Notez des films
Mon AlloCiné
    Elizabeth : l'âge d'or
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Elizabeth : l'âge d'or" et de son tournage !

    Elizabeth II...

    Elizabeth : l'âge d'or est la suite du film Elizabeth sorti en 1998, qui racontait l'ascension difficile de la jeune Elizabeth jusqu'au trône. Le casting réunissait déjà le réalisateur Shekhar Kapur et sa reine Cate Blanchett, nominée à l'Oscar et récompensée du Golden Globe de la meilleure actrice pour ce qui fut l'un de ses premiers grands rôles. Au total, Elizabeth a été nommé à sept reprises aux Oscars (dans les catégories Meilleur film et Meilleure actrice notamment), et a reçu six BAFTA.

    ... en attendant un troisième volet ?

    Elizabeth : l'âge d'or aura une suite, le réalisateur Shekhar Kapur ayant toujours estimé qu'il faudrait au minimum une trilogie pour rendre compte de l'incroyable existence d'Elizabeth Ière.

    Quinze ans plus tard...

    Alors qu'Elizabeth racontait l'ascension et les premières années de règne de la jeune Elizabeth, confrontée à ses rivaux aspirant au trône et aux trahisons familiales, l'action d'Elizabeth : l'âge d'or se déroule quinze ans plus tard, alors qu'Elizabeth, plus assurée dans son rôle de reine, doit faire face au roi catholique Philippe II d'Espagne, bien décidé à se débarrasser de la reine protestante. Le réalisateur Shekhar Kapur évoque les thèmes de ce second volet : "Les récits du passé nous ramènent souvent à notre propre histoire. Par-delà le thème du fondamentalisme religieux, Elizabeth : l'âge d'or nous parle de la quête de soi et du divin, de mortalité et d'immortalité - des questions que chacun se pose un jour, aujourd'hui comme hier."

    Les doutes de Cate Blanchett

    Avec Elizabeth : l'âge d'or, Cate Blanchett se glisse à nouveau dans les costumes de la Reine Elizabeth Ière, mais la comédienne avoue avoir longtemps hésité à reprendre le rôle. Elle fait part de la difficulté à incarner ce personnage historique : "J'ai beaucoup appris depuis le tournage d'Elizabeth. Mais ce rôle reste difficile, et il m'est arrivé de douter de ma prestation. C'est un hommage à une personnalité puissante et complexe qui peut être abordée de mille et une façons, chacune mettant en lumière l'un ou l'autre aspect de sa vie. Il fallait retrouver l'approche que nous avions choisie pour le premier film tout en insistant sur son évolution." Le réalisateur Shekhar Kapur précise de son côté que "le personnage est devenu plus actif dans ce second film. Tout en ayant pris de l'assurance, Elizabeth a conservé un peu de sa vulnérabilité des premières années de règne. Cate a su communiquer ce mélange délicat de force et de faiblesse."

    Une interprétation personnelle

    Shekhar Kapur, le réalisateur d'Elizabeth et d'Elizabeth : l'âge d'or, se défend d'apporter une version définitive de l'histoire d'Elizabeth Ière, préférant parler d'interprétation: "Si vous avez une conversation avec moi aujourd'hui ou demain, et si vous le racontez à quelqu'un dans longtemps, vous en donnerez votre interprétation. Alors 400 ans après, les interprétations différent. Souvenons-nous qu'à travers toutes ces années, les histoires ont été écrites pour des puissants, qui n'hésitaient pas à décapiter lorsque quelque chose ne leur plaisait pas. Donc, l'histoire a été interprétée en fonction de ces dirigeants. Ce que je fais aujourd'hui, c'est simplement raconter ma vision de l'histoire, qui me touche, qui résonne avec ma propre histoire."

    Clive Owen l'aventurier

    Si Cate Blanchett et Geoffrey Rush sont de retour au générique d'Elizabeth : l'âge d'or, le long-métrage accueille un nouveau nom de prestige en la personne de Clive Owen, qui incarne le légendaire explorateur Walter Raleigh. L'acteur a été attiré par la façon dont, dans ce film, des thèmes contemporains se mêlent à l'Histoire : "Raleigh était un être complexe. Séduisant et bien éduqué, il parlait avec franchise et parfois même avec arrogance. Son attitude assez cavalière impressionnait autant qu'elle offensait." Surtout, Clive Owen était très heureux de collaborer avec le cinéaste Shekhar Kapur. "Le plus étonnant dans Elizabeth était la perspective de Shekhar Kapur sur les choses et, plus pragmatiquement, l'emplacement choisi pour les caméras", déclare-t-il. "Cela donnait aux événements un souffle épique. Il utilise la même technique dans Elizabeth : l'âge d'or."

    La reine de la mode

    Pour Elizabeth : l'âge d'or, la costumière Alexandra Byrne a voulu créer des costumes qui impressionnent le public, comme c'était le cas des tenues d'Elizabeth à la fin du XVIe siècle. Bien plus qu'une vérité historique, la créatrice a voulu rendre dans ses tenues l'esprit d'Elizabeth, dans sa vie privée ou publique, qu'elle porte une robe élégante ou une armure digne de Jeanne d'Arc. Elle n'a, en outre, pas hésité à prendre quelques libertés pour rendre les tenues plus accessibles que dans la plupart des films en costumes, en les modernisant. Sa principale source d'inspiration fut le designer espagnol Cristobal Balenciaga qui, dans les années 50, élaborait ses créations à partir de tableaux issus, notamment, de l'époque élisabéthaine.

    Des décors gigantesques

    Afin de créer des décors qui sonnent vrais, Guy Dyas, le chef décorateur d'Elizabeth : l'âge d'or, n'a utilisé que des matériaux d'époques : pierre, bois... La tâche la plus difficile fut de créer le bateau de Raleigh, qui fut construit à l'échelle réelle ! Le bateau fut ensuite "déguisé" afin de tourner les scènes de l'armada espagnole. Malgré le traval titanesque que cela représente, Guy Dyas n'en garde pas un mauvais souvenir: "C'est le rêve de tout décorateur, au moins une fois dans sa carrière, d'avoir l'opportunité de dessiner et de construire un navire de quelque sorte qu'il soit. Construire le Tyger et voir Clive Owen si héroïque à bord, c'était un grand honneur et l'un des plus grands moments de ma carrière."

    Lieux de tournage symboliques

    Le tournage en extérieurs d'Elizabeth : l'âge d'or a commencé à la cathédrale de Westminster, la plus grande en taille et la principale église catholique d'Angleterre et du pays de Galles. Il s'est notamment poursuivi dans le Hertfordshire, à Hatfield House, la célèbre demeure du marquis de Salisbury, dans l'église St. Bartholomew, trésor caché situé derrière une arcade des ruelles de Smithfield, puis à la cathédrale de Winchester, construite en 1079 dans l'ouest de l'Angleterre, où la production est restée quatre jours, au St. John's College et à Brean Down.

    Craig Armstrong a la baguette

    C'est le compositeur écossais Craig Armstrong qui a signé la bande-son d'Elizabeth : l'âge d'or. Avant cette expérience, il avait composé les musiques de nombreux longs métrages parmi lesquels Moulin Rouge, Love Actually, Ray ou encore World Trade Center.
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • La Reine des neiges 2 (2019)
    • Le Mans 66 (2019)
    • La Belle époque (2019)
    • Les Misérables (2019)
    • J'accuse (2019)
    • Hors Normes (2019)
    • Joyeuse retraite ! (2019)
    • Joker (2019)
    • À couteaux tirés (2019)
    • Midway (2019)
    • La Famille Addams (2019)
    • Chanson Douce (2019)
    • Brooklyn Affairs (2019)
    • Jumanji: next level (2019)
    • Les Éblouis (2019)
    • Countdown (2019)
    • Star Wars: L'Ascension de Skywalker (2019)
    • Toute ressemblance... (2018)
    • Le Traître (2019)
    • Gloria Mundi (2019)
    Back to Top