Mon AlloCiné
    Leprechaun : Destination Cosmos
    note moyenne
    2,3
    58 notes dont 14 critiques
    7% (1 critique)
    0% (0 critique)
    0% (0 critique)
    29% (4 critiques)
    50% (7 critiques)
    14% (2 critiques)
    Votre avis sur Leprechaun : Destination Cosmos ?

    14 critiques spectateurs

    -VEGETA-
    -VEGETA-

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 79 critiques

    2,5
    très sympatique suite dans l'espace (excellente la scène de mutation le type qui ce transforme en araignée scorpion)
    CeeSnipes
    CeeSnipes

    Suivre son activité 166 abonnés Lire ses 1 631 critiques

    2,5
    On pensait ne plus le voir, étant donné son absence en 1996, mais si, le Leprechaun revint en 1997 pour un quatrième opus dans l’espace (quelle idée à la noix !) réalisé par l’homme derrière le troisième opus, le meilleur. En effet, Brian Trenchard–Smith, salué par la profession comme un bon faiseur, se retrouvait une nouvelle fois derrière la caméra. Leprechaun In Space n’est absolument pas un bon film, loin de là. Esthétiquement parlant, c’est une catastrophe, avec les effets spéciaux sortant tout droit d’un jeu PSOne, et pas d’un bon. On a même le droit à une araignée-scorpion géante à tête de Guy Siner, vraiment pas mal en antagoniste principal. Scénaristiquement parlant, c’est médiocre aussi, une quête au trésor, une menace venue d’ailleurs, des marines limités intellectuellement, un sergent idiot et même si le sergent se travestit dans un numéro de cabaret hilarant, il n’y a rien à sauver dans le scénario. En revanche, la réalisation connaît les limites du film et s’y accomode à merveille, rendant le film sympathique, rythmé, parfois amusant, jamais ennuyeux et surtout vraiment drôle par moments… Miguel A. Nunez Jr. assure en quota black, en plus. Objectivement, Leprechaun 4 est un terrible film, une nullité crasse, un loupé évident, une honte pour tout acteur impliqué. Mais pour qui aime les slashers idiots, Leprechaun 4 délivre de la bonne comédie, des scènes d’exécutions idiotes mais réussies et un petit suspense bienvenu.
    AMANO JAKU
    AMANO JAKU

    Suivre son activité 200 abonnés Lire ses 421 critiques

    0,5
    Glurps !! Oh saperlipopette de mille sabords de câlice de tabarnak (ouais, je suis très fâché là !! ^^)…Ils ont fait très, très, très, TRES fort sur ce coup là!! Quatrième volet d’une franchise totalement WTF, "Leprechaun 4 : Destination Cosmos" est une « chose » qui sincèrement n’aurais jamais du voir le jour. Je ne sais vraiment pas ce qui est le plus affligeant : le fait d'avoir situé l'action dans l'espace, les effets spéciaux tellement mauvais que même sur Amiga CD-32 on faisait mieux (c’est pour dire !!!), le budget hyper minimaliste pouvant faire passer une production Asylum pour un super blockbuster (entre les décors, les maquillages et les FX, je crois que même une production TF1 comme « Joséphine, Ange Gardien » s'en sort mille fois mieux !), l'histoire totalement nawak (si, si : c’est PIRE que d’habitude !!), le fait que le leprechaun se fout de son or pour une fois, les dialogues qui ont été écrits par un enfant de 5 ans (jamais entendu des punchlines aussi pourries....même dans "Batman & Robin" !!! LA meilleure du film : spoiler: « Si je viens encore à perdre un de mes gars, j't'explose le "bip"...enfin si j'arrive à l'trouver !! » ), les personnages hyper caricaturaux interprétés par les pires acteurs du monde qui sur-jouent à mort pendant chaque secondes du métrage, ou alors ces idées ultra stupides venues du fin fond de l'enfer comme spoiler: le leprechaun géant, le mutant arachnide ou encore notre cher petit lutin démoniaque qui se réincarne en sortant de l'entrejambe d'un soldat !!! . En toute sincérité, je ne pensais vraiment pas qu'un jour on puisse faire plus mauvais que le premier film de la saga; mais alors là, on atteint des sommets en matière de gros navet...même la présence de la traditionnelle jolie blonde bonnasse n’arrive pas à relever le niveau cette fois-ci. Comme quoi, on peut toujours faire pire…en tout cas, si les producteurs veulent encore continuer la saga dans cet esprit, je crois qu’il vaut mieux qu’elle s’arrête là ! Fuyez "Leprechaun 4 : Destination Cosmos" sous peine de subir une totale lobotomie !!
    gogoretoahir
    gogoretoahir

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 83 critiques

    5,0
    Pareil que les LEPRECHAUNS 5 et 6 : comédie horrifique, un peu de sang et de l'amour !
    JimBo Lebowski
    JimBo Lebowski

    Suivre son activité 225 abonnés Lire ses 291 critiques

    0,5
    Leprechaun c'est ce petit lutin malicieux doué de pouvoirs magiques issu du folklore irlandais, le cinéma d'horreur en a crée une franchise au début des années 90, le rendant diaboliquement drôle et cruel. Pas mal axé sur le gore et l'humour donc, les trois premiers volets furent cohérents dans le délire pseudo nanardesque, ce quatrième donne déjà envie de sourire rien qu'en lisant le titre et le synopsis, je ne voulais que me marrer du début à la fin en me demandant si on pouvait pousser encore plus loin les limites de la c*nnerie. Et on en est pas loin, le registre horreur est mêlé à de la SF dans un univers en carton pâte (totalement assumé je pense), les premières minutes donnent la température du niveau de ringardise du projet un vaisseau spatial à l'équipage cliché au possible : le commandant gueulard, les soldats d'une lourdeur machiste et d'une beaufitude folle (sans compter sur le renoi rigolo de service et le gars dont tu sais qu'il va être le survivor, car le seul avec une pointe d'humanité), deux femmes forcément gaulées au débardeur bien rempli (la perverse et la gentille frigide), bref on sait tout de suite à quoi on a affaire ... En parallèle, l'introduction du Leprechaun est faite sans petite nuance mystérieuse, on le balance en plan de coupe face à une princesse toute en paillettes dans une grotte visqueuse bizarre, les dialogues sont hautement ridicules, même en voulant rentrer dans le délire croyez moi c'est dur, très dur, on comprend pas le décalage, le réalisateur tente un mix entre de la SF se voulant futuriste et de la fantasy, le lien est tendu ! Et dès les premières scènes d'action on constate les effets spéciaux carrément fauchés (on avait déjà eu un aperçu du level lors des plans spatiaux à peine dignes de la Sega Saturn), c'est pas immersif pour un sou, c'est ultra mal réalisé, tout est naze au possible, sauf un élément, le Leprechaun, interprété par Warwick Davis ("Willow"), il n'y a que lui qui légitime le film, 2-3 scènes dans la première demi heure sont sympathiques (dont une à mourir de rire), on retrouve ce côté délicieusement machiavélique du farfadet et le code humoristico-gore qui rendait les anciens volets un minimum cool. Mais ... le gros problème de celui ci c'est que l'humour volontaire et astucieux ne dépasse pas le premier tiers du film, on est ensuite totalement englués par les clichés du nanar chiant et lourd, je n'ai même plus cherché à comprendre les enjeux du scénario tellement on est dans les viles recoins des chiottes du cosmos, on récure tout de même pour caresser l'espoir de revoir une situation amusante, mais en vain, absolument tout est insupportable et on subit. Et puis ce savant fou mi homme mi robot avec sa maquette en latex pour les plans de dos on se demande bien pourquoi il est présent mis à part pour jouer la carte du cyborg mode Terminator & co pour faire "hype" (ce volet date de 1997 et la fin de cette décennie reste une période bien sombre pour le genre). spoiler: Tout ce qu'on pouvait imaginer concernant l'équipage se produit, la perversité des beaufs et la luxure de la gonzesse sont sanctionnées par la justice divine de notre petit lutin, restent forcément les gentils sous tout rapport (le Stallone du pauvre et la blonde qui couche pas le premier soir), cette princesse qui ne manquera pas de nous laisser un plan nichon d'une solitude gênante et ... le renoi, grosse surprise. Mais le pire du pire c'est que le Leprechaun n'a plus rien de malicieux et perfide, il est victime de la volonté totalement conne du réalisateur à vouloir en faire un instrument de ses effets visuels programmés via Windows 95 et pour rentabiliser des décors à l'échelle, spoiler: lors de la dernière partie il ne sert strictement plus à rien et crève comme une merde. À côté de ça les ultimes survivants achèvent le film d'une manière piètrement convenue et d'une bêtise incroyable , le générique arrive tel un majeur levé en l'air (référence pointue à un des derniers plans), même si on est tout de même rassuré que le bordel soit terminé, pfiou. "Leprechaun 4" est un nanar de haut vol, certes assumé mais qui ne parvient même pas à divertir (malgré les efforts de Warwick Davis), pour faire un bon nanar il faut un minimum de sens et d'humour, mais là tout est bordélique et étalé comme une confiture moisie sur du pain rassis, du coup c'est difficilement digeste, une scène efficace pour un film de 1h30 qui n'en fini pas c'est bien trop maigre pour être conciliant. À éviter.
    Shawn777
    Shawn777

    Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 121 critiques

    1,0
    Ce quatrième opus, qui pourrait faire penser au premier abord à "Jason X" (qui se passe aussi dans l'espace) ce révèle n'être en fait qu'une vulgaire parodie entre "Strar Wars" et "Alien" qui n'a pas vraiment d'intérêt. Certes, il joue entre le comique et "l'horrifique", enfin du moins il essaye , mais après un début bordélique mais assez correct, si on veux, la suite part dans le n'importe quoi et n'a plus du tout de sens. Déjà que le leprechaun perdait en crédibilité dans le troisième opus (réalisé par Brian Trenchard-Smith auteur du quatrième, quelle coïncidence !) mais alors là, il se ridiculise complètement et en devient "comique". Au niveau des effets spéciaux, ils piquent les yeux, mais qu'est-ce qu'ils sont mal fait c'est affolant ! De plus, les acteurs jouent assez mal et même quand ils veulent être sérieux, ils n'y arrivent pas. Certains disent qu'ils le font exprès, personnellement j'ai du mal à le croire. En résumé, "Leprechaun : Destination Cosmos" est tout simplement une catastrophe et il est bien loin du premier opus.
    Félix F
    Félix F

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 1 828 critiques

    1,0
    Episode 4, cette fois on tombe dans le nanar grotesque avec bimbos et bon gros marines bien musclé. Les effets sont ridicules au possible et le scénario ne vaut rien. Après 2 opus correct et 1 un peu plus décevant, la saga s'enfonce dans une nullité total avec cet épisode au comment ridicule.
    necrid
    necrid

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 1 211 critiques

    2,0
    Un bon gros nanar qui, au final, n'est pas si dégueulasse. Le leprechaun dans l'espace mais quelle idée saugrenue : avec ses personnages kitchs et ses scènes aux effets spéciaux ringards, le film a un petit charme comique non négligeable. Un bon vieux nanar divertissant avant les deux dernières bouses qui concluent, pour le moment, la saga des leprechauns.
    gotikgirl
    gotikgirl

    Suivre son activité Lire ses 7 critiques

    1,0
    Une niaiserie a l'état pur, comment on peut passer d'un premier et deuxième film de la sagas plutôt bien réussi à des suites qui ne servent strictement à rien, juste à enfoncer la sagas... Vraiment décévant, on retiendra néanmoins quelques répliques à la sauce série Z...
    dydy-2306
    dydy-2306

    Suivre son activité 692 abonnés Lire ses 2 520 critiques

    1,0
    C'était le dernier Leprechaun que j'avais pas vu, j'ai donc fini de regarder cette saga ! Conclusion : j'ai seulement aimé le premier volet. Objectivement il est mauvais, mais je trouve qu'il a de la gueule, et qu'il est divertissant. Le reste c'est POU-BELLE !!! Celui-là est surement un des pires avec le 5 et le 6... donc, pour moi il y a seulement le un qui est à voir pour les fans du genre, le reste c'est pas trop utile.
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 215 abonnés Lire ses 1 413 critiques

    1,5
    Ce quatrième épisode relève il est vrai relativement du n’importe quoi, et s’avère assez bizarre. D’un côté il s’inscrit bien dans la lignée yuznesque du troisième, ce qui le rehausse avec quelques idées surprenantes, de l’autre on verse souvent dans la comédie à deux francs six sous peu enthousiasmante et pas loin d’un Austin Powers ! C’est dire. Les acteurs sont nettement moins bons que dans les précédents films, c’est clair. Davis est certes cabotin, mais ça va, c’est passable, d’autant que son personnage reste encore suffisamment méchant pour ne pas le rendre ridicule, mais c’est plus les autres qui font de la peine ici. On se retrouve avec d’un côté des acteurs fadasses, globalement les militaires tous interchangeables et dont on se contrefiche de la mort. De l’autre on a les acteurs en totale roue libre, dont le capitaine des Marines, qui renvoie Rambo chez les Teletubbies, et la princesse de Démonia assez incroyable elle aussi. Le souci c’est que ces deux personnages, aux places centrales sont beaucoup trop comiques, beaucoup trop risibles, et ne sont pas dans la simple excentricité qui avait pu prévaloir dans la série jusqu’à lors. A noter un docteur patte de velours (nom ridicule au demeurant) qui s’avère déjà plus surprenant en espèce de Robocop, mais l’abattage de l’acteur principal lui confère là encore une dimension comique dont il est difficile de se détacher. Le scénario est bien burlesque. En fait on ne comprend pas grand-chose à l’histoire d’abord, avec ce couple bizarroïde entre le Leprechaun et la princesse, visiblement poursuivis par des militaires, mais en même temps les Marines sont sur un vaisseau qui mène des expériences, et puis on ne sait pas qui est ce docteur, les raisons de sa présence sur le vaisseau, à moins qu’il ne s’agisse pas d’une mission de sauvetage… enfin bref c’est désordonné. A cela s’ajoute un mélange d’idées loufoques pour certaines d’un assez bon effet (la transformation du docteur), pour d’autres tellement débiles qu’on à peine à le croire. Attention, sur Démonia lorsqu’une femme montre sa poitrine cela signifie une sentence de mort ! Le Leprechaun nous adresse par ailleurs à la fin un message d’une telle subtilité que ça fait totalement pitié, surtout à ce moment-là du film. Enfin il y a plein de trucs pathétique qui viennent enfoncer ce quatrième épisode qui n’a pas l’air d’avoir grand-chose à dire en fait et du coup avance à coup de gags ou de rebondissements gros comme des maisons (le Marine dansant le french cancan déguisé en femme est un moment d’anthologie). La réalisation est signé Trenchard-Smith qui se débrouille toujours bien, parvenant à palier par sa mise en scène toujours les lacunes budgétaires, notamment pour les décors et les effets spéciaux. Il arrive notamment à rendre crédible le Leprechaun géant, pas facile, et à rendre la créature yuznesque pas trop pourave à l’écran, ce qui n’était pas une mince affaire. Malheureusement malgré cela il ne sauve pas totalement l’impression de misère qui se ressent dans ce quatrième épisode. Si les décors restent encore tenable pour une petite production, la photographie peine à instaurer une ambiance et surtout les effets visuels ne tiennent pas du tout. Même si Trenchard-Smith l’a bien compris et limite au minimum les vues extérieures du vaisseau, il y en a quelques-unes et les images numériques sont totalement laborieuses. Par ailleurs les effets horrifiques sont peu nombreux et souvent dans la veine bouffonne. Désolé mais voir un type le visage aplati comme une crêpe (ce n’est pas une comparaison, c’est tout à fait cela à l’écran) par un plat métallique et faire un sourire avant de s’écrouler c’est tragiquement burlesque à voir. Sinon comme toujours la bande son a été oublié en route. Au final ce Leprechaun 4 prend une orientation très lourdingue, qui va surement rebuter pas mal des fans inoxydables de la saga. Si jusqu’à maintenant l’équilibre entre humour-horreur, quoique parfois délicat, était tenable, là on verse dans la comédie bien grasse et c’est peu digeste. Si par moment on pourrait se sentir pas si loin d’un Re-Animator, malheureusement il faut reconnaitre que Leprechaun 4 n’en a pas l’efficacité. C’est regardable mais avec beaucoup de gentillesse, et ma note sera assez basse, car on sent clairement, comme pour la saga Critters, l’essoufflement.
    Bryan V.
    Bryan V.

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 146 critiques

    1,0
    🎬🎥 LEPRECHAUN 4 _ [1996] 🎥🎬 _Appréciation ; 🔴🔴 (02/10 _Avis Bref ; Quatrième volet de la saga. Un volet qui sent tout de suite le nanar mais bon je ne peux résister à notre farfadet dans un quatrième retour galactique, dimensionel et tres kitsch. L'histoire est aussi un peu répéter encore une fois le Leprechaun va trouver l'amour comme dans le second film mais d'une manière bien plus absurde pour le coup. Tous est raté du casting jusqu'aux effets spéciaux c'est d'un ridicule ! Et au final ce n'est même pas un nanar car tout est malheureusement volontaire, un gros navet !  Enfin bref, c'est à partir de ce moment précis que cette saga dégringole pour moi.  _Synopsis ; Le Leprechaun cherche à épouser la Princesse Zarina, pour devenir roi de sa planète. Elliminé par des marines de l'espace, il survit toutefois à l'attaque et parvient à s'introduire dans leur vaisseau... 🔴⚫🔵Barème d'appréciation : 🔵 = Excellent ( Entre 7/10 et 10/10) ⚫ = Moyen (Entre 4/10 et 6/10), 🔴 = Mauvais (Entre 1/10 et 3/10) 🌟 = Coup de coeur (10/10) 🚫 = Daube infâme (0/10)
    Marc M.
    Marc M.

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 3 critiques

    2,0
    Un navet qui se laisse regarder. On est très loin de l'humour et de la qualité du premier volet de la saga Leprechaun. Ce n'est pas très fin, pas super recherché ni super drôle. C'est volontairement mal fait et mal joué avec, hélas des longueurs et un scénario pas très étoffé. Ca fait partie des nanars que l'on mate une fois quand on en a l'occasion avec un certain plaisir...
    real-disciple
    real-disciple

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 020 critiques

    1,5
    Grossièrement mauvais avec son lot de bimbos dénudées et de soldats plein de testostérone qui paradent, Leprechaun 4 est un navet mais qui ne se prend jamais au sérieux ce qui en fait un "bon" navet. Néanmoins c'est le début de la fin de la saga avec cet opus.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top