Mon Allociné
She Couldn't Say No
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
3,2
5 notes dont 3 critiques
0% 0 critique
33% 1 critique
67% 2 critiques
0% 0 critique
0% 0 critique
0% 0 critique

3 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Par les membres ayant fait le plus de critiques
  • Par les membres ayant le plus d'abonnés
soniadidierkmurgia

Suivre son activité 146 abonnés Lire ses 2 668 critiques

3,5Bien
• Publiée le 19/07/2016

Lloyd Bacon ancien acteur au temps du muet dans les films de Charlie Chaplin s'est rapidement reconverti à la mise en scène, entamant ce qu'on appelle une carrière de tâcheron au sein des studios (la Warner, la 20th Century Fox puis la Columbia) où hormis pour quelques comédies musicales réussies, il ne parviendra jamais à se faire un nom. Dans leur ouvrage '50 ans de cinéma américain", Bertrand Tavernier et Jean-Pierre Coursodon très durs pour Bacon, le jugeant complètement impersonnel, lui contestent même son savoir-faire dans le domaine précité en raison de la présence à ses côtés de l'immense chorégraphe Busby Berkeley. C'est encore relativement jeune qu'il meure en 1955 d'une hémorragie cérébrale. Son dernier film "Belle mais dangereuse" sorti en 1954 tout à fait réussi semble atténuer quelque peu ces jugements sévères portés sur Bacon qui aura eu au moins la délicatesse de tirer sa révérence sur une très belle réussite. Robert Mitchum est alors l'acteur qui monte au sein de la RKO, Jean Simmons récemment débarquée de son Angleterre natale où elle est une énorme vedette est propulsée comme la rivale de sa compatriote Elizabeth Taylor. Les deux acteurs devenus amants se sont croisés deux ans plus tôt sur le très beau film noir d'Otto Preminger "Un si doux visage". "Belle mais dangereuse" dont le titre évocateur peut laisser penser à un prolongement du film de Preminger est en réalité une comédie romantique très bien écrite par William Bowers et D.D Beauchamp où un petit village du fin fond de l'Amérique profonde est chamboulé par le retour de Corby Lane (Jean Simmons), enfant du pays devenue riche qui entend payer sa dette aux habitant après qu'ils se soient cotisés pour aider son père à la soigner alors que bébé elle était gravement malade. Le petit village montré de manière idyllique est régi par des us et coutumes qui se transmettent de générations en générations. Chacun a sa place dans ce petit royaume enchanté où il n'est pas rare de payer le médecin avec un poulet ou un cochon suivant l'importance des soins accordés. Robert Sellers est ce médecin joué par un Robert Mitchum dans un rôle taillé sur mesure pour sa haute stature de séducteur tout à la fois viril et débonnaire. Spoiler: Comme on dit "l'enfer est pavé de bonnes intentions" et les initiatives de la jeune femme qui à force de maladresses finira par distribuer directement de l'argent liquide aux habitants vont braquer les projecteurs sur le petit village tout à coup envahi d'une nuée de candidats habitants. Comme attendu, tout rentrera dans l'ordre grâce à l'amour. La description du village certes complètement irréaliste, le charisme du couple formé par Mitchum et Simmons ajoutés à la description fort pittoresque de certaines figures locales hautes en couleur interprétées par des acteurs chevronnés comme Edgar Buchanan , Ford Wallace ou Arthur Hunnicutt qui ont déjà fait leurs preuves par ailleurs font tout le sel de ce dernier travail fort méritoire de Lloyd Bacon qui aujourd'hui porterait le qualificatif de "feel good movie". En ces temps agités où les raisons de croire en l'homme nécessitent une vraie volonté, il n'est peut-être pas inutile d'aller puiser dans le patrimoine du cinéma mondial pour se convaincre que de tout temps certains ont voulu croire que les hommes pouvaient vivre en bonne harmonie. Un rêve certes utopiste mais auquel il ne faut jamais renoncer de croire semble nous dire Lloyd Bacon un an avant sa mort.

chrischambers86

Suivre son activité 1075 abonnés Lire ses 9 970 critiques

4,0Très bien
• Publiée le 12/11/2012

Tandis que la Hughes Aircraft engrange les bènèfices, la RKO plonge dans le rouge! Les films sont à l'arrêt, les projets n'ont pas d'autorisation, les techniciens-clès ont ètè licenciès, les stars attendent dans leurs loges! Le fantôme Howard Hughes a d'autres prèoccupations! Maintenant qu'il n'y a plus de communistes dans son ècurie, Hughes commande des films! Certains sont moyens et d'autres sont très rèussis comme celui-ci! En femme fortunèe, Corby Lane alias Jean Simmons a le coeur sur la main dans "She Couldn't Say No" et nous le fait savoir à travers cette excellente comèdie de la RKO (produite par Howard Hughes) et rèalisèe par Lloyd Bacon, homme à tout faire de la Warner, qui signe en 1954 son dernier film après une carrière bien remplie! Ce dernier est au plus près des personnages, sans jamais cèder à la facilitè! C'est cadrè sans souci d'èlègance, c'est finalement terre à terre, et tout est là, avec une histoire à la Henry Cornelius dont l'accumulation de pèripèties laisse ensuite rêveur! C'est très sympa, entraînant et souvent hilarant (la sonnette de porte, la partie de pèche) avec un Robert Mitchum (en toubib de choc) qui ne rate pas son numèro et son baiser chocolatè face à Jean Simmons! Bacon observe les petites joies et les contrariètès de ces deux êtres que tout oppose avec humour et tendresse! Au final, une rèussite avec une interprètation parfaite, jusque dans les seconds rôles tel que Arthur Hunnicutt, gentil et attachant soiffard! Qu’il faisait bon de vivre dans cet hameau du Arkansas...

Plume231

Suivre son activité 509 abonnés Lire ses 4 610 critiques

3,0Pas mal
• Publiée le 20/01/2010

Je le dis tout de suite c'est pas du tout le genre de film qui reste gravé à jamais dans la mémoire. En effet, cette production d'une RKO agonissante est loin d'être un chef d'oeuvre comme la plupart des productions d'Howard Hughes dans ce studio. Et pourtant, le film réussit malgré tout à divertir en dépit de son message consternant de naïveté "L'argent ne fait pas le bonheur!" en partie grâce au charme du couple Jean Simmons-Robert Mitchum qu'on a plaisir à voir dans un registre plus léger que celui de l'excellent "Un si doux visage". C'est donc les deux comédiens qui font tout le sel de cette petite comédie honorable mais franchement pas mémorable.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse