Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Down in the Valley
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Down in the Valley" et de son tournage !

De Paris à San Fernando...

C'est pendant l'année qu'il a passée à Paris que David Jacobson a commencé à écrire le scénario de Down in the valley, dont l'idée de base était d'évoquer la vallée de San Fernando et le fait d'y grandir. Le cinéaste explique : "C'était assez étrange d'écrire sur un endroit comme la vallée de San Fernando tout en vivant à Paris. J'écrivais le plus souvent à la Bibliothèque Nationale, près du Palais Royal, et travailler dans ces lieux datant du XVIIIe siècle rendait le décalage encore plus étonnant. Dans un décor somptueusement rococo, j'écrivais sur un endroit dont l'accomplissement culturel majeur est une autoroute à deux fois six voies... C'était soit complètement fou, soit parfait, au choix !"

L'ombre des grands westerns...

Alors qu'il travaillait sur le scénario, en partie inspiré de son enfance dans la banlieue de Los Angeles, David Jacobson assista à une rétrospective des grands westerns dans la petite salle parisienne de l'Action Christine. Ce fut un déclic pour le cinéaste, qui voulut imprégner son film des mythes et des images du western : "J'ai commencé à voir des parallèles entre les paysages sauvages, le style de vie du vieil Ouest et ceux de l'Ouest moderne, là où j'ai grandi. Ce sentiment de solitude, la peur constante d'être attaqué violemment et le besoin d'un héros qui vienne à mon secours m'ont également semblé un point commun entre mon enfance et le western."

Entre scénaristes...

Le réalisateur David Jacobson a paufiné le scénario de Down in the valley au Screewriter's Lab du Sundance Institute. Un endroit où il put côtoyer des scénaristes tels que Stewart Stern (La Fureur de vivre), Jim Taylor (L'Arriviste, Sideways) ou encore John August (Big fish) et profiter de leur expérience.

L'arrivée d'Edward Norton

Edward Norton a été le premier acteur auquel a pensé le réalisateur David Jacobson. Avant de signer son contrat, Norton a tenu a rencontrer le cinéaste, entretien qui dura près de trois heures, puis a participer à la réécriture du script et a officier en tant que producteur sur le long-métrage.

Quand Norton devient... cow-boy !

Edward Norton s'est soumis à un entraînement intensif pour le film, afin de devenir un véritable cow-boy. Il a notamment travaillé avec Thell Reed sur le maniement des armes, Reed qui était considéré comme "le tireur le plus rapide des Etats-Unis" dans les années 50 ! Edward Norton passa également beaucoup de temps a améliorer sa pratique de l'équitation et a travailler le maniement du lasso.

Tourner dans "la" vallée de Jacobson

Les lieux de tournages de Down in the valley étaient particulièrement importants pour le réalisateur David Jacobson qui, avant même l'écriture du scénario, a voyagé dans la vallée de San Fernando pour y prendre de nombreuses photos. Il explique : "J'ai grandi à l'ombre de la freeway 405, littéralement. La vallée de San Fernando est un véritable personnage dans le film. J'ai commencé à prendre des photos dans le quartier où j'ai grandi, à Van Nuys, et j'ai fini par explorer des tas d'endroits où je n'étais jamais allé." David Jacobson voulait filmer "sa" vallée, mais avait du mal à expliquer ce qu'elle représentait pour lui. Un jour, après avoir photographié un immense paysage, d'un point de vue surplombant la vallée, il aperçut un pick-up garé au loin. Il s'approcha, remarqua deux paires de jambes derrière la camion puis... un couple faisant l'amour. "Un couple faisait l'amour dans ces vastes espaces... C'était exactement le genre d'endroits que je cherchais", glisse en souriant le cinéaste.

Des références de prestige

L'un des temps forts de la préproduction de Down in the valley fut quand Edward Norton se rendit chez United American Costumers. Il y trouva certains des costumes originaux de La Poursuite infernale, et en porta quelques-uns durant la scène de danse de la fin du film, hommage direct à la scène de danse du film de John Ford. Down in the valley renvoie également à un autre classique du western, La Rivière rouge d'Howard Hawks, dont le style visuel a fortement influencé David Jacobson : "J'aime la scène de nuit dans le brouillard, je l'ai utilisée comme référence pour la scène où Harlan essaie d'aider Lonnie à surmonter sa peur du noir."

Présenté à Cannes

Down in the valley a été présenté au Festival de Cannes 2005, dans la section Un Certain Regard.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Parasite (2019)
  • Toy Story 4 (2019)
  • Beaux-parents (2019)
  • Le Daim (2019)
  • Tolkien (2019)
  • Anna (2019)
  • Men In Black: International (2019)
  • Spider-Man: Far From Home (2019)
  • Child's Play : La poupée du mal (2019)
  • Nevada (2019)
  • X-Men : Dark Phoenix (2019)
  • Le Roi Lion (2019)
  • Made In China (2019)
  • Aladdin (2019)
  • Roxane (2018)
  • Noureev (2018)
  • Le Coeur des hommes (2003)
  • Rocketman (2019)
  • Le Chant du Loup (2018)
  • Yves (2019)
Back to Top