Mon AlloCiné
Les Dents du diable
note moyenne
3,0
19 notes dont 5 critiques
0% (0 critique)
20% (1 critique)
0% (0 critique)
60% (3 critiques)
20% (1 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Les Dents du diable ?

5 critiques spectateurs

chrischambers86

Suivre son activité 1031 abonnés Lire ses 10 091 critiques

4,0Très bien
Publiée le 16/03/2009

Nicholas Ray ou le lyrisme de l'homme blessè, offre à l'excellent Anthony Quinn le rôle d'un chasseur esquimau qui tue un missionnaire à la suite d'un malentendu! "The Savage Innocents" ouvre une discussion inopinèe sur le bien et le mal chez les esquimaux ou l'on dècouvre des contrèes et des peuplades peu connues ! Dans ce conte sauvage et polaire dont la plupart des scènes extèrieures furent tournèes dans le cadre grandiose des ètendues glacèes du Grand Nord, le spectateur est invitè à dècouvrir de nouveaux horizons d'une blancheur assez ètonnante! Un superbe film qui traduit bien les idèes de Ray avec la sagesse du monde sauvage opposèe aux turpitudes du monde civilisè, filmè dans un Scope impeccable...

loulou451

Suivre son activité 54 abonnés Lire ses 1 497 critiques

2,5Moyen
Publiée le 11/08/2008

Un ovni dans la carrière déjà si prolifique de Nicholas Ray !! Hors du temps, hors des modes, ces "dents du diable" sont surtout prétexte à son réalisateur de redécouvrir, comme un Rousseau l'a fait en son temps, l'homme à son état sauvage, libéré de sa conscience judéo-chétienne et de la religion. Une œuvre forte dominée par l'interprétation magistrale d'Anthony Quinn.

djacno T.

Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 853 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 02/07/2014

Malgré de beaux paysages maculés du sang d'animaux massacrés pour l'occasion, il n'y a pas grand chose à retenir de ces ploucs de la banquise (les personnages du film)) qui rencontre la civilisation des culs-terreux. Un hommage risible et raté aux esquimaux. Plus que de l'ethnologie; de la ploucologie!

Redzing

Suivre son activité 106 abonnés Lire ses 3 236 critiques

2,5Moyen
Publiée le 31/12/2017

"The Savage Innocents" nous fait suivre Inuk, un chasseur inuit solitaire vivant au Pôle Nord, qui cherche une femme, et va découvrir le monde des Blancs. Le film démarre comme un documentaire sur les conditions de vie et traditions des Inuits, avec une voix off expliquant ce qui se trame, et bon nombres de scènes de vie quotidienne. Un choix un peu étrange, pour un sujet sans doute original à l'époque, mais qui semble aujourd'hui traité avec un poil de condescendance et de caricature. Néanmoins, le scénario pointe du doigt de manière intéressante l'influence désastreuse de la culture occidentale sur les communautés repliées sur elles-mêmes (Inuk, plutôt que de chasser pour nourrir sa famille, préfèrera massacrer des animaux pour avoir des fourrures à troquer aux Blancs). On a également le droit à quelques jolis plans filmés dans le Grand Nord, et à Anthony Quinn, charismatique en inuit à bon fond et aux manières dures, à l'image de son environnement. Cependant, mise à part dans le dernier acte, plus orienté survival, l'intrigue n'est pas forcément passionnante.

Maqroll

Suivre son activité 70 abonnés Lire ses 1 123 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 27/08/2011

Un film surfait d’un cinéaste surfait. Nicholas Ray, qui n’a à mon sens tourné que deux films à retenir (son tout premier, Les Amants de la nuit et Johnny Guitare) se livre ici à une espèce d’étude ethnologique sur les esquimaux à travers la vie d’un chasseur incarné de manière outrancière par Anthony Quinn. Les mœurs de ces « sauvages » sont passées à la moulinette de la civilisation et de la culture américaines et rapportés de façon caricaturale. Seul élément à retenir de ce « désastre » cinématographique : de belles images de la banquise et de sa faune…

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top