Mon AlloCiné
    Les Amours d'une blonde
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Les Amours d'une blonde" et de son tournage !

    Un vent de liberté souffle

    Troisième film de Milos Forman après le remarqué L'As de pique, Les amours d'une blonde a été réalisé dans une période où un certain vent de liberté soufflait en Tchécoslovaquie, particulièrement en ce qui concernait les Arts. Depuis 1956 en effet, le dégel amorcé par Khrouchtchev en Union soviétique a conduit à un relatif assouplissement du régime communiste et permis aux réalisateurs de s'exprimer plus librement. S'engouffrant dans cette brèche, une nouvelle génération de cinéastes formés à la FAMU (l'école de cinéma de Prague) fait son entrée dans la production. En 1963, Vera Chytilova, Jaromil Jires et Milos Forman réalisent leurs premiers films. Dans leurs sillages, ils entraînent d'autres cinéastes non moins talentueux, à l'image de Ivan Passer, Jan Nemec, Stefan Uher ou encore Jiri Menzel. A l'unisson de la Nouvelle Vague qui déferle un peu partout dans le monde, les films de tous ces réalisateurs marient une recherche esthétique à une critique de la société et de son conformisme, ce qui est loin de déplaire à un public passablement lassé par l'idéologie officielle. Ainsi, durant cinq petites années, le cinéma Tchèque va connaître une bouillonnante période créatrice, avant que l'intervention des troupes du Pacte de Varsovie et le durcissement idéologique qui s'en suivit ne mette fin à ce vent de liberté.

    Le hasard d'une rencontre

    L'origine du film est assez curieuse : Milos Forman la doit au hasard de la rencontre d'une femme errant la nuit, une valise à la main, dans les rues de Prague, suite à des déboires que l'héroïne du film (incarnée par Hana Brejchova) traversera également...Pour la petite histoire, cette actrice n'est autre que la belle soeur du cinéaste !

    Un accueil triomphal

    Les Amours d'une blonde fut accueilli très favorablement par la critique et le public. En 1965, le film de Milos Forman concourut pour le Lion d'or à la Mostra de Venise, qui fut finalement remporté par Luchino Visconti pour Sandra. Le film fut également nominé au Golden Globes du Meilleur film étranger, ainsi que cité à l'Oscar du Meilleur film étranger. Pour l'anecdote, le film fut présenté au Festival du film de New York en 1966. Bosley Crowther, le journaliste critique du New York Times, alors réputé pour ses commentaires peu amènes, déclara à l'issue de la projection : "rien d'aussi frais et spontanné n'est arrivé depuis Les Quatre cents coups de François Truffaut. Le film est un plaisir simple et sûr. C'est à la fois plein d'espoir et réaliste. Et rempli de délicieux personnages".
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Joker (2019)
    • Ad Astra (2019)
    • Au nom de la terre (2019)
    • Gemini Man (2019)
    • Un jour de pluie à New York (2018)
    • Deux Moi (2018)
    • Downton Abbey (2019)
    • Rambo: Last Blood (2019)
    • Ça : Chapitre 2 (2019)
    • La Vie scolaire (2018)
    • J'irai où tu iras (2018)
    • Le Dindon (2018)
    • Portrait de la jeune fille en feu (2018)
    • Chambre 212 (2019)
    • Alice et le maire (2018)
    • Once Upon a Time… in Hollywood (2019)
    • Inséparables (2018)
    • Ceux qui travaillent (2018)
    • Sœurs d'armes (2018)
    • Papicha (2019)
    Back to Top