Mon AlloCiné
    La Graine et le mulet
    note moyenne
    3,3
    3060 notes dont 652 critiques
    29% (190 critiques)
    20% (128 critiques)
    6% (36 critiques)
    12% (81 critiques)
    11% (73 critiques)
    22% (144 critiques)
    Votre avis sur La Graine et le mulet ?

    652 critiques spectateurs

    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1545 abonnés Lire ses 8 695 critiques

    4,0
    Publiée le 10 août 2010
    "La graine et le mulet", c'est une ode à la solidaritè familiale, sur l'envie de faire quelque chose pour d'autres que soi, de transmettre quelque chose, de faire en sorte qu'une existence n'ait pas ètè inutile! Au fil de l'oeuvre d'Abdellatif Kechiche, on se sent proche des personnages, avec l'impression de sentir la bonne odeur du couscous, la convivialitè de la famille, les sourires simples...bref, rien n'est surjouè et lorsque les yeux se mettent à couler, c'est incontestablement que le film remplit son rôle de passerelle vers un univers plein de justesse et d'interrogations! On saisit absolument tout ce qui se dit, et même les non-dits avec les èchanges de regards où tout paraît improvisè, pris sur le vif, un peu comme chez Pialat! Le spectateur infiltre une famille dans une banlieue du sud de la France puis le rècit se focalise sur le calme et silencieux Slimane, grand père de famille que joue remarquablement Habib Boufares, qui tente de mener à bien son projet: ouvrir un restaurant sur un vieux rafiot! Le personnage de Slimane est pathètique et son envie de chèrir sa famille est touchante! Puis tout s'emballe autour de ce rêve qu'il caresse, et la seconde partie du film est un enchaînement de scènes superbes où Kechiche rèussit à faire du merveilleux avec du vrai, sans artifices! De cette histoire dècoule des moments incroyablements forts comme la sèquence d'Hafsia Herzi qui essaye de convaincre sa mère d'aller à la fête nous ramenant par la suite à un vrai suspense avec sa fabuleuse danse du ventre à la fois belle et en même temps presque aussi dèsespèrèe que la scène de Slimane courant en vain après sa mobylette! "La Graine et le mulet" c’est donc du cinèma vèritè, du cinéma qui ne triche pas et c'est surtout un grand film justement rècompensè par quatre Cèsars en 2008: meilleur film, meilleur rèalisateur, meilleur scènario original et meilleur espoir fèminin pour Hafsia Herzi...
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 226 abonnés Lire ses 359 critiques

    4,5
    Publiée le 3 janvier 2014
    Avec "La Graine et le mulet", Abdellatif Kechiche dresse un portait de famille absolument bouleversant, en filmant la solidarité, la joie, mais aussi l'hypocrisie. Mais derrière cette famille, une réflexion majeure parcourt le film: celle de l'immigration (et plus particulièrement de l'adaptation). Et c'est le croisement entre la morale de cette famille et son adaptation (avec l'ouverture d'un restaurant) qui passionne. Chaque mot, chaque regard et chaque geste comptent, et portent des conséquences sur la situation familiale. Intense et émouvant, ce film à l'aspect social aussi réaliste que brûlant aura révélé l'incroyable Hafsia Herzi et remporté un succès critique et public amplement mérité.
    Barry.L
    Barry.L

    Suivre son activité 13 abonnés Lire sa critique

    3,0
    Publiée le 29 décembre 2017
    Chaque film de Kechiche sont portés aux nues par la critique et par les jurys des festivals. Trois ans après ''L'esquive'' (quatre Césars), Kechiche revient avec ''La graine et le mulet''. Presse unanime, quatre Césars (étrangement les mêmes que pour ''L'esquive''), prix Louis Delluc, prix du Jury à la Mostra de Venise... Face à ce torrent d'éloges, difficile d'aller à l'encontre de cet engouement. Il est tout de même bon de montrer les limites de ''La graine et le mulet''. Slimane Beiji, la soixantaine, est licencié du chantier naval de Sète sur lequel il travaille depuis plus de 20 ans. Il décide alors, encouragé et aidé par sa belle-fille, de monter sa propre affaire : créer un restaurant sur un bateau. Après ''L'esquive'' le cinéaste continue sa plongée dans les quartiers très populaires. Ce genre de cinéma, qui s'attelle à décrire avec le plus d'authenticité possible un milieu est de plus en plus répandu aujourd'hui. Mais Kechiche est incontestablement un réalisateur qui sort du lot. Pour filmer ce petit monde d'origine maghrébine, le réalisateur adopte un parti-pris temporel très original. En effet, le film suprend par la façon qu'ont les scènes à s'étirer jusqu'à plus soif. Ce jeu avec la longueur des scènes doit permettre une immersion totale dans ladite scène. Et force est de constater que cette idée-là porte ses fruits. Si on prend le dernier segment du film (celui où Slimane, pour convaincre les membres de l'administration d'investir dans son affaire les invite à déguster un couscous), on remarque, d'une part l'extrême longueur de la scène (près d'1h 10!) et d'autre part la façon dont Kechiche parvient à monter le sentiment d'une catastrophe à venir. La catastrophe, c'est celle que vivra Slimane, dont le caractère monolythique est en tout point opposé à celui de sa belle-fille Rim (Hafsia Herzi, la révélation du film). La description de ce monde est juste. L'authenticité est certifiée par le jeu des acteurs et par la volonté de tenir la scène jusqu'au bout. Formellement, Abdellatif Kechiche parvient à filmer au plus près des acteurs, et ce dans des espaces contigus. Malheureusement, il filme caméra à l'épaule. Il y aura toujours un paradoxe concernant cette manière de filmer. L'objectif de la caméra à l'épaule est ici de donner et/ ou renforcer un sentiment de direct : nous, spectateurs, sommes convoqués dans la scène. Or la caméra à l'épaule, jamais stable, laisse dévoiler toutes les coutures du cinéma. En fait, le meilleur moyen d'entrer dans une œuvre est d'adopter une réalisation classique, simple. A partir du moment où on voit comment c'est fait, peu importe le sujet ou la justesse de ton qui se dégageny d'une œuvre : on reste alors à l'extérieur. C'est ce qui se passe avec ''La graine et le mulet''. On ne peut que saluer avec ferveur l'entreprise. On ne peut que féliciter les partis pris. On ne peut qu'approuver la direction d'acteurs (intensive, on sait les polémiques qui entourent Kechiche). On ne peut enfin que comprendre l'intention du cinéaste à nous faire ressentir l'émotion ici et là. Mais jamais on entre dans le film : on reste émotionnellement parlant à l'extérieur. La faute donc à l'abus de cette caméra à l'épaule, qui finit par nous faire trouver le temps long (c'est le cas, le film fait quand même plus de 2h 20!). L'avis que l'on peut avoir sur ''La graine et le mulet'' dépend entièrement de notre comportement vis-à-vis de ce qu'on appelle communément (et parfois avec mépris) le cinéma ''social'' (dont Ken Loach en est le digne représentant en Angleterre). Si on pense que ce cinéma est le plus apte à parler de notre société et que le cinéma doit faire illusion du réel (comme Balzac en littérature), on ne pourra qu'être en larmes devant ce film. Si en revanche on aime l'imaginaire et le rêve (qui au fond parle de la réalité) et que l'on rejette ce cinéma réaliste à la Pialat, on ne pourra qu'approuver le film sans l'éprouver. Objectivement, le film se révèle donc remarquable dans ce qu'il cherche à faire. Mais tous ces films aussi collés au réel peuvent finir par nous faire regretter l'imaginaire et la fantaisie. C'est donc à voir, à condition d'aimer le cinéma ''sociétal'' et cette horripilante caméra à l'épaule.
    pascal-
    pascal-

    Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 17 critiques

    5,0
    Publiée le 19 mars 2008
    Magistral Je pensais voir un bon film d'auteur, mais là Kechiche m'a laissé sur le cul. Contrairement à ce qui a été écrit, il n'y a pas de longueurs, mais Kechiche "étire" des scènes qui sont d'une intensité incroyable, d'une humanité à couper le souffle. Il n'y a que la scène finale que j'ai trouvée un poil longue, mais l'intensité du film dépasse largement ce petit défaut, croyez-moi. Courez-y !
    Resigned
    Resigned

    Suivre son activité Lire ses 8 critiques

    5,0
    Publiée le 3 mars 2008
    La Graine et le Mulet commence par prendre son temps, présente les personnages, cette grande famille avec son lot de rancoeurs et de soucis. L'ambiance plutôt pesante semble refleter la lassitude de Monsieur Beiji. Puis tout s'emballe autour de ce rêve qu'il caresse, et la seconde partie du film est un enchaînement de scènes superbes où Kechiche réussit à faire du merveilleux avec du vrai, sans artifices. Il dresse de magnifiques portraits, comme Monsieur Beiji personnage flegmatique qui traverse le film tel un funambule. Je suis tombé sous le charme d'Hafsia Herzi et sa danse du ventre m'a achevé. On sent vraiment que le réalisateur aime ses personnage et nous les fait aimer avec leur défauts et leurs qualités. Cela parait si simple mais c'est cela qui fait la différence.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 559 abonnés Lire ses 4 294 critiques

    4,0
    Publiée le 21 juillet 2010
    En 3 films,Abdellatif Kechiche a posé une marque indélibile sur le cinéma français."La graine et le mulet" représente l'aboutissement d'une oeuvre dense,vantant les mérites de la solidarité et de la double culture.2h30 de tourbillon émotionnel,où cette famille recomposée exprime tout ce qu'elle a sur le coeur,se déchire,se rapproche,jusqu'à se vouer corps et âme à une utopie collective.Le voeu pieux de créer un bâteau-restaurant de couscous sur le port de Sète.D'un humanisme désarmant,cette tragédie sociale vivifie au-delà de toute mesure.C'est un hymne à l'acceptation du peuple arabe,sans cliché ni pathos.C'est aussi une alliance de la vieillesse désenchantée et respectable,avec la jeunesse fougueuse et rêveuse."La graine et le mulet"est une expérience sensorielle,à vivre impérativement,où il faut se laisser porter par des instantanés célébrant la vie en collectivité.Un projet commun qui n'exclut pas la fatalité de l'existence.Kechiche nous colle des uppercuts avec de longs-plans séquences la plupart du temps ébouriffants(le dîner familial,la crise nerveuse de la femme bafouée,les pleurs de Rym...).Et c'est également un directeur d'acteurs hors-pair.Il nous révèle une éblouissante Hafsia Herzi,la fièvre au corps;et Habib Boufares, subissant le sort contraire avec beaucoup de dignité.Un chef d'oeuvre chaleureux qui vaut beaucoup mieux que tous les discours sur l'intégration.
    patrickS.
    patrickS.

    Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 9 juillet 2015
    Bien rares sont les films qui m'émeuvent au point de me nouer la gorge et de me faire verser une larme. C'est pourtant le cas de celui-ci, probablement grâce à l'ambivalence des émotions qu'il suscite. Le dénouement annoncé, tragique, est pourtant porteur d'espérance et d'optimisme. Quel est la valeur d'une vie ? Dérisoire comme cette course poursuite fatale et sans espoir de la mobylette volée par de jeunes écervelés ou Considérable par la générosité des personnes aimées comme le dévouement de sa fille qui fait l'offrande d'une danse du ventre débridée pour retarder de quelques minutes un dénouement catastrophique. Les acteurs, certes non professionnels servent admirablement ce magnifique scénario.
    Lea R
    Lea R

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 63 critiques

    4,0
    Publiée le 16 novembre 2008
    Récompensé par 5 Oscars, ce film montre le quotidient d'une famille imigrée avec ces différents problèmes dont le manque d'argent mis en avant ici. Pour un peu on en oublierais que c'est un film tant le jeu des acteurs est vrai, leur justesse et leur morale. Les caméras sont inexistantes, non, on est avec eux, on les suit, on les admires ou on les blâmes, puis on reste hypnotisés a la fin par la sublime dance du ventre de la jeune Hafsia Herzi qui est tout simplement remarcable.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 205 abonnés Lire ses 2 111 critiques

    4,5
    Publiée le 23 septembre 2019
    Abdellatif Kechiche est un metteur en scène désormais reconnu qui sait filmer les hommes dans leur vie quotidienne avec une vérité qui émeut. Ici il choisit de nous montrer l’évolution de la famille algérienne depuis son arrivée massive en France aux abords des années soixante. Pour ce faire, il oppose frontalement un émigrant de la première génération et une gamine de 14 ans parlant avec l’accent marseillais sans renier ses origines profondes. Le vieil homme au bout du rouleau, rejeté de son travail comme de son foyer (pour quelles raisons ?) vit désormais dans une pension où il couche avec la tenancière plus jeune que lui. Il s’est pris d’amitié avec la gamine qui voit en lui le père qu’elle n’a sans doute jamais eu. Sliman (c’est son prénom) va profiter de l’énergie et de l’audace de sa toute jeune « belle-fille » pour se lancer dans un projet fou : ouvrir un restaurant sur le port où il servira le couscous au poisson préparé par son ex-femme. La famille nombreuse de Sliman permet à Kechiche de nous mettre sous les yeux 40 ans d’histoire commune entre la France et l’Algérie. Il nous montre ainsi que quoiqu’en disent certains l’intégration s’est bien réalisée car chacun peut se reconnaître dans un des membres de cette famille hormis les coutumes propres à chaque région ou pays d’origine. Jamais Kechiche n’utilise le racisme pour éclairer son propos ce qui nous renvoie loin des pamphlets violents comme « Dupont Lajoie » ou des drames amoureux comme « Elise ou la vraie vie » utiles en leur temps mais sans doute hors de propos de nos jours hormis pour quelques irréductibles nostalgiques des théories de l’oncle Adolf. Le final nous réserve un suspense haletant qui montre que Kechiche sait aussi utiliser les vieilles recettes des bons polars. Le dénouement est un peu amer mais il marque sans doute la disparition d’une génération ayant payé durement la décolonisation qui se trouve ici jetée aux orties par un des siens. Très beau film .
    conrad7893
    conrad7893

    Suivre son activité 135 abonnés Lire ses 828 critiques

    2,0
    Publiée le 2 mars 2011
    un film qui ressemble à un documentaire tellement les acteurs sont criants de vérité. des acteurs pour certains débutants je pense. La découverte de la jeune actrice principale qui a eu le césar meilleur espoir féminin une scène de danse du ventre sensuelle qui ma fait pensé à bardot dans dieu créa la femme sinon une histoire simple, des dialogues brutes bémol des longueurs durant le film
    Julie M.
    Julie M.

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 142 critiques

    5,0
    Publiée le 20 mars 2013
    Faut pas que je lise les mauvaises critiques sur un film que j'ai adoré. Je ne comprends pas comment ce film puisse etre qualifié de "de film pour bobos surcoté". En général les films longs sont qualifiés de bobo donc ça doit etre ça. Bref. Un très beau film. Evidemment il faut pas s'attendre au film d'action, mais c'est très prenant, très très joué et émouvant. Quelques scènes sont peut-etre un peu trop longues mais c'est un détail. Puis ça vous donnera envie de vous faire un couscous.
    14caen
    14caen

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 1 087 critiques

    1,5
    Publiée le 28 février 2011
    Malgré les prix que le film a obtenu et les très bonnes critiques, moi je me suis plutôt ennuyer. Je l'ai regarder jusqu'à la fin et une chose est sûre c'est que je ne le regarderais pas une deuxième fois.
    Vladimir.Potsch
    Vladimir.Potsch

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 389 critiques

    5,0
    Publiée le 9 mars 2008
    Des personnages hauts en couleur nous entrainent dans un suspens naturaliste et dramatique sur le vieux port de Marseille. La fluidité de la mise en scène, la juste composition des séquences, des plans, ainsi que la musique, apportent au film une teneur émotionelle rarement égalée ces derniers temps dans le cinéma français. Le "couple" complice du vieil homme et de la fille de sa nouvelle compagne est terriblement juste, il entraine le film vers des sommets de vérité et d'émotion, grâce aussi aux deux acteurs qui les incarnent. Ce film est la preuve que l'on peut bâtir une montagbe à partir d'une idée de départ assez simple, et sa moindre qualité n'est pas son fort intêret sociologique et même social.
    Arthur C.
    Arthur C.

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 140 critiques

    5,0
    Publiée le 27 avril 2014
    Le chef-d’œuvre d'Abdellatif Kechiche ! Un film, personnel, profond, d'une grande sensibilité mais surtout d'une formidable humanité !
    Arthur Debussy
    Arthur Debussy

    Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 477 critiques

    1,0
    Publiée le 17 mai 2012
    Je craignais de me retrouver, au vu des critiques dithyrambiques et des césars gagnés, devant un film lourdement didactique ou bien pensant. Mais non, «La Graine et le Mulet» mérite bien ses césars. Kechiche a réussi son pari de concilier social et romanesque : contrairement au commun des films français à prétention sociale, pleins de clichés sur les méchants patrons, faisant presque l'apologie du misérabilisme, idéologiquement douteux, «La Graine et le Mulet» est centré sur les rapports humains et est dénué de tout racolage politique. Kechiche choisit de montrer des gens simples, vivant une vie simple et c'est en cela qu'il peut être qualifié de social car montrant telle quelle la société, sans la noircir ou la sublimer. A cela s'ajoute la chronique d'une famille d'origine maghrébine, et c'est quand éclatent les conflits familiaux qu'intervient le romanesque, où jalousies, rancoeurs, tromperies, etc. prennent le pas. Mais le tout reste d'un naturel réjouissant, respirant la joie de vivre malgré les difficultés de la vie. Il faut dire que cet enthousiasme vient pour beaucoup de la jeune et talentueuse Hafsia Herzi, illuminant le long métrage de sa fougue et de son naturel. Et les autres interprètes sont eux aussi remarquables, dirigés avec sincérité par Abdellatif Kechiche. Honnête et pudique, «La Graine et le Mulet» vaut surtout pour son humanité. Bien que de facture classique (voire académique), parfois maladroit, il parvient à nous émouvoir sans jamais se départir de sa subtilité et tomber dans le grand-guignolesque, le sentimentalisme balourd ou la superficialité convenue. C'est un film vrai, très bien interprété, joliment photographié et les 2h30 un peu lentes au début passent finalement très vite. A voir! [1/4] http://artetpoiesis.blogspot.fr/
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top