Notez des films
Mon AlloCiné
    Destination finale 3
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Destination finale 3" et de son tournage !

    La Faucheuse triple la mise

    Destination finale 3 est le troisième volet d'une saga entamée en 2000 avec Destination finale puis poursuivie deux ans plus tard avec Destination finale 2.

    La mort va plus loin...

    Pour le réalisateur James Wong, Destination finale 3 apporte une dimension supplémentaire par rapport aux précédents opus : "Wendy, la jeune fille qui a eu des visions et a échappé à l'accident de grand huit, découvre que des indices sont présents sur les photos qu'elle a prises le soir de la catastrophe. Tout à coup, nous sommes face à une dimension supplémentaire. Est-ce la mort qui joue un peu plus avec ses proies, ou la vie qui cherche à aider les futures victimes ? Si l'ange de la mort existe, pourquoi ne pas imaginer un ange de la vie ? Chacun pourra se faire son opinion et tenter, comme le héros, de comprendre ce qui se trame avant que le destin ne frappe..."

    La fascination pour la mort

    Selon le producteur Craig Perry, si la saga Destination finale 3 remporte un tel succès, c'est que l'homme est fasciné depuis toujours par la mort : "L'homme éprouve une véritable fascination pour la mort. Il est le seul animal à savoir qu'elle viendra fatalement et passe sa vie à se demander quand et comment. A cette peur, à cette certitude, s'associe la notion de destin, de hasard et de volonté supérieure. Le résultat de cette étrange équation correspond toujours à notre dernière heure. Mais personne ne sait la résoudre et nous en sommes réduits à supposer. Les films de la série Destination finale posent tous ce problème de manière aiguë et spectaculaire. Des gens manquent leur rendez-vous avec la mort, et celle-ci ne l'accepte pas. Elle se comporte comme un serial-killer qui ne supporterait pas que ses victimes lui échappent. C'est le tueur ultime que l'on ne voit jamais..."

    James Wong : reçu 2 sur 3 !

    James Wong, le réalisateur de Destination finale 3, connaît parfaitement les rouages de la série. C'est en effet lui qui a signé le premier volet, laissant entre-temps à David R. Ellis le soin de s'atteler à la réalisation de Destination finale 2.

    Un producteur dans la salle

    Afin de s'assurer de l'efficacité des films de la saga, le producteur Craig Perry s'est immiscé dans les salles de cinéma lors de la sortie de Destination finale 2, histoire de scruter les réactions des spectateurs. Il raconte : "J'étais très heureux de voir que cela fonctionnait bien. Un soir, en sortant d'une séance, je me suis retrouvé avec une petite bande de jeunes qui attendaient l'ascenseur pour descendre au parking. Dans ce film, il y avait une séquence très impressionnante avec un ascenseur qui finissait par coûter la vie à l'un des personnages. Ces adolescents ont vu les portes de leur ascenseur s'ouvrir, se refermer à moirtié pour s'ouvrir enfin. Ils ont préféré prendre l'escalier ! J'étais fou de joie. C'est ce que j'apprécie le plus dans les Destination finale. Tout se passe dans un univers quotidien, où de simples objets, des concours de circonstances tout à fait normaux conduisent à des situations terrifiantes ! En jouant sur nos peurs naturelles, celle de la mort y compris, ces films nous offrent le spectacle de personnnages face à leur destin.".

    Le choix du grand huit

    Après l'accident d'avion dans Destination finale et l'accident automobile de Destination finale 2, Destination finale 3 met en scène un accident de grand huit dans sa scène initiale qui, comme pour les précédents opus, a fait l'objet d'un soin tout particulier. James Wong explique ce choix : "Dans ces engins hype-rsophistiqués, les jeunes perdent le contrôle et sont confrontés à des forces qui les dépassent. Tout le monde a peur, tout le monde hurle, on flirte avec le risque. Le fait est que chaque personne qui monte dans ce genre d'engin sait qu'elle court un risque et cela fait partie du plaisir. En terme de cinéma, c'était un décor incroyable au potentiel visuel très riche. C'est une scène qui va surement faire réflechir ceux qui montaient dedans sans trembler !"

    Une attraction renversante

    La scène d'ouverture de Destination finale a été réalisée dans un parc d'attractions de Vancouver, au Canada. Le grand huit du film était calqué sur celui du parc d'attraction, mais a aussi été inspiré par le Viper de Magic Mountain, en Californie. Les scènes du parc d'attractions ont été tournées durant trois nuits. Les jeunes acteurs ont fait jusqu'à... trente tours de grand huit par nuit pour obtenir de bonnes images !

    Casting de dernière minute

    Pour la majeure partie des films, le casting s'effectue bien en amont du début du tournage. Destination finale 3 aurait fait exception à la règle. Selon une rumeur persistante, toutes les jeunes stars du film auraient passé des essais... entre trois et cinq jours avant les premiers coups de manivelle !
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Star Wars: L'Ascension de Skywalker (2019)
    • Les Incognitos (2019)
    • 1917 (2019)
    • Les Filles du Docteur March (2019)
    • Play (2018)
    • Les Vétos (2019)
    • À couteaux tirés (2019)
    • Les Misérables (2019)
    • La Reine des neiges II (2019)
    • Jumanji: next level (2019)
    • Underwater (2019)
    • L'Art du mensonge (2019)
    • La Vérité (2019)
    • Docteur ? (2019)
    • Les Enfants du temps (2019)
    • Le Meilleur reste à venir (2018)
    • SOL (2018)
    • Brooklyn Affairs (2019)
    • Le Lac aux oies sauvages (2019)
    • Selfie (2018)
    Back to Top