Notez des films
Mon AlloCiné
    Amityville
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Amityville" et de son tournage !

    Amityville : la maison de la peur

    Amityville, la maison du diable et son remake Amityville s'inspirent d'événements tragiques qui se sont réellement déroulés. Le 13 novembre 1974, la police d'Amityville découvre, dans l'enceinte d'une vaste demeure située au 112 Ocean Avenue, six membres d'une même famille massacrés à coups de fusil par l'un des enfants, Ronald DeFeo Jr. Celui-ci déclarera avoir tué tous les siens après avoir entendu des voix émanant des profondeurs de la maison.

    En décembre 1975, soit treize mois après la tragédie, la famille Lutz s'installe dans la demeure, persuadée d'y voir la maison de ses rêves. Mais durant 28 jours, George, Kathy et leurs trois enfants vont se retrouver -selon eux, aucune preuve concrète n'ayant été, au final, apportée- aux prises avec une obscure et maléfique présence : des événements surnaturels inexplicables hantent leurs nuits et la demeure du 112 Ocean Avenue, dont les larges fenêtres lui donnent l'apparence d'un inquiétant visage, va devenir l'objet de toutes les rumeurs, de toutes les peurs. L'expérience traumatisante vécue par la famille Lutz inspirera le romancier Jay Anson, dont le livre inspirera à son tour le septième art. La maison d'Amityville, qui existe toujours, a, depuis ces étranges événements, accueilli d'autres propriétaires. Sans encombres.

    Remake d'un classique de l'horreur

    Amityville est le remake du film d'épouvante Amityville, la maison du diable, réalisé par Stuart Rosenberg en 1979. Ryan Reynolds et Melissa George y jouent les rôles respectivement tenus, dans le long-métrage d'origine, par James Brolin et Margot Kidder.

    Un remake centré sur le livre d'origine

    Pour Amityville, il fut décidé de s'en tenir, non pas au film d'origine, mais au livre de Jay Anson ainsi qu'aux faits réels qui se déroulèrent avant et après l'emménagement de la famille Lutz dans la demeure. Le producteur Brad Fuller explique : "Les auteurs du film original avaient éliminé une bonne partie du riche matériau du livre. Il nous a semblé opportun de réunir une documentation exhaustive sur l'histoire et de nous entretenir avec le maximum de témoins. Le problème, lorsqu'on refait un film d'horreur à succès, comme Amityville ou Massacre à la tronçonneuse, c'est que les gens font généralmeent la comparaison avec le premier, et, parfois, s'y réfèrent comme à une source incontestable. C'est ce qui nous a conduit à mixer certaines données-clés du film original à d'autres éléments, jusqu'alors inexploités, du livre."

    Un novice aux manettes

    Comme il l'avait fait avec Marcus Nispel pour Massacre à la tronçonneuse, le producteur Michael Bay a fait appel à un réalisateur spécialiste du spot publicitaire, mais novice dans le septième art, pour prendre les commandes d'Amityville. L'heureux élu se nomme Andrew Douglas, réalisateur de nombreux spots vantant les marques Coca-Cola, Chrysler Volvo, United Airlines, Ford ou encore Microsoft.

    L'horreur psychologique comme crédo

    En sollicitant les services du scénariste Scott Kosar, déjà à l'oeuvre sur Massacre à la tronçonneuse, un autre remake, les producteurs d'Amityville ont voulu développer l'angle psychologique et créer des personnages auxquels le public pourrait s'attacher. Scott Kosar expose sa vision de ce nouveau Amityville : "Le challenge consistait à raconter une histoire classique de manière à faire vibrer et trembler le public contemporain. L'ennui, avec le genre "maison hantée", c'est que ses conventions ont été recyclées X fois, notamment dans les années 90, avec un recours systématique à l'imagerie numérique. Cette version d'Amityville s'appuie moins sur les effets spéciaux et visuels que sur l'horreur psychologique."

    Scott Kosar argumente sa vision : "A l'époque où j'ai découvert le premier film, Amityville, la maison du diable, j'éprouvais une fascination plus ou moins malsaine pour les histoires de possession démoniaque. Aujourd'hui, je trouve que l'aspect le plus terrifiant de cette histoire fut la tragédie des DeFeo. L'idée qu'un étranger puisse pénétrer de force chez vous a quelque chose d'effrayant. Mais la violence qui surgit de l'intérieur d'une famille est bien plus horrible. Je me suis donc concentré sur la relation entre Ronnie DeFeo et George Lutz et sur l'emprise maléfique que la maison exercera sur l'un puis sur l'autre."

    Michael Bay, le "remakeur" !

    L'Américain Michael Bay, le réalisateur de Bad Boys, Armageddon ou encore Pearl Harbor, officie comme producteur sur Amityville. C'est le second remake d'un classique de l'horreur qu'il produit avec sa compagnie Platinum Dunes, un an après Massacre à la tronçonneuse.

    A la recherche de LA maison !

    L'un des défis majeurs d'Amityville fut de trouver LA maison qui puisse ressembler à l'identique à la demeure du 112 Ocean Avenue. La production pensa dénicher l'habitation idéale aux abords de Chicago, mais celle-ci, proche d'un plan d'eau, fut ravagée par une innondation. Sous le choc, l'équipe du film eut le bonheur de trouver, à peine douze heures plus tard, une maison encore plus fidèle à l'originale. Située près de la frontière du Wisconsin, cette bâtisse presque centenaire n'avait plus qu'à être restaurée et dotée des fameuses fenêtres circulaires semblables à une paire d'yeux pour ressembler parfaitement à la maison d'Amityville.

    Des accidents de tournage troublants...

    D'étranges événements émaillèrent le tournage d'Amityville, donnant à celui-ci des allures particulièrement inquiétantes ci l'on se réfère au sujet du film. L'acteur principal du film, Ryan Reynolds, raconte : "Des maisons aussi anciennes que celle-ci sont toujours censées héberger des fantômes. Cela fait partie de leur folklore, et c'est avec un léger sourire qu'on écoute ces légendes. Mais il s'est réellement passé quelque chose de bizarre durant ce tournage : des lumières se sont éteintes et rallumées à plusieurs reprises au milieu de la nuit, sans raison apparente. les vigiles n'ont jamais décelé la moindre présence humaine à ces heures-là et n'ont pu expliquer ce qui s'était passé." Et l'actrice Melissa George de signaler que des objets disparaissaient ou tombaient sans que personne ne sache pourquoi. Ou encore de souligner l'étrange coïncidence qui fit que la véritable Kathy Lutz décéda, à seulement 59 ans, lors de la deuxième semaine de tournage du film...

    Un enfant de plus

    Alors qu'Amityville, la maison du diable avait respecté les faits historiques en mettant en vedette une famille avec trois enfants, le remake se distingue. La famille de l'Amityville version 2005 est en effet composée de quatre enfants.
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Tenet (2020)
    • Les Nouveaux mutants (2020)
    • Effacer l’historique (2020)
    • Police (2020)
    • Le Bonheur des uns... (2020)
    • Petit Pays (2019)
    • Antoinette dans les Cévennes (2020)
    • La Daronne (2020)
    • Enorme (2019)
    • Antebellum (2020)
    • Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait (2020)
    • Belle-Fille (2020)
    • Enragé (2020)
    • Mignonnes (2019)
    • Dans un jardin qu'on dirait éternel (2018)
    • Les Apparences (2019)
    • Greenland - Le dernier refuge (2020)
    • The Batman (2021)
    • J’irai mourir dans les Carpates (2020)
    • Les Blagues de Toto (2019)
    Back to Top