Mon AlloCiné
Les Portes de la nuit
Séances
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
note moyenne
3,5
131 notes dont 32 critiques
13% (4 critiques)
28% (9 critiques)
22% (7 critiques)
25% (8 critiques)
13% (4 critiques)
0% (0 critique)
Votre avis sur Les Portes de la nuit ?

32 critiques spectateurs

afrobrazilero

Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 30 critiques

3,5Bien
Publiée le 23/07/2017

magnifique film de marcel carné avec prévert aux dialogues et kosma pour une musique qui deviendra éternelle ,le film n,avait pas du tout marché a sa sortie,trop noir,les français venaient de sortir de la guerre ils voulaient oublié n,en reste néanmoins un film sensationnel avec malgré quelques longueurs

tuco-ramirez

Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 953 critiques

4,0Très bien
Publiée le 07/06/2017

Carné/Prévert, un des duos majeurs du cinéma mondial des 30’s, signe, avec leur dernier opus, la fin d’un courant : « le réalisme poétique ». L’aspect poétique est pratiquement entièrement porté par un personnage mystérieux : « Le Destin ». Ce film ne figure pas au panthéon des deux compères, mais bien injustement. Un critique a écrit à propos de ce film : « La nuit tous les chats sont gris, dit-on. Sauf chez Carné et Prévert, les maitres du « réalisme poétique », chez qui la symbolique demeure toujours très forte. Clairement, pour eux, la nuit c’est l’occupation. Une tâche dans l’Histoire. Une période sombre sur le point de s’achever. Mais pas encore tout à fait. Dans ce Paris fraichement libéré mais toujours capitale d’un pays rationné et en guerre, l’heure est - plus que jamais - au règlement de compte. Car les rôles s’inversent : les puissants d’hier sont devenus les faibles ; les prédateurs sont devenus les proies. Et dans ce quartier populaire du nord de Paris, on assiste au chassé-croisé des ennemis d’hier tel un ballet orchestré de main de maitre par le Destin, personnifié en un fantasque clochard. De façon étonnement frontale, le film évoque ici - et sans concessions - la collaboration dans ce qu’elle a de plus sale et de plus rebutante : les dénonciations, les tortures, mais aussi l’exploitation de la situation, l’enrichissement et le profit personnel de certains aux détriments de leurs compatriotes et voisins. Autant de vices symbolisés par la Famille Sénéchal, formidables salopards de père en fils, merveilleusement incarnés qui plus est par Serge Reggiani et Saturnin Fabre. Face à eux, il y a ceux qui ont souffert en silence, les résistants et les gens du peuple. Ceux-là sont dans le ressentiment mais déjà plus dans la vengeance : trop de sang a déjà coulé, trop de souffrances ont été subies, et chacun aspire déjà à autre chose et à retrouver des jours meilleurs. Et puis, tel un printemps après un long hiver, il y a l’amour qui pointe le bout de son nez, comme l’espoir d’un possible renouveau. Sauf que chez Carné, il n’y a pas de rédemption possible. Tout cela est trop tôt. Les salauds restent des salauds et le bonheur n’est encore qu’un leurre. Au final, cela donne lieu à un beau film triste mais dans l’ensemble assez inégal, qui marque les débuts à l’écran d’un Yves Montand pas encore charismatique (pas trop aidé par l’interprétation assez fade de sa partenaire Nathalie Nattier) mais qui signe néanmoins avec la mythique chanson « Les feuilles mortes » son premier véritable succès. » Bien entendu que le film a vieilli et que les deux acteurs principaux n’avaient pas les épaules assez solides : Montand esttrop tendre et Nattier est transparente… Mais qu’en aurait-il été si Gabin et Dietrich s’en était emparés ? Eux pour qui Carné/Prévert avait écrit le film. Moins connu que leurs films précédents, il mérite pourtant largement le détour. Pour mon compte ,e jeu du Destin et du hasard m’a beaucoup fait pensé au cinéma de Allen. mon blog : tout-un-cinema.blogspot.fr

ManoCornuta

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 1 234 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 28/04/2017

Carné et Prévert forment une association mythique s'il en est, mais ne sont pas pour autant exempts de tout reproche. Les portes de la Nuit est ainsi un drame sur l'errance de gens sans avenir (amoureux ou personnel) soigneusement monté en épingle, mais qui finit par se déliter poussivement, du fait d'une absence quasi totale de tension et d'un jeu d'acteurs un peu limité hélas par le style. Reggiani est formidable en petit mec crâneur et finalement bien faible, et de manière globale les interprètes masculins sont plutôt à la noce. On n'en dira pas autant de leurs consœurs, lesquelles sont à mon sens bien mal servies. Le film demeure aussi intéressant pour sa peinture très précise du Paris d'après-guerre.Sans être inoubliable, c'est un film à voir.

willycopresto

Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 1 385 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 06/04/2017

"Les portes de la nuit" (1946) Arte le 03.04.2017 Même avec les signatures prestigieuses de Carné à la réalisation et Prévert au scénario, je me suis profondément ennuyé en regardant ce film qui a très très mal vieilli. C'est long, morne, ennuyeux, et on se demande si ces portes vont rester longtemps fermées ! Je trouve que la réputation flatteuse qu'on attribue à ce film d'après-guerre est surfaite ! Certes, c'est amusant de voir un certain nombre d'acteurs, alors jeunes (et il en est qu'on reconnaît difficilement), Yves Montand en tête ! Par contre, on dit que Nathalie Nattier avait été choisie parmi de nombreuses comédiennes sélectionnées pour remplacer Marlène Dietrich... Elle était pourtant loin d'en avoir le talent et sa carrière sur le grand écran s'est arrêtée à la fin des années cinquante. Ils ne sont guère nombreux à se souvenir d'elle aujourd'hui...Elle est décédée en 2010. willycopresto

Estonius

Suivre son activité 149 abonnés Lire ses 2 390 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 31/10/2016

Que d'ennui ! A quoi se raccrocher ? L'intrigue ? Son intérêt est quasi nul puisque tout est dit d'avance par le personnage du Destin (incarné avec une lourdeur agaçante par Jean Vilar), quant aux scènes secondaires (la gitane) on se demande leur utilité. Le contexte ? Force est de constater qu'il est maladroit dans son manichéisme ? Les acteurs ? Ça manque considérablement de pointure, Montand n'est pas très bon, Reggiani fait ce qu'il peut mais est prisonnier d'un personnage trop chargé, Carette cabotine et Saturnin Fabre se croit au théâtre, quant à ces dames elles sont transparentes. Les dialogues ? Trop ampoulés, trop écrits, trop bavards, Prévert commettant les mêmes erreurs que pour "les Visiteurs du soir". L'ambiance ? Ben oui, il y a une ambiance, c'est indéniable, mais ça ne suffit pas à faire un film (idem pour la musique). Il faudra attendre "La Marie du port" pour retrouver le grand Carné.

weihnachtsmann

Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 2 172 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 17/08/2015

Film assez étrange et obscur. Beaucoup de philosophie et un enchaînement de scènes qui ne semblent pas avoir de rapports entre elles. Seul l'amour est le point commun. Restent deux chansons immortelles de Prévert et Kosma.

ptiverat

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 80 critiques

3,5Bien
Publiée le 08/03/2015

Un peu brouillon, un peu mièvre, un peu trop de mots d'auteurs (ce à quoi échappe Prévert d'habitude) mais le film reste captivant, ensorcelant quand la musique s'y met (la chanson: Les feuilles mortes replacée dans le contexte du film n'a jamais été aussi belle) . La trouvaille du Destin en vagabond est une perle. Reggiani en salaud est crédible. Montand n'arrive pas à monter très haut. Cet univers glauque, éclaté est parfois d'une justesse étonnante dans la description des salauds et des collabos. Pour un Québécois, 75 ans après, tout n'est pas compréhensible et l'argot perdu n'y aide pas. La prise de son est parfois lamentable (comme dans bien des films français) surtout quand il s'agit de capter la horde des enfants où on peine à savoir et à comprendre ce qu'ils disent. À voir pour ce charme indéfinissable qui rend Carné et Prévert uniques même quand les portes ne s'ouvrent pas sur le Paradis!

Santu2b

Suivre son activité 94 abonnés Lire ses 1 289 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 01/10/2014

La dernière collaboration d'un duo mythique du cinéma français : Marcel Carné et Jacques Prévert. Datant de 1946, l'oeuvre s'érige en première exploration du monde résistant et de ses innombrables soubassements. Film maudit, échec cinglant à sa sortie dans un Paris se remettant tout juste du traumatisme, "Les Portes de la nuit" sera ensuite démoli quelques décennies plus tard par les jeunes-turcs de la Nouvelle Vague, en particulier Truffaut. À sa vue, on ne peut être que surpris que déjà, au lendemain de la guerre nous assistions à une première cristallisation des lieux communs de la France occupée ; du résistant héroïsé, parfois construit de toutes pièces au collabo cloué au pilori. Bref c'est tout ce lot d'images bientôt irascibles que Carné dévoile en avant-première et qui atteindront leur paroxysme absolu en 1973 avec "Le Chagrin et la Pitié". Prévert n'est peut-être pas dans sa meilleure forme scénaristique et littéraire, mais sait encore nous livrer quelques jets de sa force poétique. On a aussi beaucoup pesté contre l'interprétation initialement prévue à Gabin et Dietrich et finalement attribué à des jeunots. Celle-ci est tout simplement inégale, un peu à l'image d'Yves Montand ici dans l'un de ses premiers rôles ; l'acteur se débat remarquablement mais si persiste la fleur de l'âge. À réhabiliter.

Chala Ltds

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 13 critiques

3,5Bien
Publiée le 26/11/2013

Comme une exploration de l'âme humaine, ce film qui se passe la nuit reflète la noirceur de celle-ci. Noire comme le nuit. Cependant, à chaque nuit succède le jour. Certain matins ne semblent rien promettre de bon. Film d'une certaine lenteur, mais avec un casting superbe. Les acteurs sauvent ce film très sombre.

Christiane Morillon

Suivre son activité 0 abonné Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 20/08/2013

superbe musique inoubliable , un des plus beaux fim que j'ai vu

robertnicholson

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 118 critiques

3,5Bien
Publiée le 19/12/2012

en 46, succès public mais non critique (Truffaut renommera ce film "Les portes de l'ennui") ,ce qui précipitera la fin de la collaboration entre Prévert et Carné. Dommage car ce film a son charme . Situé dans l'est Parisien (canal Saint Martin, Jean Jaurès) de l' après Libération, on rencontre l'espace d' une nuit différents profils de l'occupation (le résistant, le collabo' , l' affairiste) qui se croiseront autours de ces lieux. "L'intrigue" du film étant la romance tragique entre le jeune résistant Diego et Malou, mariée à un collaborateur. La part de fantastique est présente ici avec l'homme incarnant le Destin (Jean Vilar excellent) qui avertit à l'avance les personnages de ce qui les attends et joue le fil rouge de ce film. Le couple Gabin-Dietrich était prévu initialement au casting mais leur rupture entraine le refus de l'actrice de jouer dans le film. Carné engage donc à la place le jeune Montand et N Nattier qui ne parviennent pas tt à fait à faire oublier le duo initialement prévu (Montand manque encore un peu d' assurance). On retrouve également au casting le jeune Reggiani, très convaincant lui, et P Brasseur. La musique est tj signée Kosma (on note que "Les feuilles mortes"a été composé en partie pour ce film). La photo d' Agostini joue très bien de l'opposition clair/obscur .

7-Saviola

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 133 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 01/10/2012

Une ambiance parisienne assez noire et très bien reconstituée dans cette ère à cheval entre occupation et libération. "Les portes de la nuit" retrace le destin de plusieurs personnages, dont Jean Vilar alias "le destin" en est la plaque tournante et le fil rouge. L'ensemble du film reste assez ennuyeux et ne m'a pas emporté plus que ça. Le chaos final, cher à notre Marcel Carné national, donne un peu de sens à l'ensemble de l'oeuvre et permet de rendre le tout acceptable. Malheureusement le casting haut de gamme (dont Pierre Brasseur et Yves Montand) n'est pas arrivé à sauver ce film et à lui donner un intérêt ne serait-ce que minimal. François Truffaut avait à l'époque requalifié ce film "Les portes de l'ennui", j'avoue que l'idée m'est aussi passée par la tête...

Jipis

Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 362 critiques

2,5Moyen
Publiée le 11/06/2012

Entre collabos, exploiteurs du peuple, travailleurs laborieux, existentialistes et résignés les portes de la nuit pansent les plaies d’un Paris d’après guerre imprégné localement d’une peur de l’autre et d’un fantastique décalé répandu par un prédicateur insensible, omniprésent tentant de relancer la machine des sentiments en imposant à une faune en perte de repères propos soudains et inquiétants. Les cibles sont dévisagées, approchées, effleurées. Les destinées sont distribuées dans les bars, sous le métro, dans les restaurants par un prophète au regard vague articulé par la parole divine. Les prédictions bien souvent dramatiques parsemant le trajet de ces oisifs en mal de vivre alors que tout est à reconstruire sont brutales et sans sommations. Préalablement conçu pour Marlène Dietrich à laquelle Nathalie Nattier ressemble étonnamment et Jean Gabin les portes de la nuit magnifique danse sensitive entre des pantins articulés par un maître de jeu prophétique débitant un verbe ne semblant pas être perçu reste globalement accablant d’ennui. Le climat irréel, pessimiste est sombre cher au cinéaste s’éxécute dans un parcours lancinant faisant lentement abaisser les paupières. Cet opus déprimant s’aligne sur une manière de faire personnelle mettant en valeur les destinées tragiques de personnages accablés de négatifs dans un environnement ne faisant qu’encourager les débordements. Bavard, constellé de scènes inutiles « Les portes de la nuit » ne sont pas la bonne adresse pour quérir joies et bonne humeur. Tout n’est qu’une respiration humaine effondrée par la néantisation d’entreprendre. L’instable et le larmoiement ont pignon sur rues dans un avenir imposé par le destin que l’homme en plein désastre ne peut envisager par lui-même. Les feuilles mortes ce sont ces êtres improductifs rongés par leurs fatalismes. Mention spéciale dans ce petit naufrage à Jean Vilar, le destin qui par son regard halluciné rappelle l’extra terrestre Robert le Vigan.

kinophil

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 248 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 09/01/2012

Hiver 1945 à Paris. Plusieurs destins se jouent et se croisent le temps d’une nuit dans les quartiers du métro Barbès, des canaux de l’Ourq ou St Martin : Un homme (marin aventurier) venu annoncer à une femme que son mari a été exécuté par les nazis (mais celui-ci cheminot communiste est bien vivant et arrive à ce moment) va rencontrer « la plus belle femme du monde »; Un petit bourgeois pétainiste, propriétaire d’un chantier de démolition et revendeur de bois de chauffage, son fils petite frappe collabo, sa fille chanteuse internationale à succès qui quitte son mari homme d'affaires en revenant dans le quartier de son enfance ; la nombreuse famille Quinquina et son ainée qui rencontre l’amour, tout cela orchestré par Le Destin aux allures de clochard… Film de réalisme poétique très inégal : Au plan des réussites on note la superbe réalisation (avec une reconstitution impressionnante de l’ambiance des quartiers populaires de Paris à la fin de la guerre, un magnifique jeu de noir et blanc, d’ombres et de lumière) et l’interprétation de certains rôles secondaires (Jean Vilar en Destin, Saturnin Fabre en pétainiste affairiste, Carette en père de famille nombreuse, Reggiani en jeune collabo). Mais le film est plombé par le choix et le jeu des acteurs principaux, notamment Y Montand catastrophique dans son premier film et qui n’a pas pour ce rôle la carrure de Jean Gabin initialement prévu. Film à voir comme témoignage de l’ambiance en cette période de la libération : Reconstitution de quartiers populaires et de la condition de vie de gens modestes, règlements de comptes entre ceux qui avaient profité de l’occupation et ceux qui en avaient souffert…

chrischambers86

Suivre son activité 1040 abonnés Lire ses 9 998 critiques

4,0Très bien
Publiée le 30/11/2011

Certains considèrent que "Les portes de la nuit" constitue le chant du cygne du rèalisme poètique! C'est absolument vrai car il s'agit d'un drame psychologique et fèerique, qui fut èreintè avec beaucoup d'injustice par la critique, au moment de sa sortie! L'histoire se passe dans le Paris de la libèration, qui nous est montrè avec un souci constant d'authenticitè! Un ouvrier et une femme qu'il vient de rencontrer ("la plus belle femme du monde") sont poursuivis par le mari de cette dernière et par un ancien milicien avec une distribution exceptionnelle dont Yves Montand dans le rôle de l'ouvrier, Nathalie Nattier dans celui de la femme, Pierre Brasseur dans celui du mari et Serge Reggiani dans celui du milicien! Des acteurs qui sont encore prèsents dans tous les esprits avec l'un des meilleurs musiciens à vocation populaire, Joseph Kosma, qui a travaillè de façon très heureuse dans ce grand classique de Marcel Carnè! Un incontournable dont la rèussite tient autant au scènariste (Jacques Prèvert) qu’au rèalisateur (Carnè), au chef opèrateur et au dècorateur...

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top