Notez des films
Mon AlloCiné
    Retour à Kotelnitch
    note moyenne
    3,6
    33 notes dont 5 critiques
    répartition des 5 critiques par note
    3 critiques
    2 critiques
    0 critique
    0 critique
    0 critique
    0 critique
    Votre avis sur Retour à Kotelnitch ?

    5 critiques spectateurs

    Cinephille
    Cinephille

    Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 513 critiques

    4,0
    Publiée le 3 juin 2009
    Autant Un Roman russe, le bouquin parallèle au film, m'a largement exaspérée, autant le film m'a très agréablement séduite. C'est un truc très bizarre, très russe, très fabriqué à la maison. Tous les ingrédients de la russitude sont réunis : vodka, bitures sévères, jolies jeunes femmes slaves, secret, KGB, Tchétchénie, violence et surtout surtout nostalgie noyée dans la vodka. Le tout est tout à fait hors du commun et d'un charme très slave, avec un étirement du temps qui donne un sentiment de flottement que j'aime beaucoup au cinéma.
    Markopolo1er
    Markopolo1er

    Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 4 critiques

    5,0
    Publiée le 13 mars 2007
    Une caméra prend la place d'un plume, plus qu'un film, une évocation. Un documentaire fiction comme on dit, mais surtout une oeuvre litteraire qui se regarde, qui se partage. Une recherche de soi à travers les autres. Un vrai film, bouleversant, humain. Je suis sorti de cette séance dévasté par un chagrin fraternel. Je me souviens avoir eu cette émotion en lisant "le Malheur indifferent" de Handke. Assurement, pour moi, un chef d'oeuvre que je range sans reflechir dans les souvenirs des films qui m'ont transformé.
    Jean-luc G
    Jean-luc G

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 415 critiques

    4,0
    Publiée le 16 mars 2016
    Poupées russes. Je viens de visiter Saint-Petersbourg, pour la première fois que je mettais les pieds en Russie. Du coup, j'ai lu pendant le voyage, le Roman Russe d'Emmanuel Carrère. Lequel Carrère passait à Lyon cette semaine: interview éclairante par Thierry Fremaux à l'Institut Lumière: "on a des clichés sur les russes, eh bien, ils sont en général très justifiés!" ou bien "les russes aiment bien faire peur aux autres peuples, et donc tiennent à l'affichage de leur puissance...Poutine dans ce sens leur va bien". Et de présenter le film dont il est question dans le livre: Retour à Kotelnitch, sorti en 2003 c'est à dire hier. Ce film-documentaire tourné en 35 mm est un objet rare, atypique, touchant, non pas parce que les comédiens sont bons, mais parce que la caméra enregistre des vrais gens dans la Russie profonde d'aujourd'hui à qui sont arrivés des événements tragiques on ne peut plus réels. Ce n'est pas la fiction cinématographique comme dans le Léviathan ou l'Idiot, mais notre sidération vient de ce qui arrive à ces habitants ordinaires, deux meurtres, probablement commandités, de personnes que l'équipe de Carrère avait filmées quelques mois auparavant (une jeune mère et son bébé). Sa propre rédemption par rapport à l'histoire occultée de son grand-père russe, après sa disparition soudaine en 1944, pour faits probables de collaboration, devient accessoire par rapport au drame de cette famille décimée. On y voit ainsi deux sœurs, ayant eu six enfants, dont cinq sont décédés de mort violente!!! Carrère assiste ébahi à ce pur drame dans lequel il se trouve témoin privilégié et voyeur. Il en avale force vodkas cul-sec, comme tout le monde... Il sait qu'il n'est pas un grand cinéaste, mais il nous fait passer avec force l'amour qu'il a ressenti pour les êtres humains qu'il a côtoyés dans cette petite ville inconnue des plaines vers l'Oural, à 800 kms de Moscou. Son sang partiellement russe ne fait qu'un tour. Alors je me replonge dans la lecture du roman de Saint-Pétersbourg de Vladimir Fedorovski et me dis que le Barbier de Sibérie, vu la semaine dernière, a complété de façon cohérente un premier portrait en kaléidoscope de cet empire que l'on a cru abattu lors de la chute du mur de Berlin en novembre 89. Napoléon, et Hitler avaient cru également possibles de conquérir la Russie. Allez sur place, on vous rappellera très vite que la résistance du peuple russe - hommes ou femmes indistinctement- est inépuisable. Que me réserve l'ouverture de la prochaine poupée russe?
    etudiant
    etudiant

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 73 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Ambitieux, Emmanuel Carrère tente de donner un corps visuel aux souvenirs. Il donne une magnificence au principe de mémoire. Bouleversant, attachant, pudique, et profondément humble.
    mpparis
    mpparis

    Suivre son activité Lire ses 5 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Ce documentaire est magnifique. Emmanuel Carrère confirme sa sensibilité et son don pour faire passer d'extraordinaires émotions. Extraordinaire. Si vous aviez vu le document sur le prisonnier hongrois, diffusé sur France 2 en 2001, c'est une raison supplémentaire pour aller voir ce documentaire indispensable.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top