu hollywoodien. J'ai essayé de rechercher des sources historiques prouvant les liens entre Modigliani et Picasso et c'est vrai que l'histoire semble usurpée. Néanmoins, on se laisse prendre par le film et la mise en scène.

au-dela-des-nuages

8 abonnés | Lire ses 52 critiques |

   0.5 - Nul

Une reconstitution à l'américaine qui n'apporte pas grand chose et même enlève beaucoup à la peinture et à l'art en général.

Précédente Suivante

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Retrouvez-nous sur Facebook
Vidéos liées à ce film
Modigliani Bande-annonce VF
18 600 vues
Modigliani Extrait vidéo VO
3 732 vues
Modigliani Extrait vidéo (2) VO
2 498 vues
4 vidéos liées à ce film
Playlists
6 vidéos
LA SHORT PAUSE #19 - 5 courts métrages à déguster
4 vidéos
LA SHORT PAUSE #18 - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #17 - 5 courts métrages à déguster
Toutes les playlists
Tous les meilleurs films au ciné