Notez des films
Mon AlloCiné
    Alpha Dog
    note moyenne
    3,3
    3818 notes dont 432 critiques
    répartition des 432 critiques par note
    84 critiques
    148 critiques
    50 critiques
    74 critiques
    47 critiques
    29 critiques
    Votre avis sur Alpha Dog ?

    432 critiques spectateurs

    ChroniqueMécanique
    ChroniqueMécanique

    Suivre son activité 258 abonnés Lire ses 214 critiques

    3,0
    Publiée le 30 décembre 2011
    Thriller dramatique aux allures de teen movies, « Alpha dog » s’avère être un très joli coup. Inspiré d’une histoire vraie, il est à la fois un fort plaidoyer sur les errements d’une jeunesse dorée américaine qui ne connaît pas ses limites, mais aussi une histoire sombre et captivante. Le générique de début défile sur des images filmées par un caméscope familial, où l’on peut y voir des moments de l’enfance de deux frères. Un peu comme pour nous montrés qu’énormément de choses sont étroitement liées dans la vie. Notamment le destin de personnes proches. Oui, car si Zach n’avait pas été le petit frère de Jake, lui serait-il arriver si folle aventure ? Nul doute que non. Puis le film glisse vers le portrait des protagonistes des dites folles aventures. Au cœur d’un quartier riche, une bande de jeunes hommes de 20 ans se prend pour de vrais gangsters. Parce qu’ils dealent de la drogue, parce que certains d’entre eux sont armés, parce qu’ils aiment l’argent facile, les belles voitures et les jolies filles un peu écervelées. Aussi peut-être parce qu’ils regardent les clips sur MTV. Mais surtout parce qu’ils sont en manque de sensations fortes, et donc en quête perpétuelle de fruits défendus. Une histoire d’argent qui tourne mal, et un gamin de 15 ans est kidnappé, afin de servir de rançon. Mais nos gangstas-fils à papa n’ayant pas les épaules et le tempérament de vrais criminels organisés, ils ne savent pas comment s’y prendre, et du coup ils deviennent les nounous d’un pré-pubère en pleine crise d’adolescence qui choppe très vite le syndrome de Stockholm ! Pendant qu’en coulisse, la tension monte. En premier lieu, on sent vraiment que Nick Cassavetes a voulu faire une immersion à l’esprit quasi-documentaire dans le milieu de ces jeunes gosses de riches californiens proches de la rupture. Nous montrer comment une certaine tranche de la génération fast-food consomme la vie. Ils vivent uniquement entre eux dans leur petit monde superficiel, telle une meute, livrés à eux-mêmes, sans autorité, sans règles, et par conséquent sans respect pour rien, même pas pour leur propre personne. Voilà la peinture qu’a voulu dresser le réalisateur-scénariste à travers cette chronique sociale vraiment vraie. Et il y est plutôt bien parvenu. Son étude de cas ne sonne pas comme un gros cliché long de 2 heures, servi par des caricatures sur pattes. Oui, c’est souvent le risque avec les films sur les ados américains, on a vite fait de se tromper de route et de se retrouver à signer rien de plus qu’une énième production sans relief, sur et pour les teenagers. Même si l’atmosphère de ce genre de cinéma est là, elle est transcendée pour devenir un drame obscur et glaçant qui a véritablement quelque chose d’intéressant à dire. Notamment grâce à une pléiade de jeunes acteurs vraiment au top. Ben Foster, qui joue Jake Mazursky, est tout simplement impressionnant. L’interrogation pourrait se poser sur le chanteur Justin Timberlake, mais, même sans être grand fan de ses tubes R’n’B, il faut reconnaître qu’il sait très bien jouer la comédie. En gentil ravisseur dépassé par les évènements, lui aussi est un des points positifs de ce film. De très beaux noms viennent complétés le casting. Bruce Willis, en guest star, laisse parler sa classe naturelle, ainsi que le jeu subtil du remarquable - mais trop rare - Harry Dean Stanton. Seule ombre à ce tableau, la star complètement dépassée qu’est Sharon Stone, fausse et confondante de ridicule, comme par exemple, lors de sa dernière scène. Ah, qu’elles sont loin pour elle les années 90 des « Total Recall », « Basic instinct » et « Casino »… Si la mise en scène du fils Cassavetes est plutôt bonne, avec quelques effets très réussis mêlés à beaucoup de plans sobres et intimistes, rythmée par une B.O. rap US, elle est juste un peu freinée par les quelques incrustations de faux « documents réalités » dont on se serait bien passer, et par quelques scènes de fiestas un peu répétitives qui peuvent faire traîner en longueur, sans pour autant porter préjudice à l’ensemble, tellement on sent que le réalisateur souhaitait nous montrer l’ennui récurrent et le manque de valeur latent de ce mode de vie de djeun’s branchés. Et on aurait aussi aimé une charge émotionnelle moins lisse et plus poussée, car l’attention est ici plus tournée vers le tragique de l’histoire que sur l’épaisseur des personnages. Mais là aussi difficile de sanctionner le film, car le résultat final n’en souffre pas outre mesure. Jamais objecteur de conscience, il esquive donc par la même occasion de virer au pamphlet réactionnaire et puritain, qui nous aurais délivrer un beau et universel message sur sa fin. Si il lui manque deux ou trois petits détails pour avoir la vraie puissance d’un film coup de poing sur l’adolescence à la Larry Clark, il reste un thriller honnête et efficace, au scénario intelligent, jamais porter sur l’artificiel. D'autres critqiues sur mon blog http://soldatguignol.blogs.allocine.fr/
    Alain D.
    Alain D.

    Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 1 923 critiques

    3,5
    Publiée le 13 décembre 2017
    Un drame intense écrit et réalisé par Nick Cassavetes. Le scénario, inspiré de faits réels, nous conte une histoire de jeunes de la banlieue de L.A. Une bande de dealers, drogués, accessoirement violents qui vont s'impliquer ou être témoins dans une affaire plus que délicate. Sur une BO de choc, le scénario parfaitement progressif, nous relate une situation qui dégénère crescendo pour ces gamins vrais ou faux durs. Ce film bénéficie d'un casting de très grande qualité avec une superbe prestation d'acteur de Justin Timberlake dans le rôle de Frankie le "relationnel" intelligent mais faible. Énorme prestation également de Ben Foster : il interprète Jake, le dur, le grand frère de Zack. Dans les rôles de parents, on peut apprécier les belles présences de Sharon Stone (la mère de Jake et Zack) et de Bruce Willis qui est Sonny, le père de Johnny.
    Bobby Sander
    Bobby Sander

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 506 critiques

    1,0
    Publiée le 16 mars 2011
    1sur5 Absolu film de blaireaux, parfait pour les jeunes mongoliens se rêvant bad boys. Tout part de la base suivante : c'est des histoires de keums fiers d'eux, et ça donne ça : ''toi tu me suce'', ''t'est un p'tit enfoiré d'pédé'' ; ''tu la sens la zik là ? - waaaah j'la sens !'' ; ''oh ta came c'est de la daube'' ; ''enculé de ta mère''. C'est un peu American Pie au premier degré (autrement dit le film brasse ''coolitude'', jeunisme bouseux et beaufitude dans un même mouvement). Le pitsch ; il était une fois un petit puceau imberbe et stupide, las de sa maman-poule, se retrouva pris en otage par des kékés pour faire pression sur son frère endetté. Pendant tout le film, un décompte façon FBI Portés Disparus doublé d'un recensement des futurs témoins prévient que ça va mal tourner, que l'affaire va empoisonner l'allégresse de DébileLand. Arrive l'heure ou il n'y a plus aucun doute sur la nature du problème. Dès lors, l'enjeu est simple : putain-enculé-de-sa-mère, mais ils vont faire quoi, jouer quitte ou double et le buter ou le laisser partir pour limiter la casse ? Un petit moment de grâce quand même : big Sharon Stone, gros plan sur la mère orpheline dix ans après (ou huit, ou six, ou douze... on s'en-bat-les-couilles de toutes façons, non ?). Finalement, c'est un film ''moral'' bien lourd ; gare aux excès les enfants ! Eh bien voilà, on a tous fait un grand pas, claquons dans nos mains.
    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 440 abonnés Lire ses 5 459 critiques

    3,0
    Publiée le 26 janvier 2011
    Nick Cassavetes dépeint une Amérique sous son plus mauvais jour. Inspiré d’une histoire vraie (dont le procès du principal protagoniste est toujours en cours), le réalisateur nous entraîne dans les quartiers chauds en Californie où les fils à papa n’ont rien d’autre à faire que de dealer. Un business qui leur permet de profiter pleinement de la vie, entre shoot et alcool, bimbos et fiestas, ces gosses de riches bravent les interdits quand les parents deviennent démissionnaires ou trop laxistes, ils se créent un business parallèle au gré de quelques règlements de compte où la violence est omniprésente. Tout ce passe plutôt bien pour eux, jusqu’au jour où ils décident de kidnapper un ado de 15ans qui n’est autre que le frère d’un de leur débiteur qui il leur doit de l’argent. En espérant obtenir leur argent comme une rançon, ils vont « séquestrer » leur jeune otage. Jusqu’au moment où les choses vont réellement tourner au drame. On aurait pu s’attendre à autre chose avec Alpha Dog, craignant les clichés, on les a évité de justesse, grâce à une mise en scène brillante et à des interprétations remarquable tels que Emile Hirsch, Justin Timberlake, Ben Foster, Sharon Stone et la faible participation de Bruce Willis. Après son mitigé John Q (2002), Nick Cassavetes revient avec un thriller socio/dramatique étonnant et révélateur de talents. Mentions spéciales à Justin Timberlake et surtout à Ben Foster, qui avec le temps, se bonifie !
    Le cinéphile
    Le cinéphile

    Suivre son activité 118 abonnés Lire ses 2 119 critiques

    3,0
    Publiée le 2 février 2015
    Le film de l'immense John Cassavets nous offre ici un film violent, apres, qui veut montrer les dérivent de la jeunesse droguée américaine, dérive qui peut atteindre une stupidité violente terriblement déconcertante et rebutante. Un long métrage qui souffre d'une mise en scène trop platonique et d'un montage trop décousu pour réellement passionner. Pourtant la deuxième partie du long métrage séduit le spectateur notamment grâce au personnage de Timberlake. Bruce Willis et Sharon Stone cantonné à des seconds rôles, "Alpha dog" est un long métrage inégale.
    Alexarod
    Alexarod

    Suivre son activité 53 abonnés Lire ses 1 490 critiques

    1,0
    Publiée le 7 mai 2010
    Je vois que dans le même style on a 8 miles, ben Eminem joue mieux, et c'est dire. En fait je me suis emmerdé, un clip de rappeur comme on voit au début du film c'est marrant 5 minutes, mais 2h... Franchement ça louche sur la vulgarité de Scarface sans l'atteindre de près ou de loin, les acteurs jouent mal, l'intrigue est banale... Ia pas grand chose en somme, si de la baise suggérée, des fêtes, alcool, drogues, baston et c'est tout, ça fait un clip, pas un film. Stone et Willis en guest star c'était une bonne idée, ça augmente leur filmographie mais sans , enfin j'ai mis une étoile pour eux, et pour la naiveté des acteurs.
    DAVID MOREAU
    DAVID MOREAU

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 1 643 critiques

    3,0
    Publiée le 16 janvier 2016
    BULLY. Moins radical que le film de Larry Clark, il n'en reste pas moins que Alpha Dog par la volonté de ses jeunes acteurs et la maitrise de Cassavetes, soit honorable.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 864 abonnés Lire ses 6 873 critiques

    2,0
    Publiée le 28 octobre 2016
    Jamais évident de ne pas tomber dans la vulgarité du milieu que l'on décrit, piège dans lequel tombe (un peu) Nick Cassavetes ici, à l'image d'une musique souvent bruyante et certains moments limite racoleurs, sans oublier une esthétique clip parfois lourdaude. Ceci dit, le bilan n'est pas catastrophique : après une mise en place nécessaire mais un peu longue, le sujet s'avère intéressant, et c'est avec une certaine habileté que Cassavetes nous montre jusqu'où un égarement de quelques minutes peut nous emmener, la bêtise et l'ignorance des ravisseurs ne faisant qu'accentuer cette impression de jeunesse malade et en totale perdition. A noter une interprétation relativement à la hauteur, notamment Justin Timberlake, plutôt convaincant dans un des rôles (un peu) complexes du film. Il y avait certainement mieux à faire, notamment si le projet avait été confié à des mains plus expertes, mais ne serait-ce que pour son sujet et le portrait d'une Amérique en pleine décadence morale, l'entreprise reste honorable.
    Grognasse77
    Grognasse77

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 40 critiques

    2,5
    Publiée le 26 mars 2009
    Bon je met 4 étoiles pour remonter la note moyenne du film mais sinon j'en mettrais 3. Ce film est très bon, assez prenant; la fin est incroyable, je ne m'y attendais pas du tout, ce film est très dur, il nous montre comment les jeunes peuvent etre incroyablement idiots parfois, en plus c'est une histoire vraie.
    gunbuster
    gunbuster

    Suivre son activité 214 abonnés Lire ses 1 409 critiques

    0,5
    Publiée le 13 avril 2008
    Dur dur, pas le contenu du film mais plutôt sa forme. Après avoir passé 6 heures devant cette "chose", je me demande encore qu'est-ce qui m'est passé par la tête pour regarder pareille m****! Un grand moment de solitude, comme on dit. On suit donc bien péniblement des petites frappes qui passent leur temps à fumer (pas que du tabac, hein) , boire de l'alcool et s'envoyer en l'air avec des "filles faciles" (pour éviter le gros mot que j'ai sur la bouche). Dans tout ça, un petit c** se fait prendre en otage car son grand frère doit de l'argent à son dealer, mais comme sa mère le saoule, Lui il trouve ça 'cool', de jouer au bad boy des clips vidéos et star de rap, faire comme les grands et pis il finit avec une méchante indigestion de plomb. Fin. Ne parlons même pas des acteurs, tous avec des têtes de camés, incapable d'apporter une quelconque dimension à leur personnage respectif. Difficile de comprendre où veux nous emmener le réalisateur, essayer de dénoncer quoi? Tirer une photo de la jeunesse blanche américaine qui ne sait plus quoi faire devant tant d'opulence? En tout cas, il s'y prend comme un pied, rien qui ne fasse réfléchir, qui soulève une problématique, même pas un divertissement, rien. Pour ceux qui n'en démordraient pas, je vous conseille chaudement la version québécoise, doublée avec tout le talent qu'on leur connaît (notez bien la manière dont ils prononcent les noms et prénoms américains!).
    Truman.
    Truman.

    Suivre son activité 143 abonnés Lire ses 1 364 critiques

    4,0
    Publiée le 2 mars 2013
    Excellent film inspiré de fait réel , acteurs excellent , super ambiance , scénario intéressant et bien rythmé , un film a voir absolument !
    AM11
    AM11

    Suivre son activité 391 abonnés Lire ses 5 475 critiques

    4,0
    Publiée le 30 août 2012
    J'ai vraiment beaucoup aimé ce film, le casting est géniale surtout Justin Timberlake qui livre une prestation excellente comme à son habitude.
    Tedy
    Tedy

    Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 2 480 critiques

    3,5
    Publiée le 16 mai 2013
    "Alpha Dog" raconte de façon captivante une histoire tragique inspirée de faits réels.
    Maxime P.
    Maxime P.

    Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 226 critiques

    0,5
    Publiée le 27 avril 2007
    « Alpha dog » de Nick Cassavetes se voulait une dénonciation de la jeunesse dorée Californienne qui carbure à la drogue , à l'alcool , au sexe , aux flingues et trafic en tout genre. Tout cela en partant d'un fait divers réel (donc encore un film au label « inspiré d'une histoire vraie »). Malheureusement , malgré cette louable ambition , Cassavetes nous livre un film vulgaire et obscène sans aucun intérêt , ou fuck ,bitch et men, ne sont que le vocabulaire employé et dont la facture générale ressemble de manière assez flagrante à un clip RNB de 50Cent dégradant pour les femmes. Du côté de la trame , on est dans l'absurde le plus totale : le frère d'un jeune voyou est kidnappé par une bande rivale , malgré cela il n'est pas trop inquiet puisque les filles faciles , l'alcool lui montrent qu'il a l'impression de devenir un petit caïd et en même temps un vrai mec. Bref , on est totalement désorienté par ce désordre artistique et scénaristique , avec au milieu en guest-star Bruce Willis et Sharon Stone qui lors de la scène finale , maquillée grossièrement au latex en mère désemparée obésèvient d'atteindre les profondeurs de sa carrière déclinante. « Alpha dog » est donc un film insupportable à voir , dont les pseudo-effets de style appuyés et le montage nerveux mais en réalité aléatoire ne sont que tripette. Pour ce qui est de la peinture alarmante de l'adolescence sans repère , « Kids » de Larry Clark est d'un autre niveau.
    Timothé Poulain
    Timothé Poulain

    Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 506 critiques

    3,0
    Publiée le 25 mai 2013
    Bon film porté par d'excellents acteurs ! Un agréable divertissement à ne pas rater
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top