Conte de cinéma
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • DVD, VOD
  • Musique
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   2,9 pour 50 notes dont 16 critiques  | 
  • 1 critique     6%
  • 5 critiques     31%
  • 1 critique     6%
  • 4 critiques     25%
  • 3 critiques     19%
  • 2 critiques     13%

16 critiques spectateurs

Trier par 
Les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
vinetodelveccio

11 abonnés | Lire ses 593 critiques |

   3.5 - Bien

Un film subtil, sans chichi mais parfaitement tenu. Hong San Soo nous offre une belle mise en abîme avec deux histoires imbriquées dont le lien est très émouvant. Le cinéaste nous balance dès le début au milieu d'une histoire dont on ne comprend pas les tenants et les aboutissants, et une fois que le spectateur s'y sent à l'aise il reboote le tout et décide de rebattre les cartes. Le procédé est habile et fait travailler le spectateur, ce qui est assez réjouissant. Reste une mise en scène classique et sans prétention seulement marquée par quelques travellings avant assez saisissants. Le tout est joué avec justesse. Un bon film.

AlexTorrance

17 abonnés | Lire ses 485 critiques |

   2.5 - Moyen

Profondément banal et pourtant assez inédit, Conte de cinéma ne véhicule de l'intérêt que par sa portée philosophique, introduite par une mise en abîme inventive, bien que mal cernée. Ainsi, ce film dans le film auquel on assiste, à l'instar du protagoniste (que l'on ne découvre que vers le milieu du long-métrage), est l'occasion de songer à la place de la fiction dans la réalité, ne sachant pas toujours ce que l'un puise sur l'autre et inversement. Il y a donc des passages où nous sommes un peu perdus, notamment la transition qui met fin à la mise en abîme, et rendent ainsi le scénario un peu embrouillé. Par ailleurs, Conte de cinéma nous aide à affirmer que trop d'émotion tue l'émotion. En effet, il ne faut pas longtemps pour être un tant soit peu agacé par le pathos qui se dégage du long-métrage. Ainsi, le thème du suicide - un fléau qui frappe particulièrement l'Asie - est abordé avec beaucoup de larmes jusqu'à l'écoeurement. Cependant, d''un point de vue technique, Conte de cinéma s'en sort bien et de manière originale, en n'autorisant que les plans fixes, parfois agrémentés d'un zoom assez violent. La photographie est plutôt belle et la musique reste sobre, à l'instar de la mise en scène, bien que l'on peut reprocher à celle-ci de répéter deux fois le même film, avec les mêmes scènes et mêmes enjeux. Néanmoins, Conte de cinéma reste un film assez plaisant, bien que quelques longueurs soient au rendez-vous. Un bel hommage au cinéma.


Arthur de Bussy

27 abonnés | Lire ses 477 critiques |

   1 - Très mauvais

En dépit de qualités certaines, «Conte de Cinéma» n'est pas de ces films qui laissent un souvenir impérissable. Certes les acteurs jouent bien, la photographie est correcte et l'atmosphère réussie, mais quel manque d'audace! Il s'agit presque de l'archétype du film d'auteur chiant, avec ce qu'il faut d'intérêt pour qu'on en parle avec ferveur dans la presse et ce qu'il faut de mollesse pour qu'on s'ennuie poliment sans trop oser l'avouer. Alors oui, la pirouette narrative est une bonne idée, oui ce film à un semblant d'âme, malheureusement je peine à lui trouver un réel intérêt malgré tout. La faute aux nombreux clichés qui parsèment le long métrage, à toutes ces situations attendues, et surtout cette absence de profondeur thématique et de recherche esthétique. Evoquer «Plus Belle la Vie» est peut-être exagéré, néanmoins le fait qu'une telle comparaison puisse nous venir à l'esprit rend bien compte de la relative fadeur de «Conte de Cinéma». On pense aussi au pire de la Nouvelle Vague, quand le cinéma se fait nombrilisme aigu. Bref, je n'ai rien contre les films « mélancoliques », mais le fait que le présent long métrage ne reste qu'en surface et ne propose guère d'enjeu conséquent ne m'incite pas à en faire son éloge. Un film décevant, d'un truisme peu attrayant. Dispensable. [1/4] http://artetpoiesis.blogspot.fr/

MickJagger

2 abonnés | Lire ses 72 critiques |

   4 - Très bien

Je découvre Hong Sang-soo avec ce film très intelligent et fort bien réalisé. Le rythme est lent car il colle à la vie de tous les jours, le but étant d'arriver à faire du cinéma à partir de simples relations humaines. La référence à Rohmer est manifeste jusque dans le titre, et tout comme lui HSS parvient à magnifier des situations banales, c'est la magie du cinéma. La composition du film est ingénieuse et le fim dans le film sujet à de nombreuses interrogations. Très intéressant.

Dodeo

83 abonnés | Lire ses 237 critiques |

   4 - Très bien

Le cinéma de Hong Sang-soo est décidément bien intriguant, à la fois grand et modeste, banal et très fouillé. Avec Conte de cinéma qu'il réalise en 2005, il se retrouve déjà pour la troisième au festival de Cannes et même si ce coup-ci il est reparti bredouille, le film n'en a pas moins plu à la critique française. De Hong Sangsoo je n'ai vu pour l'instant que La vierge mise à nu par ses prétendants et La femme est l'avenir de l'homme... Peut-être pas suffisant pour cerner totalement le réalisateur certes mais déjà assez pour commencer à lui attribuer certains traits et habitus. Ainsi et en me basant donc sur les deux films vus, j'en avais tiré la conclusion que le cinéma de Sangsoo était quasi intégralement composé de plans fixes, ici il y apporte une variante pour le moins déconcertante : Le zoom. Pas de travelling, non, seulement le zoom. Et pour comprendre son utilité il faut aller chercher plus loin dans le film et s'attelait tout d'abord à la construction tant du scénario en lui même que du montage. Conte de cinéma est un film qui se sépare en deux parties, parties indépendantes l'une de l'autre mais pourtant fortement liées. Et c'est par une mise en abîme réellement vertigineuse que le réalisateur coréen entame son film, sans même en faire part au spectateur, sans nous faire comprendre qu'il s'agit en effet d'une fiction. Ainsi pendant près de quarante minute l'on nous montre un film dans le film et ce n'est qu'à la fin de cela que nous nous retrouvons dans la réalité avec notre personnage principal qui ressort de la salle de cinéma, ayant assisté à la même séance que nous autres spectateurs. A partir de cela les deux parties ne cessent de se faire écho, au point où l'on ne sait plus laquelle à inspirer l'autre et l'on ne cherche même plus à en être certain car l'intérêt n'est plus là, et Hong Sangsoo l'a bien comprit, et rapidement plutôt que fixer son entière concentration à repérer les éléments de correspondance, l'on se laisse doucement aller aux sensations ressenties dont l'épaisseur n'est qu'amplifié par l'agencement et l'utilisation judicieuse de la mise en abîme. Revenons en maintenant donc à l'utilisation du zoom dont il se sert pour isoler sans cesse un personnage, un objet du décors. Donc pourquoi un zoom et pas un travelling ou tout autre procédé bien plus courant ? Je me laisse à penser que c'est par simple envie de faire sentir la caméra, dans le prolongement donc du principe du film dans le film mais à un étage supérieur donc. Enfin l'utilité du zoom en tant que tel ne réside pas en ce simple aspect, il s'en sert avant tout pour accentuer la difficulté d'être avec le monde et dans le monde et de ce point de vue là, l'exercice est drôlement bien réussi. Oui drôle, parce que ce Conte de cinéma est un drôle de film et le cinéma de Hong Sangsoo a vraiment quelque chose de très fort. Et pourtant tout parait si banal tant dans le sujet traité que dans la mise en scène en elle même, tout est filmé de façon neutre, sans saveur particulière, reflétant tout la modestie d'un réalisateur qui a pourtant des choses intéressantes à montrer. Ainsi j'aime bien parler des films de Hong Sangsoo comme de grands films qui ne se vendent pas comme tel. Quoi qu'il en soit il refuse de magnifier le monde mais tente toujours de voir au delà de ce qu'y est et de part cela et l'écriture -Qui joue un grand rôle-, il arrive à rendre intéressantes des situations en apparence assez quelconques. Conte de cinéma reprend l'un des grand principes de la dramaturgie : chaque chose doit provoqué ou inciter un double que ce soit directement ou indirectement. Ainsi au delà ce principe, le réalisateur coréen travaille sur le pouvoir de changer malgré ce que l'on a vu ou vécu, à la recherche donc d'une ouverture qui permettra à son personnage masculin de se tirer de sa torpeur. Car ici encore le portrait du personnage masculin est habité par une volonté passive. Ce qui rend la possibilité de s'en sortir encore moindre, surtout avec le modèle de société déliquescente qui nous est montrée -L'alcool est encore une fois très présent-, là où les rapports sociaux sont pervertis (Scène des ragots sur l'actrice) et où les rapports Homme/Femme finissent par en être déshumanisés. Et le point d'orgue se trouve en fin de long-métrage, là où le constat plutôt ironique de cette aventure est bouclé. Le jeu sur le sentiment et les sensations n'est plus suffisant, l'on évoque alors - sans en parler - une vision plus globale du monde et là, ô grand miracle Hong Sangsoo se démunit de son zoom pourtant permanent, logique ! L'on pourrait dire de Conte de cinéma qu'il continue d'explorer les obsessions de l'artiste coréen, tout en explorant quelque chose de totalement inédit. Et c'est avec une liberté de ton prodigieuse qu'il établit l'étude douloureuse du mal-être humain et des rapports hommes/femmes. Poésie urbaine... Conscience des autres... Inconscience de soi... Conte de cinéma est décidément un film qui ne manque pas d'intérêt

stillpop

33 abonnés | Lire ses 1444 critiques |

   2 - Pas terrible

On m'y a obligé, sinon, à part l'affiche, rien ne m'aurait poussé à voir le troisième film importé en France du réalisateur de "Turning gate". Son message est toujours le même, et il est de moins en moins intéressant, car les scénarios ne se renouvellent même plus. Donc encore un looser qui se regarde le nombril, encore qu'à la vitesse où il boit, il doit en voir deux, toujours les mêmes filles faciles qui se donnent juste pour un hôtel. Bref, on a l'impression de "déjà vu". En ce qui me concerne, c'est vraiment mon dernier. Ce qui est dommage, c'est que c'est le deuxième film produit personnellement par Karmitz, et c'est encore un film emmerdant, et surtout sans aucune grammaire cinématographique. Ne croyez pas que j'ai quelque chose contre l'inventivité, entre "Dogville", "Romeo and Juliet" et quelques autres mise en abymes du cinéma, on a l'embarras du choix des démarches réussies. Ici, rien de tel, c'est simplement nul sans aucune inventivité. Surtout après "Les locataires". Mais le pire, c'est sans doute l'irruption du zoom (manuel !) dans les scènes en caméra fixe ! Il n'a plus d'argent pour s'acheter un rail de travelling ? C'est simplement horrible, on dirait un effet de caméra mini DV à 2 Euros, ce n'est pas en torturant la technique que l'on arrive à servir le cinéma, et encore moins son propre film. C'est encore plus incompréhensible que rien ne le justifie au niveau de la mise en scène.

DarioFulci

20 abonnés | Lire ses 1041 critiques |

   2 - Pas terrible

Trois personnages, liés par le cinéma de près ou de loin. Vaste conte terriblement ennuyeux. Du cinéma Nouvelle Vague poseur et bavard attaché à une intrigue assez obscure. Film dans le film ? Personnages amoureux ou pas ? Peut être... Il paraît que la mise en scène est fondamentale, lourde de sens sur l'état d'esprit des personnages. Je n'ai vu que du bavardage, bien filmé certes, mais assommant.

Ancien utilisateur

   1 - Très mauvais

En dépit de qualités certaines, «Conte de Cinéma» n'est pas de ces films qui laissent un souvenir impérissable. Certes les acteurs jouent bien, la photographie est correcte et l'atmosphère réussie, mais quel manque d'audace! Il s'agit presque de l'archétype du film d'auteur chiant, avec ce qu'il faut d'intérêt pour qu'on en parle avec ferveur dans la presse et ce qu'il faut de mollesse pour qu'on s'ennuie poliment sans trop oser l'avouer. Alors oui, la pirouette narrative est une bonne idée, oui ce film à un semblant d'âme, malheureusement je peine à lui trouver un réel intérêt malgré tout. La faute aux nombreux clichés qui parsèment le long métrage, à toutes ces situations attendues, et surtout cette absence de profondeur thématique et de recherche esthétique. Evoquer «Plus Belle la Vie» est peut-être exagéré, néanmoins le fait qu'une telle comparaison puisse nous venir à l'esprit rend bien compte de la relative fadeur de «Conte de Cinéma». On pense aussi au pire de la Nouvelle Vague, quand le cinéma se fait nombrilisme aigu. Bref, je n'ai rien contre les films "mélancoliques", mais le fait que le présent long métrage ne reste qu'en surface et ne propose guère d'enjeu conséquent ne m'incite pas à en faire son éloge. Un film décevant, d'un truisme peu attrayant. Dispensable. [1/4]

didbail

6 abonnés | Lire ses 396 critiques |

   4 - Très bien

Une fois encore le cinéma sud coréen nous entraîne dans une aventure inédite. On est surpris par la construction de ce film en 2 parties juxtaposées, sans souci de les séparer par quelque artifice de mise en scène. On est séduit par ces personnages à la fois proches de nous et tellement différents. On est fasciné par cette mise en abîme d'une richesse rarement égalée.

Tedy

60 abonnés | Lire ses 2459 critiques |

   0.5 - Nul

Le but de "Conte de cinéma" n'était pas de faire passer un message et encore moins de divertir, mais d'aider les insomniaques à trouver le sommeil. Son objectif a été atteint.

Précédente Suivante

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Vidéos liées à ce film
Conte de cinéma Extrait vidéo VO
4 402 vues
Conte de cinéma Extrait vidéo (2) VO
1 499 vues
Playlists
5 vidéos
LA SHORT PAUSE spéciale Batman - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #10 - 5 courts métrages à déguster
4 vidéos
Les 5 vidéos buzz de la semaine #23
Toutes les playlists
Tous les meilleurs films au ciné