Mon AlloCiné
Memories of Murder
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Memories of Murder" et de son tournage !

De sinistres faits réels

L'histoire de Memories of murder est inspirée de faits réels, qui se sont déroulés entre 1986 et 1991. Le premier Serial Killer de toute l'histoire de la Corée viola et assassinat dix femmes, dans un rayon de deux kilomètres. La plus âgée des victimes avait 71 ans. La plus jeune était une écolière de 13 ans. Le meurtrier n'a jamais laissé d'indices derrière lui. Plus de 3000 suspects furent interrogés et au final, plus de 300 000 policiers ont été mobilisés pour l'enquête. Personne ne fut jamais inculpé pour ces crimes.

La Corée à la fin des années 1980

La vie des Coréens était rythmée par les tensions politico-militaires que la Corée du Sud avait avec son ennemi du Nord, tous deux séparés depuis 1953. Les deux pays vivent depuis dans la crainte mutuelle d'une intervention militaire. Dans les années 1980, "les sirènes annonçaient fréquemment des entraînements en cas de raids aériens et la population vivait souvent dans l'obscurité qu'exigeait le black-out. Même dans les écoles, on pratiquait régulièrement des exercices d'évacuation en cas d'attaques chimiques." A la campagne, plutôt que de se rendre à l'hôpital, les gens avaient pour habitude de faire appel pour les visites à domicile à des médecins non diplômés, "qui pratiquaient des injections en tout illégalité".

Le tournage

Le tournage s'est déroulé sur les lieux même des évènements. Il a nécessité plus d'une année de recherches, de visites, d'entretiens auprès de divers protagonistes liés à l'enquête : les policiers, mais aussi les journalistes qui couvrirent cette série de meurtres.

Technique d'enquête

A la fin des années 1980, les méthodes d'enquête en Corée étaient encore archaïques. Mener une enquête criminelle en Corée signifiait uniquement "cuisiner" les proches de la victime. Pour les officiers de police en charge de l'affaire, il s'agissait d'une expérience tout à fait nouvelle. Il n'existait aucune technique de profilage, méthode spécialement développée afin de contrer et d'étudier les Serial Killers. Par ailleurs, "la simple idée de préserver le lieu du crime dans le but d'une enquête médico-légale était superflue. Il n'y avait que les recherches et les interrogatoires, menés grâce au sens du devoir et à la ténacité des policiers. A la tête de cette police sous équipée, les deux hommes ne durent compter que sur eux-mêmes pour affronter cette série d'événements atroces". Pourtant, leurs méthodes radicalement opposées et leur collaboration forcée ont créé de fortes tensions, mais surtout ont porté de graves préjudices à l'enquête.

Une police qui manque de moyens

La police manquait souvent de moyens, en particulier en ce qui concernait les tests ADN. Très souvent, il fallait les envoyer aux Etats-Unis ou au Japon. Au cours de l'enquête, un laboratoire répondit aux enquêteurs "deux mois après l'envoi d'un prélèvement qu'il était trop débordé pour pouvoir s'en occuper."

Un épouvantail pour appréhender le tueur

Un épouvantail fut érigé à proximité des lieux des crimes. "Bien qu'il ait l'air d'avoir été fabriqué par les villageois, il s'agissait en réalité d'une réalisation... de la police". Accroché à l'épouvantail, les passants pouvaient lire un écriteau : " Retourne-t-en, ou bien tes membres pourriront et tu mourras". Technique grossière soulignant l'archaïsme de la police sud coréenne à l'époque. Toutefois, elle n'avait jamais auparavant dû faire face à un Serial Killer, un type de meurtrier dont les policiers n'avaient entendu parler qu'à travers les films occidentaux.

Des charlatans au coeur de l'enquête

"Les efforts de la police pour attraper le coupable menèrent souvent à envisager des solutions desespérées". Alors que l'enquête piétinait, les policiers convoquèrent des...voyants sur les lieux de l'enquête. "Lorsque l'un d'entre eux leur expliqua que l'entrée nord du commissariat lui portait malchance, ils déplacèrent celle-ci d'une dizaine de mètres". Un autre leur expliqua que s'ils se baignaient nus dans la mer "en guise d'offrande aux esprits, le tueur serait arrêté en moins d'un mois". Enfin, "deux policiers haut-gradés, choisirent la dernière nuit de janvier pour se déshabiller et, s'asperger mutuellement d'eau glacée avec un baquet". Tous ces rituels fantaisistes n'ont par pour autant fait cesser les meurtres.

Portrait du tueur

Reporter pour le Kyung-in Daily News, le détective Doo-man Park fut le seul journaliste à avoir suivi l'affaire depuis le début. Il évoque alors le meurtrier en ces termes : "Cet homme devait être d'un calme effarant, capable de supporter ce froid et cette obscurité dans lesquels il agissait. Il n'y avait jamais aucune trace d'agitation sur les lieux du crime. Il ne perdait jamais son sang-froid. Il violait et assassinait ces femmes avant de cacher et d'abandonner leur corps. Ses victimes devaient être terrorisées face à tant de froideur. Sous l'emprise de la terreur qu'il devait susciter, elles étaient même capables de retirer elles-mêmes leurs vêtements".
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Star Wars - Les Derniers Jedi (2017)
  • Ferdinand (2017)
  • Le Crime de l'Orient-Express (2017)
  • Santa & Cie (2017)
  • Coco (2017)
  • Tout là-haut (2016)
  • La Deuxième étoile (2017)
  • Paddington 2 (2017)
  • Le Brio (2017)
  • Garde alternée (2017)
  • C'est tout pour moi (2016)
  • Drôles de petites bêtes (2017)
  • La Promesse de l'aube (2017)
  • Bienvenue à Suburbicon (2017)
  • Seven Sisters (2017)
  • Les Gardiennes (2016)
  • Jumanji : Bienvenue dans la jungle (2017)
  • Girls Trip (2017)
  • Wonder (2017)
  • La Villa (2017)
Back to Top