Mon AlloCiné
OSS 117, Le Caire nid d'espions
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "OSS 117, Le Caire nid d'espions" et de son tournage !

Une oeuvre d'espionnage culte

OSS 117, Le Caire nid d'espions est adapté des romans d'espionnage OSS 117 écrits par Jean Bruce, parus entre 1949 et 1963.

Le 8e OSS sur grand écran... mais très différent !

OSS 117, Le Caire nid d'espions marque la huitième apparition de l'agent OSS 117 sur grand écran, après OSS 117 n'est pas mort (1956), OSS 117 se déchaîne (1963), Banco à Bangkok pour OSS 117 (1964), Furia à Bahia pour OSS 117 (1965), Atout coeur à Tokyo pour OSS 117 (1966), Pas de roses pour OSS 117 (1968) et OSS 117 prend des vacances (1970). Différence notable, les sept premiers films adoptaient un ton tout à fait classique de film d'espionnage, alors que le film emmené par Jean Dujardin est ouvertement parodique.

Décaler une série B très 50's

L'idée d'OSS 117, Le Caire nid d'espions est venue du producteur Nicolas Altmeyer, producteur du film avec son frère Altmayer. Il se souvient : Tout a commencé par la découverte de quelques vieux romans "OSS 117" dans la bibliothèque de nos parents. Les couvertures aux dessins stylisés très colorés, ces scènes d'action un peu désuètes et ce look années cinquante, ont réveillé une foule de souvenirs en moi. A ces images s'ajoutaient les films de l'époque. Nous avons eu l'idée de transposer cet univers dans le cinéma d'aujourd'hui. Ces séries B ont plus de quarante ans et même si elles sont démodées, elle ont aussi un charme et un humour qu'elles n'avaient pas à l'époque. Il nous a semblé qu'il suffirait de les décaler légèrement, de pousser vers la comédie pour obtenir quelque chose d'intéressant. A cette envie s'ajoutait la nostalgie du Technicolor, des premiers James Bond, et des films d'Hitchcock."

Détourner les codes des romans d'origine

Pour le scénariste Jean-François Halin, les romans OSS 117 de Jean Bruce "contiennent tout ce qui fut la France des années cinquante, la quatrième République, la fin de l'empire colonial, un rapport à la femme assez macho, assez misogyne mais aussi une certaine condescendance vis-à-vis des peuples colonisés. Ces éléments ne sont certainement pas le reflet de la personnalité de Jean Bruce, mais l'expression d'une époque. Je pense que Jean Bruce aurait le recul nécessaire pour rire de ce film. Il n'était pas pensable de redonner vie à son oeuvre en respectant son premier degré original, notre monde a trop changé ! Alors j'ai tout repris et tout accentué pour montrer aussi que beaucoup de ce qui fait notre société aujourd'hui est issu de ce temps-là."

OSS Dujardin

L'arrivée de Jean Dujardin dans le smoking de l'agent OSS 117 s'est faite très naturellement. "Au moment de l'écriture, je ne savais pas qui incarnerait OSS", explique le scénariste Jean-François Halin. "Nous souhaitions juste qu'il soit drôle et beau, avec un physique à la Sean Connery ! J'avais vu Jean dans "Un gars, une fille" et au cinéma dans Toutes les filles sont folles dans lequel il est très bon. D'un seul coup, je me suis mis à écrire pour lui." Le réalisateur Michel Hazanavicius est quant à lui très enthousiaste au sujet de leur collaboration : "Lui et moi avons tout de suite senti que nous allions nous régaler ! J'ai très vite pris conscience de sa puissance de jeu. Pour moi, c'est une vraie rencontre. Nous avons travaillé dans une confiance mutuelle absolue. J'adorais le voir aller regarder au combo entre les prises, voir son oeil pétiller. (...) C'est un acteur fabuleux, précis, charismatique. Il habille le plan, sa présence structure l'image et il travaille tous les aspects de son jeu. (...) De plus, il est l'un des seuls en France sur le créneau un peu déserté du beau mec viril. Il est un des rares à pouvoir incarner les héros."

Dujardin parle de son rôle

Pour Jean Dujardin, incarner l'agent OSS 117 a été une aventure unique. Il raconte : Il y a deux rôles que tout acteur rêve de jouer : un cow-boy et un agent secret ! On m'a proposé OSS 117 bien avant le tournage de Brice de Nice. Le culte du héros est si peu répandu en France qu'en rencontrer un est une vraie chance ! Il y avait en plus une réelle finesse d'écriture et l'envie de détourner sans parodier. En tant que comédien, c'était l'occasion de créer un personnage de composition comme je les adore. Dix mois en costard, les cheveux noir corbeau, à travailler sa façon de parler pour retrouver la musique un peu chantante des doublages français de l'époque, la gestuelle, le look, la façon de marcher, c'est un régal !"

Un agent très spécial

Le scénariste Jean-François Halin et le réalisateur Michel Hazanavicius décrivent leur agent OSS 117. Pour le premier, "le personnage est traité au premier degré. Il est doué pour beaucoup de choses mais il n'a aucune intuition. Même s'il est franchement misogyne, heureusement pour lui, les femmes sont là pour l'aider à penser ! Lui reste convaincu qu'il est seul maître à bord et qu'elles rêvent toutes de coucher avec lui..." Quant au second, il avance que leur OSS 117 "est ancré dans son époque, il est misogyne, colonialiste, homophobe... C'est une sorte de synthèse ! Tout ce qui n'est pas français, blanc, masculin et de son âge, lui est inférieur ! Evidemment, tout le discours du film, si tant est qu'il y en ait un, c'est d'en rire !" Et Halin de conclure : "OSS 117 est tout sauf méchant. Sa bonne foi totale lui donne un côté enfantin. Cela le dédouane, mais Larmina et Slimane ont un rôle absolument essentiel dans la compréhension du personnage. Ils sont garants du positionnement du film. Ils permettent de voir que le film se moque du personnage et ne doit surtout pas être pris au premier degré."

Un OSS 117 pour tous

Pour le scénariste Jean-François Halin, OSS 117, Le Caire nid d'espions possède plusieurs niveaux de lecture : On peut voir le film comme un film d'espionnage, un film d'époque, une comédie d'action, une comédie de dialogues, le tout avec un regard décalé et un peu ironique sur ce temps-là. Sans aucune prétention, je trouvais également intéressant d'aborder certaines questions très actuelles sous un angle léger. L'idée n'était pas de rire de quelqu'un, mais avec tout le monde. Notre volonté à tous était de faire un film frais, du vrai cinoche qui vous amuse et vous emmène dans une Egypte digne de Tintin ou de Blake et Mortimer."

Un petit air de Canal +

OSS 117, Le Caire nid d'espions possède un petit goût de chaîne cryptée. Le réalisateur et dialoguiste Michel Hazanavicius a fait ses armes sur Canal +, travaillant avec les Nuls et réalisant notamment les films de détournement Le Grand détournement ou la classe américaine et Derrick contre Superman. Quant au scénariste Jean-François Halin, il est l'une des plumes les plus célèbres de la chaîne cryptée, avec à son actif l'émission Nulle Part Ailleurs, 7 jours au Groland et surtout Les Guignols de l'info, durant la période du célèbre trio Halin-Gaccio-Delépine (1990-1996).

Des références pour un nouveau OSS

Le producteur Nicolas Altmayer a promis à Martin Bruce, la fille du créateur des romans OSS 117, qu'OSS 117, Le Caire nid d'espions serait plus proche du Magnifique de Philippe de Broca que d'Austin Powers. Pour Altmayer, "l'idée était de mélanger l'atmosphère des classiques de l'époque avec l'humour du magazine Pilote, celui de Marcel Gotlib, Goscinny..."

Tournage marocain

Le tournage d'OSS 117, Le Caire nid d'espions s'est déroulé sur une durée de 54 jours, dont quatre semaines au Maroc pour les extérieurs en décors naturels. Le reste a été reconstitué en majorité en studio.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • The Square (2017)
  • Le Sens de la fête (2017)
  • Les Nouvelles Aventures de Cendrillon (2017)
  • Knock (2017)
  • Kingsman : Le Cercle d'or (2017)
  • L'Ecole buissonnière (2017)
  • Blade Runner 2049 (2017)
  • Coexister (2017)
  • Detroit (2017)
  • Epouse-moi mon pote (2017)
  • Le Monde secret des Emojis (2017)
  • Thor : Ragnarok (2017)
  • Au revoir là-haut (2017)
  • Ça (2017)
  • Daddy Cool (2017)
  • Zombillénium (2017)
  • Geostorm (2017)
  • Seven Sisters (2017)
  • Paddington (2014)
  • Numéro Une (2016)
Back to Top