Mon AlloCiné
    Un été violent
    note moyenne
    3,5
    70 notes dont 14 critiques
    29% (4 critiques)
    21% (3 critiques)
    43% (6 critiques)
    7% (1 critique)
    0% (0 critique)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Un été violent ?

    14 critiques spectateurs

    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 569 abonnés Lire ses 1 399 critiques

    4,5
    Publiée le 2 août 2016
    Valerio Zurlini n'a pas une filmographie aussi brillante que celle de Fellini, Antonioni, Rossellini ou de Sica ; il est moins connu que Monicelli, Rosi ou Comencini. Normal en un sens car son oeuvre est assez inégale malgré quelques titres célèbres tels La fille à la valise, Journal intime, Le professeur ou Le désert des tartares. Eté violent (1959) représente, pour moi, l'acmé de sa carrière. Un film de passion, exacerbé par les circonstances de la guerre, et des sentiments amoureux d'autant plus forts qu'ils sont menacés à tout instant par la mort. Noir et blanc splendide, mise en scène inspirée et un Trintignant formidable. C'est un chef d'oeuvre.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 576 abonnés Lire ses 4 143 critiques

    3,0
    Publiée le 17 novembre 2014
    Deuxième film seulement que je vois du réalisateur Valerio Zurlini, l'autre étant le très bon "Journal intime", mais, à part ici sur un point de détail sur lequel je vais revenir, une seconde preuve que l'emphase mélodramatique et lui faisaient deux. "Une histoire privée devient extraordinaire si un événement historique est présent en arrière-fond.", si un film répond très bien à cette phrase de Léon Tolstoï c'est bien "Un Été violent". Cette histoire d'amour entre un jeune étudiant, fils d'un ponte du régime fasciste, et une veuve de guerre trentenaire et mère de famille pourrait apparaître comme étant un summum de banalité si elle ne se déroulait avec comme toile de fond les derniers jours de la dictature de Mussolini. La guerre ne se montre que rarement ici ce qui ne fait que rendre encore plus intenses et spectaculaires les rares fois où elle apparaît. Parti-pris intelligent du réalisateur auquel on pourrait en ajouter un autre : rester sobre. L'amour se montre par petites touches, par des gestes ou des paroles subtils, pas de grandiloquence, ce qui ne fait que rendre que plus émouvante cette romance. Enfin pas de grandiloquence...jusqu'aux cinq dernières minutes qui gâchent un peu l'ensemble. Les cinq dernières minutes qui auraient vraiment dû rester dans le même ton. C'est réellement regrettable car sinon ça aurait été un grand film. On se consolera tout de même largement avec le reste du film, avec les belles interprétations de Jean-Louis Trintignant (crédible en jeune étudiant malgré ses 29 ans à l'époque !!!) et d'Eleonora Rossi Drago (qui malheureusement a été considérablement sous-employée par la suite !!!), et aussi avec la BO particulièrement inspirée de Mario Nascimbene.
    scorsesejunior54
    scorsesejunior54

    Suivre son activité 110 abonnés Lire ses 694 critiques

    4,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Considéré comme l'un des chefs-d'oeuvres de l'âge d'or du grand cinéma Italien, "Eté Violent" mérite effectivement une attention du même niveau que bien d'autres films lui étant régulièrement préférés. Je l'ai vu le week-end dernier lors d'une réédition, et mes impressions sont certainement grandies par le plaisir de la salle obscure. Il s'agit d'une histoire d'amour durant l'été 1943, dans l'Italie encore fascite de Mussollini. Tragique, elle l'est de bout en bout. D'une noirceur édifiante, elle trouve sa plus grande puissance par rapport à son propos, pas si simple qu'il n'en a l'air. Le duo est au diapason et interprète très bien, sans surjouer, ce couple pris au piège de la guerre, en plus des autres multiples difficultés amoureuses "de routine". Cependant, il manque un petit quelque chose à l'ensemble, qui l'aurait certainement fait décoller entièrement vers les sommets. Appelons ça de la magie, cette petite touche d'émotion intense parvenant à toucher tout le long sans trop en faire. Cela, "Eté Violent" ne le réussit pas constamment, et c'est ce qui le sépare du plus grand Zurlini que sera deux ans plus tard "La Fille à la Valise". On notera tout de même cette soirée, où les êtres dansent, se regardant les uns les autres, finissant par laisser parler leurs sentiments les plus profonds avant tout autre chose. Lors de tels passages, on remarque l'empreinte d'un grand : un metteur en scène dirigeant parfaitement son cadre, maîtrisant au possible l'espace à l'écran, faisant de ses protagonistes des personnages à part entière, attachants et puissants sans avoir recours à d'inutiles dialogues à rallonge. La musique s'intègre complètement à la scène, comme lors de ce final remarquable, ne tombant pas dans le pathos malgré toutes les difficultés lui incombant.
    benoitparis
    benoitparis

    Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 1 277 critiques

    5,0
    Publiée le 20 avril 2009
    Le sens de l'Apocalypse ça doit être ça : le désir sur le fond d'un monde en liquidation (en l'espèce l'Italie fasciste). C'est du très grand cinéma d'auteur, la mise en scène du désir amoureux, de la panique guerrière est d'une subtilité unique. Trintignant n'a-t-il pas été un plus grand comédien du cinéma italien que du cinéma français ? A recenser les grandes productions transalpines où il a posé sa marque... Il faudrait aussi évoquer la magnificence de la photo en noir et blanc, etc... etc... En bref un fleuron du cinéma d'auteur italien à peu près trois décennies avant liquidation.
    Serge CHITRIT
    Serge CHITRIT

    Suivre son activité 50 abonnés Lire ses 30 critiques

    5,0
    Publiée le 28 novembre 2006
    Le romantisme à l'état brut. J'ai vu ce film de 1959 aujourd'hui,un pur chef d'oeuvre,si vous voulez admirer le romantisme à l'état brut,une pure merveille,un vrai bijou,que dis-je ,un diamant..cela se passe un certain été 1943 en pleine guerre en Italie sur la cote adriatique,avec entre le Marcello Mastroianni françàis de l'epôque mais qui joue en italien,soit Jean Louis Trintignant,entouré des plus belles filles italiennes des années 50,entre autres, deux scènes de slow mémorables ou les regards nous parlent plus que les mots,et des scènes d'adieux ferroviares que certainement Alfred Hitchkok lui aura enviées.Valerio Zurlini nous surprend encore presque 50ans après,à la hauteur d'un Fellini, Antonioni ou même d'un Visconti. Sergethedreamer
    Vladimir.Potsch
    Vladimir.Potsch

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 389 critiques

    4,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Valerio Zurlini atteint une sorte de perfection dans sa description de l'amour fou avec cette histoire qui met en présence, en pleine deuxième guerre mondiale et alors que l'Italie est en train de perdre la guerre, le fils d'un fasciste , qui bénéficie d'un sursis pour échapper à l'incorporation, et la veuve d'un héros de guerre. Ils avaient tout pour se détester, et ils s'aiment à la folie...La force du jeu de Trintignant et d'Eleonora Rossi Drago n'est pas pour rien dans l'intensité de cette relation, d'abord perturbée par les gens qui gravitent autour (la petite amie du jeune homme, la famille de la jeune veuve qui voit d'un mauvais oeil cette relation), puis rendue très difficile, sinon impossible, par la guerre de plus en plus présente. Le savoir faire du réalisateur est évident dans la juxtaposition voulue entre chaque étape de la rencontre amoureuse et les moments dramatiques liés aux scènes de guerre : la première rencontre a lieu quand un avion ennemi rase dangereusement les baigneurs d'une petite plage de Rimini, et que la petite fille de la jeune veuve vient se réfugier dans les bras de Trintignant. Ensuite, c'est lors d'une surprise partie qu'ils se déclarent leur amour, alors qu'au loin, dans la nuit, on percoit une bataille aérienne. Enfin, la terrible scène finale du train bombardé, d'un réalisme qui fait froid dans le dos, scelle à priori définitivement le destin des jeunes amants. Entre analyse assez fine et parfois même un peu sèche, proche d'Antonioni, d'une jeunesse plutôt aisée et description plus lyrique d'une relation amoureuse vouée à l'échec, le film trouve un équillibre et finit par bouleverser.
    negos
    negos

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 24 septembre 2011
    Mélodrame lyrique et social sur fond d'italie fasciste. Mise en scène d'une élégance suprême. Eeonora Rossi-Drago d'une sublime sensualité. Un chef d'oeuvre sur le désir d'aimer et de s'affranchir de toutes les conventions.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1561 abonnés Lire ses 8 725 critiques

    3,0
    Publiée le 15 janvier 2015
    C'est le second film de Valerio Zurlini (son plus gros succès), dont la profonde sincèritè rend singulièrement pathètiques les dèbordements sentimentaux auxquels se livrent inèvitablement ses personnages, dans un drame qui revient sur les annèes du fascisme et son effondrement! Jean-Louis Trintignant, qui a pu èchapper au service militaire parce qu'il ètait le fils d'un dignitaire du règime, y tombe amoureux d'une jeune veuve, Eleonora Rossi Drago (on n'oubliera pas de sitôt sa danse, la nuit, sous la lueur des fusèes èclairantes, scandèe par une musique magnifique) et que la guerre les sèpare! Une histoire d'amour passionnelle sur arrière fond de guerre où la crèdibilitè de cet amour doit beaucoup à la direction d'acteur du metteur en scène italien! Pas de grand discours entre les protagonistes, les sentiments passent beaucoup par les gestes et les regards! De plus, la complexitè des personnages rend la situation encore plus dense! Pour des raisons diffèrentes, chacun rèsiste a son milieu alors que chacun est pris par ce coup de foudre rèciproque...
    Jean P.
    Jean P.

    Suivre son activité Lire ses 22 critiques

    5,0
    Publiée le 10 novembre 2006
    Un grand film de Zurlini, cet auteur génial. A recommander sans réserve. C'est du très grand cinéma. Magnifique. Les acteurs et actrices sont sensationnels.
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 217 critiques

    3,5
    Publiée le 30 mai 2015
    Un film plein de sensualité sur la passion et le désir. Il y a aussi le thème des différences de classe très présent. La scène de la danse est très symptomatique: "temptation" passe sur le disque. Il y a de l'hésitation chez l'héroïne, et de la conviction chez Trintignant.
    stillpop
    stillpop

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 444 critiques

    3,5
    Publiée le 13 décembre 2011
    L'histoire d'un très beau garçon et d'une très belle femme. Un classique de la différence d'âge et de condition sociale revisité dans les années 60 d'une station balnéaire italienne. Il n'est pas vraiment besoin d'aller plus loin dans la critique, tout est dit, une Dolce Vita en plein fascisme Mussolinien, où les protagonistes se fichent pas mal de la politique, et sont en cela des précurseurs des je m'en foutistes des années 70. Avec une pointe de psychologie, de cynisme, de jeunesse, de maturité, et de prise de conscience du monde qui n'était pas si simple à l'époque. Mais tout ça n'est que le prétexte à un jeu depuis longtemps oublié depuis « Mort à Venise », l'attraction fatale de la beauté chez les esthètes, et on peut dire que Trintignant était beau dans l'un de ses premier rôle. Sa partenaire ne fait rien pour démériter, c'est donc ce plaisir uniquement dont on s'enivre, tout en saluant la qualité de la photographie et de la mise en scène, juste comme il faut pour ne pas avoir l'impression d'être des voyeurs. Ne laissera sans doute pas grande trace dans l'histoire du septième art, mais nourrira profondément notre plaisir visuel.
    Marc  Panofsky
    Marc Panofsky

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 203 critiques

    3,0
    Publiée le 4 juillet 2013
    Je me demande si Valerio Zurlini n'est pas l'homme d'un film "La fille à la valise"?... Cinéaste esthète qui peine à oublier (dépasser) son esthétisme, son raffinement. C'est très flagrant dans "Le désert des Tartares". "Un été violent" parle d'une violente passion entre un jeune homme et une femme sous la fin du fascisme, qui j'avoue m'a laissée un peu en retrait. On pourrait dire que le film manque de cette grâce qui habitait le cinéma italien de l'époque.
    Patricemarie
    Patricemarie

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 838 critiques

    3,5
    Publiée le 31 décembre 2011
    Film à l 'atmosphère surannée accentuée par le format et le noir et blanc, nous plonge avec intérêt dans cette guerre sur fond de romance Italienne .
    anonyme
    Un visiteur
    2,0
    Publiée le 22 mars 2012
    Et bien il en faut peu aux journalistes pous s'extasier. une histoire bateau et maigrichotte loin de se qu'on pouvait en attendre vu la période choisie, une réalisation correcte, rien d'exceptionnel quoi.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top