Mon AlloCiné
Le Courage d'aimer
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Le Courage d'aimer" et de son tournage !

Les mutations du "Genre humain"

Au départ, Claude Lelouch, habitué des paris les plus fous (Edith et Marcel sur la relation Piaf-Cerdan, ou La Belle histoire, récit qui s'étend sur 2000 ans), souhaitait réaliser une trilogie sur le thème : Le Genre humain. Le premier volet -le seul qui ait vu le jour- est Les Parisiens, dans lequel il conte les destins croisés de personnages à la recherche de l'amour. Le deuxième volet, qui avait pour titre Le Bonheur, c'est mieux que la vie, devait être une réflexion sur le hasard, et un hommage au théâtre de boulevard. Quant au troisième volet (Les Ricochets, ou la légende des siècles), il devait embrasser "l'Histoire du monde depuis la mort du Christ jusqu'à l'attentat de Sarajevo" (selon les termes du réalisateur). Mais en septembre 2004, la sortie en salles des Parisiens se solde par un échec, et ce en dépit de la séance gratuite offerte aux spectateurs le vendredi suivant le premier jour d'exploitation (une initiative rarissime, visant à contrecarrer l'accueil glacial de la critique). Lelouch, qui est alors en plein tournage du deuxième volet de sa trilogie, décide d'apporter quelques changements à son projet. C'est ainsi qu'il a l'idée de concevoir un long métrage qui reprendrait certains éléments des Parisiens et qui contiendrait des scènes issues du tournage de... "l'ex-futur" deuxième volet (Le Bonheur, c'est mieux que la vie). Le Courage d'aimer est le résultat de ce montage.

Claude Lelouch s'explique

"Le Courage d'Aimer est le film que j'aurais dû faire dès le départ. Mais comme les choses ne se passent jamais comme on les avait imaginées et que le cinéma est souvent une association de bonnes et de mauvaises idées, c'est seulement après avoir tourné le deuxième épisode et sorti le premier que j'ai compris qu'un seul et même film serait le véhicule idéal pour aller au bout d'un voyage où les questions ont besoin de réponses immédiates." A propos du travail de montage, le cinéaste note : "La durée du film est 1h 45. Ces 105 minutes se composent à 50% des Parisiens et à 50% du Bonheur c'est mieux que la vie, le second volet de la trilogie initiale, que j'ai tourné mais que personne n'a vu. Tel qu'il se présente aujourd'hui, le film met en lumière des rencontres entres les personnages. Des rencontres qui peuvent être vues comme une succession de combats. Avec les seizièmes de finale, les huitièmes, les quarts, etc. Car chaque face-à-face est une confrontation, amicale le plus souvent, mais une confrontation malgré tout. A chaque fois, il y a un vainqueur et un perdant."

Les intentions du cinéaste

Claude Lelouch revient sur les thèmes qui traversent son film : "Le Courage d'Aimer est le triomphe des autodidactes, des outsiders, de ceux qui n'auraient jamais dû être à l'arrivée. Un chanteur des rues...une voleuse à la tire... une serveuse de bar... une bonne à tout faire... et un camelot charismatique. Entre comédie et tragédie, mon coeur a toujours balancé. C'est ce mélange de genres qui est au coeur de cette fable dont les héros appartiennent tous à des histoires vraies.

Face à l'échec

A propos de l'échec des Parisiens, Claude Lelouch confie : "[le film] n'a pas trouvé son public. Ce n'est pas la première fois que j'ai été confronté à l'échec. Mais en mon for intérieur, je n'ai pas accepté celui des Parisiens. Parce que mon inconscient me laissait entendre qu'il s'agissait de l'un de mes films importants. Mes convictions ont d'ailleurs été renforcées par toutes les lettres et les nombreux messages d'encouragement que j'ai reçus. Je crois que le film est moins en cause que sa présentation."

Partir (aux Etats-Unis), revenir

Le Courage d'aimer a été présenté aux Etats-Unis en première mondiale, en avril 2005, soit deux mois avant sa sortie en France. Le film a été projeté, sous le titre Men and women, en ouverture du Festival du cinéma français de Los Angeles, le COLCOA : City Of Lights, City Of Angels.

Les uns, les autres

Comme à son habitude, Claude Lelouch a réuni des comédiens venus d'horizons très différents : aux côtés de vedettes telles que Mathilde Seigner, Arielle Dombasle ou Pierre Arditi, on note la présence d'un comédien et chanteur italien (Massimo Ranieri), de jeunes espoirs du cinéma français (Gregori Derangère et Sara Forestier), d'un humoriste (Michel Leeb), du plus célèbre agent d'acteurs (Dominique Besnehard), et de plusieurs animateurs de télévision (William Leymergie, Serge Moati et Olivier Minne). Mais on retrouve aussi dans Le Courage d'aimer deux comédiens qui font depuis longtemps partie de la "famille Lelouch" : Charles Gérard et Ticky Holgado. A propos de famille, signalons que le cinéaste a par ailleurs, comme souvent, fait appel à sa compagne (Alessandra Martines), et à ses filles (Salomé Lelouch et Sarah Lelouch).

L'Adieu à Ticky

On note l'apparition, posthume, de Ticky Holgado, l'acteur haut en couleurs, décédé en janvier 2004, et qui tenait déjà le rôle loufoque de Dieu dans les Parisiens, sorti peu après la mort du comédien, en septembre 2004. Habitué des films de Claude Lelouch depuis dix ans, Holgado avait notamment été à l'affiche des Misérables et d'Hommes, femmes : mode d'emploi. Atteint d'un cancer du poumon, il avait demandé à son vieil ami Lelouch de le filmer à l'hôpital, afin de témoigner des ravages de la cigarette. Ce document a été diffusé à la télévision peu de temps après le décès de l'acteur.

Un film, deux chefs-opérateurs

Le cinéaste a travaillé avec deux directeurs de la photo, Gérard de Battista et Jean-Marie Dreujou, l'un sur le premier tournage (les Parisiens), l'autre sur le deuxième. "Leurs travaux respectifs ont au final été fondus dans un seul film", explique-t-il. "J'aurais dû tourner les deux volets avec Gérard de Battista. Mais il a dû partir sur un autre film. J'ai donc fait appel à Jean-Marie Dreujou, dont j'avais adoré la photo des Deux frères de Jean-Jacques Annaud ainsi que son travail avec Patrice Leconte. Encore une fois, les événements ont désigné la route à suivre ! Le Courage d'aimer propose deux ambiances différentes, Jean-Marie Dreujou a filmé l'été, de Battista l'hiver."

Musique !

Si la musique du Courage d'aimer a été composée par le complice habituel de Claude Lelouch, Francis Lai, on note également la présence au générique de deux musiciens de renom : le violoniste de jazz Didier Lockwood et l'accordéoniste Roland Romanelli, connu notamment pour son travail avec Barbara.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Deadpool 2 (2018)
  • Everybody knows (2018)
  • L'Homme qui tua Don Quichotte (2018)
  • Avengers: Infinity War (2018)
  • Un + une (2015)
  • Solo: A Star Wars Story (2018)
  • En Guerre (2018)
  • Monsieur Je-sais-tout (2017)
  • Gueule d'ange (2018)
  • Avatar 2 (2020)
  • Plaire, aimer et courir vite (2017)
  • Taxi 5 (2018)
  • Avatar (2009)
  • Rampage - Hors de contrôle (2018)
  • The Other Man (2008)
  • Action ou vérité (2018)
  • La Fête des mères (2017)
  • Comment tuer sa mère (2017)
  • Larguées (2017)
  • Death Wish (2018)
Back to Top