Mon AlloCiné
9 Songs
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "9 Songs" et de son tournage !

Genèse

A l'origine, Michael Winterbottom a été influencé par Plateforme, le roman de Michel Houellebecq (dont les personnages lisent des passages durant le film). "C'est un livre formidable, regorgeant de sexualité", selon le réalisateur. "Je me demandais pourquoi ne pas montrer à l'écran ce que d'autres décrivaient dans leurs livres. (...) J'ai rencontré Houellebecq pour lui parler de mon envie d'adapter son roman à l'écran mais j'ai appris qu'il avait déjà l'intention de le faire lui-même. Donc j'ai développé ma propre histoire".

Sexe et amour

Selon le réalisateur, "la plupart des films qui montrent du sexe sont très timides sur le sujet. Pour 9 songs, je voulais décrire une relation amoureuse du point de vue charnel. (...) Quand on raconte une histoire d'amour, dès qu'il s'agit de sexe le sujet est évité. Je me suis dit qu'il fallait trouver un moyen pour qu'à l'écran cela sonne vrai. C'est délicat de demander cela à un acteur, car ce n'est pas mon rôle de lui dire comment gérer sa vie privée. Pour ce qui est des groupes, je leur ai juste dit que le film racontait une sorte d'histoire d'amour".

Intentions du réalisateur

"Avec 9 songs je cherche à provoquer des réactions, je veux dire au public ‘qu'y a-t-il de mal à filmer l'acte sexuel ?'. Clairement, je ne souhaite pas affecter ma future carrière, mais je ne pense pas que ce sera le cas. Je n'ai menti à personne. J'ai décrit ce film comme un film de concert. Je ne peux pas dire qu'il s'agisse vraiment d'une histoire d'amour car je ne suis pas sûr que le personnage joué par Margo soit vraiment amoureux".

Pornographie

Michael Winterbottom affirme ne pas être "un grand connaisseur de cinéma pornographique". "J'en ai vu mais ça ne me branche pas plus que ça. (...) J'espère que Kieran et Margo n'auront pas à en souffrir car ce serait ridicule de les juger d'un point de vue moralisateur". De même, le réalisateur "espère que le film ne sera pas catalogué comme film pornographique. L'argument des commissions est de considérer pornographique un film basé sur le sexe sans histoire ni personnages. Or dans ce film, on a les deux".

Casting

D'emblée, fut admis comme évidence le fait que les deux acteurs devraient accepter de se dénuder et d'avoir des relations sexuelles non simulées devant la caméra. Le casting se révéla au départ infructueux, puisque la quasi-totalité des personnes qui se présentèrent aux auditions libres étaient des hommes. Au final, Michael Winterbottom fit appel à un comédien, Kieran O'Brien, qu'il avait déjà dirigé dans 24 hour party people et un épisode de la série Cracker. Quant à l'actrice, Margot Stilley, qui avait surtout travaillé comme mannequin, elle fut engagée via une agence de casting, n'ayant à son actif que quelques figurations.
"Pour Kieran, le risque était grand en tant qu'acteur et en tant qu'être humain de faire ce film", explique le metteur en scène. "On a été dans un petit hôtel de la région pour faire quelques essais et voir comment ça se passait. On a fini par utiliser certaines de ces scènes dans le montage final. On a fait les choses progressivement. Il est courant de demander à des acteurs d'aller plus loin dans le tournage de scènes intimes. En arriver à l'acte sexuel peut se faire de façon naturelle. En tout cas je n'ai jamais eu l'impression de les forcer. Et ça s'est bien passé. Malgré l'aspect torride des scènes physiques, c'était un plateau de tournage comme les autres. On tournait les scènes et on revenait dessus...".

Rock'n'roll

L'un des précédents films de Michael Winterbottom, 24 hour party people, racontait l'histoire du label Factory Records, qui, avec Joy Division et autres Happy Mondays, imposa dans les années 80 la scène new wave de Manchester. Le réalisateur décida ensuite de se plonger dans l'univers musical londonien, entre novembre 2003 et février 2004.
"L'inspiration pour la partie rock du film m'est venue en filmant le groupe Joy Division pour 24 hour party people en 2002. L'auteur Paul Morley m'avait confié qu'il trouvait incroyable que nous ayons réussi à recréer l'ambiance électrique de l'époque et à la rendre palpable. Alors je me suis dit, ‘pourquoi ne pas faire un vrai film de concert ?'". Dès la fin d'octobre 2003, la totalité des groupes dont on aperçoit les performances dans le film avait donné son accord. Sur place, à la Brixton Academy, au Forum, à l'Hammersmith Appollo et à l'Hackney Empire, le tournage fut effectué caméra à l'épaule, et la musique enregistrée en live, à partir de la console de mixage.

Tournage

Le film a été entièrement tourné en DV, sans lumières additionnelles –9 songs a d'ailleurs remporté le prix de la meilleure Photographie au festival de San Sebastian 2004. Le procédé permettait selon le réalisateur de rendre les prises de vues efficaces durant les concerts et de s'immiscer de façon discrète dans l'intimité des personnages. Pour le reste du tournage, qui eut lieu entre Londres et Norfolk, l'équipe technique fut réduite au maximum, et se composa, outre Michael Winterbottom, d'un caméraman, d'un ingénieur du son et d'un assistant de production.

L'empire des sens

"Quand j'étais à l'université", se souvient Michael Winterbottom, "le ciné-club passait toujours L'Empire des sens de Nagisa Oshima à la rentrée, pour que les élèves viennent s'inscrire. C'était truffé de scènes explicites et pourtant aujourd'hui on peut se le procurer dans les grandes surfaces. Cela a été mon point de repère".
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Les Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald (2018)
  • Bohemian Rhapsody (2018)
  • Le Grand Bain (2018)
  • Les Chatouilles (2018)
  • Un homme pressé (2018)
  • Le Jeu (2017)
  • A Star Is Born (2018)
  • Un Amour impossible (2018)
  • En liberté ! (2017)
  • Sale temps à l'hôtel El Royale (2018)
  • Millenium : Ce qui ne me tue pas (2018)
  • Fou d'amour (2015)
  • Kursk (2018)
  • Suspiria (2018)
  • Les Bonnes intentions (2018)
  • Les Animaux fantastiques (2016)
  • Capharnaüm (2018)
  • Chacun pour tous (2017)
  • Frères de sang (2018)
  • First Man - le premier homme sur la Lune (2018)
Back to Top