Notez des films
Mon AlloCiné
    Z
    note moyenne
    3,9
    1086 notes dont 86 critiques
    répartition des 86 critiques par note
    30 critiques
    34 critiques
    13 critiques
    9 critiques
    0 critique
    0 critique
    Votre avis sur Z ?

    86 critiques spectateurs

    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 7 octobre 2010
    Le Festival Lumière permettant de (re)voir de nombreux chefs d'oeuvre à petits prix, je suis donc allé découvrir ce film de Costa-Gavras dont je connaissais assez mal l'oeuvre... et "Z" m'a totalement conquis. Considéré comme le premier thriller politique français, on ne peut qu'admirer cette réalisation en avance sur son temps. Pas de personnage principal, pas d'histoire d'amour, de la politique... et une mise en scène dynamique telle que le spectateur, même connaissant un petit peu l'histoire grecque des années 1960, ne s'ennuie jamais et assiste fasciné au développement implacable des évènements. Chose que je n'avais pas imaginé en allant voir ce film : Jorge Semprun et Costa-Gavras ne manquent pas d'humour. En effet, une ironie bienvenue s'immisce discrètement à de nombreuses reprises, tant dans les dialogues que les situations, sans affaiblir le propos du film. La musique est également bonne (la musique des films de cette époque étant généralement bien meilleure que les violons actuels qu'on nous ressort à chaque production...) Le seul bémol, niveau réalisation, serait à mettre au compte des flashbacks, pas toujours très habiles... Indéniablement, "Z" méritait sa sélection dans la catégorie "Déjà classiques !"
    Jipis
    Jipis

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 358 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Nous sommes fin des années 60, c’est la grande mode des films politiques ou l’on dénonce le totalitarisme sous toutes ses formes. Tous les rouages de l’appareil régnant (en l’occurrence dans ce film le régime des colonels en Grèce) sont corrompus de haut en bas du plus riche au plus pauvre. Ce député opposant au régime en place « Z » (Yves Montand ) est gênant, il dénonce les impostures, il faut l’éliminer en « plombant » d’abord par des opposants déterminés sa réunion politique puis ensuite le frapper traîtreusement et sauvagement à la fin de celle-ci dans l’indifférence des responsables de la police. Le coup porté est fatal, Z subit un choc jugé comme un cataclysme cérébral qui entraîne sa mort. L’enquête minutieuse menée par un petit juge (Jean-Louis Trintignant) intègre et motivé démantèlera tout l’appareil incriminé en inculpant pour assassinat les principaux cadres du régime en place, ce qui laissera planer l’espace d’un moment un semblant de justice. Z est l’évènement de la fin de cette décennie 60,70. Il inaugure un cycle de plusieurs films politiques sur les abus de pouvoir de régimes quel qu’il soit, Il y aura ensuite « l’aveu, état de siège, Sacco et Vanzetti ». Ce genre est nouveau, c’est un cinéma libéré, l’image est alerte, le ton soutenu. Il interpelle les consciences, il remue et projette les esprits dans une refonte des opinions reçues, nous sommes en 1969 un an après les évènements de 68, cela se voit sur l’écran par la liberté de certains comportements (surtout ceux du juge). La censure cède du terrain devant la détermination de certains intellectuels qui dénoncent les dérives politiciennes. Tous les personnages de la garde prétorienne de Z sont jeunes, dynamiques, investis dans des idées politiques nouvelles qui bousculent de vieux dirigeants rivés sur leurs sièges de dominants. Le monde change, il faut tenir compte de la contestation émise dans un premier temps par un homme courageux remarquablement encadré.
    soulman
    soulman

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 82 critiques

    4,0
    Publiée le 14 mars 2016
    Le meilleur Costa Gavras ? En tous cas, un des grands films politiques du cinéma français soutenu par une distribution mirifique : tous méritent d'être mentionnées ; pour ma part, j'adore Marcel Bozzuffi, ici au sommet de son art.
    Antoine B.
    Antoine B.

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 73 critiques

    5,0
    Publiée le 2 avril 2016
    Z qui signifie "il est vivant" en grec ancien. D'une puissance politique majestueuse. Deux géants du cinéma français Yves Montant et Denis Trintignant et bien sûr tous autres seconds rôles qu'on adore ! Prix Edgar Allan Poe du scénario et on comprend pourquoi !
    Happy life and flowers
    Happy life and flowers

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 185 critiques

    4,5
    Publiée le 17 février 2019
    Une excellente démagogie selon le père cinéaste français, une nation désigné de la Méditerranée n’est autre que la Grèce, j’avais pensé à l’Espagne en diverse langue, de part l’uniforme militaire et la similitude idéologique, des généraux parlant de censure démocratique. L’utilisation de la violence propagandiste contre l’opposition, à commencer par l’intimidation dans les rues à coup de matraquage policier d’extrémistes venus de cette junte militariste. Un film d’anthologie explicatif aux apolitiques, centré sur son scénario et ses dialogues à n’en pas finir tels les débats politiques, la mise en scène est politisée, le communisme anti-dictatorial où il n’y aura pas de bord défini de droite à gauche de la réalisation, les -isme sont neutres. Les intrigues politiques, personnelles et drôle de personnage comme une farce liée à l’histoire de ce pays, du surréalisme à l’image de la peinture d’art, sont superbement rythmées, ce son grec méditerranéen qui me plaît bien. La musique est entraînante, un tambour battant comme un fil conducteur menant à cette enquête sur l’assassinat du politicien Z, la lettre d’une tragédie grecque moderne. La corruption mine sa dictature réactionnaire conservatrice qui réussit son coup d’état dramatique pour la suite d’actualité.
    Rodrigue B
    Rodrigue B

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 98 critiques

    3,0
    Publiée le 24 mars 2019
    Costa-Gavras ouvre son film avec la phrase « Toute ressemblance avec des événements réels, des personnes mortes ou vivantes n'est pas le fait du hasard, elle est VOLONTAIRE », ceci annonce déjà la couleur ! On connaît l'absence d'autocensure du cinéaste, aussi quand elle est au service d'un film engagé, on atteint des sommets ! Parmi les bijoux qu'on peut trouver dans la filmographie de Costa-Gavras, on y trouve ce film majeur ! Le premier de sa trilogie politique ! À l'instar de Michel Sardou avec son « J'accuse », le cinéaste ne prendra pas de gant pour dénoncer les fondements mêmes de notre société ! Un complot politique serait à l'origine de l'assassinat d'un député grec, malgré les dissimulations policières tendant à la thèse de l'accident. Cette histoire vraie fascinera Costa-Gavras qui écrit le scénario de « Z ». Pourquoi « Z », la lettre Z était utilisée après la mort du député en guise de protestation, notée sur les murs grecs ! Z signifie « Il est vivant ». La fin du film fait aussi froid dans le dos que celle d'une oeuvre injustement méconnue de Cayatte réalisée 10 ans plus tard : « La Raison d'Etat ». Il est difficile de se remettre de la vision de ces deux films. « Z » va recevoir plusieurs prix amplement mérités ! Jean-Louis Trintignant sera également récompensé pour cette performance fabuleuse qui porte le film ! En réalité le casting est une merveille et tous les acteurs (mention particulière à Charles Denner) se montrent investis, ils ont tous conscience qu'ils tournent dans un film de grande importance ! Yves Montant, bien qu'ayant, au final, un petit rôle, est sans cesse présent dans nos esprits tant sa prestation nous remplit en première partie du film. Il donne un sens au titre de l'oeuvre et à sa conclusion « C'est comme s'il était vivant ». La musique accompagne l'oeuvre très justement ! On se souviendra de la première séquence de Montand qui descend simplement de l'avion accompagné du thème musical, grandiose ! Le spectateur lui-même se perd dans tous ces flash-back, un travail astucieux est apporté lors du montage car, en effet, nous voyons la scène clef avant que l'enquête ne commence réellement ! Donc nous avons l'impression d'être mis dans la confidence, de « savoir » réellement les tenants et aboutissants de l'oeuvre, il n'en sera rien ! Le film parviendra à nous remettre en question sur bien des sujets politiques... ou non !
    calamarboiteux
    calamarboiteux

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 440 critiques

    3,0
    Publiée le 20 septembre 2010
    L’assassinat d’un député en Grèce, et la difficile enquête qui s’en suit. En 1963, le député Lambrakis est assassiné par un groupe d’extrême droite. Vassilis Vassilikos tirera de ce crime un roman qui est la base du film, Z signifiant en grec ancien : il est vivant. Il s’agit donc d’un film politique, un film de dénonciation d’une Droite sans scrupule, dont l’action permit le coup d’état des Colonel en 1967. Film d’actualité donc, et le jugement est plus sévère sur eux quand le temps a passé. Questions forme, rien de bien marquant, seule l’abondance de petits flash-back cherchant à illustrer les propos est critiquable, car beaucoup sont superfétatoires. On peut aussi regretter le tournage en Algérie, l’ensemble des décors n’évoquant que fort peu la Grèce. Sur le fond, la naïveté des machinations ourdies par la police rend l’ensemble un peu invraisemblable, les principaux personnages sont stéréotypés, et ne jouent pas toujours juste, la musique de Théodorakis parait à présent simpliste et répétitive. Mais l’ensemble a un souffle, une envolée, servi par un scénario bien construit et des dialogues adéquats. On peut distinguer deux parties inégales. La première se languit un peu et sonne assez faux ; puis intervient Trintignant, en juge intègre et pugnace, et, grâce à sa remarquable prestation, la production prend une autre dimension, entraînant le spectateur pétrifié dans les rouages abjects d’un régime corrompu. La conclusion est noire, mais la réalité l’a hélas été également. Une production qui a vieilli, mais reste un témoignage sur une époque peu reluisante d’un pays par ailleurs attachant.
    Nicolas L.
    Nicolas L.

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 67 critiques

    4,0
    Publiée le 13 août 2018
    Thriller politique. Grand classique. Une superbe distribution avec un trintignant tout en intériorité. Un sujet compliqué mais super intéressant . Le film met du temps à se mettre en route mais petit a petit il devient palpitant. Le montage y joue beaucoup, sec saccadé et accompagnant les souvenirs des personnages il rythme considérablement le film et lui donne une étonnante modernité. A voir !
    anonyme
    Un visiteur
    2,0
    Publiée le 25 novembre 2013
    si le sujet reste d'actualité: le complot politique en l'occurrence, le film a terriblement vieilli de par la facture même, on ne referait plus cela de cette façon, trop de verbiage, juste quelques flash-backs et quant à l'interprétation il y a beaucoup à redire bien que le film soit interprété par une pléiade d'acteurs dont la plupart ont disparu, ce n'est certes pas le meilleur rôle de montand qui ici sert juste à gonfler l'affiche, il était alors en pleine gloire et allait encore faire quelques films avec costa-gavras , en ce qui me concerne, mis à part la première moitié du film, j'ai trouvé le reste fort ennuyeux, on ne regarde pas les mêmes films avec le temps qui passe sauf si ce sont des chefs-d'oeuvre ce qui n'est pas le cas ici
    gregbox51
    gregbox51

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 549 critiques

    4,0
    Publiée le 4 mars 2013
    Excellent film politique qui plus est le reflet d'une affaire réelle. Grosse touche visuelle et musicale des années 70 et pourtant indémodable.
    babar3
    babar3

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 532 critiques

    5,0
    Publiée le 20 février 2012
    Un énorme film politique avec un suspense digne à la Hitchcock. Le film qui montre la montée en puissance de la police et des militaires, qui prennent le pouvoir peu à peu. C'est pour ça que il font assassiner le député (mème si il est laisser supposé que les américains ni soit pas non plus étranger). J'aime particulièrement la scène ou il appelle tout les militaires pour dire qu'ils sont en état d'arrestation et que ça tue leur orgueil. Heuresement la grèce en vrai à finit par sortir de ça. Costa-Gavras réalise bien son récit et Yves Montand, Trintignant et Perrin joue très bien.
    Broyax
    Broyax

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 48 critiques

    2,5
    Publiée le 16 janvier 2017
    Dénonciation efficace de l'Etat totalitaire et manipulateur, Z est également servi par une galerie d'excellents acteurs et une mise en scène au style parfois documentaire -ou à tout le moins réaliste- assez inattendu. Efficace dans son propos et la clarté de celui-ci, efficace dans le message qu'il veut faire passer, Z se perd néanmoins en cours de route notamment par ses longueurs : il aurait fallu retirer une bonne demi-heure au bas mot... En outre, si les intentions de Costa-Gavras sont louables, sa vulgarisation entêtée, son petit guide de la dictature rampante "pour les nuls" finit par nous agacer quelque peu. On se demande du coup s'il n'en fait pas un peu trop... or, il en fait trop, le fait est acté et dommageable. Bien entendu, le genre est difficile : le film politique étant par définition politisé, bavard et partisan.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 7 février 2013
    Quoi de mieux qu'un film pour dénoncer la corruption d'un gouvernement ? Ici nous sommes dans l'histoire plus ou moins objective d'une enquête concernant la mort d'un député progressiste. Ce qui est fascinant c'est la manière dont tout se déroule et surtout son immoralité. Bien que la mise en scène soit simple, tout le scénario nous captive en parlant de ce sujet un peu tabou, et on en sort tout retourné.
    Dr.Wily
    Dr.Wily

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 114 critiques

    4,0
    Publiée le 27 janvier 2010
    Une excellente satire politique cynique et teintée d'un poil de parodie et de beaucoup de vérité. Un grand film qui se veut modeste, engagé et surtout efficace. A voir pour le plaisir mais aussi pour ne pas oublier qu’un état peut toujours manipuler ses citoyens de manière basse et insidieuse.
    Jean-luc G
    Jean-luc G

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 63 critiques

    4,5
    Publiée le 24 janvier 2016
    Peut-on être objectif à propos d’un film qui symbolise l’éveil à la conscience politique de mes dix-huit ans ? C’est probablement ambitieux, et trompeur car le réalisateur se défend lui-même d’avoir fait des films politiques ! Il n’empêche que Costa – comme l’appelle affectueusement ses amis- a dirigé notre attention dans les années soixante-dix sur les dérives autoritaires d’un certain nombre de régimes de part et d’autre du rideau de fer, renvoyant les chantres doctrinaires des deux camps dos à dos. Z est tout à la fois un film très daté – la mouvance pacifiste et anti- nucléaire post soixante-huitarde en arrière-plan, des acteurs engagés, le pouvoir de la rue et le seul téléphone fixe comme moyen de communication. Mais également une démonstration intemporelle des méthodes utilisées par les régimes d’oppression pour discréditer leurs opposants. Donc un film toujours d’actualité. Inspiré de faits réels, la mort du député Lambrakis, le film raconte un assassinat d’état. Il est servi par une l’équipe d’acteurs qui le portent avec une énergie débordante. Les inoubliables Yves Montand, en député d’opposition, convaincu et optimiste de nature, ou Jean-Louis Trintignant, en juge d’instruction incontrôlable aux yeux du parquet, n’ont que des rôles parmi d’autres, oubliant leur statut de stars. Je ne peux pas les citer tous tellement ils sont nombreux : les Denner, Périer, Bozzufi, Fresson, et c’est injuste. Comme est inique, la répression politique qui s’abattra finalement sur leurs personnages. Cette équipe est entièrement dévouée à Costa-Gavras, le grec parisien qui raconte avec émotion de la dérive de son pays au temps des Colonels. Pour la bande son, Mikis Théodorakis a écrit en exil une musique endiablée, qui s’accélère comme un sirtaki, au fur et à mesure que la recherche de la vérité va aboutir. Et le scénario, souligné par un montage nerveux, suit intelligemment ce rythme saccadé, donnant du coup au film une vivacité et un optimisme incongru dans un contexte d’assassinat téléguidé en sous-main. La chute finale, un simple énoncé des condamnations et des interdictions édictées par la junte militaire est sobre, mais glaçante. Eternel recommencement, équilibre instable entre progrès et régression sur le chemin de la démocratie. Il s’agit d’une production franco-algérienne, tourné en partie dans ce jeune pays que l’on croyait démocratique à l’époque. Sans Jacques Perrin, jeune acteur, mais surtout producteur débutant, le film n’aurait jamais réussi à sortir. Avec un œil averti, on peut deviner dans quels quartiers algérois ont été tournées certaines des scènes extérieures. Quel pied de nez à l’époque au système de production français qui n’a pas accepté de financer Z ! Rénové et numérisé, portant haut les couleurs chaudes de la méditerranée, Z est un film « vivant » et sûr de lui - comme le député Montand, Zorro pacifique et désarmé. Septembre 2015
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top