Mon AlloCiné
    L'Arc
    note moyenne
    3,5
    168 notes dont 36 critiques
    22% (8 critiques)
    39% (14 critiques)
    6% (2 critiques)
    25% (9 critiques)
    6% (2 critiques)
    3% (1 critique)
    Votre avis sur L'Arc ?

    36 critiques spectateurs

    Clotho
    Clotho

    Suivre son activité Lire ses 34 critiques

    5,0
    C'est tellement merveilleux que c'en est incroyable. Kim Ki-Duk nous livre un film extraordinaire au sens propre et figuré. Un travail symbolique stupéfiant et un humour terriblement subtil sont distillés tout au long de ce film minimaliste. C'est d'ailleurs ce minimalisme qui rebutera certains car Kim se débarasse aussi du décor cette fois. Certes, beaucoup moins facile de faire des jolis plans mimi tout kitch qu'avec un temple lacustre. Mais la force est celle des comlpositions formelles : L'Arc est un film hautement théorique, bien plus que n'a pu l'être Locataires, génial à d'autres égards. Et puis, sans effets exagérés, Kim Ki-Duk brosse une analyse extrêmement retenue - mais tellement précise - de notre société, pertinente de la Corée du sud jusqu'au fin fond de la France. Un film difficile mais indispensable.
    MrChabo
    MrChabo

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    4,0
    Encore une fois, Kim Ki-Duk réussit à nous séduire et nous émouvoir avec son univers si particulier plein de poésie et de magie! Et nous démontre qu'il n'y à pas besoin de dialogues pour tirer sur la corde sensible...
    Uncertainregard
    Uncertainregard

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 935 critiques

    4,0
    Toujours bon! Malgré la répétition de ses éléments habituels communs dans beaucoup de ses films (l'eau, l'isolement, personnage muet), la similitude de certaines scènes avec "L'ile" (hameçons...) Kim Ki-Duk parvient encore à m'intéresser avec "L'arc". Avec cet infiniment petit décor de bateau, il continue de trouver des angles de caméra inattendus avec la même mise en scène tantôt cocasse tantôt troublante. Moins violent qu'à l'accoutumé dans son récit, il s'est focalisé sur le désir, l'amour, la passion et ses contraires avec ce curieux couple à la différence d'âge conséquente. L'arc est le fil conducteur et le lien avec la musique du film mais surtout l'instrument de l'aspect mystique à la fin de cette histoire qu'il me sera difficile d'interpréter avec des mots. Pas son meilleur mais ma curiosité reste extrêmement vivace pour découvrir les autres oeuvres de cet artiste hors norme.
    Leonblum I
    Leonblum I

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 80 critiques

    5,0
    Excellemment coréen : la force de la justice et du bien (dans la fougue de la jeunesse) contre le désir égoïste, dans un cadre esthétique et harmonieux. Evidemment la flèche à la fin est symbolique - au début on ne sait même pas comment elle peut avoir été lancée - et médicalement elle ne peut pas causer les effets qu'on voit sur l'écran - c'est poétique, et il faut croire au surnaturel - lequel peut démarrer un bateau comme il a su mouvoir une fille. (Parole imagée pour éviter spoiler). La bande-son est géniale. Un des rares films que j'accepte de revoir une 2de fois juste après. Utiliser un arc comme instrument de musique est lumineux ; et d'autant plus impressionnant que les techniques et arts maîtrisés dans le film le sont par l'homme fort qu'il faudra combattre.
    Kloden
    Kloden

    Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 617 critiques

    2,5
    Kim Ki-duk est un auteur hyperactif, comme sa filmographie enrichie de 17 films en autant d'années tend bien à le prouver. Le problème, c'est que les observateurs de cinéma jugent d'autant plus cette prolificité comme du too much qu'ils déplorent la redondance et le caractère auto-centré de son cinéma. A priori, rien de problématique me concernant puisque L'Arc était mon premier Ki-duk. Pourtant, et même si le plaisir de la découverte était bien présent, j'ai étrangement pu percevoir en un seul long-métrage cette tendance si forte à tout accorder à la personnalité de l'auteur qu'on a parfois tendance à se sentir exclu par les enjeux et leur traitement. L'Arc se contemple comme un poème, écrit en dilettante par un artiste un peu bohème, mû par le seul désir de créer et de dire du beau, plus que par la volonté de dialoguer avec un auditoire. Dans les faits, Kim Ki-duk brise le quatrième mur par un symbolisme lyrique et efficace mais vraiment trop marqué, ainsi que par l'absence de synchronisation entre son et image lors des scènes où le vieil homme joue de son arc. Ça, les cadrages raffinés et voluptueux mais qui sentent vraiment l'essai formel plus que la volonté de mener un récit, ainsi que certains choix scénaristiques marqués (le mutisme du couple, par exemple), donnent une vraie impression surréaliste. Tout, jusque dans le mode narratif utilisé et sa répétition cadencée, rappelle un poème en vers, ce qui ajoute au cachet onirique de L'Arc. L'aspect d'ensemble est donc très beau, mais manque de consistance et de réalité matérielle. C'est dommage, car le propos m'a paru abordé avec inspiration, bien qu'il soit limité par le symbolisme forcé dont j'ai déjà parlé. Si la subtilité en pâtit parfois, impossible de nier la richesse de cette fable sur l'impact de l'écoulement du temps sur les hommes, la possessivité amoureuse, la soif inextinguible du désir non corrélée à notre condition et la souffrance qui en découle (...). D'autant que j'ai également adoré le choix évidemment judicieux, et même quasi-nécessaire, du huit-clos, qui isole les personnages à l'intérieur d'une bulle en condensant de manière forte toutes leurs applications. Au contraire, gros bémol pour une bande-son omniprésente jusqu'à en devenir lourdingue. Très mitigé, L'Arc n'aura pas éteint ma curiosité vis à vis de son réalisateur. Sa beauté poétique ne souffre pas de contestation, mais sa force et sa capacité émotionnelle sont de loin insuffisantes. Un objet étrange, pas forcément accessible et quelque peu déstabilisant.
    anpetov
    anpetov

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 19 critiques

    5,0
    Un chef-d'ouvre absolu! A voir et à revoir, surtout si vous aimez l'Asie. Un très beau film, d'une esthétique parfaite, plein de symbols et de sous-entendus aussi. Je ne suis pas un grand sentimental, mais j'ai pleuré en regardant "l'Arc". Cinq étoiles!
    Marc H
    Marc H

    Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 507 critiques

    4,0
    di-kuk livre une merveille de rythme, d'utilisation du non dit pour aller a l'essentiel : une touchante histoire d'amour et de solitude magnifique, servie par une actrice prometteuse et une musique de toute beauté. bravo!
    robert_ginty
    robert_ginty

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 376 critiques

    2,5
    C'est sûr, L'arc est très joli, mais un peu décevant dans la mesure où la plupart des émotions ressenties viennent du fait qu'on sait qu'avec Kim Ki-Duk, ça peu déraper à n'importe quel moment, et qu'en fait, cet opus est finalement très sage. La redondance de pas mal de scène apparaît alors comme bien inutile et il est fort à craindre que ce L'île light ne supporte pas une deuxième vision.
    cinefan1987
    cinefan1987

    Suivre son activité Lire ses 72 critiques

    4,0
    L'avantage avec des auteurs comme Kim Ki Duk c'est que quand on connait on est pas surpris. Un avantage qui peut parfois être aussi considérer comme un inconvénient. Comme les frères Dardenne on peut reprocher à Kim Ki Duk de faire du Kim Ki Duk. Mais au moins il le fait bien. Comme toujours c'est un univers poetique et onirique dans lequel le realisateur coreen nous embarque. Assez proche de L'île ce film est assez difficile d'accès. Il y a tres peu de dialogues et l'action est très limité. Cela dit c'est un film passionant que nous sert Kim Ki Duk. Une reflexion passionante sur l'amour. Ce viellard qui reste avec une adolescente et qui la retient en la privant de vie. Seule sur ce chalutier en pleine mer leur vie est pleine de melancolie et chaque passage touristes donne lieu à une grande jalousie de la part du viellard. Un amour reservé, privatif qui laisse des traces. Ce film est sublimé par les acteurs quasi amateurs. Ils n'ont quasiment rien tourné avant et leur sincérité et leur talent éclatent. On peut regretter que le film tire un peu sur la longueur. Le scénario ne reussit pas à se develloper ce qui empêche ce bon film de passer dans la catégorie de grand film. Dommage cependant pour les amateurs ne passez pas à coté de ce bon cru du chef de file du cinéma d'ateur asiatique !
    Camusduverseau
    Camusduverseau

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 778 critiques

    2,5
    Petit drame asiatique qui vaut surtout pour une belle mise en scène et quelques scènes amoureuses réussies.
    Thom_Prn
    Thom_Prn

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 42 critiques

    3,0
    Le très inspiré réalisateur sud-coréen Kim Ki-duk nous offre une nouvelle métaphore picturale avec ce film sorti en 2005. La découverte du monde et la possessivité du désir amoureux sont les thèmes qu'ils explorent à nouveau après Printemps, été, automne, hiver... et printemps et Locataires, deux de ses précédents films. Autre similarité, cet isolement de la vie terrestre par l'eau, élément de pureté qui tient éloigné des tentations extérieures. Ce huit-clos, très simpliste et très riche en images et en symboles, utilise les multpiples facettes de l'arc, objet tour à tour guide divinatoire, outil d'expression d'un sentiment de jalousie ou de menace, voire même instrument de musique - l'auteur suggère un violon qui jouerait dans l'imaginaire une douce mélodie que l'on écouterait docile, bercé par la quiétude des remous de l'océan. Le film flotte dans cette espèce d'harmonie visuelle et philosophique qu'il sait si bien créer, porté par les vagues de ce bâteau que l'on ne quitte pas durant 1h27. Un vieux marin trouve le réconfort auprès de cette jeune fille qu'il a recueilli et qu'il compte épouser une fois qu'elle sera en âge. Cette dernière se laisse vivre et choyer par le vieux pêcheur qui compte les jours le séparant de leur prochaine union. La jeune fille, jusqu'alors paisiblement consentante, va peu à peu changer de comportement vis-à-vis de lui et dénouer le lien qui l'unit à lui. Les deux acteurs sont d'une justesse et d'un naturel approprié. Les plans sont d'une beauté véritable, certaines scènes flirtent entre la cruauté et la tendresse. L'émotion serait presque au bord des yeux. Le cinéaste n'a alors plus qu'à transposer à l'écran cette nouvelle fresque d'esthète qu'il dessine avec poésie, mais on regrettera toutefois que la magie n'opère pas davantage, la faute à un scénario facile peut-être trop grossièrement esquissé qui ne lui permet pas d'atteindre la grace de ses précédents chefs d'oeuvres.
    Romain Z
    Romain Z

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 81 critiques

    2,5
    Kim Ki duk n'est pas sans talent (l'Ile les locataires) mais son cinéma à la facheuse tendance a carresser dans le sens du poil le cadre sup occidental(isé)et stréssé en lui fournissant sa dose d'orientalisme chic et new age en gage de sa bonne volonté culturelle. Le film malgré quelques jolies scenes se complait trop souvent dans un symbolisme et des métaphores un peu convenus.
    didbail
    didbail

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 344 critiques

    4,0
    Bon d'accord, Kim Ki Duk ne fait pas dans la subtilité mais quoi qu'il en soit son film est beau et envoutant. Il sait raconter une histoire et la mettre en images. Le rythme lent du film permet d'apprécier sa beauté et de laisser son esprit vagabonder. Ce n'est pas si courant.
    youfahakit
    youfahakit

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 172 critiques

    5,0
    Je découvre le talent de ce réalisateur dans cette histoire d'amour peu banale agémentée de belles images, comme l'héroïne. On ne peut que tomber sous le charme de cette dernière.
    Wanabee
    Wanabee

    Suivre son activité Lire ses 71 critiques

    5,0
    Un poème magnifique du réalisateur de" Printemps, été ... " Un film simple , sans faute.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top