Mon AlloCiné
    Une grande année
    note moyenne
    2,5
    1646 notes dont 287 critiques
    16% (45 critiques)
    24% (69 critiques)
    9% (26 critiques)
    22% (64 critiques)
    20% (56 critiques)
    9% (27 critiques)
    Votre avis sur Une grande année ?

    287 critiques spectateurs

    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 1100 abonnés Lire ses 2 461 critiques

    1,0
    Difficile de savoir ce qui est passé par la tête de Ridley Scott en se lançant dans ce film... Peut-être s'est-il dit qu'un bon moyen de se faire des vacances pas trop chères était encore d'y tourner un film pour en amortir le prix (ça doit-être la troupe des Bronzés qui lui passé l'idée !) En tout cas cette hypothèse pourrait expliquer pas mal de choses : le scénario suranné, les dialogues pathétiques sur le vin, l'invisibilité de Russel Crowe, et surtout cette accumulation de cartes postales très clichées de notre beau pays. Bref, à moins que vous soyez employé à l'Office du tourisme de la région Provence Alpes Côte d'Azur, vous avez de fortes chances de vous faire royalement chier devant cette "Grande Année" qui, au fond, se révèle être un bien mauvais cru.
    PradBite
    PradBite

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Un énorme blâme à la critique ! Comment ne pas aimer ce film ? C'est tout simplement un chef d’œuvre, une histoire enivrante, passionnante, simple et naturelle. Alors d'accord Scott ne signe pas ici un blockbuster à la Gladiator ou American gangster, mais justement ! Que demander de plus qu'un réalisateur qui évolue, varie les styles, les plaisirs, nous surprend. Avec un clin d'oeil à son Australie natale, et à son amour pour la Provence, Scott nous livre une adaptation formidable du roman écrit par son ami Mayle, projet réalisé autour d'une bouteille de vin dans le Lubéron. Ce film s'apprécie ainsi, comme un bon cru...Tout est réuni dans ce film, à commencer par des acteurs vrais, simples, qui ne surjouent pas, pas d'excès de dialogue, un humour simple, des situations qui donnent le sourire. Scott réussit à mêler une histoire d'amour, avec une certaine nostalgie de la jeunesse du héros, tout en vantant les bienfaits de l'éloignement du boulot, du stress, du quotidien urbain et de ce qui pourrit une vie et un homme à longueur de temps. Ce retour aux sources en Provence, dans ce magnifique cadre, nous enchante et nous enivre. Une véritable réflexion sur la vie, sur son sens, sa finalité et le bonheur, résidant ainsi dans les choses simples. Une énorme satisfaction, un gros coup de coeur. à voir absolument !!!!
    Kloden
    Kloden

    Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 617 critiques

    2,5
    Il est toujours agréable de sentir un auteur s'impliquer dans ses long-métrages, y insuffler ses envies, ses impressions, ses sentiments ; bref un peu de son âme. Ridley Scott pousse la formule un peu trop loin avec Une grande année, escapade qu'il tente de rendre bucolique le long des vignes provençales. On a en effet beau sentir le plaisir qu'a l’aîné des Scott à filmer cette région qu'il affectionne paraît-il particulièrement, mais on sent aussi bien trop son regard plein d'indulgence, de tendresse même, derrière la caméra qu'il manie. Cet amour lui ôte son objectivité, et il essaye de faire découvrir le charme du Sud de la manière dont il le perçoit - consciemment ou pas d'ailleurs ; le problème étant de fait que si on est pas profondément attaché à la région, on a bien du mal à entrer en communion avec ce retour aux sources et sa naïveté à peine masquée. Les clichés s'accumulent, et les facilités s'amoncellent. Heureusement la photographie de Ridley est magnifique et Russel Crowe est très agréable, dans un décalage assez charmant. Le choc de la confrontation entre le paisible terroir et la surexcitation de la City est assez marqué, dans la mise en scène de Scott, assez tape-à l’œil et en totale opposition avec l'atmosphère désuète qui parsème le long-métrage. Une grande année est de ce point de vue une étonnante décélération qui suit bien à l'évolution du personnage Crowe. Pas pour autant désagréable, A Good Year demeure en fait un film tout à fait anodin. Au sein d'une filmographie qualitativement très hétérogène, il n'est certainement pas de ceux que je retiendrai. Je ne pousserai quand même pas la dureté au niveau de beaucoup de critiques, au demeurant parfois assez pathétiques quand ils reprochent - non sans raisons, c'est vrai - au film d'être un produit suranné pour dans la foulée nous caser trois ou quatre vannes de mauvais goût et complètement éculées sur le vin dans leur review du film. Facile et pas très inspiré, A Good Year est une sieste ensoleillée que je pardonne sans trop de mal à Ridley Scott, qui s'essaye quand même ici à un exercice (la comédie romantique) pas si aisé qu'il n'y paraît avec un peu trop de dilettantisme.
    Fêtons le cinéma
    Fêtons le cinéma

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 35 critiques

    0,5
    On ne s’improvise pas réalisateur de comédie, et le cinéaste Ridley Scott en fait les frais avec Une Grande Année. Le film donne l’impression de rapporter les coulisses estivales de Ridley et Russell en vacances dans le Sud de la France, fiers de leur succès Gladiator. L’image est franchement d’une laideur repoussante et toute jaunâtre, les acteurs ne semblent guère investis ou se font plaisir sans aucune direction de la part d’un réalisateur obsédé par son récit aux contrastes aussi manichéens que grossiers. Didier Bourdon fait le larbin, Marion Cotillard montre ses belles jambes, tout cela au service de la plus abjecte peinture d’une France viticole qui n’a pour fruit que le fantasme de l’équipe de production. Aucun sens du comique, aucune vision d’ensemble. Russell Crowe est détestable, en parfaite osmose avec Une Grande année qui ose s’ouvrir sur un connaissance œnologue éclaircissant un grand vin avec de l’eau claire. Minable.
    Cluny
    Cluny

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 593 critiques

    3,0
    Dans ses interviews télévisées, Marion Cotillard m'avait mis la puce à l'oreille : ses explications alambiquées pour prouver que la vision de la Provence présentée par Ridley Scott ne relevait pas du cliché m'avaient autant convaincu que les protestations d'innocence d'un libero allemand après un tacle à la carotide. Des clichés, il y en a. Mieux, le film en est une déclinaison, tant dans la représentation de la France, de la Provence et de la viticulture, que dans le respect scrupuleux des lois du genre de la comédie romantique. Concernant la carte postale, tout y est : le maillot (crasseux) de l'Ohème pour le vigneron (mais quand même le modèle à 75 € de la saison en cours...), la 4L pour la restauratrice, et quand Max obtient enfin "a date" avec Fanny, c'est sur une place provençale où un chanteur braille du Trénet devant un écran où défilent des images de Bardot et de Tati (déjà affiché aux murs de la villa californienne de Cameron Diaz dans "The Holiday"). Quant à la propriété dont hérite Max, c'est un croisement entre "Le Château de ma Mère" et "Le Château des Oliviers". Même poncifs concernant l'histoire : le scénario adapté du livre éponyme du romancier britannique Peter Mayle nous ressert la fable de la rédemption du héros perverti par l'argent qui retrouve le bonheur dans la vie pastorale (avec quand même une rente de quelques millions de livres...), doublée de la rencontre avec celle qu'apparemment tout oppose, excepté le détail enfoui dans le subconscient d'avoir partagé le vert paradis des amours enfantines. Une fois cela posé, il reste une film qui bénéficie de l'indiscutable savoir-faire de Ridley Scott, synthèse de l'humour british et de l'efficacité hollywoodienne. Malgré d'indiscutables longueurs et quelques redites, il y a une nervosité revigorante dans la façon de traiter certaines scènes. Pour avoir vécu exactement la même situation sur le parking Europcar de Toulouse-Blagnac, la découverte par Max de sa Smart de location à boîte automatique m'a beaucoup fait rire, et Ridley Scott a su filmer le match de tennis entre Russel Crowe et Didier Bourdon comme un combat de gladiateurs. Russel Crowe incarne plutôt subtilement ce personnage de "salopard reptilien insensible qui découvre qu'il n'est pas celui qu'il croyait être", selon ses propres dires. Marion Cotillard est une nouvelle fois parfaite, après "Toi et Moi" et en attendant de la voir jouer Piaf dans "La Môme" (sortie le 14 février). Didier Bourdon a plus de mal à rendre crédible son personnage qui accumule à la fois toutes les idées reçues et beaucoup d'invraisemblances, vigneron tennisman citant Proust et murmurant à l'oreille d'Ampélopsis. Petite cuvée sans prétention plutôt que grande année, ce film peut remplacer avantageusement le citrate de betaïne en attendant des mets plus roboratifs comme les prochains opus de David Lynch, Steven Soderbergh ou Clint Eastwood, annoncés pour début février. http://www.critiquesclunysiennes.com/
    adicte
    adicte

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 593 critiques

    0,5
    Bouuuuh la daube magistrale, qui plus est, ridicule et niaise comme il faut. Franchement, quelle honte....
    NomdeZeus
    NomdeZeus

    Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 922 critiques

    2,5
    Voir Ridley Scott aux commandes d'une comédie romantique s'avère assez surprenant au premier abord. Une Grande Année est un film mineur dans la filmographie du cinéaste qui aligne les clichés sur la douceur de vivre à la française vue par un anglais. Néanmoins, ce long-métrage n'est pas une simple œuvre de commande pour Ridley Scott et revêt même un caractère assez personnel. En effet, le réalisateur possède, comme son héros, une propriété et des vignes en Provence. Il y a un vrai travail sur la lumière et les couleurs mais l'intrigue n'échappe pas aux poncifs de la comédie romantique. Bref, une petite récréation divertissante mais sans ampleur dans la carrière d'un grand réalisateur amoureux de la France.
    Sanvean21
    Sanvean21

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 15 critiques

    3,5
    Et bien, en dépit des critiques, je suis, pour ma part, fan de ce film ! J'adore cette maison dans le Sud, cette lumière, ce retour aux sources de l'enfance, la maladresse de Russell Crowe dans un rôle à contre-emploi, sa coupe de cheveux improbable... J'ai ri, j'ai pleuré... Ce film me fait du bien à chaque fois que je le revois ! Alors, oui, ça n'est pas très virtuose et certains évoquent une accumulation de clichés mais ça n'est pas très important. On a vu des films plus virtuoses et, pour autant, incapables de nous emmener. Moi, ce film m'a emmenée !
    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Longuement j'ai eu une grande curiosité durant non pas une seule année mais plusieurs à vouloir découvrir ce film de Ridley Scott. Une grande année est considéré pour pas mal "un des plus mauvais du réal". Faut pas trop pousser non plus sur l'alcool, bien sur mon avis est tout autre, donc je considère que ce film tient des qualités fort bien savoureuse. Le premier charme, c'est le paysage vraiment bien capter par la caméra de Ridley, déjà que la Provence est belle en elle même. Je souligne que Ridley détient aussi une résidence en Provence et il est également un grand amateur de vin. Le deuxième charme c'est l'histoire assez légère et initiatique. J'ai bien aimé la relation entre Crowe et Cotillard. Puis j'ai kiffé et trouver formidable les rencontres entre Crowe et Didier Bourdon. Le truc qu'on à tendance à presque pas y penser de les voir ensemble. Duo totalement enrichissant. Une grande année m'a même toucher.
    shmifmuf
    shmifmuf

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 1 730 critiques

    1,5
    Un millésime bouchonné me semble plus exact pour qualifier cette petite comédie romantique.
    VinciVinZ
    VinciVinZ

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    2,5
    Pourquoi deux étoiles? Une pour la réalisation de Ridley Scott qui, même s'il n'est pas au meilleur de sa forme, réussit à travers quelques plans à nous toucher. Le travail sur la lumière est formidable comme celui sur les couleurs: l'opposition du gris bleu londonnien au jaune vert de la provence est vraimennt très interessant. La deuxiéme étoile pour un des meilleurs comédiens actuellement Russell Crowe qui campe un british de la city très convaincant. Le reste du casting n'est pas non plus mauvais, même si la différence et surtout pour Bourdon se fait sentir face à l'Australien. Pourquoi pas plus d'étoile? Le scénario est vu et revu. En plus, certaines lourdeurs surtout sur la culture française m'ont dérangé. Mais c'est surtout un manque de magie qui manque à l'édifice, aucune émotion forte est venu me toucher, d'ailleurs ça doit se sentir dans cette critique.
    mamangel
    mamangel

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 28 critiques

    5,0
    Quoi qu'en dise la presse moi j'ai adorée ce film ou le mélange des acteurs français et étranger se transforme en une parfaite alchimie et ce qui donne une réelle touche d'humour au film. Les personnages sont touchants et troublants. Bon certe on caonnait la fin de l'histoire des le debut du film mais Ridley Scott a parfaitement bien réalise l'histaoire en y ajoutant un peu d'intrigue. J'ai été bluffe par le role de Didier Bourdon que je n'attendais pas dans ce film . J'ai passe 2 heures en compagnie de personnages formidable. A voir pour la beauté des images et la simplicité des personnages.
    letrefou
    letrefou

    Suivre son activité 384 abonnés Lire ses 117 critiques

    2,5
    "Une Grande Année" n'est pas un très bon film mais ce n'est pas non plus la daube annoncée par toutes les critiques venant de la presse française. Cependant, ce film n'est pas vraiment un bon cru du grand réalisateur Ridley Scott! Il nous a habitué quand même à beaucoup mieux. Ainsi "Une Grande Année" est une comédie romantique gentillette, fraiche mais possédant énormément de défauts. Certaines scènes ne trouvent pas leur place dans ce film. D'autres, censées faire rire le spectateur, sont complètement ratées (la scène de la piscine!). De plus, le film est vraiment bourré de clichés impardonables: dans ce film, nous, les Français, sommes sales, beaufs, attardés. Nos voitures sont limitées aux Catrel, ou aux Smart, voire même pas de voitures, et seulement des vélos. Pour un amoureux de la France comme Ridley Scott, c'est impardonnable de nous rabaisser à ce point. Dans ce film, les acteurs permettent de remonter la barre. Même si Russel Crowe est quelque peu mal à l'aise dans le registre comique, il s'en sort pas trop mal. Albert Finney est excellent comme d'habitude. Marion Cotillard est très mignonne et dans les acteurs français, celui qui s'en sort le mieux est Didier Bourdon, très attendrissant. Même s'il y a beaucoup de défauts, il ne faut pas oublier qu'on ne s'ennuie pas dans ce film et qu'on passe en général un très bon moment. En bref, "Une Grande Année" est un film sympathique, mais un cru mineur de la part de Ridley Scott.
    mricpapa
    mricpapa

    Suivre son activité Lire ses 4 critiques

    5,0
    J'avais lu pleins de mauvaises critiques sur ce film par la presse (comme trop souvent .......) , mais je me suis décidé à aller le voir quand même ! Moi, j'ai aimé, l'histoire est originale, Marion Cotillard splendide, Didier Bourdon bien dans son personnage, Russell Crowe assez rigolo ... Une comédie très plaisante, et je ne comprendrai donc jamais les journalistes qui trouvent l'histoire banale, ou bourrée de clichés, sachant que d'habitude, je trouve souvent les rebondissements, là pas moyen de les trouver (bon .. Sauf la fin, mais qui est plus qu'écrite dans le jeu de l'acteur ! )
    Zardozbis
    Zardozbis

    Suivre son activité Lire ses 26 critiques

    2,5
    En l'état, Une grande année n'est pas un grand film mais une sympathique comédie viticole. Certes, le scénario ne fait pas preuve de maestria_c'est d'ailleurs le problème de Ridley Scott, qui n'a pratiquement jamais le même scénariste_, peu habile à manier l'art de la comédie, mais les comédiens jouent de bon coeur et la bonne humeur de Russell Crowe et des autres finit par être agréable. Le Lubéron est assez bien rendu, et quelques gags font bien mouche. Ridley Scott devrait, comme à son habitude, réaliser une version remontée de ce film, comme il l'a déjà fait pour Alien, Blade Runner, Gladiator et Kingdom of Heaven.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top